Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

En route vers l'autonomie : Stage chez le praticien de premier niveau et Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée : quelle perception par les internes de médecine générale ?

Résumé : Introduction : La médecine générale ambulatoire prend une place croissante dans la formation des futurs médecins généralistes. En Lorraine, le SASPAS pâtit cependant d'une relative désaffection malgré son intérêt pédagogique : des postes restent vacants quasiment chaque semestre. Ainsi, nous avons voulu en connaître les raisons et rechercher des liens de causalité avec la réalisation du stage chez le praticien. Nous avons réalisé une enquête prospective et rétrospective auprès d'internes n'ayant pas encore choisi leur stage professionnalisant. Matériel et méthode : Les critères d'inclusion étaient l'entrée en 4ème ou 5ème semestre de MG à Nancy en novembre 2014 et la validation, ou la réalisation en cours, du stage chez le praticien, soit les internes qui étaient sur le point de choisir leur stage professionnalisant. Pour favoriser la libre expression des internes, chacun a été invité à donner ses coordonnées téléphoniques individuellement, de visu ou via les réseaux sociaux, puis un questionnaire téléphonique a été élaboré pour évaluer leur perception du stage chez le praticien et du SASPAS. Résultats : Cinquante-et-un internes (67,1 %) ont été interrogés de avril à octobre 2015. Leur opinion sur le SASPAS était majoritairement négative (49%) ou mitigée (27,5%). Les raisons principales étaient un sentiment de « remplacement déguisé » (41,2%), un manque de supervision (37,3%), un emploi du temps trop chargé (33,3%), un manque d'implication des MSU (23,5%), un sentiment « d'exploitation » (21,6%) et une difficulté excessive du SASPAS (21,6%). Trente-sept internes (72,5%) avaient un projet d'exercice ambulatoire au moins partiel et 13 d'entre eux (35%) ont choisi de ne pas réaliser de SASPAS, ceci expliquant la persistance de postes vacants. L'expérience du SCP a contribué à rebuter 7 d'entre eux (53,8%) du SASPAS. Le SCP a quant à lui satisfait 82% des internes, qui ont atteint une autonomie suffisante dans 90,2% des cas. La qualité de la supervision des SCP peut être globalement améliorée. Il existe quelques postes « mauvais élèves » qui cumulent les manquements : mauvaise supervision, mise en autonomie précoce et situations de remplacements illégaux pendant les congés des MSU. Conclusion : La désaffection du SASPAS est multifactorielle. Ses qualités pédagogiques réelles sont perçues comme décevantes par certains internes qui préfèrent y renoncer et réaliser leur stage professionnalisant en milieu hospitalier, malgré leur projet d'exercice professionnel ambulatoire. Le SCP atteint ses objectifs pédagogiques dans la majorité des cas et a un rôle déterminant dans le choix du stage professionnalisant, renforcé par son statut d'unique stage ambulatoire obligatoire.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [82 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01931988
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:35:01 AM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:37:36 PM

File

BUMED_T_2017_OBISI_MARIE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01931988, version 1

Citation

Marie Obisi. En route vers l'autonomie : Stage chez le praticien de premier niveau et Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée : quelle perception par les internes de médecine générale ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01931988⟩

Share

Metrics

Record views

61

Files downloads

611