Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

L'immunothérapie en cancérologie : utilisation et effets indésirables de pembrolizumab et de nivolumab : données en vie réelle au CHR de Metz-Thionville

Résumé : L'arrivée sur le marché de nouvelles molécules d'immunothérapie (IT) révolutionne la prise en charge de certains cancers. Cependant leurs prix élevés et le peu de recul sur leurs effets à moyen et long termes, posent la question de la pertinence et de la place de ces molécules dans la stratégie thérapeutique des cancers. L'objectif de ce travail est d'obtenir des données en vie réelle de l'utilisation de nivolumab (N) et de pembrolizumab (P) au centre hospitalier de Metz Thionville (CHRMT). Ce travail décrit la cohorte de patients sous IT sur les deux premières années de son utilisation au CHRMT, puis les effets indésirables (EI) survenus chez ces patients ainsi, que la prise en charge de ces EI ; enfin, il décrit la survie globale et sans progression de ces patients et pour terminer le devenir des patients post IT. Cette étude observationnelle rétrospective s'étend sur les deux premières années de l'utilisation de l'IT au CHRMT, et concerne tous les patients ayant reçus N et P entre le premier juin 2016 et le 31 mai 2018. Les patients sont suivis 6 mois en post IT. Au total, sont étudiés 144 patients, 117 (81,3%) traités par N, et 27 (18,7%) par P. Le cancer bronchique (CB) est la principale indication de ces molécules. Les patients sous N et P ont présenté respectivement 2,7 et 2,9 EI durant leur traitement. La répartition des EI par système d'organe et le grade des EI ne sont pas statiquement différents d'une Dénomination Commune Internationale (DCI) à l'autre. Ils sont systémiques et non spécifiques d'organe. Les trois quarts des EI ne sont pas cotés graves d'après la classification CTCAE. Certains EI ont entrainé de longues pauses thérapeutiques, suite à la décroissance de corticoïdes, antidote de l'IT. On observe 55 patients qui ont progressé sous N soit 47% et 6 patients sous P soit 22%. Toutes indications confondues, le principal motif d'arrêt l'IT est la progression tumorale dans plus d'un cas sur deux (51%). Vient en seconde position, la survenue d'effets indésirables (26%). Cette étude a permis d'observer ce qui se passe en vie réelle, dans les conditions d'utilisations normales. Ce nombre conséquent d'EI, parfois grave, justifie une surveillance particulière et la mise en place de moyens appropriés pour leur prise en charge dans les meilleurs délais : sensibilisation du corps médical et des soignants, suivis biologiques, etc. Cependant rapporté au nombre de cures administrées dans cette cohorte, la fréquence d'effets indésirables reste relativement faible. Les grades et les cibles des EI de ces deux DCI sont comparables et appuie le lien avec leur mécanisme d'action immunologique. La bonne tolérance de ces traitements et les réponses à ces traitements parfois longues sont encourageantes. Une meilleure connaissance de ces EI par les équipes soignantes permettrait une détection précoce des EI et une prise en charge rapide afin d'éviter la suspension longue de l'immunothérapie, qui est une perte de chance pour ces patients.
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/ulprive/BUPHA_T_2019_PAYOT_CLAIRE.pdf
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03297972
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 2:55:14 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03297972, version 1

Citation

Claire Payot. L'immunothérapie en cancérologie : utilisation et effets indésirables de pembrolizumab et de nivolumab : données en vie réelle au CHR de Metz-Thionville. Sciences pharmaceutiques. 2019. ⟨hal-03297972⟩

Share

Metrics

Record views

14