Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Repenser la scientificité de la théologie : les promesses du langage

Résumé : Préambule Lorsque Pierre Abélard invente la science théologique, Bernard de Clairvaux ironise en traitant cette theologia de « stupidologie » (stultilogia) 1. La logique et l'expérience religieuse semblaient prendre des voies divergentes. On aurait d'un côté, une recherche grammaticale, logique et rhétorique basée sur le trivium et de l'autre, un désir ardent de rencontrer Dieu dans la prière. Mais, est-ce vraiment le cas ? Le christianisme devait-il se satisfaire d'une distinction entre « théologie scolastique » et « théologie monastique » 2 ? Science et sagesse n'ont-elles pas toujours été de pair ? Avec vous je voudrais explorer une voie qui consiste à envisager la scientificité de la théologie en tant, non pas qu'elle délaisse, mais, au contraire, prend en compte l'expérience religieuse. Je ne suis certes pas le premier à m'engager dans cette voie. Je n'en prends qu'un exemple, relativement récent. Dans Le christianisme comme style, Christoph Theobald propose de réduire la fracture « entre deux types de théologie : l'une 'spirituelle', l'autre 'dogmatique' » 3. Sa réflexion montre que, étant moins centrée sur l'identité ecclésiale que la théologie dogmatique, la théologie spirituelle ouvre les frontières sur une expérience universelle immanente. C'est précisément de cette ouverture des frontières dont je voudrais vous faire part. Il nous importe de réfléchir à qui nous voulons parler. A qui notre théologie s'adresse-t-elle ? Si notre public est d'abord une assemblée préalablement délimitée par une même foi, et une appartenance confessionnelle déjà acquise, la chose pourrait être entendue : nous pourrions continuer à faire de la dogmatique en supposant que nos auditeurs feront eux-mêmes référence à leur expérience spirituelle. Je parle au conditionnel car, même dans ce cas, nos contemporains sont beaucoup moins enclins à accepter une parole d'autorité qu'à se rendre compte par eux-mêmes de la valeur de ce qui est. Ils sont d'abord en recherche de « vie 1 Bernard de Clairvaux, Epistula 190, à Innocent II, éd. Leclercg et Rochais, Sancti Bernardi Opera, t. VIII, Rome, 1977, p. 17-40. 2 Voir Marie-Dominique Chenu, La théologie au douzième siècle, Vrin, Paris, 1957, p. 343. Pour une relecture nuancée de la distinction faite par Chenu, lire Michel Fédou, « L'intérêt du théologien pour le Moyen Âge », Recherches de Science Religieuse 2012/2 (Tome 100), p. 167-186, spécialement, « Théologie et philosophie », p. 178-181. 3 Christoph Theobald, Le christianisme comme style. Une manière de faire de la théologie en postmodernité, Paris, Cerf, coll. « Cogitatio fidei », t. I, 2007, p. 391.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [8 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02882677
Contributor : Yves Meessen <>
Submitted on : Saturday, June 27, 2020 - 10:46:36 AM
Last modification on : Wednesday, July 1, 2020 - 3:46:23 AM

File

Repenser la scientificité de ...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02882677, version 1

Collections

Citation

Yves Meessen. Repenser la scientificité de la théologie : les promesses du langage. Théophilyon, Facultés de théologie et de philosophie de l'Université catholique de Lyon, 2020. ⟨hal-02882677⟩

Share

Metrics

Record views

48

Files downloads

64