Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications

Affaire Benzema, le poison du soupçon

Résumé : Un an après, l’« affaire Benzema » n’a pas disparu de l’actualité. Encore tout récemment (Le Figaro du 2 juin), l’ancien entraîneur Guy Roux a regretté la persistance de la non-sélection de Karim Benzema dans l’équipe de France pour les matchs du moment. Doit-on s’étonner de ce qui lui apparaît comme un « immense gâchis » ? Tant que la justice n’est pas passée et n’a pas lavé la star du Réal de Madrid de tout soupçon, il restera associé à une affaire sérieuse. Et la mise en cause du sélectionneur Didier Deschamps, soupçonné de céder à « une partie raciste de la France », est grave. Non seulement elle mobilise un argumentaire toxique et communautariste qu’illustre bien le dessin de Rémi Malingrëy, mais elle écarte l’idée de la prise en compte du comportement en dehors du terrain de foot. L’appartenance à l’élite conférerait une immunité de fait qu’il serait outrecuidant de ne pas respecter… Cette vision est fortement contestée par nos contemporains et l’année écoulée en a fourni de nouveaux exemples. Le plus tonitruant est sans aucun doute le cas de François Fillon. De la rémunération de ses proches aux costumes offerts, les citoyens ont découvert une facette personnelle au-delà du personnage politique. Sa notoriété, son poids politique et le soutien de son parti n’ont pas suffi à lui faire retrouver la confiance des Français. Sa candidature a été comme invalidée par ce décalage entre une posture politique et un comportement personnel aux antipodes (la rigueur n’est-elle que pour les autres ?). L’appartenance à l’élite politique ne dispense pas du respect d’une morale élémentaire d’égalité et de probité. Et les citoyens n’ont pas besoin de l’« acharnement des juges » pour s’indigner. Leur désir d’exemplarité s’affirme et vise tous les bords politiques. Après François Fillon, Bruno Leroux en a fait les frais et Richard Ferrand est désormais dans le viseur. Plus largement, les personnes bénéficiant d’une reconnaissance médiatique du fait de leur activité (y compris Cyril Hanouna), se devraient de mettre en scène des valeurs communes qui font le ciment de la vie sociale : probité, rejet du communautarisme, sens de l’altérité, égalité, refus des passe-droits, etc. La mise au ban des cas qui dérogent à ces valeurs permet leur réaffirmation et une certaine stabilité de l’ordre social. Cette tendance est profonde dans les sociétés occidentales ou occidentalisées (qu’on pense à la Corée du Sud ou au Brésil) et les « affaires » n’ont donc pas fini de défrayer la chronique.
Document type :
Other publications
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01738381
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Tuesday, March 20, 2018 - 2:52:29 PM
Last modification on : Monday, August 30, 2021 - 4:52:07 PM

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-01738381, version 1

Citation

Claude Poissenot. Affaire Benzema, le poison du soupçon. 2016, pp.[En ligne]. ⟨hal-01738381⟩

Share

Metrics

Record views

95