Néolibéralisme, nouveau management et plaisir

Résumé : Le vocable de risques psychosociaux permet de qualifier de nouvelles souffrances au travail : tandis qu’au XIXe siècle la violence faite aux corps atteignait les âmes, les pressions exercées sur les esprits atteignent les corps. Cette terminologie devenue usuelle dans la langue managériale est cependant à double tranchant lorsqu’elle conduit à l’individualisation et à la dépolitisation des problèmes. Cette négation du politique est au cœur du projet néolibéral. Voilà pourquoi nous proposons d’analyser la cohérence idéologique de cette doctrine avant d’examiner en quoi les dispositifs managériaux au sein des grandes organisations ont peut-être, au moins en partie, incorporé une vision de l’action humaine sans fin, sans volonté et sans plaisir.
Type de document :
Article dans une revue
Connexions, Érès, 2015, 103 (1), pp.21 - 38. 〈10.3917/cnx.103.0021〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01628230
Contributeur : 2l2s Ul <>
Soumis le : vendredi 3 novembre 2017 - 09:35:09
Dernière modification le : samedi 4 novembre 2017 - 01:10:02

Identifiants

Collections

Citation

Anne Salmon. Néolibéralisme, nouveau management et plaisir. Connexions, Érès, 2015, 103 (1), pp.21 - 38. 〈10.3917/cnx.103.0021〉. 〈hal-01628230〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

36