Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Médias en crise, journalisme en réinvention

Résumé : Fake news, éloignement du terrain, utilisation sans précaution de sondages à la fiabilité rarement discutée, concentration aux mains de quelques milliardaires plus préoccupés par les cours de la Bourse que par l’intérêt général et n’hésitant pas à recourir à la censure… La liste est longue des maux qui affecteraient les médias et qui, régulièrement, reviennent sur le devant de la scène pour caractériser la crise profonde qui les affecte. À tel point que les Dictionnaires d’Oxford, édités par la prestigieuse université britannique, ont choisi comme mot de l’année 2016 le terme post-truth, qui désigne cette ère de « post-vérité » dans laquelle nous serions entrés de plain-pied avec les campagnes électorales aboutissant, de notre côté de l’Atlantique, à la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union Européenne, et de l’autre, à l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis d’Amérique. Certes, le mensonge n’est pas nouveau en politique, ni les promesses extravagantes. Mais quand l’émotion surmultipliée, la rumeur sciemment entretenue et la manipulation démagogique écrasent à ce point la matérialité des faits et l’argumentation rationnelle, le concept de vérité aurait perdu toute valeur dans le débat public. Dans ce tableau noir, les médias joueraient un rôle d’amplificateur. En relayant – et parfois en construisant de toutes pièces – les rumeurs et les mensonges, en restant enfermés dans une vision étriquée du monde qui les a notamment empêchés de voir le ressentiment d’une partie des électeurs étatsuniens, en n’appliquant pas à eux-mêmes la morale qu’ils administrent aux autres, en étant plus attentifs aux bruissements des réseaux socionumériques qu’aux transformations de la société, en laissant se déverser au pied de leurs articles des commentaires devenus torrents d’immondices, ils creuseraient, moins lentement que sûrement, la tombe de l’information. Difficile toutefois de se satisfaire de ce constat. D’abord parce qu’il est, en bien des aspects, discutable et confus. Ensuite parce qu’il mêle des champs sociaux, et donc des pratiques et des responsabilités qui, pour être liées, n’en obéissent pas moins à des logiques spécifiques. Les stratégies et recompositions politiques, les intérêts économiques, les mutations des communications et des pratiques culturelles exercent des influences de diverses natures sur les médias, qui se doivent dans le même temps d’en rendre compte selon des critères propres de déontologie et de professionnalisme. On ne peut pas rabattre les uns sur les autres, pas plus qu’il n’est raisonnable de réduire les médias aux turpitudes de quelques journalistes vedettes ou aux intrigues de certains de leurs dirigeants. Pour tenter de comprendre les transformations contemporaines du journalisme et des manières de traiter l’actualité, il est nécessaire de prendre un peu de recul historique, et d’identifier quelques facteurs décisifs.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01739488
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Wednesday, March 21, 2018 - 9:53:39 AM
Last modification on : Friday, April 17, 2020 - 5:30:20 PM

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-01739488, version 1

Citation

Loïc Ballarini. Médias en crise, journalisme en réinvention. Médiadoc, A.P.D.E.N - Association des professeurs documentalistes de l'Éducation nationale, 2017, 19, pp.40-47. ⟨hal-01739488⟩

Share

Metrics

Record views

189