F. Laplantine, Anthropologie de la maladie, Édition Payot, p.181, 1986.

C. Mure, La recherche sur les substances médicamenteuses à l'origine de l'homéopathie, toute une histoire, Édition Fleurentin et Weniger, Metz, vol.51, pp.15-21, 2014.

P. Marchat and . L'approche-phlosophique-de-l'homéopathie, Bulletin de la SFE, Édition Fleurentin et Weniger, Metz, vol.51, pp.22-28, 2014.

O. Faure, L'homéopathie entre contestation et integration. Actes de la recherche en sciences sociales, vol.143, pp.88-96, 2002.

M. C. Neville, Physiologie de la lactation, Clinics in perinatology, vol.26, pp.251-279, 1999.

, III/ La genèse de cette étude _________________________________________________ 31

, III-A/ Notre expérience personnelle de l'ablactation et de l'homéopathie ________________ 31

, III-A-1/ Notre expérience personnelle de difficultés d'allaitement résolues par homéopathie classique __ 31 III-A-2/ Notre formation en homéopathie classique hahnemannienne qui s'en est ensuivie ___________ 32

I. , / Les mésaventures de la bromocriptine comme opportunité ______________________ 32

, 2/ Les recommandations actuelles___________________________________________________ 33 III-B-3/ L'alternative homéopathique actuellement tolérée en milieu hospitalier : Apis-Bryonia _______ 34 III-B-4/ La critique de ce protocole de notre point de vue d'homéopathe classique hahnemannien _____ 35 III-B-5/ L'idée d

, III-C/ La possibilité d'entreprendre cette étude en milieu hospitalier ___________________ 36

?. Peur-de-ne-jamais-retrouver-la-santé, (. Aco, A. , B. Bry, C. et al.,

. Psychisme;-désespoir;-guérir and . De, bac bapt bar-c BELL benz bor BRY cact calad CALC calc-ar calc-s CAMPH cann-i caps caras carc caust cham chin chlol cimic clem COLOC cygn-c der dig falco-p gad germ HALIAE-LC HELL helo hep hura IGN kali-ar kali-br kali-c kreos LAC-C lach lat-h laur lil-t lsd lyc m-arct mag-c MED MERC nat-c nat-m nat-s nit-ac NUX-V op PH-AC phas-c phos phyt plat plut-n pseuts-m PSOR puls sabad salx-f sam-c sars SEP sil SOL-M

, sein a-t-il été mis en place ? Non, c'était juste la tétée de bienvenue, on s'était fixé là-dessus dès le départ. (Combien de temps, environ une heure ?) Je dirais pas tout à fait une heure parce que comme j'ai eu des complications? je dirais ouais, quarante minutes plutôt. Parce que je devais retourner aux soins intensifs après donc euh? Je vais en fait d'abord vous poser des questions plus générales. Quel âge avez-vous ? 31

, Et donc, c'est votre premier bébé ? Alors, premier enfant que je porte? et ma femme a porté notre première fille. Voilà, c'est ma première grossesse biologique? on va dire ça comme ça. C'est le même inséminateur

, Y a-t-il a eu d'autres grossesses qui ont échoué ? Non jamais. À combien de SA avez-vous accouché ? 38 SA

, Quel type d'accouchement ? Alors, déclenchement? voie basse? et ventouse

, Présentez-vous des symptômes de votre sevrage de lactation précoce ? Alors je ne sais pas comment définir ça? est-ce qu'il y a vraiment des symptômes particuliers ?

, Avez-vous la sensation d'avoir des désagréments liés à la montée laiteuse ? Non, je dirais que mes seins sont un petit peu plus retombés? en termes de poids? parce qu'ils étaient beaucoup plus tendus jusqu'à ce que je lui donne la tétée après. Là, ils sont beaucoup moins tendus, moins lourds, donc ouais je pense que le sevrage est en train de se faire

. Pas-de-douleur and . Non, justement? euh si écoulements j'en ai eu? Attendez que je ne dise pas de bêtises, je m'en suis rendu compte quand j'ai pris ma douche en fait. Dans le soutien-gorge, je me suis aperçue que j'avais eu quelques écoulements. Légers, au niveau du sein gauche donc celui que j'avais donné à la petite, mais bon c'était très léger. Par contre, je n'ai pas eu de douleur, je n'ai pas eu cette sensation très tendue que j'ai eu par contre toute la grossesse avant quoi

, Avez-vous un traitement spécifique en cours ou prenez-vous des traitements antalgiques ? Oui, j'ai le traitement homéopathique, il est là (elle va chercher son pilulier, me montre des tubes de belladonna 9ch, apis 9ch, bryonia 9ch et la prescription). C'

, Qui vous l'a prescrit ? Bonne question? la sage-femme qui m

, Là il fait très chaud, y'a des chaleurs de malade. J'avais demandé juste un thermomètre pour pouvoir contrôler la température de la petite toute la journée pour enlever ou pas une couche? bon ils me l'ont amené à 20 h 30, et puis ça les a bien gonflé. Et quand j'ai sonné juste pour le demander, bon j'ai vu que ma compagne allait s'énerver, bon elle a pris sur elle, et elle a dit, « bah c'est bon, on l'a déjà prise ce matin la température ». Fin bon c'est pour me rassurer c'est vrai, Avez-vous des exemples précis du côté inhumain lors de l'hospitalisation ? Non, pas particulièrement

. Pourriez-vous-m'expliquer-le-choix, Et en fait, ça, cela remonte à il y a 4 ans et S. (sa compagne)-vu que c'était notre première, et qu'on ne savait pas trop comment la petite allait nous appeler? fin c'était un peu flou-voulait surtout pas que je ressente une exclusion justement éventuellement si elle avait allaité la petite et vu qu'il n'y a pas de lien sanguin, et elle disait que ça va peut-être être dur pour toi à vivre. Donc du coup elle avait dit je fais ma tétée de bienvenue et on fera les biberons pour pouvoir vraiment d'emblée partager ce moment et que toutes les deux ont ait une place autant l'une que l'autre. Et il s'est avéré que c'était un très bon choix, avec L. (sa 1re fille) du coup c'est vrai qu'elle a toujours été autant avec moi qu'avec sa maman, et on a dit on fait pareil avec L. (sa 2 e fille) dans l'autre sens parce que vraiment, bah voilà, comme elle n'a pas porté l'enfant c'est un plaisir pour elle de donner le biberon. Et pourquoi pas garder mon lait et prendre du lait artificiel j'imagine. Parce que euh, je ne me vois pas tirer mon lait comme une vache sincèrement, ce n'est pas du tout mon truc, Alors en fait parce que notre situation étant particulière parce qu'on est deux femmes, on a fait donc une insémination, du coup ma compagne n'a pas de lien entre guillemet sanguin avec notre fille? ce qui c'était passé déjà le cas dans le sens inverse pour la grande

, avec mon corps, contact avec l'enfant? non je crois que c'est ma poitrine c'est un peu pas trop une partie de mon corps que j'apprécie? donc j'pense que voilà. J'me vois pas en plus l'utiliser dans cette fonction-là. Je suis mal à l'aise avec ça en fait? En rapport avec qui êtes-vous mal à l'aise, vous, l'enfant, les autres ? Non, par rapport à moi. Les autres de toute façon ça aurait été (elle fait mine de cacher son sein) Non, c'est vraiment moi avec ma poitrine je ne suis pas très à l'aise. J'ai déjà une forte poitrine et je n'apprécie pas forcément ça? et le fait? le contact? c'est ouais, non j'ai un peu de mal? J'aime le peau à peau avec ma fille mais vraiment ce côté téter dans le sein pour se nourrir, ouais ça me bloque quoi? j'ai vraiment un blocage. Ouais l'utilisation de mon sein en fonction nourricière? ouais je sais pas? (L'enfant se réveille, Alors pouvez-vous expliquer ces raisons plus personnelles ? Je pense que je suis pas à l'aise avec ça

, Et finalement j'ai eu l'accouchement le plus euh, un des plus compliqués que je n'espérais même pas avoir, je ne pensais vraiment pas à point là. Bon, la prééclampsie elle avait été que soupçonnée parce que j'avais des chiffres toujours très? j'étais toujours sur la frontière donc ce n'était pas sûr. C'est pour ça que je suis rentrée plusieurs fois chez moi, ensuite la sage-femme venait tous les deux jours chez moi. La tension était bonne le matin et puis il y avait des épisodes dans la nuit de tension d'un coup assez importante aussi. J'avais le sentiment qu'il ne se passait quelque chose dans mon corps de pas tout net. J'avais vraiment l'impression même si j'étais sur la tangente que c'était quand même ça. Et du coup ça m'a stressée car je connais les conséquences et l'importance que cela a si ce n'est pas détecté. Donc ça m'a bien angoissée, ma compagne aussi pendant 3 semaines. Et puis quand on rentrait et que tout le monde nous disait bon bah ça va aller? faut rester en alitement strict, etc. Et puis j'ai refait des oedèmes deux jours avant d'accoucher. À la base, je les avais qu'aux pieds et aux mains, c'est le jour où il faisait chaud donc. Normal. Et puis un matin je me lève et je n'arrivais plus du tout à plier les doigts? bon je me dis je vais quand même appeler la sage-femme pour savoir si? elle me dit je vous souhaite qu'une chose c'est d'accoucher. Elle dit ma foi, si ce n'est pas encore dans le visage ou quoi. Par contre, si vous voyez que cela arrive dans le visage vous allez directement aux urgences, vous allez voir, Pourriez-vous me raconter votre accouchement ? Alors, moi je souhaitais faire au maximum un accouchement par voie basse. Je me disais, sinon, je ne le vivrais pas forcément bien. C'est un peu comme l'allaitement, si je passais par une césarienne, j'aurai été déçue

, Et donc du coup je buvais 3 litres et je ressortais que 600, fin y'a eu des oedèmes. Ils m'ont envoyé faire un IRM d'urgence car ils se sont dit qu'on voulait vérifier qu'il n'y ait pas de thrombophlébite. Et après ils ont déclenché sauf que ça ne marchait pas. Ils ont déclenché d'abord avec un tampon, Et là du coup ma compagne m'a dit, bah là, je t'emmène aux urgences

, Du coup, l'équipe là? ah oui, et c'est ça aussi qui était perturbant car d'une équipe à l'autre, elles n'étaient pas d'accord. Donc l'équipe là qui avait déclenché, bah elle avait dit, vu que y'a une prééclampsie et qu'on en est sûr, il est hors de question que vous passiez 30 heures de travail, c'est trop dangereux pour votre santé. Donc si ça ne passe pas avec le premier déclenchement, on vous emmène au bloc, on fait une césarienne et on ne prend pas de risque pour vous. Parce que pour le bébé, en soi n'avait pas de danger, il était à 38 semaines, il était fini. C'était vraiment pour moi qu'ils avaient peur. Donc nous, avec S., à savoir en même temps on mettait en place le sulfate de magnésium pour protéger le système nerveux. Donc c'est quand même stressant tout ça. Et donc l'après-midi, quand ils sont venus contrôler à 15 heures, c'est une interne qui vient voir et qui me dit, bah on va essayer du coup une deuxième méthode? AH bon, pourtant on m'avait pas dit ça ce matin (ton un peu plus énervé) Bah oui mais on va essayer quand même. Ah bon. Du coup ils ont essayé la deuxième méthode et là ça a duré? ouhla, Ensuite donc du coup ils ont fait ça à 10 heures du matin, ça n'a rien donné jusqu'à l'après-midi, du tout. J'étais à un doigt, mais cela depuis déjà un mois? ça n'a rien changé

, Et puis voilà, on va voir, si dans deux heures, il ne se passe rien? et en fait les choses se sont débloquées derrière. C'est-à-dire qu'effectivement, bah la petite a commencé à descendre correctement dans le bassin, et d'heure en heure, c'est vrai que cela se dilatait. Et finalement, ça va être par voie basse. Et j'ai accouché à 2 h 15. À savoir qu'au départ j'ai poussé à minuit parce qu'elle était déjà bien descendue et ça bloquait un peu et le problème c'est que j'étais extrêmement fatiguée et je n'ai pas pu forcer à cause de la prééclampsie. Elle m'a dit, faut pas que je pousse plus de 5 ou 6 fois sinon, ça va poser problème. Elle m'a laissé me reposer une heure parce que comme la péridurale été que d'un côté et que j'étais déclenchée donc avec des contractions toutes les minutes, Et oui, ça devait être jusqu'à 20 heures et en fait elle m'a examiné à peu près toutes les heures. C'était toujours à 1. Elle a percé la poche des eaux à 17 h 30, et après le col était à 2 ; Donc voilà et puis du coup, l'anesthésiste passe me voir à 19 h 45 en me disant bah écoutez

, heure après, j'avais réussi à me reposer. J'ai fait tout ce que Murielle m'a dit pour l'haptonomie et ça m'a été d'un grand secours parce que moi qui faisais des pics de tension, après 3 jours de travail, euh 30 heures, y'a pas une fois où je suis montée audessus de 12/7. La petite, dès qu'elle s'affolait entre guillemet, le coeur et ce n'est pas arrivé souvent

J. Ma, . La-petiote,-rien-que-de-toucher,-de-l'aider-À-descendre?-ce-qui, . Fait, E. S. Et-son-coeur,-d'emblée, . Me-disait-c'est et al., Et après c'est bon elle était sortie à 2 h 15. Donc ils l'ont posé sur moi. L'après-midi en plus, ils nous avaient informés que le liquide était vert, donc comme pour la grande. Donc S. a récupéré la petite donc parce qu'au départ comme moi, j'avais 9 médecins autour de moi, La sage-femme a bien pris les choses en main pour s'en occuper de la petite comme nous avait prévenu Murielle. S., elle a dit, non non, c'est bon, je peux la porter. C'est elle qui l'a habillé, elle a fait du peau a peau toute suite parce que moi j'ai pas pu le faire vu qu'ils étaient en train de s'occuper de moi. Donc la petite est restée sur la même ligne de conduite au niveau des puls', elle n'a rien ressenti de mal de l'accouchement en fait. Et pendant qu'elle était sur son autre maman, bah moi qui suis du milieu, j'ai commencé à voir deux autres médecins qui débarquaient en plus, l'anesthésiste, chef de service? je me suis dit, ohlala, qu'est-ce qu'il se passe, je les entendais? là elle a perdu 500 ml en 10 minutes de sang euh y'a un caillot, y'a machin. Donc ils ont recousu en urgence la déchirure, parce qu'il y avait eu une déchirure avec la ventouse du coup. En urgence pour voir si c'était juste ça ou s'il y avait eu autre chose, donc ils ont vu que ce n'était pas ça. Donc un grand branle-bas de combat en plus pour terminer ou là je me suis dit, là j'étais vidée, fatiguée d'avoir poussé plusieurs fois du coup? pendant 30 heures de travail? là je me suis dit, vous étiez qu'à deux, quand elle regardait les battements du coeur du bébé, c'était un vrai travail d'équipe. Et quand j'ai repoussé une heure après, je n'y arrivais toujours pas. Lors j'ai demandé, je pousse mal ? et on m'a rassuré, non non, vous poussez très bien, et en fait c'est moi qui apparemment avais un problème au niveau de l'utérus qui était en V, donc en fait on ne le savait pas et en fait sa tête était bloquée. Et donc la sage-femme m'a dit, bah on aura beau vous faire pousser, on ne pourra rien faire

C. 'est-bien, ce n'était pas sorti encore. Par contre l'accouchement, pour la petite, je me suis dit, mais heureusement qu'on a fait l'haptonomie, parce que je pense que si on n'avait pas fait l'haptonomie, je pense que moi j'aurais été dépourvue de ce que j

C. , vrai que grâce à ça, on a vraiment pensé à nous deux, c'est-à-dire que cela se passait bien pour toutes les deux

, Avez-vous ressenti de la panique ? Non, parce que j'étais centrée avec elle, pour elle

Z. Votre-traitement, On voulait l'arrêter à la base au début d'année car je n'avais plus que deux comprimés. On avait le projet d'insémination ensuite mais qui a fonctionné du premier coup. Elle m'a dit bon avec le changement des hormones, on va peut-être ne pas forcément prendre de risques. Ce serait dommage d'être enceinte et d'être perturbée avec les hormones. Donc elle m'a dit, vous l'avez depuis quand ? J'avais fait une grosse dépression, il y a deux ans

L. Si and . Souhaitez, Et ça s'est traduit que je n'extériorisai pas les choses par des achats compulsifs. Les dépenses, les dettes compulsives, assez importantes, donc à un moment donné, j'ai à un moment donné, pas explosé mais j'ai tout révélé car j'étais dans une situation compliquée, pour justement enfin me débarrasser de tout ça au fond de moi et voilà, c'est ce qui s'est fait parce que ma vie maintenant elle va très bien fonctionner. Je n'ai quasiment plus de traitement, pourriez-vous me parler de l'élément déclencheur à votre dépression

, Et en fin de compte, avec toutes les complications qu'il y a eues, j'ai apprécié ce moment du coup. Déjà parce que je pensais que je ne pourrai pas le faire. Je me suis dit que j'allai être transférée en soins. Je n'aurai pas le temps de la faire, ou les circonstances vont faire qu'ils vont me dire que ce n'est pas possible. Comme L. (sa première fille) quand elle a été en soin du coup d'office ça a été le biberon donc elle n'avait pas pu la faire. Et S., elle n'a pas pu la faire et elle m'a dit qu'elle avait regretté parce qu'on ne lui avait pas laissé le choix finalement. Et elle m'a dit, fait attention, t'auras peut-être envie de la faire finalement. Et effectivement, ça a été un moment, Qu'avez-vous ressenti pendant la tétée d'accueil ? Alors j'avais peur un petit peu au début parce que ce n'était pas mon truc à la base. J'avais dit je le fais surtout pour son bien

, Au niveau de vos atcd mammaire/gynéco, des maladies récurrentes, une vulnérabilité ? Non, quelques rhino mais pas de gros problèmes de santé. Je suis assez solide généralement

, Avez-vous d'autres symptômes actuellement en dehors de la sphère gynécologique (diarrhées.) ? Les complications liées à la déchirure qui forcément, aie aie aie quand n s'assoie et quand on se lève

D. 'où-le-traitement-par-tramadol-que-je-prends, Mais non, non, je n'ai pas du tout de complications. Et au contraire j'ai même vraiment dégonflé

, Quand on dit la guérison c'est l'accouchement, et c'est vraiment ça

S. La-deuxième-maman and L. Leur-fille, Nous interrompons l'interrogatoire qui était de toute façon terminé. Elle me présente à sa famille. La patiente m'invite à revenir le lendemain si j'ai besoin d'informations complémentaires. Elle est satisfaite et n'a pas été gênée par mes questions. C'était le bon moment pour elle car elle était disponible et que la petite était calée sagement et