, Pour certaines femmes, I'exercice de la profession paraît difficilement compatible avec I'aboutissement d'un projet d'une vie de famille considérée comme << normal >> (comme, par exemple

, Le seul inconvénient, pas défavorable [à t'entrée dans Ia profession d'huissierJ, mais un inconvénient, c'est que Ie métier estprenant. Pour lavie defomilte, c'est pas I'idëal, il y a des côtes négattfs. On n'est pas fonctionnaire

, -[EnquêteurJ comment concevoir parailèrement une vie defamille ?

C. 'est-très-dfficile, je ne suis pas mariée, je suis célibataire, en couple mais pas mariée, j'ai pas d'enfants. J'ai 36 ans et j 'ai pas trouvé le temps d'avoir une vie de femme normale Je l'envisage aujourd'hui, vous me direz qu,il est temps Jusqu'à présent, le métier a été unfrein à ma vie privée en tant quefemme. A 36 ans, on n'a pltn la même mentalité que quand on a commencé Je suis entrée dans Ia profession à 25-26 ans (...) Là, j'ai I3 ans de plus, je me dis bon, y'a peut-être pas que ça non plus, j,ai la chance d'avoir un conioint très tolérant, qui m'aide beaucoup, Ça aussi, fallait trotner... (...)

. Mon-métier-passe-avant-tout,-même-un-enfant, Je pourrais lever le pied, c'est-à-dire partir à 6 hanres 30 [de I'après-midiJ au lian cle 7 heures i0 Je continuerais à travailler Ie samedi matin Je dis pas, le jour où ça se présente, ça peut tout changer. Mais aujourd'hui, non, pour moi... J'envisage de travailler [en cas de grossesseJ jusqu'au dernier jour et reprendre I5jours après... > Nous pouvons déceler, dans cet extrait, à travers l'évocation des contraintes Iiées à I'exercice de la profession

, Avant d'aborder l'étude de la place des femmes au sein des instances professionnelles, il nous a paru pertinent d'offrir un point de vue synthétique sur leur position au sein de la profession en construisant une carte factorielle représentant les conélations entre les principales modalités que nous avons étudiees

M. Ferrand and <. Hui, Ia pratique dominante des femmes, c'est-à-dire dae mères, n,est plus cglui du thoix entre famille et travail, ni celui dà t'alternan"", -oL celui de travailler ai yaçon continue et d'avoir des enfants >t. Cf' <<Présentation au dossier >>, Sociétés contemporaineJ

, D'un point de vue général,les discours masculins sur les femmes peuvent être classés en quatre catégories distinctes

, De la part des huissiers de sexe masculin, nous avons pu constater des attitudes de rejet pur et simple de la gent feminine, le métier d'huissier devant, selon eux, être réservé aux hommes. Une telle opinion, qui ne se rencontre aujourd'hui que fort rarement, est exprimée par Maître Volluet

, < -Unefemme pant-elle être un ausst bon huissier qu'un homme ?

. Non, est ce que je vous disais tout à I'hanre, je vois mal une femme face à I0 gugusses dans une cité... que ce soit unefemme toute sanle ou en S.C.p., elle dira qu'elle est dans une S.C.P. et c'est l'associé qui ira quand il y a un truc... Alors, c'est un K sous-ctssocié >, parce que I'on ne pant pas I'envoyer à tel endroit en se demandant sinon ce qui va se passer

, Vous ne vous seriez donc jamais associé avec unefemme

, Je ne me serais jamais associé avec unefemme

, Même s'il s'agissait de votrefemme

, Je ne me serais associé avec rien du tout ! (rires) -Les femmes ont peut-être des atouts

, On dit que ce sont de bonnes gestionnaires, mais quand même... Donc non. Ça peut être des très bons collaborateurs (rires) En premier clerc, c'est pas mat (rires)

, Vous diriez donc que l'huissier est un métier d'homme ?

, Ben oui (rires)

, Vous êtes sérieux ?

T. Oui and . Sériauc, Moi, on m'a déjà dit : <t une profession qui sefëminise, c'est une profession en perte de vitesse > (rires) Et comment voulez-vous... une femme... c'est une profession très prenante

, Vous pensez que c'est I'une des causes de tafaibleféminisation de la profession d'huissier ?

, J'espère

C. , tnîra la toisième grande partie de noEe analyse, à la section intitulée < I: place de la feminité dans le cadre des pratiques professionnelles >. -Bon, ie vous pose la question franchement ; est-ce que votre point de vue n'est pas un peu machiste ?

. Non, ie suis contre ce système, c'est par rapport à la profession d'huissier. J'ai des amies pharmaciennes, elles sont aussi bien qu'un homme. C'est un métier d'homme, c'est comme militaire ou pompier

. Non, Il y a en a qui m'ont dit : ( c'est simple, il sffit de prendre une ville qui correspond, par exemple une ville plus rurale D. Non, ça veut dire qu'elles se ferment la porte, ça ne marche pas. La France est faite comme elle est faite, y'a des quartiers plus ou moins dfficiles, des endroits où si c'est unefemme toute seule, etc., y'a des risques Ou parfois des débiteurs qui n'auraient pas eu I'idée face à un huissier homme de vouloir faire peur physiquement. Ça veut dire qu'on va créer I'incident, parce que c'est une femme. Aprè:s, i'ai des consoeurs femmes qui travaillent très

, de sexe masculin -et ce, quelles que soient leurs caractéristiques sociales ou professionnelles -à propos de leurs consoeurs sont généralement plus positives que celles de cet interviewé, même si des réserves sont formulées de façon quasi systématique. Ainsi, dans des situations particulières d'exercice, liées notarnment aux phases les plus coercitives de I'activité professionnelle, les femmes apparaissent, selon les huissiers de sexe masculin, Les opinions formulées le plus fréquemment par les huissiers

. Les-propos-de-maître and . Berguet, huissier âgé d'environ 50 ans exerçant en zone semi-rurale) vont tout à fait en ce sens

, < -Unefemme peut-elle êtreun aussi bon huissier qu'un homme ?

I. Ouûis and . Pense, Elle peut rencontrer des dfficultés en exécation essentiellement, sur le terrain, notamment dans les milieux maghrébins, où les femmes passent très très mal Chez les musulmans, la femme est encore un petit peu quelque part un être in!ërianr. Donc, il y a beaucoup de gens d'origine maghrébine qui n'acceptent pas qu'une contrainte vienne d'une femme. D'ailleurs

. Elle-s-'est-waiment-fait-casser-la-gueule, Marseille en plus, où it y a une immigration très niveau-là' sont souvent plus psychologues que les hommes et ont la facutté de pouvoir débloquer les situations, c'est différent de nous ou mieux que nous. Là où elles sont plus désarmées, c'est dans les situations brutales ; c'est l'image d'Epinal qui fait un peu la réputation du métier, pourtant, cela n'arrive que dans 0,5 % des cas dans I'année. Les gros esclandres n'arrivent que très rarement. Faut pousser un coup de gueule, ça sera peut

, sexe masculin à propos de leurs consoeurs demeure parmi les plus rarement représentées lors des entretiens, même si elle I'est plus souvent que la première opinion -très radicale à l'égard des femmes -que nous avons présentée. Elle consiste globalement à considérer les femmes, en raison de leurs qualités spécifiques, comme << meilleures ) que les hommes, La dernière catégorie $pique du discours des huissiers de Les propos de Maîûe Salerne (huissier âgé de plus de 66 ans exerçant dans le cadre d'une S.C.p. en zone urbaine) vont tout à fait en ce sens

, < -Lafemme présente-t-elle des atouts par rapport aux hommes ?

. Oui, elle arrivera à des choses qu'un homme nefera pas. C'est ce qui dffirencie la femme de I'homme. Y'a le contact, l'approche. La femme, par ruse, par finesse, par malice, arrivera à des choses qu'un homme nefera pas

, Maître Sourgne (âgé d'environ 50 ans et exerçant en zone urbaine) adopte le même point de vue que cet interviewé

, < -Unefemme peut-elle être un aussi bon huissier qu'un homme ?

. Je-pense-qu-'elle-peut-Être-meilleure-qu-'un-homme, Car une femme a des qualités qui lui sont propres que n'a pas un homme EIle va avoir une approche diférente tant du dossier que de I'qéantion du dossier, que des contacts avec la personne Je pense qu'unefemme peut être un excellent huissier. Souvent, les femmes rencontrent moins de dfficulrés, style coup de poing dans lafigure.-. que les hommes. Elles ont un autre regard sur...-je ne suis pas unefemme, donc je ne pewc pas vous donner une définition -elles ont une autre approche. Ça n'agit pas sur tous les dossiers du début jusqu'à la fin, c'est bien éyident

A. Un, On avait deux clercs significatanrs qui déliwaient les actes, c'étaient deuu femmes. On obtenait d'excellents résultats