Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Von der thematischen Arbeit zum „travail thematique

Résumé : L’idée d’une Kompositionslehre intégrée, abordant systématiquement tous les aspects de la composition musicale, a favorisé dans la théorie allemande du 19e siècle l’émergence d’études approfondies du travail thématique comme celle de Lobe. À ce titre, la publication en 1896 de l’ouvrage d’Alfred Richter (Die Lehre von der thematischen Arbeit) consacré spécifiquement à cet aspect de la composition peut être vue comme la culmination d’une tradition théorique typiquement allemande. Pourtant, dès le début du 19e siècle, l’intérêt pour l’unité thématique est décelable chez Momigny, qui prend Haydn comme modèle (Cours complet d’harmonie et de composition, vol. 2, 1806). En 1826, Reicha consacre une section de son Traité de haute composition musicale au « développement des idées musicales » ; il prend ses exemples chez Mozart et Haydn. L’importance et la signification que la notion de travail thématique va prendre progressivement en France à partir du milieu du 19e siècle peuvent être appréhendées en retraçant la pénétration du terme lui-même dans les écrits français. Celui-ci apparaît en 1843 pour la première fois dans un ouvrage biographique sur Mozart de Alexandre Oulibicheff, et en 1858 dans un périodique (Revue et gazette musicale). Son entrée dans le lexique musical français est liée soit à des auteurs étrangers écrivant en français (Alexandre Oulibicheff, Berthold Damcke), soit à des traductions de textes allemands (Wasielewsky). Damcke, un Allemand ayant été actif à Paris comme critique, et ayant entretenu une relation amicale avec Hector Berlioz, était très sensible à l’unification du matériau thématique, une technique qu’il associait à Beethoven. Dans son commentaire des concertos symphoniques d’Henri Litolff, il met en valeur un travail thématique qui est « bien plus que la conséquence d’un principe », mais « le principe même ». Le thème principal est vu comme une « idée mère » qui se développe ensuite dans les autres éléments thématiques de l’œuvre. L’emploi du terme « travail thématique » reste relativement rare jusqu’aux années 1880, mais se développe rapidement à partir des années 1890 où il est appliqué à des compositeurs français et belges (Franck, Adolphe Samuel, Saint-Saëns), et également à Liszt, Wagner, ou encore à Dvořák et Tchaïkovski. Après 1900, le terme « travail thématique » peut être utilisé d’une façon très peu spécifique, pour toute remarque concernant la dimension thématique de la musique, sans considération pour une technique spécifique. Il aura alors perdu tout pouvoir descriptif ou analytique, pour ne devenir que l’alibi facile de jugements de valeur quelquefois hâtifs.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01553069
Contributor : Crulh Ul <>
Submitted on : Monday, July 3, 2017 - 2:02:08 PM
Last modification on : Sunday, November 22, 2020 - 6:24:09 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01553069, version 1

Citation

Marc Rigaudière. Von der thematischen Arbeit zum „travail thematique. Veroffentlichungen des Staatlichen Instituts für Musikforschung XXII , Sep 2012, Göttingen, Germany. pp.109-128. ⟨hal-01553069⟩

Share

Metrics

Record views

187