, et leur réception, pp.884-891, 2011.

J. A. Aertsen, « La doctrine des transcendantaux de Maître Eckhart, Maître Eckhart, p.23, 2012.

F. Brunner, ». La-structure-de-l'opus-propositionum-de-maître-eckhart, J. Brunschwig, C. Imbert, and A. Roger, Histoire et structure. Etudes réunies à la mémoire de Victor Goldschmidt, pp.139-153, 1985.

M. Eckhart, Prologue général, vol.7, p.24

M. Eckhart and C. Du-livre-de-la-genèse, , vol.128, pp.404-405, 1984.

M. Eckhart, Vas auri solidum, Die lateinischen Werke Meister Eckharts, trad. M. Mauriège dans Les mystiques rhénans. Eckhart, Tauler, Suso. Anthologie, pp.37-41, 2006.

, La division tripartite de Boèce : philosophia naturalis, mathematica, theologica (De Trinitate, éd. et trad. A. Tisserand, Traités théologiques, p.144, 2000.

C. Atrebatensis, W. Tractatus-super-librum-boetii-de-trinitate, and . Jansen, Der Kommentar des Clarembaldus von Arras zu Boethius De Trinitate. Ein Werk aus der Schule von Chartres im XII. Jh. aus den Hs. zum ersten Male hrsg. u. unters, pp.26-105, 1926.

«. La-science-divine, on pose comme la troisième partie de la philosophie théorique, est la même chose que la métaphysique, dont le sujet est l'étant, et principalement l'étant qu'est la substance, comme il est manifeste en métaphysique IV. » (In Boethium De Trinitate, pp.37-88, 1955.

J. A. Aertsen, « La doctrine des transcendantaux de Maître Eckhart, p.37

O. Boulnois, Métaphysiques rebelles. Genèse et structure d'une science au Moyen Âge, 2013.

. Ibidem, , p.62

, En raison de la disparition progressive de la culture chrétienne, il n'est plus possible aujourd'hui d'« identifier la théologie avec un savoir propositionnel » 70 . Cette nouvelle orientation va de pair avec la nécessite d'articuler critique et foi dans l'opérativité même du discours par « un travail décapant de toutes nos représentations » 71 . C'est seulement ainsi que par la théologie pourra rendre service au magistère ecclésial. Se rendant dépendante d'une modalité vériconditionnelle constative, la théologie s'est en même temps délestée de ce qui faisait sa vérité propre. Elle ne pourra redevenir elle-même que par « la mise en oeuvre et l'intelligence intérieure de l'expérience de la foi » : « Celle-ci suppose l'unité originaire entre théologie 'scientifique' (per scientiam) et théologie 'spirituelle' (pati divina) » 72 . Avec Eckhart, il est possible d'entendre une scientificité de la théologie qui relève d'une articulation rondement menée entre transcendantalité et effectivité. Comme Ladrière l'affirme dans le troisième volume de L'articulation du sens : « De façon générale, Ibidem. eckhartiens donne encore plus de crédit à sa théorie épistémologique. Une théologie peut être spéculative tout en relevant d'une vérification pratique. Ou plutôt, élaborer une structure vériconditionnelle qui nécessite un entrelacs de la spéculation et la pratique est possible. La métaphysique n'exclut pas l'éthique

. Chr and . Theobald, Donner un à-venir à la théologie. Postface de Patrick Goujon, p.32, 2017.

. Ibidem, , p.15

. Ibidem, , p.34

. Ibidem, , p.64

J. Ladrière, L'articulation du sens, T. III, op.cit, p.273

, « La dimension herméneutique de déchiffrement du sens s'avère nécessaire mais non suffisante, si l'on conçoit la théologie comme exigence de rendre compte de la Parole de Dieu dans une écoute et une réponse justifiées. L'examen des langages spécifiques de la foi, et avant tout celui de la confession, conduit à surprendre la reconnaissance d'une valeur, décisive pour l'existence : le vrai est éprouvé comme salut, et c'est en cela qu'il apparaît comme vrai