Caractéristiques épidémiologiques de la population des personnes transgenres suivis dans le service d’endocrinologie du CHRU de Nancy - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

A long-term follow-up study of morbidity and mortality in transgender and gender nonconforming people receiving gender affirming hormonal treatment : Data from the University Hospital of Nancy (2004-2020)

Caractéristiques épidémiologiques de la population des personnes transgenres suivis dans le service d’endocrinologie du CHRU de Nancy

Caroline Samhani
  • Function : Author
  • PersonId : 1172134
  • IdRef : 257439129

Abstract

Au cours de la dernière décennie, on constate une augmentation du nombre de personnes orientées vers les centres de référence de dysphorie de genre. Les données épidémiologiques n’ont pas encore été formellement étudiées en France. Nous rapportons ici l’expérience du centre d’identité de genre du CHU de Nancy. MÉTHODE : Etude rétrospective des dossiers médicaux de personnes transgenres référées par des psychiatres au service d’endocrinologie du CHU de Nancy entre janvier 2004 et août 2020. Nous avons inclus des sujets âgés de plus de 18 ans au moment de l’étude. RÉSULTATS : La population était composée de 151 femmes transgenres (âge médian 32 ans, IQR [24,7- 48,4]) avec un suivi médian de 3,1 ans [2,1 - 6,8], et 134 hommes transgenres (âge médian 25,1 ans [21,9 - 29,8] avec un suivi médian de 3 ans [1,6 - 4,5]. Au total, 208 (73%) des sujets ont reçu un traitement hormonal d’affirmation de genre (114 femmes transgenres et 94 hommes transgenres) avec une durée médiane de traitement de 3,2 ans [2,39 - 6,44], and 122 (42,8%) ) des sujets ont bénéficié d’une chirurgie de réassignation. Au cours du suivi, des événements cardiovasculaires et thromboemboliques ont été observés chez 6,62% des femmes transgenres avec une cardiopathie sous-jacente (hypertrophie ventriculaire gauche, athérome carotidien, insuffisance aortique, infarctus) et 2,98% des hommes transgenres. La fréquence des événements cardiovasculaires était significativement plus élevée chez les femmes transgenres (p <0,05). Le diabète a été diagnostiqué chez 2,5% des femmes transgenres. Une pathologie psychiatrique sous-jacente était présente chez 46 sujets. Au total, 6 sujets ont reçu un diagnostic de cancer pendant la durée du suivi et 2 personnes sont décédées. CONCLUSION : Notre étude donne un aperçu de la morbidité et de la mortalité à long terme enregistrées dans une grande base de données de registre des personnes transgenres dans un centre universitaire de référence en France. Nos données suggèrent que la prévalence des événements cardiovasculaires est plus élevée chez les femmes transgenres. Des études prospectives à long terme avec un groupe de sujets témoins sont nécessaires.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_SAMHANI_CAROLINE.pdf (2.47 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03806011 , version 1 (07-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03806011 , version 1

Cite

Caroline Samhani. Caractéristiques épidémiologiques de la population des personnes transgenres suivis dans le service d’endocrinologie du CHRU de Nancy. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03806011⟩
37 View
162 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More