Évaluation de la mesure quantitative des voies aériennes de troisième et quatrième génération au scanner comme facteur prédictif du phénotype « exacerbateur fréquent » chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Quantitative computed tomography measures of proximal airways morphology as predictors of frequent exacerbations in subjects with COPD

Évaluation de la mesure quantitative des voies aériennes de troisième et quatrième génération au scanner comme facteur prédictif du phénotype « exacerbateur fréquent » chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive

Mathilde Oranger
  • Function : Author
  • PersonId : 1171972
  • IdRef : 256361258

Abstract

INTRODUCTION : L’objectif de ce travail était de déterminer si les données morphologiques des voies aériennes proximales de 3ème et 4ème génération issues du scanner thoracique réalisé dans le cadre des soins courants permettent de prédire le phénotype « exacerbateur fréquent » chez des patients atteints de BPCO. MÉTHODES : Les patients BPCO suivis au CHU de Nancy qui avaient eu un scanner thoracique dans le cadre des soins courants ont été inclus dans l’analyse. Les données cliniques et fonctionnelles ont été recueillies de façon rétrospective. Le nombre d’exacerbations a été recensé au cours de l’année précédant le scanner et l’année suivante. Le phénotype « exacerbateur fréquent » était défini par au moins 2 exacerbations ou une hospitalisation au cours d’une année. Les dimensions des voies aériennes proximales de 3ème et 4ème génération ont été obtenues de façon quantitative avec le calcul de la surface de la lumière (LA) et de la paroi (WA) bronchique, le pourcentage de la surface de la paroi par rapport à la surface totale de la bronche (WAP) et l’épaisseur de la paroi bronchique (WT). RÉSULTATS : Les scanners de 69 patients BPCO ont été analysés. Il n’y avait pas de relation entre d’une part l’âge, l’IMC, la sévérité de l’obstruction bronchique en regard du VEMS (% de la valeur prédite), l’hématose et d’autre part, les données morphologiques des bronches de 3ème et 4ème génération. Lorsque le phénotype « exacerbateur fréquent » était défini au cours de l’année précédant le scanner, aucun des paramètres morphologiques n’était associé au risque de survenue d’exacerbations. En revanche une augmentation de la surface de la paroi bronchique de 3ème génération au-dessus de la médiane était un facteur indépendant du phénotype « exacerbateur fréquent » dans l’année qui suivait la réalisation du scanner (OR 1,1 ; IC95 : 1,02-1,18 ; p=0,013) et il existait une corrélation positive entre d’une part la surface, l’épaisseur de la paroi bronchique et d’autre part le nombre d’exacerbations. Les coefficients de corrélations étaient, respectivement : 0,259 (WA3) ; 0,290 (WA4) ; 0,239 (WT3). CONCLUSION : Seule la surface de la paroi bronchique de 3ème génération était associée au phénotype « exacerbateur fréquent » dans l’année suivant le scanner thoracique. L’identification de phénotypes morphologiques de BPCO issus du scanner thoracique, pourrait permettre de mieux prédire le risque de survenue d’exacerbations et la progression de la maladie.
No file

Dates and versions

hal-03805728 , version 1 (07-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03805728 , version 1

Intranet access

Cite

Mathilde Oranger. Évaluation de la mesure quantitative des voies aériennes de troisième et quatrième génération au scanner comme facteur prédictif du phénotype « exacerbateur fréquent » chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03805728⟩
7 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More