Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Vaccination contre les infections à papillomavirus humain : enquête auprès de parents d'adolescents scolarisés dans les collèges (classe de troisième) et lycées meusiens sur les motifs de recours et de non recours à la vaccination, et identification des facteurs intervenant dans ce choix

Résumé : 2810 femmes en France développent chaque année un cancer du col de l'utérus.Cependant il existe deux moyens de prévention : le dépistage par frottis cervico-utérin, et depuis 2006, la vaccination contre les infections à HPV. Cette étude avait pour objectif de tenter de décrire les motifs de recours et de non recours à cette vaccination, et de déterminer les facteurs à l'origine de ceux-ci, au moyen d'une enquête descriptive et comparative réalisée auprès de 3012 parents d'adolescentesscolarisées dans les collèges (classes de troisième) et lycées meusiens. 849 questionnaires ont été exploités et analysés (28%). Parmi les 87,60% de parents qui avaient déjà entendu parler du vaccin anti-HPV, 63,84% s'affirmaient favorables à sapratique avec pour principal argument la protection contre une maladie grave (65,10%). 50,30% des parents en ont eu connaissance par les média (télévision, radio), soulignant l'importance des campagnes d'information qui y sont diffusées. Notons le rôle important pour 50,10% des parents du conseil de vaccination donné par le médecin traitant, que l'analyse multivariée a confirmé comme facteur significativement associé au recours à la vaccination [ODDS ratio= 2,7, IC95% : 1,9-3,9] (tout comme l'opinion favorable envers la vaccination en général [ODDS ratio=4,4, IC95% : 3,1-6,4]). Les principaux arguments «contre» le vaccin étaient la peur d'effets secondaires (47,30%) et le sentiment de manque de connaissance duvaccin (13,10%). L'analyse mutivariée a également montré que l'information recueillie par internet ou après d'amis était associée à un moindre recours à la vaccination, et que plus jeunes étaient les adolescentes, moins elles étaient engagées dans un processus de vaccination. On peut espérer, du fait des nouvelles recommandations du HCSP qui avance l'âge cible et dissocie l'indication de la vaccination d'une entrée ou non dans la vie sexuelle, une augmentation de la couverture vaccinale. Simultanément, le rôle majeur du médecin traitant dans la transmission de l' information aux parents et aux adolescentes doit être renforcé, de même que la diffusion de celle-ci en milieu scolaire en partenariat avec la médecine scolaire,soutenue par des directives de l'Education Nationale
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

Cited literature [66 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733225
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 3:41:22 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:36:33 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 5, 2018 - 1:23:02 AM

File

BUMED_T_2013_CHEVALLIER_STEPHA...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733225, version 1

Citation

Stéphanie Chevallier. Vaccination contre les infections à papillomavirus humain : enquête auprès de parents d'adolescents scolarisés dans les collèges (classe de troisième) et lycées meusiens sur les motifs de recours et de non recours à la vaccination, et identification des facteurs intervenant dans ce choix. Sciences du Vivant [q-bio]. 2013. ⟨hal-01733225⟩

Share

Metrics

Record views

59

Files downloads

521