, ou de dessin, elles sont privées d'émulation et elles abandonnent leurs talents avant l'âge de dix-huit ans, âge où on les marie ou on les envoie au couvent (ibid, p.602

. Ibid, Elle regrette cependant que Louise de Marillac n'ait pas été canonisée comme Vincent, injustice qui sera réparée en 1934, vol.10, pp.365-367

M. Sonnet, Éducation des filles au temps des Lumières, pp.14-15, 2011.

, comme Rousseau qui en a tiré des dizaines de feuillets d'extraits. Elle ajoute : Les paroles qui disent à Ève ''vous serez soumise à votre mari'' ne sont que dans la traduction de saint Jérôme

, Elle a fait de ses oeuvres une lecture minutieuse, et ses références bibliques lui doivent sans doute beaucoup. Ce dernier se fonde sur la critique des saintes Écritures inaugurée par les protestants et reprise par certains catholiques. Ainsi, se référant aux Évangiles, Louise Dupin écrit à propos du Christ : « Le Sauveur du monde, en apportant une nouvelle loi sur la terre, n'a rien prescrit contre l'égalité que nous soutenons 51. » De même, sur les traces de Poulain de la Barre

, Nous ne prétendrions pas former une nation entièrement savante, ce qui serait plein d'inconvénients mais nous disons que les femmes nées dans les conditions qui répondent à celles des hommes qui étudient devraient étudier comme eux, p.608

. Ibid, Elle écrit : « Les conférences et les académies augmentent l'émulation, l'esprit et les lumières. Pourquoi tous les moyens d'augmenter les avantages de l'humanité ne sont-ils employés que pour les hommes ? Les femmes en profiteraient comme eux et les uns et les autres en profiteraient doublement si les études étaient générales et communes entre eux, p.609

, Ni dans les collèges, ni dans le monde, l'on n'apprend guère à estimer autre chose que les dignités et les richesses : cela ne porte pas à l'ambition vertueuse, p.323

, Pour elle, l'objectif de l'éducation est le « bonheur des hommes 58 ». Ce qu'il faut rechercher, c'est l'accord entre la nature de l'enfant et les impératifs rationnels de l'éducation 59. C'est à l'éducation de réaliser l'« accord des penchants du coeur avec les lumières de notre raison » afin d'atteindre la « paix du coeur 60 ». Finalement elle pense qu'il faut mener les enfants par l'agrément et par le plaisir. Elle critique donc le système éducatif de son temps : elle « accuse hardiment l'éducation de tous les torts des hommes et de toutes leurs erreurs 61. » On pousse trop les enfants vers l'ambition. On les rend peu regardants sur les moyens de parvenir. De plus, cette éducation repose avant tout sur la crainte, ce que Louise Dupin déplore. Elle appelle donc à une éducation plus morale et bienveillante envers l'enfant, On supposera volontiers que la même leçon vaut pour les femmes. Cette éducation morale devrait cependant débuter dès l'enfance. Dans les Idées sur l'éducation, la vertu apparaît comme la clé de voûte de l'éducation, et ce dès le plus jeune âge 57

. Ibid, Discours préliminaire, p.190

. Ibid, Discours préliminaire, pp.158-194

«. Mélanges, L'idée est reprise de manière très voisine dans les « Idées sur l'éducation, pp.103-104

, « On doit dès la plus tendre enfance diriger ses pas vers la vertu et rendre ses moeurs douces et bienfaisantes » (Portefeuille, p.103

, « On s'éloigne trop de la nature, p.105

. Ibid, , p.106

«. , ». De-«-raison, and ». , Pourtant la référence chrétienne se fait jour sous cet appel à la vertu et à la bienveillance : Parmi les belles choses qu'a dites Jésus-Christ, il a marqué beaucoup de tendresse pour cette précieuse portion des hommes, qui est l'enfance et la jeunesse. Nous avons négligé ses préceptes comme sur bien d'autres choses, p.62

, En matière d'éducation, sa critique s'exerce principalement à l'égard du Concile de Trente et de la réforme qu'il a imposée aux ordres religieux féminins dévoués à l'enseignement. L'auteure considère que le Concile a modifié l'idée qu'on se faisait des religieuses. Celles-ci ont abandonné les « vertus pratiques », utiles à l'instruction de leurs pupilles, pour se livrer à la pénitence et à la soumission 63. Mais en modifiant l'image des religieuses, le Concile a modifié, par ricochet, celle qu'on se faisait de la femme 64. Plus largement, c'est donc la place de la femme dans l'Église que déplore Louise Dupin. En cela, elle semble regretter l'Église originelle et les principes du Christ. Elle en use d'ailleurs de même avec d'autres religions. Selon elle, l'Islam des origines accordait aux femmes une place bien supérieure à celle qui leur est réservée dans l'empire ottoman du XVIII e siècle. Elle en veut pour preuve le rôle qu'ont joué les épouses du Prophète dans les premiers temps de la religion musulmane. Elle fait d'ailleurs l'hypothèse de l'égalité des sexes à l'origine de la société humaine, On peut affirmer que l'oeuvre de Louise Dupin nous renseigne à sa manière sur les influences qui s'exercent entre pédagogie, religion et féminité aux environs de 1750

, Voir ma thèse, p.370

. Ibid, De l'état des ordres monastiques depuis le Concile de Trente, p.368

. Ibid, Discours préliminaire » (version de Montmorency), p.169