Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Aux sources du ‘musical’ : Considérations sur le théâtre anglais du XVIIIe siècle

Résumé : Aux sources du « musical » : Considérations sur le théâtre anglais du XVIIIe siècle Cet article se propose d'examiner certaines des racines anglo-saxonnes du « musical », genre particulièrement protéiforme à propos duquel Alain Perroux rappelle l'embarras posé par un enfant illégitime dont on croit connaître l'aïeul-l'opéra-, dont on pense connaître la mère-l'opérette-, mais dont la paternité reste plus que douteuse (Perroux : 7-8). S'il n'est évidemment pas notre propos ici de trancher définitivement sur cette question, tout au plus pouvons-nous tenter de montrer à quel point l'indétermination génético-générique qui caractérise le genre du « musical » ne date pas d'hier. En effet, les formes théâtrales du XVIIIe siècle, qu'il s'agisse du théâtre parlé ou du théâtre lyrique, sont elles aussi concernées par ces phénomènes d'interaction et de porosité, à un degré sans doute difficile à cerner aujourd'hui, à une époque où on a pris l'habitude de considérer l'opéra et le théâtre parlé comme des univers radicalement étanches, séparés autant par leurs publics et leurs lieux de restitution que par leur histoire. Il apparaît pourtant, quand on se penche sur l'histoire du théâtre britannique, que les choses étaient autrefois beaucoup moins cloisonnées. Ainsi, si l'on croit connaître la place de la musique dans le théâtre élisabéthain, on a parfois tendance à oublier la manière dont on représentait le répertoire shakespearien au XVIIIe siècle. Certaines pièces étaient en effet transformées en véritables opéras ou « comédies musicales » avant l'heure, comme le montrent par exemple les multiples réécritures du Songe d'une nuit d'été-notamment celles de Garrick-, ou encore celles de Roméo et Juliette, pour lesquelles deux des plus grands compositeurs de l'époque, Thomas A. Arne et William Boyce, avaient composé la même année des musiques de scène d'une longueur considérable. On sait par exemple l'influence qu'eut la musique de scène de William Boyce sur la conception de la symphonie dramatique de Berlioz Roméo et Juliette (Fiske : 217). Sans doute peut-on relier le caractère particulier de telles adaptations à la légendaire résistance du public anglais face à la création d'un opéra chanté de bout en bout, réticence qui devait conduire à la Restauration à l'invention du « dramatic opera » ou « semi-opera », forme théâtrale spécifiquement anglaise reposant à la fois sur une trame dramatique déclamée et sur des intermèdes musicaux autonomes non reliés par l'intrigue à la pièce principale enchâssante. L'évocation de Roger North en 1726 souligne le caractère foncièrement dichotomique de tels divertissements : Some come for the play and hate the musick, others come only for the musick, and the drama is pennance to them, and scarce any are well reconciled to both. Mr Betterton […] was pleased to say, that 2 good dishes were better than one, which is a fond mistake, for few care to see 2 at a time of equall choice. (North : 307)
Complete list of metadata

Cited literature [15 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02886641
Contributor : Pierre Degott <>
Submitted on : Wednesday, July 1, 2020 - 4:33:23 PM
Last modification on : Monday, September 14, 2020 - 2:26:02 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 23, 2020 - 5:06:09 PM

File

Article Pierre Degott.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02886641, version 1

Collections

Citation

Pierre Degott. Aux sources du ‘musical’ : Considérations sur le théâtre anglais du XVIIIe siècle. Coup de théâtre, RADAC (Recherche sur les Arts Dramatiques Anglophones Contemporains), 2011, Le Musical, 'stage and screen', théâtre et cinéma. ⟨hal-02886641⟩

Share

Metrics

Record views

32

Files downloads

19