L’engagement paradoxal scottien, ou comment réconcilier l’irréconciliable

Résumé : Walter Scott est par nature un homme de l’entre-deux, un médiateur comme le reconnaît David Daiches dans son article « Scott and Scotland » paru en 1973. Son esprit conciliateur, fruit de son tempérament, mais aussi de son éducation calviniste et de son époque, façonne toute sa création littéraire. Est-ce que choisir de ne pas choisir est une forme d’engagement ? Cet article cherche à comprendre l’engagement presque obsessionnel de Scott pour la cause du juste milieu à travers une analyse de ses origines. Il s’efforce de définir cette philosophie du milieu propre à Scott, et ainsi qualifiée de scottienne, pour en analyser ses forces et ses limites. Cette position médiane est en effet très précaire et elle ne trouve son plein épanouissement que dans l’esthétique du désengagement adoptée par l’auteur. Cette dernière consiste en fait en un engagement farouche pour la pluralité et la tolérance.
Type de document :
Article dans une revue
XVII-XVIII Revue de la Société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles , Société d'études anglo-américaines des dix-septième et dix-huitième siècles, Lille, 2016, Aurea mediocritas, pp.249 - 268. 〈10.4000/1718.375〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01526606
Contributeur : Idea Ul <>
Soumis le : mardi 23 mai 2017 - 11:50:43
Dernière modification le : mercredi 22 novembre 2017 - 10:48:29

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Céline Sabiron. L’engagement paradoxal scottien, ou comment réconcilier l’irréconciliable. XVII-XVIII Revue de la Société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles , Société d'études anglo-américaines des dix-septième et dix-huitième siècles, Lille, 2016, Aurea mediocritas, pp.249 - 268. 〈10.4000/1718.375〉. 〈hal-01526606〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

51