Apprentissage du langage oral à l’école maternelle : Mise en œuvre d’un modèle polylogal d’apprentissage du langage oral en moyenne et grande section de maternelle en 2010-2013

Résumé : L’apprentissage du langage oral à l’école maternelle fait l’objet d’observations convergentes de la part des chercheurs comme de celle des personnels d’inspection (1999, 2011) depuis de nombreuses années. Tous pointent la contradiction entre les objectifs affichés aux séances dites de langage et une parole magistrale qui occupe plus de la moitié de l’espace conversationnel. Le modèle d’apprentissage de ces séances, le modèle « dialogal adulto-centré » qui repose sur l’idée que comme dans la famille, « l’enfant apprend à parler avec l’adulte » a pour conséquence de privilégier l’individualisation des échanges mais aussi l’accélération du dialogue maitre – élèves. Ce dispositif favorise par définition les échanges rapides et exclut les élèves les moins performants ou les moins cultivés. Trente pour cent des élèves ne prennent pas la parole et la longueur moyenne des interventions des autres élèves est de 6 à 8 mots (Florin, 1991), bien loin de ce qui serait nécessaire pour construire les « phrases complexes » ou acquérir les compétences discursives « raconter, décrire, expliquer etc.» attendues en grande section par les Programmes (2015) pour l’école maternelle. La recherche CLEA (2010-2013) dont les résultats sont présentés ici, montre que la mise en œuvre d’un modèle d’apprentissage qui se donne explicitement comme objectif le développement des compétences langagières est possible et plus efficient, quand l’ensemble des paramètres de l’acte d’enseignement est pris en compte (régulation des échanges, choix des supports, apprentissages, format de séance). L’auteur présente d’abord les éléments constitutifs du modèle « polylogal » puis la méthodologie de recherche qui a conjugué la formation des maitres, le recueil et l’analyse des données, au total 78 séances en grande et moyenne section de maternelle, enregistrées et transcrites, soit un fichier numérique de quelques 140 000 mots. La numérisation du corpus permet de montrer que statistiquement, les résultats en termes de participation et de longueur d’intervention sont nettement meilleurs que ceux obtenus dans les groupes qui tout en poursuivant les mêmes objectifs mettent en œuvre le modèle d’apprentissage habituel (Florin, 1991). L’allongement des interventions se traduit par ailleurs, sur le plan linguistique par une meilleure maitrise de l’emploi des temps du récit et des connecteurs temporels.
Type de document :
Article dans une revue
Pratiques : linguistique, littérature, didactique, Centre de recherche sur les médiations (Crem) - Université de Lorraine 2016, Enseignement/apprentissage de la langue, des textes et des discours : 40 ans de "Pratiques", 169-170, 〈https://pratiques.revues.org/3100〉. 〈10.4000/pratiques.3100〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [40 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01504378
Contributeur : Crem Ul <>
Soumis le : lundi 10 avril 2017 - 09:02:11
Dernière modification le : jeudi 18 janvier 2018 - 12:15:03
Document(s) archivé(s) le : mardi 11 juillet 2017 - 12:25:01

Fichier

pratiques-3100.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Pierre Péroz. Apprentissage du langage oral à l’école maternelle : Mise en œuvre d’un modèle polylogal d’apprentissage du langage oral en moyenne et grande section de maternelle en 2010-2013. Pratiques : linguistique, littérature, didactique, Centre de recherche sur les médiations (Crem) - Université de Lorraine 2016, Enseignement/apprentissage de la langue, des textes et des discours : 40 ans de "Pratiques", 169-170, 〈https://pratiques.revues.org/3100〉. 〈10.4000/pratiques.3100〉. 〈hal-01504378〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

220

Téléchargements de fichiers

300