Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Effet de l'immigration en France sur le risque de diabète de type 2 chez le sujet noir africain: une étude menée à Saint Dié (Vosges ) et au Fuuta (Sénégal )

Résumé : INTRODUCTION: En France, la prévalence du diabète est d' environ 5,5%. Dans les pays en voie de développement, africains notamment, la prévalence du diabète de type 2 est inférieure : de 0,5 à 3% selon les études. Cependant dans les 20 prochaines années, les pays en voie de développement supporteront une augmentation quasi-exponentiell e du nombre de diabétiques . La situation desémigrés africains a été particulièrement étudiée aux USA et en Grande Bretagne. Les études montrent que ces émigrés sont non seulement plus touchés par le diabète de type 2 que leurs parents restés au pays, mais aussi plus touchés que les sujets de race blanche vivant dans les pays où ils ont émigré. Le but de notre étude a donc été de vérifier si les mêmes faits sont retrouvés dans la populationSénégalaise immigrée en Franc e et plus particulièrement dans le département des Vosges.MATERIEL ET METHODES: Une glycémie capillaire à jeun ou après un repas maximum, ainsi qu 'une mesure du poids, taille , tour de taille , tour de hanche ont été réalisés chez tous les sujets de 18 ans et plus vivant au quartier Kellermann de St-Dié (les femmes enceintes ont été écartées de l'étude).Les mêmes mesures ont ensuite été réalisées chez les parents de ces Sénégalais vivant toujours au Sénégal, dans une région à la frontière avec la Mauritanie, le Fuuta. Les critères de décision et d'échantillonnage ont été rigoureusement identiques pour les deux populations étudiées.RESULTATS: 1263 sujets ont été inclus dans l'étude au Fuuta (F) et 86 à St-Dié (SD). La prévalence du diabète est de 9,3% à St-Dié contre 2,53% au Fuuta . La même différence est retrouvée pour l'hyperglycémie modérée à jeun (4,65% à SD contre 2,22% à F). Cette différence persiste dans la catégorie « diabète » après standardisation sur l'âge en prenant « F » comme population de référence.Les facteurs de risque pouvant expliquer cette différence sont: le poids (61 ,1 kg à F contre 76,2 kg à sn, p<10[exposant - 8]), le BMI (21,46 kg/rn2 à F contre 26,53 à SD, p<10 [exposant -8]), le tour de taill e ( 25,68% d'obésité androïde à F contre 62,96% à SD, p<10[exposant-8]) et le RTH (0,814 à F contre 0,85 3 à SD, p<0,2%) . Dans les deux populations le BMI ainsi que le tour de taille augmentent avec l'âge, mais cette corrélation est plus marquée dans la population SD (p<3%).CONCLUSION : La situation des immigrés africains en France, bien que moins touchés par le diabète qu'aux USA ou en Grande Bretagne, reste inquiétante, notamment en raison des risques d'explosion de la pathologie dans les pays du tiers monde au cours des 20 prochaines années. Notre étude, qui est la première de ce type en France suggère l'intervention de facteurs non seulementenvironnementaux mais aussi génétiques dans la survenue du diabète de type 2 chez le sujet.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01732774
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 3:18:05 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:05 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 4, 2018 - 5:55:03 PM

File

SCDMED_T_2003_SOYEUX_LIONEL.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732774, version 1

Citation

Lionel Soyeux. Effet de l'immigration en France sur le risque de diabète de type 2 chez le sujet noir africain: une étude menée à Saint Dié (Vosges ) et au Fuuta (Sénégal ). Sciences du Vivant [q-bio]. 2003. ⟨hal-01732774⟩

Share

Metrics

Record views

35

Files downloads

1420