S. , C. Introduction, and ». Dans-marie-leprince-de-beaumont, De l'éducation des filles à La Belle et la Bête, éd. Catriona Seth et Jeanne Chiron, p.11, 2013.

. Par-exemple-le-philosophe-chrétien, Réflexions sur divers sujets de morale (1750) et L'incrédulité combattue par le simple bon sens, essai philosophique par un roi (1760), Les écrits de Stanislas Leszczynski sont rassemblés dans les OEuvres du philosophe bienfaisant, 1749.

, N'ayant jamais reçue la pension royale espérée, elle part en Angleterre afin de gagner sa vie en tant que gouvernante de jeunes filles aristocratiques à partir de 1748

É. Triomphe and . Dédicatoire, , pp.p. iv-v

, Par une fiction ingénieuse (sans entrer dans la question s'il serait permis de la réaliser), l'auteur introduit un enfant, Nous lisons dans l'approbation donnée par Monsieur de La Ruelle pour l'édition de 1775

, Christophe Martin traite de cette pédagogie négative et de l'ouvrage de Marie Leprince de Beaumont dans « Éducations négatives ». Fictions d'expérimentation pédagogique au dix-huitième siècle, p.185, 2010.

C. and S. , Le discours pédagogique féminin au temps des Lumières, p.2, 2015.

. Id, , p.137

K. , R. Von, and . Introduction, dans Démocratisation et diversification. Les littératures d'éducation au siècle des Lumières, éd. Rotraud von Kulessa, p.8, 2015.

. Triomphe, prendre aux enfans l'habitude de rectifier les passions, dont on remarque en eux les germes, vol.I, p.13

, Réflexions sur la raison, pp.209-210

. Triomphe, , vol.I, p.109

. Ibid,

A. C. Montoya and L. «-madame-leprince-de-beaumont, Lumières religieuses" », dans Marie Leprince de Beaumont. De l'éducation des filles à La Belle et la Bête, éd. Catriona Seth et Jeanne Chiron, p.136, 2013.

M. and C. , Éducations négatives ». Fictions d'expérimentation pédagogique au dix-huitième siècle, p.17, 2010.

H. and F. Éducation, , p.430, 2014.

, Réponse au discours de M. Rousseau contre les Arts et les Sciences, p.140

D. , J. Alan, «. , and J. Gautier, ) », dans Stanislas et son Académie, éd. Bonnefont Jean-Claude, p.119, 2003.

C. , M. Stanislas, and . Rousseau, double entrée dans l'institution académique », dans Stanislas et son Académie, éd. Bonnefont Jean-Claude, Nancy, Presses Universitaires, p.242, 2003.

, Réponse au discours de M. Rousseau contre les Arts et les Sciences, pp.103-104

, Discours sur les arts et les sciences dans ROUSSEAU, OEuvres complètes, op. cit, vol.III, p.25

. Ibid,

. Id, , pp.143-144

. Id, , p.143

. Id, , p.141

. Ibid, « Il m'est aisé de prouver que cette horreur des enfants pour l'étude, est fondée sur la façon dont on s'y prend pour les enseigner. » 55 Id, pp.144-145

. Id, « D'ailleurs, si la science de la religion produit l'orgueil, l'ignorance produit la superstition. Que M. Rousseau nous dit auquel de ces deux excès il veut donner la préférence, pp.144-145

, Chez Marie Leprince de Beaumont, l'oisiveté est jugé de manière négative aussi, mais les sciences sont, en revanche, les seules occupations qui peuvent sortir l'homme, et-peut-on supposer par l'argumentation de l'éducatrice-notamment les femmes, de cet état misérable : On peut regarder l'oisiveté comme la source de tous les vices, sur-tout dans la jeunesse : tous les hommes ne sont pas propres aux travaux du corps ; il faut donc que l'étude leur fournisse un préservatif contre la perte du temps. Aussi peut-on remarquer que les jeunes gens studieux, et « la nourrissent à leur tour 57 ». Ainsi, un homme studieux perdrait son temps pour la société au lieu de vivre selon la nature et ses propres besoins

, On peut lire la « Réponse au discours sur les arts et les sciences de Monsieur Rousseau » comme une objection découlant de l'expérience d'une gouvernante. L'auteure met l'accent non sur l'intérêt des arts et des sciences, mais sur l'usage que l'homme en fait et qu'elle met en forte relation avec la religion. Son interprétation de l'écrit du citoyen de Genève reste celle d'une pédagogue profondément chrétienne. Il en est de même pour ce qu'on peut lire dans d'autres ouvrages de l'éducatrice. Rousseau est par exemple mentionné dans les Instructions pour les Jeunes Dames où Bonne se range derrière le discours habituel de sa réception : Le citoyen de Genève était né pour faire l'admiration de son siècle, s'il eût fait de ses talents l'usage qu'on devait en espérer : il n'en fait que l'étonnement, & c'est l'esprit de singularité qui l'a perdu. Il est peu d'hommes qui aient autant d'esprit que lui ; son style est d'une éloquence qui séduit, à moins qu'on ne soit extrêmement sur ses gardes : voilà, ce que je connais par moi-même, voilà ce que ses ennemis même avouent. Son coeur est droit, tendre & compatissant ; ses moeurs sont pures. Mais que dire de l'emploi qu'il fait de ses talents ? Je me condamne au silence sur cet article : j'estime trop ce qu'il a de bon pour avoir le courage de peser sur le mauvais usage qu, L'éducatrice s'inscrit par ce jugement dans le discours pédagogique féminin de l'époque où « le seul lieu d'un changement possible de la conception que se faisait le dix-huitième siècle du savoir féminin est [?] l'espace de réflexion et de propositions offert par les ouvrages des éducatrices 59

, Mesdames, n'aggravons point sa faute ; profitons de son avertissement, & gardons-nous de lire aucun de ses ouvrages 61. » Même si elle ne recommande pas la lecture des oeuvres de Rousseau, Bonne ne cesse de dire qu'on ne lui « ôtera pas de l'esprit que [le] coeur [du philosophe] est droit, & que son esprit seul est coupable 62. » Dans Les Américaines, un entretien entre le philosophe Belesprit et Bonne aboutit au même constat. Sans nommer la personne dont ils parlent

, Discours sur les arts et les sciences dans ROUSSEAU, OEuvres complètes, op. cit, vol.III, p.18

, Réponse au discours de M. Rousseau contre les Arts et les Sciences, pp.218-219

, Instructions pour les Jeunes Dames, vol.IV, pp.79-80

. Id, , pp.84-85

. Id, , p.83

, dit-il, éclairé des lumières de la philosophie. J'avoue que si tous les philosophes lui ressemblaient, ce beau nom ne serait pas tombé en décri ; car s'il n'est pas strictement chrétien, la pureté de ses moeurs, la bonté de son coeur, & mille qualités estimables nous donnent l'espoir de lui voir un jour cette seule qualité qui lui manque, L'auteur dont vous parlez, relève sans cesse le bonheur du siècle dans lequel nous vivons, qui est

. De-la-rouennaise, D'une part, on peut la lire exclusivement comme une éducatrice chrétienne ; d'autre part, ses textes se prêtent à une interprétation purement apologétique comme la lecture du Triomphe de la vérité et des Américaines l'ont montré. Il s'agit là d'un constat général que Rotraud von Kulessa émet sur la littérature d'éducation du siècle des Lumières : « la littérature d'éducation [?] pose le problème d'une redéfinition des Lumières : pour la plupart, les éducatrices et éducateurs ne conçoivent pas l'éducation sans l'enseignement religieux et sont souvent adeptes de ce qu'on pourrait appeler l'apologétique chrétienne 64. » Loin de creuser davantage l'incompatibilité que l'historiographie a trop longtemps maintenue entre les Lumières et le christianisme, l'oeuvre de Marie Leprince de Beaumont peut parrainer l'interprétation renouvelée de ce siècle dénommée par Ulrich Lehner les « Lumières catholiques » 65. En effet, les textes de l'éducatrice réconcilient la défense d'une foi éclairée avec certains atouts de son époque comme l'optimisme pédagogique et la foi en la perfectibilité de l'homme. Qu'elle reste mitigée par rapport aux théories d'un Jean-Jacques Rousseau dont elle anticipe la pédagogie réformée, mais n'approuve pas l'attitude religieuse, n'est, d'une part, pas étonnant, car les théories du philosophe occupent souvent une place « à part

, Les Américaines, vol.VI, pp.231-232

K. and R. Von, , p.9

C. 'est-À-juste-titre and . Qu, elle mérite sa place dans la nouvelle édition des réflexions du même auteur. Voir LEHNER, Ulrich, The Catholic Enlightenment. The Forgotten history of a Global Movement, pp.89-92, 2016.

;. Ceci-par-exemple-parmi-les-«-ennemis-de-la-foi-»-comme-le-constate-didier-masseau, M. Beaumont, and L. Triomphe-de-la-vérité, Voir Les ennemis des philosophes, Bibliographie Corpus HELVETIUS, p.1774, 1748.

D. Annecy, .. Mentor-moderne, J. Lausanne, ;. Heubach, . Soetard et al., OEuvres mêlées, Maestricht, Nouveau Magasin Français, Londres, François Changuion, 1750.-Éducation complète, Londres, John Nourse, 1753.-Instructions pour les jeunes dames, Londres, John Nourse, 1764.-Les Américaines, pp.241-245, 1773.

D. , J. Alan, «. , and J. Gautier, ) », dans Stanislas et son Académie, éd. Bonnefont Jean-Claude, Nancy, Presses Universitaires, pp.111-119, 2003.

H. and F. Éducation, , pp.429-432, 2014.

K. , R. Von, and . Introduction, dans Démocratisation et diversification. Les littératures d'éducation au siècle des Lumières, éd. Rotraud von Kulessa, pp.7-16, 2015.

L. and U. , The Catholic Enlightenment. The Forgotten history of a Global Movement, 2016.

M. , C. , É. Négatives, C. Paris, and . Garnier, MASSEAU, Didier, Les ennemis des philosophes, 2000.

M. Beaumont, De l'éducation des filles à La Belle et la Bête, éd. Catriona Seth et Jeanne Chiron, pp.131-175, 2013.

M. , A. , S. Leszczynski, ;. Aventurier, P. Lumières et al., , pp.7-42, 2005.