O. Humblot and . Cité, Monument classé M.H. le 09. VII. 1909. Elle est sise devant l'église Saint-Mammès, là où se trouvait autrefois le cimetière, p.40

, Chanoine Émile Vauthier, Saint Mammès, patron de la cathédrale et du diocèse de Langres. Histoire, culte, légende, iconographie, Catalogue d'exposition, Langres, 1990 (qui n'insère pas la croix de Rivières-les-Fosses dans son inventaire

, Mais la silhouette est comparable, avec aussi des plis en étrier sur le devant, À Villiers-lès-Aprey (h. 0,69 m)

. Ill, 16 -Croix, Rivières-les-Fosses

É. Dessin, Humblot Ill. 17 -Croix, revers, Rivières-les-Fosses

U. Cliché and . Ill, Rivières-les-Fosses. Cliché UDAP v9.indd 105 09/10/2017 09:10:30 , le saint central peut être saint Remi, titulaire de l'église dont dépendait Isson. Mais, dans ce cas, quel est l'autre saint mitré à ses côtés? A été proposé Louvent, saint régional que J, vol.46

, Vignory) en 1518. Louvent, d'allure différente, est représenté nu-tête et avec une palme 47 . Le mystère iconographique n

, En outre il conviendrait d'examiner les distinctions entre sites de ces croix (cimetière, carrefours, chemins?) et aussi entre types de localités (l'iconographie d'une croix de hameau -Isson, Vesvres -, presque sûrement unique, s'interprète différemment de celle d'une croix de bourgade -Breuvannes -où s'élevaient, Le choix des saints retenus était certainement assuré par le clergé local (et peut-être par certains notables éclairés et mécènes)

, Sur les images lorraines de ce type, J. Desmons, ouvr. cité, p.143

, On notera qu'en dépit d'une iconographie aisée à identifier, il est absent des croix du sud haut-marnais

. Notre-dame-À-médonville, saint Mammès à Rivières-les-Fosses, saint Étienne à Vignory

J. Ravaux, À la recherche du lieu de décès de saint Louvent, pp.33-48, 1990.

, La statue est datée par une inscription sur sa base, Le saint patron dans son église : mutations iconographiques et topographie dévotionnelle. Le cas des saints Louvent et Lupien, Mém. SACSAM, CXIV, pp.153-183, 1999.

*. Ill, 19 -Isson, base de la croix, Saint Sébastien Ill. 20 -Isson, base de la croix, À droite, Marie Madeleine v9, vol.106

. Il-convient-de-conclure.-d'abord-en-vue-de, Celles-ci se présentent comme de hauts monuments sculptés sur leurs deux faces, avec toujours un Christ crucifié à l'avers. Le plus souvent (Isson, Médonville, Brennes, Rivières), la formule est complétée par des personnages sur consoles : au pied du supplicié, la Vierge et saint Jean et, au revers, des figures mariales ou hagiographiques 48 . Formant un sous-groupe, deux pièces (à Breuvannes et Vesvres) sont dépourvues des consoles et de leur statuette. Toutefois, il n'est pas exclu qu'elles en comportaient à l'origine, car ces monuments ont été modifiés à l'étage correspondant. Par ailleurs, les montants du croisillon sont polygonaux, sauf à Breuvannes, et se terminent en fleurons, sauf à Vesvres et Brennes. Le personnage central du revers s'élève au-dessus d'un cul-de-lampe formé d

, On notera qu'à Isson, Madeleine figure parmi le groupe de quatre (où se lit aussi saint Sébastien). L'association de la sainte femme acteur de la Passion et des saints protecteurs, peu cohérente hagiographiquement, a pu être volontairement abandonnée ailleurs. Terminons par quelques remarques particulières. L'une concerne la chronologie de la croix d'Isson. Avec prudence, Jean Fusier lisait sur son socle la date gravée de 1534, tout en signalant que le point faible de ce déchiffrement était le troisième chiffre, plus effacé que les autres. Les connaissances sur l'atelier de Malaincourt, que les dates connues enferment dans la décennie 1510-1520, conduisent plutôt à retenir l'année 1514, qui concorde avec l'histoire des Vierges de Pitié de Remennecourt (Meuse, c. Revigny) et Sarcicourt (c. Chaumont), situables en 1513 et 1514. Il a déjà été dit que le Sud marnais avait été un théâtre temporaire de l'activité de ce maître itinérant, qui s'arrêta plus longuement dans le Bassigny et dans le Langrois. Mais la croix d'Isson, à l'écart dans la carte de la production, ne l'est pas dans ses caractéristiques formelles et iconographiques. Elle se range dans un groupe de monuments aux fortes spécificités. Mises en regard des statues et autres reliefs de l'atelier, ces croix devraient contribuer à une revalorisation de l'officine, dont le caractère fruste a été souvent souligné. On ne peut en effet oublier les appréciations portées par Émile Humblot face aux oeuvres de Brennes et de Rivières-les-Fosses : charme et harmonie des proportions, Les vêtements portés par ces figures suivent deux formules : l'une avec des habits tombant en plis verticaux tubulaires (à peu près général dans le cas des saints évêques), l'autre avec un manteau en tablier créant sur le devant des plis en U successifs. L'une ou l'autre peut être utilisée pour le même saint. Enfin, le croisillon, morceau essentiel, repose sur une étroite bague sculptée à décor de feuilles de vigne et de grappes

, Voir à Colombey-lès-Choiseul et Vignory. Noter aussi l'allure spéciale de ces consoles, à vagues perlées, Le principe des figures sur consoles n'est pas l'apanage du sculpteur de Malaincourt, pp.56-58

, A la bibliographie citée supra n, ajouter Laurence de Gail, Inventaire des croix de cimetière et de chemin inscrites au nombre des monuments historiques dans l'arrondissement de Langres, vol.18, pp.25-39, 1971.