Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Le médecin généraliste face à la détermination de « l'ITT psychologique » : enquête qualitative auprès de 14 médecins généralistes lorrains

Résumé : INTRODUCTION :Le médecin généraliste reste souvent le 1er recours face aux violences et le certificat d'Incapacité Totale de Travail (ITT) est indispensable pour l'autorité judiciaire en France, afin de déterminer la qualification et le quantum de la peine. Peu d'études se sont intéressées spécifiquement à la part du retentissement psychologique dans la détermination de l'ITT. Les recommandations sur ce sujet sont limitées à une recommandation HAS d'octobre 2011 précisant qu'il ne faut pas omettre l'évaluation des complications psychiques des violences mais il n'y a aucune recommandation concernant les modalités concrètes de la détermination de l'ITT. MATÉRIELS ET MÉTHODES : Enquête qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 14 médecins généralistes lorrains. RÉSULTATS : La quasi-unanimité des médecins est en accord avec la prise en compte nécessaire du retentissement psychologique dans la durée d'ITT. Si certains le prennent en compte, d'autres avouent le sous-estimer et une minorité n'en tient pas compte. Aucun médecin ne pense le surestimer. On note plusieurs freins à sa prise en compte à sa juste valeur. La peur des conséquences pénales et ordinales est majeure et empêche le médecin de dépasser le seuil pénal des 8 jours en présence d'un psychotraumatisme. L'évaluation psychologique, essentiellement fondée sur l'interrogatoire, peut conduire à une méfiance du praticien envers les dires du patient. Le besoin de preuves peut le conduire à adopter une attitude d'enquêteur ou de juge. Deux praticiens semblent avoir réussi à se libérer de cette méfiance : ce sont les seuls ayant reçu une formation par l'autorité judiciaire. Les autres praticiens estiment être insuffisamment formés à ce type d'exercice médical. L'évaluation psychologique est perçue comme uniquement prédictive et beaucoup trop précoce. Certains médecins souhaitent ainsi qu'un second examen de réévaluation soit rendu obligatoire et que l'ITT puisse être changée. Enfin, la quantification en nombre de jours du psychotraumatisme est jugée complètement inadaptée pour la majorité d'entre-eux. CONCLUSION :L'engagement de l'autorité judiciaire dans la formation des médecins généralistes semble efficace pour améliorer l'évaluation du retentissement psychologique et sa prise en compte dans la durée d'ITT. Cela semble apaiser les principaux freins à sa prise en compte : la peur des conséquences pénales et la méfiance envers les dires du patient. Cependant, cette formation n'est envisageable que si l'autorité judiciaire reconnaît toujours la place du médecin généraliste dans cette évaluation. Une clarification de l'avenir des généralistes dans cet exercice est souhaitable. Enfin, des formations sur le psychotraumatisme sont nécessaires, notamment sur les facteurs prédictifs de complication psychique et les outils aidant cette prédiction, ne serait-ce que pour identifier les personnes à risque sur le plan psychotraumatique et ainsi permettre une orientation ciblée, nécessaire en raison de l'évolution de la démographie des spécialistes psychiatres.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03298581
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 4:53:28 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298581, version 1

Citation

Pierre-Olivier Vignon. Le médecin généraliste face à la détermination de « l'ITT psychologique » : enquête qualitative auprès de 14 médecins généralistes lorrains. Sciences pharmaceutiques. 2019. ⟨hal-03298581⟩

Share

Metrics

Record views

6