Connaissances, attitudes et pratiques des médecins généralistes libéraux lorrains relatives au dépistage et au traitement de l'hypovitaminose D : étude descriptive sur la région lorraine - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Knowledge, attitudes and practices of general practitioners in screening and treatment of hypovitaminosis D : descriptive study on the Lorraine region in 2018

Connaissances, attitudes et pratiques des médecins généralistes libéraux lorrains relatives au dépistage et au traitement de l'hypovitaminose D : étude descriptive sur la région lorraine

Abstract

INTRODUCTION : Le bénéfice musculo-squelettique de la vitamine D est de nos jours admis par l'ensemble de la communauté internationale, contrairement aux effets non musculosquelettiques, notamment les rôles cardiovasculaires et antinéoplasique. Peu de données sont disponibles sur les pratiques des médecins généralistes. La pratique en médecine générale était modifiée sur la base des recommandations de la Haute Autorité de Santé de 2013, qui a diminué le nombre de dosage biologique de vitamine D. Notre objectif est de décrire les connaissances, attitudes et pratiques des médecins généralistes concernant le dépistage et le traitement de l'hypovitaminose D en région lorraine. MÉTHODE: Nous avons réalisé une enquête auprès de 288 médecins généralistes en région Lorraine à partir d'un questionnaire téléphonique entre mai et juillet 2018. Les médecins généralistes étaient tirés au sort sur la base d'une liste de 1000 médecins réalisée à partir des Pages Jaunes©. Etaient exclus les médecins spécialistes ou ayant une pratique hospitalière.RÉSULTATS : Parmi les 91 médecins répondeurs, 62% ne pratiquent pas de dosage biologique en raison du non remboursement du dosage (64,3%). Lorsqu'il est réalisé, la population cible est la personne de plus de 80 ans dans 31% des cas. La supplémentation en vitamine D sans dosage préalable est la pratique de 90% des médecins, en visant essentiellement tout le monde (26,5%). L'administration séquentielle trimestrielle de vitamine D 100 000UI est le traitement privilégié des médecins (34%). Le schéma et la posologie lors d'un traitement curatif ne fait consensus. Peu de médecin éprouve une crainte d'intoxication à la vitamine D (11%). La vitamine D est associée à un traitement anti-ostéoporotique seulement dans 20% des cas si l'ostéoporose est confirmée. Le désir de recommandation vis-à-vis de l'hypovitaminose D pour la pratique en médecine générale est fort (78%). CONCLUSION : Les médecins interrogés ont globalement une pratique de dépistage et de traitement de l'hypovitaminose D en accord avec les recommandations actuelles. La pratique intègre peu le bénéfice démontré sur les effets non musculo-squelettiques de la vitamine D. Des recommandations, qui pourraient intégrer ces bénéfices, seraient nécessaires pour modifier les pratiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2019_BUTTACI_BIAGIO.pdf (2.23 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03297729 , version 1 (18-10-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03297729 , version 1

Cite

Biagio Buttaci. Connaissances, attitudes et pratiques des médecins généralistes libéraux lorrains relatives au dépistage et au traitement de l'hypovitaminose D : étude descriptive sur la région lorraine. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨hal-03297729⟩
20 View
33 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More