Quand un attentat politique marque la Moselle. Les élections législatives de juin 1968 et l'affaire Fargeot

Résumé : Mai 1968 : après plusieurs mois de tensions (indéniables à partir du 22 mars à Nanterre), la France connaît une « révolution ». Un peu partout dans le pays, des étudiants et salariés manifestent contre le pouvoir en place et la société 1. Les premiers réclament plus de libertés (d'expression, sexuelles, culturelles), les seconds une augmentation de leur salaire et de meilleures conditions de travail 2. Ces revendications ne se font pas sans accrocs. Partout dans les villes universitaires et plus encore à Paris, les campus voient des heurts violents entre manifestants (étudiants pour la majorité d'entre eux) et forces de l'ordre 3. Des mouvements politiques-gauchistes principalement-profitent du chaos pour s'exprimer et combattre. Leurs principaux adversaires-l'extrême-droite et les gaullistes, plus tardivement les communistes-les affrontent avec acharnement. La Moselle n'échappe pas vraiment à cette situation : si les étudiants messins se contentent de manifester sans provoquer de débordement 4 , des manifestations violentes éclatent un peu partout dans le département-notamment dans les zones industrielles 5. Toutes ne sont pas hostiles au pouvoir. Les manifestations de ralliement à de Gaulle sont elles aussi assez nombreuses et connaissent un franc succès 6. Ainsi, à Metz, la manifestation organisée par le SAC (service d'action civique) et les CDR (comités de défense de la république) attire entre 5000 et 10 000 personnes 7 ; celle des CDR à Thionville 1200 8. Ces succès ne parviennent toutefois pas à masquer la montée des tensions. Tensions qui sont exacerbées par le discours du président tenu le 30 mai, où il dénonce la tentative d'instauration d'une « dictature totalitaire » communiste par la « subversion » marxiste 9. Le Républicain Lorrain en reprend les passages les plus alarmistes et ne manque pas de diffuser ces déclarations pour le moins anxiogènes 10. L'affaire Fargeot ne peut être comprise qu'en plongeant d'abord dans l'analyse du déroulement de la campagne législative mosellane. Une campagne législative marquée par la violence La propagande entre les gaullistes et leurs alliés d'un côté, les communistes et les gauchistes d'un autre, est intense. L'explosion de la violence physique apparue en mai 1968 se poursuit et même s'accentue en Moselle. Déjà le 31 mai, alors que la dissolution de l'Assemblée nationale est actée mais que la campagne électorale n'est pas encore officiellement lancée, des ingénieurs pro-gaullistes de l'usine Sidelor (à Rombas) se font tirer dessus par des inconnus 11. Les 1 er et 2 juin, des militants gauchistes allemands munis d'armes à feu rejoignent le département avec, visiblement,
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01872165
Contributor : Bryan Muller <>
Submitted on : Tuesday, September 25, 2018 - 12:22:39 PM
Last modification on : Thursday, September 27, 2018 - 1:19:58 AM
Long-term archiving on : Wednesday, December 26, 2018 - 12:37:27 PM

File

L'affaire Fargeot un attentat ...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01872165, version 1

Collections

Citation

Bryan Muller. Quand un attentat politique marque la Moselle. Les élections législatives de juin 1968 et l'affaire Fargeot. Les cahiers lorrains : organe des sociétés littéraires et scientifiques de Metz et de la Moselle, Le Messin, 2018, I-II. ⟨hal-01872165⟩

Share

Metrics

Record views

88

Files downloads

4