Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Portraits filmés d’artistes : réticences et révélations dans les écritures du moi

Résumé : Nombreuses sont les artistes visuelles qui choisissent de se filmer elles-mêmes et d'en faire oeuvre, réalisant des « auto-bio-vidéo-graphies » (Françoise Parfait, 2001), à la croisée des traditions autobiographique et portraitique. Échappant à l'écueil du repli sur soi, certaines plasticiennes parviennent à dialectiser l'expérience subjective avec le monde extérieur, à travers le développement de stratégies plastiques oscillant entre réticences (Élodie Pong) et dévoilements (Justine Pluvinage). Nombreux sont les artistes visuels qui-ponctuellement ou de manière récurrente-, choisissent de se filmer eux-mêmes et d'en faire oeuvre. Françoise Parfait, dans l'ouvrage paru en 2001 Vidéo : un art contemporain, emploie au sujet de ces oeuvres l'expression d'« auto-bio-vidéo-graphies 1 », regroupant sous ce terme les pratiques vidéographiques fondées sur le récit de soi-même et l'autoreprésentation. Les autoportraits filmés par des artistes s'inscrivent ainsi à la rencontre de deux héritages : portraitique et autobiographique. 1. Autoportraits filmés : une tradition portraitique Ces autoportraits se situent dans la droite lignée d'une tradition du genre du portrait en réinvestissant certains codes picturaux. Ces oeuvres se caractérisent par leur focalisation sur une personne, convoquant d'emblée le genre portraitique, définit par Jean-Marie Pontévia comme « un tableau qui s'organise autour d'une figure 2 ». [Insérer fig1 Valérie Pavia, C'est bien la société, 1999. Capture d'écran, vidéo en ligne : http://www.exquise.org/video.php?id=1290]. Cette figure est ici la seule fin de la représentation, les autres enjeux en étant exclus. Ce qui l'entoure est relégué au second plan-sinon éliminé-et subordonné à son élément principal : l'artiste se trouvant seul à l'écran et occupant le cadre de manière centrale. Par conséquent, le décor de ces vidéos est souvent réduit à un fond neutre en arrière-plan, la mise en scène est dépouillée, sinon abstraite. La figure du sujet filmé se découpe sur une forme de non-lieu visuel, un arrière-plan qui le décontextualise et focalise l'attention sur ses attitudes, son corps et son visage. La mise en cadre du portrait est en outre traditionnellement réglée par des conventions qui apparaissent dès l'entrée du genre à l'académie et perdurent dans les images des plasticiens contemporains. Le point de vue choisi est établi dans un rapport de frontalité avec le spectateur à venir ; les sujets filmés sont présentés de face, assis ou debout, le visage tendu vers l'objectif. Le visage est le plus souvent le point nodal des autoportraits filmés. Les sujets sont filmés en plans serrés, parfois cadrés en gros plans qui mettent en valeur leur physionomie. [Insérer fig2 Sadie Benning, If Everey Girl Has a Diary, 1990. Capture d'écran, vidéo en ligne : https://www.vdb.org/titles/if-every-girl-had-diary]. Le gros plan fait apparaître la moindre expression qui traverse le sujet filmé, privilégiant le dévoilement de ses émotions. Ce cadrage ancre ainsi la dimension corporelle de la parole dans une attention spécifique au visage, à travers des mimiques faciales, une bouche qui s'anime, les orientations d'un regard. Néanmoins, les caractéristiques techniques induites par l'emploi du médium vidéographique engagent à repenser certains principes fondamentaux du portrait. L'image 1. F. PARFAIT, Vidéo : un art contemporain, Paris, Éditions du Regard, 2001, p. 228.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [4 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02959778
Contributor : Ophélie Naessens <>
Submitted on : Wednesday, October 7, 2020 - 10:11:48 AM
Last modification on : Saturday, October 10, 2020 - 3:31:21 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2021-10-09

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : hal-02959778, version 1

Collections

Citation

Ophélie Naessens. Portraits filmés d’artistes : réticences et révélations dans les écritures du moi. Arabeschi, École normale supérieure de Pise, 2020. ⟨hal-02959778⟩

Share

Metrics

Record views

5