Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

La bithérapie Dolutegravir Rilpivirine chez des patients infectés par le VIH dans la région Lorraine Champagne Ardennes : étude de la cohorte Nadis

Résumé : Les modalités de traitement de l’infection par le VIH sont en constante évolution. Le traitement initial recommandé reste actuellement basé sur l’association de deux inhibiteurs nucléosidiques/nucléotidiques de la transcriptase inverse et d’une troisième molécule mais des stratégies d’allègement thérapeutique se développent. La bithérapie composée d’un inhibiteur d’intégrase, le dolutegravir, et d’un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse, la rilpivirine, semble être une alternative prometteuse dans le traitement du VIH. Nous analysons une population de patients ayant bénéficié de ce traitement. Nous avons inclus tous les patients vivant avec le VIH-1 enregistrés dans la cohorte Nadis en région Lorraine Champagne Ardennes et traités par cette association de molécules avant juin 2017. Les caractéristiques des patients, les traitements et les recherches de mutations de résistance disponibles ont été recueillis en juin 2017. Quatre-vingt-neuf patients ont été inclus. Soixante-dix-huit étaient alors traités par dolutegravir et rilpivirine. Soixante-dix-sept de ces patients étaient contrôlés virologiquement. Vingt patients avaient précédemment reçu une autre association d’inhibiteur d’intégrase et d’inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse. Une recherche de mutations de résistances était disponible pour 50 patients et montrait une résistance à la rilpivirine pour six patients. Les motifs de passage à ce traitement étaient principalement la toxicité pour 36 patients et la simplification thérapeutique pour 31 patients. Pour les onze autres patients, la bithérapie dolutegravir et rilpivirine avait été interrompue pour effets indésirables dans sept cas et pour échec virologique pour deux cas. Ces deux derniers patients présentaient une résistance à la rilpivirine. Dans cette étude, la bithérapie dolutegravir rilpivirine présente un faible taux d’échec. Les deux patients en échec présentaient des mutations de résistance à la rilpivirine. Des effets secondaires notamment digestifs ou neurologiques peuvent néanmoins entrainer l’interruption de ce traitement. Ces données sont comparables aux études précédentes portant sur cette association de molécules. Cette bithérapie semble être une bonne stratégie d’allègement thérapeutique.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [95 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932215
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:44:39 AM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 11:00:05 AM

File

BUMED_T_2017_LEGOFF_ANTOINE.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932215, version 1

Citation

Antoine Legoff. La bithérapie Dolutegravir Rilpivirine chez des patients infectés par le VIH dans la région Lorraine Champagne Ardennes : étude de la cohorte Nadis. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01932215⟩

Share

Metrics

Record views

57

Files downloads

347