Je sens donc je suis : identité bipolaire

Résumé : Dans des travaux de recherche à l’interface de la psychologie clinique et de la linguistique, nous avons dégagé plusieurs formes de subjectivités énonciatives chez le sujet bipolaire, sous l’angle de la psychopathologie de l’énonciation, ceci dans un but de diagnostic différentiel. Le texte Rorschach est ici envisagé comme un discours appliqué à un médium iconique avec ses propres lois d’énonciation. Comment le sujet bipolaire communique-t-il sa réponse ? Parmi les modalités communicationnelles, nous avons sélectionné le poids du registre sensoriel dans l’appréhension du matériel. Après un balayage des différentes formes de dépression sous l’angle phénoménologique, de l’humeur dite normale aux pathologies thymiques avérées, nous développons comment, chez le sujet bipolaire, la sensation est garante de l’identité et de « l’être là au monde ». Nous illustrons par des séquences extraites de discours au Rorschach comment, plus encore que l’excès de sensations ou le défaut de sensations, c’est « l’inversion de la sensation », « le décalage temporel » et « l’inadéquation du registre de la sensation » qui caractérisent la bipolarité.
Type de document :
Article dans une revue
Psychologie clinique et projective, ERES, 2013, 19 (1), pp.55 - 73. 〈10.3917/pcp.019.0055〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01584992
Contributeur : Interpsy Ul <>
Soumis le : lundi 11 septembre 2017 - 09:05:19
Dernière modification le : mardi 28 novembre 2017 - 11:16:05

Identifiants

Collections

Citation

Christine Rebourg Roesler. Je sens donc je suis : identité bipolaire. Psychologie clinique et projective, ERES, 2013, 19 (1), pp.55 - 73. 〈10.3917/pcp.019.0055〉. 〈hal-01584992〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

45