C. De, Fondasol? qui est complété normalement avant les travaux pour les études par la MOA, et si on voit qu'il manque des informations, on va faire des sondages. 13. Outre ces aspects de sol, est-ce que vous consultez systématiquement des documents sur l

. Oui, . Le-faisons.-c'est-ce, and . Qu, Donc relevés floristique et faunistique aussi. Ce qui avait permis de bien comprendre les structures végétales. D'expliquer ce qu'on pouvait faire de ces espaces-là, comment les entretenir. 14. Aujourd'hui, pour prendre en compte le sol dans vos pratiques professionnelles, est-ce qu'il existe des outils ? Est-ce qu'ils sont facilement abordables ? Compréhensibles ? Simples ? Est-ce qu'il existe des interlocuteurs ? On parle de quelle échelle ? Parce que c'est vrai que sur Géoportail on va trouver un ensemble des couches géologiques, mais ça reste sur des échelles qui sont très grandes. Donc c'est vrai que pour rentrer dans le détail, et voir s'il y a une concentration de vidange ou je ne sais quoi? on ne saura pas. Si on veut du détail, c'est un peu comme les fiches d'analyses de sol. Tant qu'elles ne sont pas accompagnées d'une vraie analyse, elles ne constituent pas une vraie analyse. De mon point de vue, une analyse c'est le moment où l'on croise différents éléments et où on est capable d'expliquer comment ils sont fait quoi. Donc ça constitue les analyses historiques, état des lieux : on fait un relevé de la flore

C. , Donc on s'est retrouvé pendant quelques mois avec ces éléments qu'il fallait analyser? On savait que ce n'était pas trop pollué pour envoyer en décharge. Mais c'est vrai que le temps d'avoir ça, ça a mis énormément de temps. Et euh? Alors que bon au final ce qui était simple c'était de prendre ça et de mettre ces matériaux en remblai? Mais ça aurait pu être dit dès le départ : on prend ça on le déblai, et puis on le remblai à tel endroit. Mais c'est vrai qu'il y a eu un BET à l'époque qui avait fait des analyses du tas et qui avait dit qu'on devait faire une analyse historique. Donc c'est vrai qu'il y a un certain protocole à respecter. Et on a senti que la maitrise d'ouvrage ne voulait pas trop s'avancer là-dedans. Parce qu'après c'était au risque de se retrouver avec des polluants? Car voilà, comme vous l'a dit SOLOREM, aujourd'hui on travaille énormément sur des sites déjà urbanisés ou d'anciens sites industriels pour pouvoir prolonger l'urbanisation. Et on se retrouve avec des problématiques de sols qui sont souvent pollués, On a des compétences d'un BET vraiment spécialisé, donc dans ce cas c'est cette personne qui est vraiment capable d'analyser, ou alors il faut vraiment que sur la fiche il y est la conclusion, pour que l'on puisse comprendre

. Généralement, mais est-ce qu'il serait intéressant pour vous de coupler cette analyse avec une analyse plus agronomique, par exemple pour voir la fertilité des sols en place ? Est-ce que vous trouvez que ça se fait déjà ? Ou est-ce que c

, de dire comment une structure est faite et donc de réaliser une substitution complète du sol qui existe et qui est finalement déjà intéressant en soit. Et c'est vrai que des fois il y a des moments où l'on se dit? On n'a pas toujours les études en amont, mais c'est vrai que quand on est sur le site à terrasser et à voir avec une pelle ce qui se passe, ce qui manque peut-être aussi à amener au début des études d'ailleurs? de comprendre que le sol il n'est pas si mal portant, donc qu'on ne va pas avoir besoin de remplacer en constitution de chaussées, on a juste besoin de retraiter la surface, de faire la couche de pollution? qu, Ben il me semble qu'il manque la synthèse là-dessus. Je pense qu'il y a encore des vieux tics de remplir des cahiers des charges

. Qu, on va faire sur le site. C'est deux approches différentes, parce que derrière, notamment les services qui récupèrent la gestion des espaces, sont assez sensibles à la qualité des terres qu'on remet en place, les teneurs en matière organique

M. Dans-votre, Après on est peutêtre dans un basculement, où effectivement? même au niveau de l'aménagement ou quelque part, sans parler du sol, mais parler de la consommation du foncier agricole, c'était pas du tout un sujet il y a quelques années, aujourd'hui c'en est un. Aujourd'hui, avant d'enclencher une opération qui consomme du foncier, il y a un temps et maturation et en tout cas on se pose la question de s'il n'y a pas d'autres solutions, si on ne peut pas travailler, retravailler sur des zones qui ont déjà été urbanisées, plutôt que consommer du foncier agricole où on sait que c'est quasi irréversible, voilà une fois que c'est urbanisé, on revient difficilement en arrière. 3. Par rapport à la manière dont votre métier se rapporte au sol, le prend en compte. Si vous pouvez donner des exemples principalement avec le projet de la Haie Cerlin. Aujourd'hui est-ce qu'il y a un rapport fort entre le chantier et le sol et est-ce que dans le monde de l, vous trouvez que ces deux approches ont le même niveau ou il y en a plus une qui prévaut sur l'autre ? Ben historiquement, l'approche vraiment technique a quand même primé sur le reste

S. Ben-le and . Oui, dès les premières étapes de réflexion, avant même de commencer à réaliser l'opération concrètement sur le terrain, dès les premières étapes, on va faire des études d'impact, on va faire tout un, une liste d'opérations et d'études préalables. Souvent des études qui découlent des textes de loi, donc du code de l'Environnement, la loi sur l'eau les études d'impact. Donc déjà là le sol, enfin la nature du sol sur le site projeté est déjà appréhendée : est-ce que le sol il est perméable, est-ce qu'il est de nature, enfin, estce que sa nature est conforme avec le, forcément, par rapport à ce qu'on disait, il a une importance, parce que nous dans notre métier

. Euh, On a les risques, on est sur une zone d'aléas de gonflements des argiles, d'aléas moyen, donc y a quand même pas mal de sinistres sur la commune qui ont été déclarés ces derniers étés, donc euh? Il y a une prise en compte de ce risque-là. Et puis après en réalisation, ben de la même manière, c'est vrai que le sol quand on fait des aménagements, et puis après quand on est dans les phases de conception, les concepteurs qu'on va nous mandater, et ben ils doivent prendre en compte la nature du sol

, Est-ce que vous trouvez que les projets d'aménagement sont plutôt pluridisciplinaires ? Euh, ben nous par définition, on est dans un métier qui est quand même assez pluridisciplinaire, parce qu'on touche à la fois à la sphère locale politique, enfin des acteurs locaux, quand on intervient en tant qu'aménageurs publics, et puis, comment dire, après on va avoir à faire, on a tous les acteurs de l'acte de construire, donc architectes, des bureaux d'étude, des entreprises, et puis de par notre métier de vendeur de terrains, on a affaire à des préoccupations assez différentes. Ça peut être des promoteurs, des particuliers à qui on vend directement des terrains à bâtir, et puis des acteurs du monde économique, des entreprises, des commerçants, des, voilà? Donc c'est assez large. Après dire que ça recoupe toutes les strates de la population et toutes les compétences on ne peut pas dire ça, Donc la nature du sol a aussi son importance en soit. Et puis après effectivement, la réutilisation des terres c'est aujourd'hui aussi un vrai sujet, le stockage des terres pour les réutiliser après dans les aménagements paysagers. Donc oui, on peut dire qu'on le prend en compte du début à la fin, vol.4

, Après on peut avoir, ça se fait beaucoup aujourd'hui, notamment dans des projets d'aménagement, par exemple, des projets de jardins partagés, où là effectivement si on est sur un sol je dirais, un peu artificiel, et qu'il faut reconstituer un sol euh? sain pour cet usage-là, là effectivement, on peut avoir? Moi personnellement je n'ai pas eu à faire à ce type de projet. Mais on travaille aussi bien sur des projets d'aménagement avec des pollutions ou des sites qui ont été très pollués. Donc effectivement les problématiques sont très différentes. 6. Vous avez déjà eu à faire à des analyses agronomiques ? Est-ce qu'elles sont facilement appréhendables quand on n'est pas experts ? Est-ce qu'il y aurait des choses à changer ? Si vous savez directement quel élément aller trouver, donc le reste n'a pas d'importance, car vous vous concentrez uniquement par exemple sur les pollutions ? Bah je pense? Enfin moi à titre personnel l'agronomie c'est quelque chose qui m'intéresse, donc je suis assez intéressé par ça, par tout ce qui est, par la culture maraichère, c'est des choses qui m'intéresse, que je pratique à titre personnel. Donc je pense que moi personnellement j'y serais peut-être un peu plus sensible. La vie du sol, ces choses-là c'est quelque chose qui m'intéresse. Après effectivement, avec la casquette purement aménageurs, ce ne sont pas des préoccupations majeures. Effectivement, quelque part par rapport à cet équilibre-là, on vient plutôt déstabiliser le fonctionnement du sol. Donc ça évolue, mais par nature, quand on viabilise des terrains naturels, ben on vient un peu détruire ce qui existait. 7. Et sur ce sujet d'extension urbaine, vous arrivez à vous convaincre en vous disant qu'on a besoin de logements, de commerces en plus, et qu'aujourd'hui c'est un peu difficile de reconstruire sur des zones déjà urbanisées, car le foncier n'est pas forcément disponible ? Oui alors le foncier n'est pas toujours disponible. Je dirais on est toujours partagé entre le fait de vivre de notre activité, car quand on a un nouveau projet c'est quand même ce qui nous fait vivre, donc l'aspect économique est quand même essentiel. Après effectivement on est dans un cadre, on est une société d'économie mixte où il y a l'aspect intérêt général qui prime aussi. Certainement une zone comme la Haie Cerlin, je pense, vraiment à titre personnel, que c'est une opération qui a été initiée en 2007 : ça fait 10 ans. Je pense qu'aujourd'hui cette opération-là elle ne sortirait certainement plus. Je pense qu'aujourd'hui on réfléchirait certainement à la manière de, voilà, est-ce qu'on ferait à cet endroit, est-ce qu'on le ferait peut être pas à un autre endroit. Est-ce qu'on ne réfléchirait pas plutôt à une requalification ou travailler sur des espaces un peu plus morcelés. En 10 ans, je pense que les choses ont évolué assez sensiblement. 8. Et ça vous le voyez vraiment dans vos pratiques quotidiennes ? Ben on le voit, et puis on voit surtout les collectivités qui elles ont un peu l'initiative? On le voit notamment sur la métropole de Nancy car il y a une intégration maximale des compétences. C'est-à-dire, aujourd'hui tout est centré sur les compétences de services de la métropole, qui prennent le pas sur les communes, avec un document d'urbanisme intercommunal, avec des réflexions? Je sais qu'ils sont vraiment en réflexion avec les métiers de l'agriculture. Alors c'est un travail qu'on avait déjà fait, Est-ce que justement en parlant de pluridisciplinarité, il vous est déjà arrivé de travailler avec des agronomes ou des pédologues ? Alors euh? pas spécifiquement. On a je dirais le tronc commun d'études, on a une base d'études qu'on fait dans tous les cas, mais qui est essentiellement géotechnique, et puis ça peut être des petites études particulières, comme là on fait à destination des particuliers à qui on vend le terrain, mais c'est orienté, c'est orienté compatibilité par rapport à l'usage projeté. Donc c'est plutôt sous l'angle détection des pollutions. Après, l'approche? je dirais on n'a pas eu à faire je dirais de mon côté, je n'ai pas eu à faire, avoir nécessité d'avoir une approche plus poussée, notamment sur l'aspect plus agronomique

. Au-sujet-de-la-terre-végétale, Et qu'effectivement, on ne peut pas dire qu'on est dans un secteur où on est tendu de ce côté-là. Il y a des endroits en France où la terre végétale elle a une grande valeur car effectivement on en trouve peu. Chez nous ce n'est pas très tendu. Donc au final c'est quelque chose qui a de la valeur en soit, mais il faut presque payer quand on en a en excédent. Donc ça c'est un petit peu paradoxal. Et puis oui, il y a une réflexion sur le reste. Normalement dans les marchés, les terres non valorisables doivent être évacuées dans des décharges agréées, c'est une question, ça fait partie du cahier des charges des marchés. En général, à partir d'une certaine ampleur de l'opération, il y a quand même une réflexion qui est menée sur les hypothèses de réutilisation en place, avec un traitement de sol, à la chaux, au ciment. En général on demande que ce soit étudié en amont. Là pour le coup, à partir du moment où on a des terres avec des taux d'argile importants, c'est difficile quoi. Avec des limons, c'est plus facile, dans d'autres secteurs? Là pour le coup sur Seichamps on avait fait faire une étude de traitement en place, est-ce que vous dans vos projets, vous accordez de l'importance aux problématiques de gestion de sol sur place : qu'est-ce qu'on garde sur place, qu'est-ce qu'on enlève

. Avez-vous-eu-un-suivi-de-la-terre-excédentaire-sur-seichamps, Où elle est partie, où elle a été mise ? Est-ce que le Grand Nancy l'a réutilisée sur d'autres sites ? Par exemple, en contexte urbain où il y avait plus de besoins ?

, On lui donne, très clairement, parce que ça lui coûte le transport en fait. Ils la réutilisent pour leurs projets d'espaces verts, pour des plantations. C'est de la terre qui est de bonne qualité. Les services de la métropole m'ont contacté car ils ont une charte par rapport à la qualité de la terre qu'ils utilisent. Et comme c'était une terre agricole, je crois qu'ils font des analyses pour rechercher des éventuels produits phytosanitaires. 11. Quand vous parlez de terre de bonne qualité, est-ce que c'est parce que vous êtes sur un site agricole, 20003.

, En élément de conclusion, est-ce qu'aujourd'hui, la place du sol a vraiment une importance dans les projets ? Est-ce que vous trouvez qu'on est dans un basculement et que cette question agronomique de fertilité des sols, y compris en ville, à sa place et commence à prendre de l'ampleur dans les réflexions ? En dépassant le côté pollution ? Par quoi cela se traduit ? Est-ce qu'il y a des outils qui existent déjà pour faciliter cette démarche pour vous, aménageurs ? Ou est-ce que ça reste aléatoire ? Ben euh? pff? ça reste encore aujourd'hui très aléatoire, Le visuel et surtout les services de la métropole sont venus voir. Eux de leur côté font une analyse sous l'angle agronomique

, Et quand vous parlez de sensibilité, c

. Oui, On maintient le sol en place. Souvent ça se traduit aussi par un investissement de la part des collectivités : un investissement au sens gestion, voilà? Quelque part c'est presque plus facile de faire un parking en béton? Ça veut dire que derrière il y a une gestion, il y a une implication? Bon après des fois il y a des citoyens qui prennent la main dessus. Mais en règle générale il y a toujours la puissance politique qui est là derrière. Et s'ils ne sont pas là derrière pour avoir cette demande là et s'ils ne sont pas là derrière pour assurer la gestion, ben c'est difficile de projeter quelque chose qui derrière ne sera pas géré

Ç. Oui and . Oui, c'est aussi les citoyens qui poussent de ce sens-là. Mais c'est? Dans les esprits ça avance. Mais la traduction concrète dans les terrains c'est encore un petit peu embryonnaire

, Quels sont les 2/3 principaux services rendus par le sol que vous pourriez me citer auxquels vous accordez de l'importance quand vous arrivez sur un site de projet ? Par rapport à un projet d'aménagement ? Bah oui effectivement, l'aspect euh? gestion, enfin écoulement des eaux est celui qui me vient à l'esprit en premier. Surtout pour le cas de Seichamps, on est dans un site où il y a eu des inondations en 2012, qui a généré pas mal d'inondations en aval. Donc ça? euh? je pense aussi sur le climat par rapport à la capacité, enfin notamment à l'échauffement en été. Enfin, pendant les périodes de canicule, il vaut mieux être sur un sol naturel qu'être sur du béton. Enfin je pense que c'est du bon sens. Je pense que c'est aussi important par rapport au climat. Après je ne sais pas comment ça s'appréhende à l'échelle macro quoi. On constate qu'il vaut mieux être inscrit sur une pelouse que sur du béton quoi, mais après au niveau des modifications du climat à une échelle plus grande ça a une importance, ça je ne sais pas le dire. Donc euh?on a ça? l'eau? Ah et puis on a peut-être aussi l'absorption, enfin tout ce qui est absorption du carbone, les plantes aussi travaillent à l'absorption du CO2, donc je pense que c'est en cela que le sol est important. Après, comme ça, la pédagogie vis-à-vis des constructeurs, pour bien séparer les terres et les remettre au bon endroit. Bien souvent on voit que les pavillons autour? la terre qui a été remise dessus c'était des marnes, des gros blocs? voilà, vol.20, p.4

, Stockage des déchets : euh? oui alors par rapport à la problématique? oui c'est plus ponctuel? c'est spécial? oui aller 3, p.5

, Energie : 4 Support d'infrastructures et bâtiments : je ne peux pas vous dire le contraire ! 5 Support d'activités humaines : oui bah 5 ! MOA déléguée : oui, oui je pense, surtout en zones urbaines où il n'y a pas beaucoup de terrains disponibles

, On retrouve finalement assez difficilement des traces historiques d'occupation, c'est très difficile d'avoir des informations sur l'histoire de chacun des terrains

, Et quand on est sur des sites occupés depuis de nombreuses années par diverses activités, il y a une mauvaise connaissance des terrains qui fait qu'on sait qu'on a toujours le risque et l'appréhension d'avoir de mauvaises surprises

, MOA déléguée : le sol c'est finalement une des principales sources d'aléas, même après la réalisation

, Est-ce que justement cela vous est déjà arrivé de travailler avec des agronomes ou des pédologues sur ces questions de considération, de qualité des sols sur site ? Est-ce que vous avez déjà eu à lire des analyses agronomiques ? Aménageur : non. Agronome ? Non. Effectivement sur Bougainville, en tant qu'aménageur sur l'espace public, en général c'est sur l'aménagement de voirie? Et sur un aménagement d'un espace vert, qui aujourd'hui n'est pas vert du tout, on est d'accord ! Dans l'équipe de MOE on a demandé à avoir un écologue, avec une spécificité? et puis aussi lié au fait qu'il y ait un canal qui traverse? Pour restaurer ce cours d'eau, on a demandé à ce qu'il y ait un écologue. Mais agronome en site urbain là comme ça, non. Pourtant c'est un sujet spécifiquement espace vert là le parc. Mais non? 6. Pensez-vous que cette compétence soit utile, intéressante à intégrer dans la réalisation des projets urbains aujourd'hui ? MOA déléguée : dans quel but ? 7. Pour connaitre l'ensemble des paramètres agronomiques des sols? logique d'amendement, même d'utiliser des plantes qui permettent de dépolluer. Nous dans l'idée, on aurait aimé sur l'esplanade que t'as sondée, de faire faire des sondages sur lesquels tu as participé mais qui n'étaient pas dans les délais de nos travaux, pour partir sur quelque chose qui serait à l'exemple des parkings plutôt un décompactage du sol, un amendement et une plantation. Comme on avait une MOA assez pressée là-dessus et des budgets assez réduits, finalement ce qu'on a fait c'est qu'on a évacué le sol? enfin déblayé le sol qui nous paraissait suspect à la pollution, à l'hydrocarbure, pour en faire des zones de remblais sur le site qui sont semées, avec des semis de types prairie sèches et sols pauvres qui ne nécessitent pas d'arrosage. Donc le remblai est compacté sur une zone du site, et puis ensuite le déblai qu'on a créé, en fait on a reconstruit le sol sur 30 cm. Parce qu'il y avait vraiment cette incertitude, et là aussi sur des délais assez courts et on se dit que les entreprises qui allaient travailler dessus n'étaient pas assez forcément formées ou sensibilisées donc on a aussi fait le choix de la sécurité. Bon après, on peut aussi considérer que? nous ce qu'on a dit c'est qu'on décompacte sur 30 cm pour aider au développement premier des végétaux, donc à la plantation, ensuite on décompacte le sol qui reste sous les 30 cm. Et ensuite on est sur des strates essentiellement arbustives et ligneuses et bien on vise à ce que le développement des végétaux se fasse sur le sous-sol décompacter. Donc voilà, après nous on essaie de ne pas trop toucher au sol. C'est un peu un guide de la végétation qui apparait aussi au-dessus, qu'on vient jardiner, gérer. Mais on essaie de ne pas perturber les lignes d'eau, de ne pas faire des mouvements de terre trop importants, pour garder une structure sol existante, Aménageur : en termes de nature aussi, géotechnie, pollution, etc. Ca jusqu'à la fin ça représente une part des aléas? 3. Les projets d'aménagement réclament-ils une certaine pluridisciplinarité ? MOA déléguée : même dans la phase préalable, d'études, de diagnostics, on a besoin de plusieurs diagnostics. Mais les contraintes sont plus fortes : l'eau, le sol, l'archéo? Effectivement ça appelle à chaque fois une compétence spécifique. Même le bruit, la qualité de l'air, etc. Aménageur : même dans les aménagements des espaces publics? De plus en plus oui tout est fait de spécificités et de compétences. Moi je le vois par exemple sur le parc Bougainville qui est un aménagement d'espace public, on nous demande énormément d'études de reconnaissance au niveau hydro, pollution des sols, reconnaissance hydraulique sur la position, la constitution des nappes. On nous demande des prélèvements de gaz de sols. Il y a aussi des études bien évidemment géotechniques, sur la constitution des sols, vol.5

, Après sur la parcelle SOLEAM, avec Monsieur Deschamps, on voit que les points qu'on a pointé du doigt il l'intègre et il sort un diagnostic et un rapport sol qu'on est censé intégrer dès la phase d'avant-projet pour nous aiguiller. 3. Mais ces diagnostics de sol aujourd'hui sont principalement orientés vers les paramètres de pollution et de géotechnie ? Oui c'est vraiment les questions de pollution. La géotechnie sur Plan d'Aou moins parce qu'on n'a pas de bâtiments, on a des petits points d'équipement de sport mais ce n'est pas du lourd, donc entre guillemet on sait que ça tient. Donc c'est plus pouvoir estimer les masses que l'on pourra intégrer dans le projet et celles qui vont présenter un, Alors la sensibilité elle va aussi vers l'enveloppe budgétaire. Donc pour eux dès qu'on peut dire qu'on va travailler avec l'existant, qu'on va minimiser les exports, et que si on a un déblai on essaie de le gérer sur le site, et bien ça leur plait

, Quand les terres sont excavées, il y a-t-il un regard de leur qualité ? Est-ce que vous savez où elles partent ? Qui décide de où va cette terre ? Et comment la décision est prise ? Ca je t'avoue que je n'ai pas vraiment de connaissances là-dessus

. Et and . Qu, il y a une connaissance de la qualité des sols qui arrivent sur site ? Dans nos DCE (dossiers de consultation d'entreprise), dans ces phases là et dans les CCTP on indique toujours des paramètres de la terre amenée et d'une terre qu'on souhaite aussi venir d'un lieu proche pour là aussi essayer d'être économes en termes de ressources et moyens

, Est-ce que c'est déjà arrivé que la MOA vous impose une quantité de terre minimale à exporter ? Enfin une masse de terre exportée à ne pas dépasser ? Non, ça ne s'est jamais posé dans ces termes-là. Après là où on a un peu des obligations, on a quelques expériences à Paris, c'est d'avoir un minimum de sols perméables, Après sur les quantités exportées/importées moins. Mais sur la nécessité de restituer un pourcentage de sols perméables ça oui

, Je ne sais pas ce que ça va donner. Mais il y a une demande surévaluée par rapport à ce qui pourrait être entretenue. Je trouve qu'il y a un peu une tendance que ça dévie un peu. 12. Le but de ma thèse est de mettre au point un OAD à l'attention des acteurs de l'aménagement pour réussir à optimiser le sol dans les projets d'aménagement et donc pouvoir le connaitre en amont des réflexions, liée aux caractéristiques agronomiques. Pensez-vous qu'il y a aujourd'hui trop de contraintes à prendre en compte et que cet outil ne soit pas utilisé ? Bah pour moi oui il ne faudrait pas se priver de se complément là. Je pense que là aussi ça vaudrait le coup de pouvoir négocier plus pour que les MOE puissent pouvoir se saisir un peu de ça. Il faut le créer cet outil. On en aurait une réelle utilité. Et puis tant que ça n'existe pas ça n'existe pas. L'offre crée la demande. Et on se positionne comme ça aussi nous en tant que professionnels : faisons et on verra ce que ça donne. Encore une fois, si c'est encore des couts assez réduits et des compléments à des masses budgétaires beaucoup plus lourdes bah voilà, n'oublions pas l'essentiel quoi, c'est surtout ça, Encore une fois sur Bougainville c'est ce qu'on a réussi à mettre en oeuvre et qui a plu je pense aussi aux BET : dès les visites de terrain, dès les premières intentions de projet, ils étaient là avec nous et nous ont permis de mettre en avant des points de vigilance

, Et ensuite c'est? je ne sais pas? comment est-ce que le sol est aussi moteur d'une histoire dans un projet, qu'il raconte une histoire. Et le sol fait partie dans les positions 1 ou 2 de l'histoire de nos projets : il raconte la ville, une histoire industrielle, agricole, etc. C'est un moteur, une mémoire d'un projet. 14. Mettre une note de 0 à 5 en fonction de l'importance de la prise en compte du service rendu par le sol quand vous arrivez sur un site de projet, Euh? Qu'est-ce que j'attends du sol ? C'est difficile? Il y a deux choses : si c'est un sol terre battue et nu c'est, p.5

, Régulation des aléas naturels : 5 Stockage des déchets : 4 Purification de l'eau : 4 Habitat pour la biodiversité : 5 Biomasse : 5 Ressource ornementale : 5 Energie : 3 Support d'infrastructures et bâtiments : 3, p.3

, On va faire des études géotechniques pour enrichir tout ça. Ensuite, on va travailler sur des permis de construire, et sur les opérations où on est vraiment impliqué dans la création des permis, comme c'est le cas sur Sainte Marthe, on va être amené à côtoyer à travers le promoteur et l'architecte tous les BET : thermique, structure, gestion des eaux pluviales du bâtiment, etc. Donc encore toute une palette de disciplines à ce stade-là. Ensuite on a tout l'aspect commercialisation, donc vente des terrains. Et enfin, on a un aspect important en ZAC, c'est que lorsque l'on a créé les ouvrages, on ne les rétrocède pas à la collectivité tout de suite. Souvent il y a un temps de latence, c'est encore une procédure administrative particulière qui peut prendre du temps, donc on gère nos ouvrages, on fait de la gestion urbaine de proximité. Et là, on est en contact avec les représentants de la société civile, les habitants, et on est sur les thématiques de nettoyage, entretien d'espaces verts, réparation de mobilier urbain, etc. Donc encore quelque chose de différent. Et transversalement à tout ça on peut être aussi dans une démarche de communication et de médiation. Avec des agences de communication, on parle cible, création, etc. Donc la pluridisciplinarité s'impose en aménagement, ne serait-ce que parce qu'on doit faire. Elle vient ensuite se décliner selon les acteurs avec lesquels on travaille. Et ensuite, en fonction de l'opération, il peut aussi y avoir des disciplines particulières. Par exemple à la ZAC de la Capelette, la personne qui va travailler sur cette opération va développer des compétences sur la dépollution. Moi en travaillant sur Sainte Marthe je développe des compétences sur l'aspect patrimonial. Donc en fonction de l'opération on a des disciplines particulières. ZAC de la Valentine, c'est une ZAC commerciale, on va avoir des compétences liées aux commerces. Et ça induit qu'on ne travaille pas avec les mêmes acteurs. Il y a les composantes de base qui se déclinent ensuite de façon particulière selon l'objet même de l'opération que l'on suit. Donc c'est un métier où l'on? Alors justement quand j'étais étudiante on m'a dit qu'en tant qu'urbaniste, on était expert en rien et compétent en tout. Et c'est vrai. On doit tout le temps avoir une certaine curiosité, on apprend tout le temps et ça change tout le temps, on ne voit jamais la même chose. A cet endroit-là dans la chaine de l'aménagement c'est un métier évolutif, aussi en fonction de la vie de l'opération. J'ai la chance d'être sur la même opération depuis plusieurs années, donc je vois plusieurs étapes concernant les thématiques que j'ai citées tout à l'heure, mais sur des opérations qui ont vu plusieurs responsables, certains on fait beaucoup d'études préalables, d'études générales, le travail sur le foncier, etc. en lien avec le service foncier, etc, la qualité du sol, parce que ça va venir impacter le bilan de l'opération. Et le sol en tant que? euh? d'un point de vue historique, est-ce que c'est agricole? enfin je dirais dans son ensemble, donc quand on élargit le point de vue, quand il est vu comme un territoire et non plus une parcelle? là c'est plutôt? les aménageurs peuvent avoir ce point de vue-là, les urbanistes architectes qui travaillent avec les aménageurs sur ce projet, les services techniques de la collectivité, de planification, d'aménagement, etc. peuvent avoir cette vision. Ça dépend aussi à quelle échelle on est dans la réflexion urbaine. 3. Les projets d'aménagement réclament-ils une certaine pluridisciplinarité ? Evidemment, c'est vraiment pluridisciplinaire et je pense à un point qu'on n'imagine même pas quand je dis pluridisciplinaire. Parce qu'il y a vraiment beaucoup de disciplines, c'est vraiment énorme

, Quand vous avez à faire à un BET spécialiste -technique, la compréhension se fait-elle facilement ? Alors ça va dépendre de chaque personne et de sa connaissance même simple du vocabulaire

, Donc il va y avoir une difficulté de compréhension. Un exemple tout simple pour un profil universitaire comme le mien, c'est les chantiers. J'ai l'impression qu'ils parlent une autre langue. Donc ou ça nécessite d'être? que ce soit vulgariser. Et généralement tous les intervenants experts, spécialistes, sont habitués à ce que les MOA, puisque nous nous sommes du côté de la MOA pour Sainte Marthe, Evidemment c'est rare en tant que pilote d'une opération que l'on ait pu voir tout dans nos études

, Donc parfois 4 ans après il faut faire quelque chose que l'on a fait 5 ans avant et il faut se rappeler comment on a fait. Les projets même à l'intérieur d'une opération avancent de manière différente. L'aménagement de toute façon c'est un temps lent. Voilà pour moi le court terme en aménagement c'est 5 ans. Le temps de dire on sort le projet et que l'ouvrage sorte de terre. Donc il faut avoir une bonne mémoire pour se rappeler de l'historique des choses. Donc on a des outils pour nous aider, on consigne un certain nombre de choses. Mais la mémoire est importante. Et au final, on ne sera jamais expert d'un domaine, puisque même quand le domaine est vulgarisé avec des BET très pédagogues, on ne pourra jamais en savoir autant qu'eux. On a besoin de comprendre l'essentiel pour pouvoir avoir un dialogue, pour analyser la situation, pour prendre des décisions? mais on est expert en rien. Effectivement, quand j'ai fait l'IUAR j'avais déjà identifié que je voulais travailler sur une ZAC et je me positionnais comme urbaniste intellectuellement. L'urbanisme c'est quelque chose qui encore aujourd'hui n'est pas réglementé, il y a plusieurs définitions, c'est une science particulière. Et en exerçant je me suis aperçue que je ne me considère plus comme urbaniste, d'ailleurs je travaille avec un urbaniste qui fait de la conception urbaine, des plans masses, etc. J'ai une lecture de ça et une compréhension, Donc ils savent vulgariser les choses. Donc il ne faut jamais hésiter à poser les questions. Et il y a quand même aussi évidemment une part de recherche personnelle, de curiosité. Il faut aussi faire sa part de chemin pour pas tout le temps avoir à poser les questions. En équipe, en interne, c'est aussi important? on travaille rarement en équipe

, Donc on a eu des échanges avec la fermière, mais pas du point de vue de son métier ou du sol, de ce qu'il peut apporter, mais plutôt du point de vue organisation. Parce qu'en fait il y a une voie qui doit passer en limite de cette ferme pédagogique, donc il y a des interfaces avec des enjeux spécifiques à gérer parce qu'il y a des animaux, parce que c'est une zone qui est exploitée en agriculture avec label biologique. Donc le projet d'aménagement on doit appliquer des contraintes fortes pour pas polluer les sols pendant les travaux ni après. Sur la mise en oeuvre des travaux on a une réflexion aussi, parce qu'évidemment pour faire une voie de dix mètres, l'emprise du chantier est plus importante : donc comment on vient s'insérer et travailler dans une ferme, Toute à l'heure vous m'avez parlé de votre dialogue avec le BRGM pour comprendre le sol qui est sur place. Est-ce que justement cela vous est déjà arrivé de travailler avec des agronomes ou des pédologues sur ces questions de considération, de qualité des sols sur site ? Est-ce que vous avez déjà eu à lire des analyses agronomiques ? Alors des agronomes pas directement

, est-ce que c'est une pratique que vous essayez de mettre en place sur tous les sites où vous intervenez, de privilégier les sols en place et de les réutiliser ? Notamment quand arrive la définition des lignes budgétaires pour la phase chantier, savoir combien de m3 de terre on peut faire sortir du site, comment on va réutiliser l'autre quantité sur place, etc. ? Est-ce que l'on ne peut pas déjà faire avec ce qui existe déjà ? Est-ce qu

, Il y a des effets qui se sont faits, par exemple : le projet nécessite des déblais de terre importants, à côté on sait qu'on va devoir remblayer, enfin ça peut être un tiers, ce n'est pas forcément le même MOA. Jusqu'à présent, j'ai surtout vu ça au niveau vraiment très opérationnel, quand on est déjà avec l'entreprise sur site, le MOE, les entreprises qui essaient de s'entendre entre-elles, les MOE entre eux, qui demandent l'accord des MOA. Mais on n'a pas une vision suffisamment? la vision on peut l'avoir, mais c'est la mise en musique de cette vision qui aujourd'hui fait défaut mais aussi parce qu'entre la vision de départ, qui implique une programmation, et finalement la programmation réelle, donc le planning, et là parfois ça vient chahuter la vision initiale parce que ben l'opération sort pas au moment prévu, et que ce qu'on aurait pu faire, on ne peut pas. Donc c'est la première difficulté. Et puis il y a autre chose, aussi la confrontation entre la théorie et l'opérationnel, le fait de? enfin d'un point de vue environnemental, il vaut mieux éviter de chahuter trop la topographie, il vaut mieux éviter les mouvements de terre et suivre le profil des pentes naturelles. Et là sur Sainte Marthe on vient se confronter à un problème, car le sol il n'est pas plat, il est en pente, et avec des fortes pentes régulières de 5 à 6%. Et la réglementation régulière sur l'accessibilité c'est 4% de pente. Donc là on est face à une contradiction, au stade des études préalables des AMO BET environnement qui préconisaient de suivre la topographie du terrain et d'éviter les mouvements de terre, et puis au niveau de études techniques du projet, le MOE qui va nous rappeler la réglementation. Normalement il faut essayer de ne pas être dérogatoire, donc il faut une pente de 4% ou 5% sur un certain nombre de mètres linéaires avec des stations de repos, etc. Sur un site comme Sainte Marthe c'est compliqué. Donc il faut quand même qu'on maintienne un chemin. Donc même si on est dérogatoire il faut quand même qu, Sur cette vision d'ensemble il y a plusieurs choses : la théorie et le cas concret. En théorie, honnêtement, jusqu'à aujourd'hui c'est assez compliqué d'avoir une gestion intégrée, fiable, complète et efficace ne serait-ce que sur les aménagements publics. Car c'est une terre qu'on maitrise et qu'on va toucher

, Et quand les terres sont amenées, est-ce qu'il y a une connaissance de la qualité des sols qui arrivent sur site ? Alors quand on a besoin d'une terre particulière, on va être plus proactif. C'est-à-dire que l'on va demander au MOE dans un cahier des charges le niveau de la qualité de la terre dont on a besoin. Et on va vérifier quand la terre arrive, demander à des BET de vérifier sous le contrat du MOE que la terre est bien bonne et conforme. Là où on est très vigilant sur cette question de la qualité de la terre c'est quand il y a des remblais. C'est-à-dire que souvent, quand le promoteur veut construire dans un site en extension comme Saint Marthe, il va vouloir taluter, il ne va pas construire à la limite de la propriété, il va faire un talus. Et cette zone là il va avoir besoin de la remblayer. Donc nous on demande au promoteur de remblayer cette zone et il faut que l'on soit vigilant lors de la réception de ces remblais, car si l'entreprise a mis des mauvais remblais, de la mauvaise terre pour éviter d'avoir à l'évacuer en décharge, et bien qu'est-ce qu'il va se passer ? Vous faites le trottoir ça va s'affaisser, au bout de quelques mois, quelques années. Donc là il faut être extrêmement vigilant. Personnellement je n'y ai pas encore été confrontée. Mais je sais que ça arrive souvent, donc maintenant on essaie de mieux se sécuriser en créant? donc déjà des zones occupées, Quand les terres sont excavées, y a-t-il un regard de leur qualité ? Est-ce que vous savez où elles partent ? Qui décident de où va cette terre ? Et comment la décision est prise ? Alors déjà, pour les terres excavées, sur sainte Marthe, il y a une charte sur la qualité environnementale où il est demandé que les terres, enfin les déchets etc. soient évacués dans des autres centres spécialisés. Des bons de livraison qui sont demandés, qui doivent être fournis. On a un AMO qualité environnementale qui nous accompagne sur ça. Mais ça reste vraiment projet par projet, on n'est pas sur la vision d'ensemble (gestion globale des terres sur site) que vous avez exposé au début

, Qui les finance vous voulez dire ? Bah en fait c'est un BET spécialisé pour faire des pénétro, des tests Q4, etc. Mais en fait l'important c'est qui les commande et qui le contrôle

. Dans-la-logique-c'est-le-promoteur, On peut aussi les faire faire par un BET choisi par l'aménagement mais les financer par le promoteur. 11. Je développe un outil qui vous aiderait, vous acteurs de l'aménagement, à appréhender peut être plus facilement cette question de prise en compte de la qualité agronomique des sols en amont des réflexions sur un projet d'aménagement. Est-ce que vous pensez que rajouter un outil, avec toute la réglementation qui existe déjà, ça ne contraint pas? enfin ça n'encourage pas l'acteur à l'utiliser ? Est-ce que vous pensez donc que cet outil soit utile ? Doit-il être tout nouveau ?, Ou intégrer à des outils déjà existants ? Est-ce que ça vous plairait d'ajouter des paramètres agronomiques aux analyses de sol qui sont déjà faites

. Alors, Donc notre travail en tant que MOA dans une opération, c'est d'enclencher toutes les études nécessaires pour mener à bien l'opération : d'un point de vue développement donc mise en oeuvre et gestion. En l'occurrence, sur cette opération et compte tenu du contexte du territoire, il y a un sujet hydraulique. Donc déjà d'un point de vue concret, opérationnel, on a été amené à faire des tests de perméabilité pour justement connaitre la capacité du sol à pouvoir absorber, limiter la rétention. On a fait ces études car on est accompagné par un AMO sur ces questions hydrauliques et donc l'AMO, avec le MOE, on a dit ce serait intéressant de tester ça pour voir si le projet hydraulique proposé par le MOE on pouvait le penser autrement en fonction des résultats. Donc on a fait ça. Donc ce que je veux vous dire c, concrètement, qu'est-ce que vous y mettez ? Qu'est-ce que ça pourrait apporter comme informations techniques, opérationnelles, stratégiques, je ne sais pas ? Là pour vous répondre, il faut que je rappelle qu'est-ce que nous on est. ON est aménageur

, Comment vous définiriez le sol d'une manière très courte ? A-t-il une limite dans l'espace et quelle est cette profondeur ?

, Au début, on prend les choses tels quelles sont. Et ensuite moi très vite je me suis dit, et notamment parce que je travaille sur Sainte Marthe, j'ai été confronté au problème, bon d'abord, de l'absence totale de prise en compte du relief. Bon le sol c'est aussi un relief, donc un problème de topographie, etc. Ensuite un problème hydraulique, parce que le sol ça sert aussi à absorber. Et à un moment je me suis dit mais est-ce que nous dans notre projet d'aménagement réellement on considère le sol, de ce qu'il est et de ce qu'il nous apporte. C'est pour ça qu'aujourd'hui on est clairement dans la remise en cause d'un projet. Bon voilà, ce sol-là il est vivant, il est l'expression d'une topographie et de l'histoire de ce lieu, une substance vivante, et le support de notre vie sociale. 2. Aujourd'hui dans le monde de l'aménagement, vous trouvez que le rapport au sol est fort ? Faible ? Ou ça dépend des contextes, du site

. Oui, pour prouver que là, l'intervention très lourde en logement et en infrastructure très lourde était prévue n'est pas la plus bénéfique, on bouleversait trop un territoire. 6. Et tout ça, ce stop dans le projet voire ce retour en arrière, l'aménageur il le prend comment ? Car je pense que d'un point de vue ne serait-ce que financier, cela doit avoir des répercussions pour eux ? Sur le? Disons qu'au départ ce qui était compliqué c'est que nous même on n'était pas sur de là où on allait, et on n'avait pas un discours très clair. Donc l'aménageur essayait d'avancer son opération comme une opération classique. Maintenant ils ont compris que là il y avait, on revenait en arrière? Et ils sont même les premiers à dire? Bon d'ailleurs parce qu'il y a plein de problèmes de gestion, dû au fait que l'on est sur un territoire très particulier : problème de gestion de proximité (il y a déjà des habitants alors qu'il n'y a pas forcément toutes les voiries encore) et problème hydraulique (il faut faire énormément de rétention pour finalement un rapport au logement qui est assez faible). Donc tout ça fait que c'est une opération qui coute cher, et l'aménageur n'est pas là pour se tirer une balle dans le pied. Donc là ils sont vraiment sur la même ligne que nous. Ils n'ont pas remis en cause, même politiquement, le président de la SOLEAM n'a pas remis en cause la ligne de conduite. Mais maintenant ils nous demandent d'être très clairs sur notre discours. Ils préfèrent qu'on leur dise bon maintenant on stoppe à cet endroit-là? ca 'est normal, Notre élu a concrètement écrit à l'aménageur en disant à cet endroit-là vous stopper tout, à cet endroit-là on veut de l'agriculture urbaine. Donc il y a des choses très fortes qui ont été dites dans l'année, et qui émanent de tout un cheminement, d'un processus technique

, Toute à l'heure vous m'avez parlé de votre dialogue avec le BRGM pour comprendre le sol qui est sur place. Est-ce que justement cela vous est déjà arrivé de travailler avec des agronomes ou des pédologues sur ces questions de considération, de qualité des sols sur site ?

. Non, C'est-à-dire que là depuis 5, 6 ans, on travaille sur ce dossier avec la jeune femme chez l'aménageur, on est débord parti d'un problème patrimonial, en se disant que l'on est sur un paysage de bastide, etc. qui est vraiment très particulier sur Marseille, qu'il faudrait préserver. L'agriculture est venue dans un second temps, il y a environ deux ans, et c'est il y a deux ans que l'on s'est dit que peut-être on devrait faire appel à des agronomes. Donc on a eu un stagiaire agronome il y a deux ans qui nous a beaucoup aidées, car finalement on découvre un nouveau monde. Et puis, il y a des gens comme la chambre d'agriculture ou la SAFER

&. Aujourd and . Hui, Ah oui ! C'est un besoin nécessaire aujourd'hui ! Donc on n'est pas encore arrivé au stade où l'on a fait appel à des géologues aujourd'hui, car justement la prise en compte du sol elle n'est pas encore? elle n'apparait pas comme évidente. Mais par exemple nous l'aménageur, qui au départ avait juste des missions d'AMO, un AMO urbain et sur Sainte Marthe un AMO qualité environnementale des bâtiments, ben en fait il a pris un AMO hydraulique, un AMO plutôt archi, et là dernièrement un AMO gestion urbaine de proximité. Et puis après par exemple on travaille avec des partenaires comme la chambre d'agriculture, la SAFER, Terre de Liens? Des gens avec lesquels on n'aurait jamais imaginé travailler avec il y a quelques années. Les environnementaux c'est les bureaux d'études environnemental qui nous font les études d'impact. Les écologues moi je les ai connu? enfin on travaille avec eux, on dit que les projets d'aménagement sont pluridisciplinaires. Est-ce que vous vous le voyez clairement ? Est-ce que vous avez à faire à des disciplines qui ne sont pas « classiques » de l'aménagement ? Par exemple des géologues, et hydrauliciens

, Est-ce que cette interdisciplinarité se passe bien ? Est-ce que par exemple les éléments de langage des deux côtés sont facilement appréhendables ?

. Non and . Compliqué, comme notamment avec la direction de la biodiversité des parcs et jardin qui nous a aidé a travailler sur les mesures compensatoires, on travaille beaucoup avec les gens qui s'occupent d'écocitoyenneté car il y a un projet de ferme pédagogique, on travaille aussi beaucoup avec la direction régionale des affaires culturelles et l'ABF. Après ça dépend aussi des territoires. Mais je veux dire, évidemment on est en multidisciplinaire. Après, pour appréhendé un territoire, et surtout aussi riche que ça, il faut passer par là. Quand on va voir la directive des eaux, c'est des technico-techniques. Quand on n'a pas quelqu'un pour nous aider à décrypter tout ça, c'est difficile. Mais tout le monde n'est capable de ça ! Nous l'AMO hydraulique que l'on a pris, il est particulièrement doué, et heureusement, pour faire comprendre un processus ultra compliqué et technique à des élus ! 10. Quand vous arrivez sur site, quand on vous confie un projet, quelles sont les études environnementales que vous consultez pour bien vous saisir de l'environnement du site ? Bon déjà, il faut faire du terrain ! C'est la base en aménagement, on ne peut pas faire autrement que de voir. Ensuite ça dépend des territoires sur lesquels on travaille, mais il y a toujours ou des études d'impacts, ou d'évaluation des incidences environnementales qui ont été faites, il y a toujours des études qui ont été faites par les agences d'urbanisme, notamment sur Sainte Marthe des études sur l'habitat, sur l'histoire du site, sur le patrimoine. Tout ce que je peux lire je lis. Après la limite c'est quand l'étude est trop technique. 11. Est-ce que justement cela vous est déjà arrivé de lire des analyses agronomiques ? Non, non pas encore ! Mais j'aimerai bien ! Mais je pense que là pour le coup c'est pareil, il faudra une aide à la vulgarisation ! Après sur les études agronomiques, on va dire que par intérêt personnel, je sais faire la différence entre un sol acide, un sol basique, de l'argilo-calcaire, etc. Mais après si c'est plus technique, on n'y arrivera pas ! 12. Concernant la problématique de gestion des sols sur site, est-ce que c'est une pratique que vous essayez de mettre en place sur tous les sites où vous intervenez, de privilégier les sols en place et de les réutiliser ? Notamment quand arrive la définition des lignes budgétaires pour la phase chantier, Par exemple, l'hydraulique c'est juste l'enfer ! D'ailleurs c'est pour ça que l'on a pris un AMO ! Par exemple quand il a fallu comprendre comment fonctionnait le système de l'eau, ce que c'était que le système centennal, décennal, les débits, etc. c'est quelque chose d'ultra compliqué ! Et là un AMO qui fait de la vulgarisation auprès d'autres partenaires c'est très important ! Par exemple, ça nous a permis de travailler en transversale avec d'autres services de la ville ou de la Métropole

, Mais ça c'est une question pour Madame Turchini. Ce qui est intéressant pour Sainte Marthe par exemple c'est qu'il y a une carrière, qui a mis en place une autorisation jusqu'en 2020, pour lequel ils ont demandé une extension d'autorisation à la préfecture, et qu'elle propose dans son extension d'autorisation, la possibilité justement car il y a énormément de chantier sur Marseille Nord, d'utiliser une partie de son filon qu'elle a déjà exploité et qu'elle doit refaçonner, toutes ces terres de chantier, plutôt que de les envoyer loin. Donc elle prône le circuit court. Donc ils nous en ont déjà parlé. Donc ils ne peuvent pas encore le faire car ils n'ont toujours pas eu l'extension de l'autorisation, mais on réfléchit, Alors, ce serait une question pour l'aménageur, car ils ont la pratique. Moi de ce que je sais, de ce que j'entends dans les réunions, on limite au maximum le bouleversement du sol, et o limite au maximum

, De ce que vous savez, le font-ils car ils sont sensibles à cette considération du sol et à la préservation de l'existant, ou car ils y voient un intérêt financier ? Oui? c'est évident. Alors je ne parle pas de l'aménageur. Je parle de ceux qui font les travaux. Après ils ont peut-être une sensibilité personnelle, mais c'est sûr que c'est uniquement une question de coût pour l'instant. 14. Quand les terres sont excavées, il y a-t-il un regard de leur qualité ? Non. 15. Et quand les terres sont amenées

, Après bien sûr il y a des sensibilités différentes, mais la grande tendance c'est l'aspect financier. Et autant nous en tant qu'agents des collectivités, élus, on a la notion d'intérêt général défendre donc la notion de services rendus par la terre, la biodiversité, etc. on peut l'intégrer au discours. Mais pour aller contraindre et obliger à faire des analyses plus couteuses, il faut derrière qu'ils arrivent à en retirer une espèce de produit marketing : le dire dans nos annonces de vente, un peu comme les Eco-Quartiers quoi. Ce serait bien que l'intégration du sol soit du bon sens, mais je pense que l'on sera obligé de passer par là? 19. Je développe un outil qui vous aiderait, vous acteurs de l'aménagement, à appréhender peut être plus facilement cette question de prise en compte de la qualité agronomique des sols en amont des réflexions sur un projet d'aménagement. Est-ce que vous pensez que rajouter un outil, avec toute la réglementation qui existe déjà, ça ne contraint pas? enfin ça n'encourage pas l'acteur à l'utiliser ? Est-ce que vous pensez donc que cet outil soit utile ? Doit-il être tout nouveau ? Ou intégrer à des outils déjà existants ? Evidemment, à partir du moment où on met des contraintes c'est plus compliqué. La charte qualité environnementale par exemple de la ZAC de Sainte Marthe, Alors ça je n'en sais rien. Alors pour le cas des terres excavées, en fait, je sais qu'il y a des analyses de pollution. En fait, l'aspect sol est? la porte d'entrée est la pollution, pour savoir dans quelle catégorie de décharge on les envoie. Mais pas sur la qualité intrinsèque. Et après, ce que je ne sais pas c'est effectivement concernant les sols qui arrivent sur site. 16. Pour conclure, est-ce que vous pensez que les choses vont changer, que la considération du sol en tant que ressource va évoluer ? Pensez-vous que les décisions prises sur Sainte Marthe et notamment celle de mettre en suspens le projet car il ne correspond pas à la qualité des sols sur site, pourraient se généraliser dans d'autres projets d'aménagement ? Ça évolue lentement? En fait je crois vraiment que si on n'impose pas dans la planification que le sol soit pris comme un élément au même titre que l'arbre, ou que la trame végétale, on n'y arrivera pas

, Donc ils sont faune-flore, donc très surface. Les seules personnes avec qui j'ai pu échanger et qui m'ont un peu sensibilisé au sol, c'est les hydrauliciens, car ils sont obligés, mais c'est sur le service qu'il rend en non imperméabilisation ou en rétention, ce n'est pas sur la qualité globale du sol. Ensuite ce sont les acteurs de la chambre d'agriculture, notamment dans la région Rhône-Alpes des associations qui travaillent sur le développement de projets agricoles et qui là emploient des agronomes? Mais toujours agronomes du milieu rural, Non? Les personnes qui font des études d'impacts se sont des écologues

, Et donc au niveau national, il y a quand même une sensibilité depuis 10 ans. Et tout à coup on se rend compte maintenant ! Il va y avoir une évolution sociétale là-dessus, on ne peut pas continuer à consommer de l'espace comme ça, n'importe comment et à vitesse grand V, sans se dire, enfin d'autant plus s'il y a de moins en moins de sol. Il y a quand même des prises de conscience du rapport du sol et de la plante : toute plante ne pousse pas sur n'importe quel sol. On ne peut pas faire n'importe quoi sur un sol calcaire, il n'a pas les mêmes fonctions qu'un autre. Donc, je pense qu'on ne pourra pas faire autrement dans l'aménagement que l'utiliser. Et donc sans doute qu'un BET tel que vous le décrivez sera nécessaire, Et si un BET se développe sur cet aspect-là pensez-vous qu'il trouve preneur très vite ? Ou qu'il y aurait encore un blocage de la part des acteurs, psychologique ou même financier ? En fait, j'aurai du mal à vous répondre

, Le deuxième c'est l'intérêt de captation du CO2 pour le changement climatique. Ensuite, une fonction de beauté, d'esthétique du lieu, donc la dimension paysagère. 23. Mettre une note de 0 à 5 en fonction de l'importance de la prise en compte du service rendu par le sol quand vous arrivez sur un site de projet Régulation de la qualité de l'air : 3, Je dirai en premier sa fonction nourricière, sa possibilité de faire du jardin, p.4

A. Entretien-avec,

, Comment vous définiriez le sol d'une manière très courte ? A-t-il une limite dans l'espace et quelle est cette profondeur ?

, En tout cas on aura moins d'appréhension en général, si on doit aménager une zone en extension urbaine, et d'ailleurs à tort. A priori on se dit que c'est plus facile. Alors oui, le sol c'est notre support quand on aménage. Donc on est obligé, d'ailleurs ça fait partie de nos études que l'on fait en amont, les études préalables, c'est de bien connaitre le sol sur lequel on fait construire. Déjà pour savoir ce que l'on peut faire construire, en termes de qualité du sol, est-ce qu'il est meuble, est-ce qu'il y a des roches affleurantes, est-ce qu'il y a de l'eau affleurante, car en plus tout ça, ça peut avoir un impact économique assez fort. Il y a l'histoire de la pollution aussi, qui est essentielle de diagnostiquer assez tôt, car sinon ça peut remettre en question toute la fiabilité d'un projet. Donc c'est vraiment avant même de démarrer une étude, La matière première sur laquelle on travaille c'est celle du sol. Sans le foncier, on n'intervient pas. Même quand on est dans des projets de réhabilitation urbaine, c'est à partir d'un sol, et celui-ci, selon la définition du projet, il peut être très différent

, Quand vous dites études pédologiques, que regardez-vous ? Les caractéristiques géotechniques ? La pollution ?

, commencé à travailler avec un urbaniste qui a dessiné son plan masse, son projet. J'ai l'exemple d'un projet où j'ai trouvé qu'il y avait de la roche affleurante et une nappe phréatique à proximité. Et donc pour savoir comment on pouvait construire, on a commencé à faire des sondages hydrogéologiques, avec un relevé sur une année pour savoir comment évoluait la nappe. Après des fois c'est la même chose sur la roche, de faire un sondage assez profond pour voir les matériaux de la roche et savoir si ça sera assez solide pour les fondations. 3. Que voulez-vous dire, Alors, il y a celles-ci, mais comme les bâtiments ne sont pas encore construits? et puis ce sont des études préalables donc souvent on n'a pas

, Donc ça c'est le côté caractérisation du sol. Après, tout le volet pollution est hyper important, car on réalise des quartiers aves des espaces publics, de plus en plus des espaces végétalisés où il y a un accès à la terre, que ce soit des espaces de jeux ou des jardins partagés, Oui, c'est ce qui nécessite notamment des fondations spéciales, si la roche est très profonde, ou s'il n'y a pas de roche du tout

A. Alors, démarrage des projets on fait une étude d'impact, et donc des investigations faunes-flores se font pendant une année. Ce sont des écologues qui la réalisent

, Avez-vous déjà pu voir des agronomes ou pédologues intervenir pour faire des études agronomiques lors de ces phases amont ?

, On les ferait intervenir je pense dans des études préalables, mais après cette étude d'impact obligatoire. Donc nous on n'en a jamais fait travailler. Mais si c'est un projet avec un objectif particulier, avec une notion d'intégration d'agriculture, on aurait à faire à un spécialiste pour qualifier le sol. Notamment, on le voit de plus en plus, il y a cette notion d'agriculture urbaine, de fermes urbaines, cette notion d'usages de la terre en tant que terre nourricière, de fertilité de la terre

. Justement, avez-vous en tête une pareille structure qui a la compétence de venir étudier sur site la qualité agronomique d'un sol ? Je ne sais pas, comme ça non. Je connais pas mal d'associations qui travaillent? mais c'est plutôt sur le volet animation, concertation, sur les ilots de biodiversité, mais plutôt pour l'information, l'animation. En fait aussi il y a des boites de paysagistes spécialisés dans les jardins partagés où

B. Un and . Vrd, Donc on se retrouve avec de grands groupements. D'ailleurs, lors de consultations, nous on donne des objectifs, et on les laisse d'adjoindre de compétences qu'ils jugent nécessaire. Donc des fois ce sont même eux qui nous proposent des boites spécialisées dans un domaine auquel on n'avait pas pensé. Par exemple sur un projet d'agriculture urbaine, ils pourraient dire que pour avoir une candidature plus percutante et compte tenu de nos objectifs, ce serait bien d'avoir cette compétence-là. S'il y a un volet pollution, ils vont s'adjoindre de compétences spécifiques aussi. Donc on se retrouve vraiment avec des groupements très larges. Ce qui nécessite un management assez nouveau. Soit c'est un mandataire qui a une vraie compétence de management? mais on est vraiment dans cette pluridisciplinarité. A part si c'est un micro projet? 8, En général, les projets d'aménagement urbains réclament-ils une certaine pluridisciplinarité ? Est-ce que les appels d'offre réclament des compétences élargies ? Oui, complètement. Avant on faisait appel à un urbaniste

. Oui, Notamment avec la question, mais aussi avec l'évolution des réglementations, à la question de la pollution, où même quand on faisait de l'extension urbaine sur une friche maraichère, on ne se disait pas que, comme c'était un terrain où il n'y avait pas eu d'entreprises ou de déversement d'hydrocarbures, on ne se disait pas que ça pouvait être pollué. Mais on l'a senti sur site, on l'a vu. Alors que maintenant, sur des terrains agricoles, on sait que forcément il y a de l'arsenic et une dépollution à avoir, Ça a commencé pour des raisons purement économiques je pense au départ, vol.9

O. Oui, . Alors, and . Qu, est de vendre des terrains? Nous on achète des terrains et on les vend, donc pour les vendre on doit connaitre les sols. Après, on peut les vendre pollués, si c'est en accord avec l'opérateur car c'est lui qui se charge de les dépolluer, mais en tout cas on est sachant, p.4

M. Entretien-avec,

, Comment vous définiriez le sol d'une manière très courte ? A-t-il une limite dans l'espace et quelle est cette profondeur ?

. Moe--1, Donc sa connaissance? Donc son épaisseur, c'est celle de terre végétale, en général c'est ça qu'on valorise? Et après, en dessous, c'est de connaitre ses caractéristiques mécaniques, savoir s'il est suffisamment dur ou pas pour pouvoir assoir une chaussée, quelle est sa résistance, quelles sont ses problématiques vis-à-vis de l'eau : est-ce qu'il y en a beaucoup (est-ce qu'il faut drainer), est-ce que c'est trop argileux, donc pas assez stable ? Est-ce que c'est trop dur donc il va falloir utiliser un matériel spécifique pour le creuser et mettre des réseaux ? Donc c'est, Le sol, donc on a le sol actuel, et au départ c'est savoir? Souvent on arrive dans des champs, des espaces naturels

. Moe--2-;-a-la-jaguère, ce qui est particulier, c'est que ce sont des anciennes terres maraichères, donc normalement de la bonne terre, et là pas de chance, ce n'est pas terrible. Alors d'après l'architectepaysagiste, qui est toujours un connaisseur de terre, ce n'est vraiment pas bon

. Moe--1, Donc c'est des sols très amendés en sable, c'est un peu tout l'historique de Nantes et le maraichage autour de Nantes, et ce sont des sols qui ont été pompés jusqu'à la lie. Donc c'est un sol qui s'effrite totalement. Ce n'est pas du sable, mais presque. Donc ce qu'on va nous chercher, c'est un peu ça, ses caractéristiques mécaniques, géologiques. Et nous sur la profondeur, les réseaux on va les faire jusqu'à 2,5 mètres, en général. Après, on n'a pas à venir chatouiller en dessous. Donc ça va être le maximal, Après, je pense que ce sont aussi des sols qui ont été tellement exploité pendant très longtemps, qu'ils ont été usés

F. De-manière-générale-en, comment vous jugez aujourd'hui le rapport du chantier au sol dans le monde de la MOE ? Trouvez-vous que le sol y a une importance ? Est-ce qu'il doit en avoir une ?

. Moe--1, Donc la terre végétale on va pouvoir la stocker, enfin sauf La Jaguère car ça ne vaut pas le coup, il n'y a rien de bon, donc on va la stocker pour pouvoir la valoriser : si on ne la remet pas sur le site on va la remettre autre part, car il y aura toujours des gens intéressés par la terre végétale. Par contre, le sol en lui-même, classiquement, on enlève 1 mètre de sol et on le remplace par des épaisseurs de cailloux ou d'enrobés pour faire nos routes et nos aménagements. Et on se rend compte que c'est beaucoup de volume, car si vous enlevez 1 mètre de sol au mètre carré, ça fait beaucoup. Donc on brasse beaucoup de matériaux, il faut l'enlever, et trouver un endroit à le remettre, donc ça fait beaucoup de contraintes. Donc on est plutôt à développer e MOE et avec les entreprises, un renforcement, une réutilisation des sols en place. Ca dépend du contexte géologique du site. Et de plus en plus, on s'oriente vers un renforcement de sol, donc on renforce le sol en mettant de la chaux pour renforcer l'humidité, soit du ciment, ou des espèces de liants type ciment pour pouvoir lui donner de la résistance, Une chose que je n'ai pas dite, effectivement? le sol, on voit dans l'économie d'un projet, avec les routes, les réseaux, etc. on le travaille beaucoup dans le sens où? Quand je fais une route, une épaisseur de chaussée ça fait à peu près 1 mètre, donc quand j'enlève des réseaux ça peut être assez profond? Donc sur un nouveau quartier, quand on fait des nouvelles voies, on va remuer beaucoup de terre

, Durant toute la réalisation du projet, accordez-vous de l'importance aux problématiques qui peuvent se poser en termes de gestion du sol sur site ?

. Moe--1, ne doit pas avoir d'extraction vers l'extérieur. Ça veut dire que tout ce qui est dans mon territoire à terrasser, je dois retrouver dans mon territoire un lieu pour le réutiliser. Des fois on le réutilise aussi en faisant des merlons, de protection, acoustiques, etc. ou en faisant des aménagements paysagers. Moins on promène ces mètres cubes et ces volumes, plus c'est économique et plus ça va aller vite, Et donc dans nos premières parties d'étude, on va missionner un BET géotechnique où on va mesurer les caractéristiques physiques et géotechniques du sol et demander des

, Qui décide de la source d'approvisionnement ? Y a-t-il une analyse agronomique de cette terre avant son transfert ? Par qui ? Trouvez-vous cela nécessaire ? MOE -1 : Sur la terre végétale, dans la MOE, c'est plutôt l'intervenant paysagiste, qui lui, en même temps qu'on fait des essais géotechniques, demande des caractérisations du sol? donc le pH, enfin la qualité agronomique, pour réfléchir au réemploi, et en fonction de cela, si la terre végétale peut être réutilisée, il peut l'amender d'une certaine façon. Ou alors, il va demander de la terre végétale qui viendra d'autres sites, avec des caractéristiques, et lui il fera des prélèvements sur ces sols-là

. Moe--2, Souvent aussi c'est de l'opportunité : si l'entreprise de terrassement a un chantier à côté avec tant de mètres cubes disponibles

, Où va ce sol ? Qui décide de sa destination ? Y a-t-il une analyse agronomique de ce sol avant son transfert ? Par qui ? Trouvez-vous cela nécessaire ? MOE -1 : Tout ce qui est évacué, donc effectivement c'est les entreprises qui évacuent soit la terre soit les déblais, effectivement, elles doivent nous dire où cela doit aller. Il y a une traçabilité. Pendant très longtemps ce n'était pas très contrôlé. Maintenant il y a une traçabilité pour savoir où vont aller ces matériaux-là, de manière à s'assurer qu'ils ne vont pas en pleine campagne, Quels sont les critères qui vous permettent d'apprécier de la nécessité d'excaver des sols sur site de chantier

. Après, explique pas par le contexte plus ou moins tendu de la disponibilité de la terre végétale ? Comme ça peut être le cas par exemple à Lyon, où le climat est très tendu sur cette thématique ? MOE -1 : Je n'ai pas l'impression que dans les aménagements de Nantes Métropole on manque de terre végétale. Généralement, les entreprises en trouvent de façon assez simple et proche

, Et pensez-vous que cette sensibilisation à a réutilisation des terres sur site dépend du contexte géologique, du site, de l'intervenant, de la Métropole ? MOE -1 : Je crois que depuis un certain temps, on est tous un peu? tout le monde a cette sensibilité de dire je réutilise, j'essaie d'optimiser un peu la ressource, car je pense que l'extraction et les lieux de décharge coûte plus cher. C'

, MOE -2 : oui, car on est quand même plus tout jeune tous les deux. Moi quand j'ai démarré il n'y avait vraiment qu'un BET qui gérait tout, tout seul : les plantes, etc. Et maintenant, les fameuses équipes pluridisciplinaires, il y a forcément un architecte-urbaniste, un paysagiste, il peut y avoir des acousticiens, des agronomes, il y a tout un tas de trucs suivant la problématique de la ZAC, En général, les projets d'aménagement urbains réclament-ils une certaine pluridisciplinarité ? Est-ce que les appels d'offre réclament des compétences élargies

. Moe--1, Quelles sont les études préalables que vous consultez dans la phase amont du projet d'aménagement ? MOE -1 : L'idée c'est un peu ça? eux font des études d'impact, ils sont liés par des dossiers réglementaires, et ces études vont mesurer l'état initial : le terrain a ça comme qualité, comme défaut, et après ils vont mesurer l'impact du projet sur l'état initial : faune, flore, eau, circulation, riverains, etc. Et l'idée effectivement c'est que même si c'est un dossier réglementaire qui donne le droit de construire, il faut qu'il reste quelque chose, qu'on ne l'oublie pas. Donc on essaie, mais je pense qu'on peut encore progresser, on essaie de conserver la mémoire du lieu. Sur une autre ZAC avec LOD, on a des environnementalistes qui viennent poursuivre leur travail et qui viennent également faire un peu de la pédagogie auprès des entreprises, pour dire attention, là c'est une zone sensible vis-à-vis de l'hydrologie, donc attention à la circulation d'engins, aux rejets à filtrer avant, etc. Donc il y a encore du travail à faire, mais ça avance. Que l'environnementaliste ne soit pas que le poil à gratter de celui qui va aménager, et vice-versa. Et puis après on fait face aussi à des services de l'Etat, des collectivités ou la DREAL, qui vont maintenir la pression sur les aménageurs pour que ça se passe comme ce qui avait été prévu au départ, Un des avantages aussi chez SCE, c'est qu'on partage les locaux avec des urbanistes, des paysagistes, des environnementalistes qui eux viennent souvent en amont sur les aménagements, pour dire le terrain sur lequel on va s'insérer a des qualités paysagères, techniques, faunes, flores, etc. Donc ils vont faire 1 passage tous les mois pendant 6 mois, pour voir les espèces qui sont différentes en fonction? pour vérifier? en complémentarité, pour voir les atouts du site et en tenir compte pour les aménager. 9, vol.10

, Je voulais savoir si ça vous intéresse de coupler des analyses de pollution avec des analyses plus agronomiques ? MOE -1 : On voit généralement, donc avant un aménagement, ce qu'on appelle les prérequis. Donc effectivement, on va faire une analyse environnementale faune-flore, géotechnique, déplacement, paysagère, etc. Donc si on a une analyse agronomique, ça me semble pertinent pour délivrer un message et établir une cartographie. Alors peut être une cartographie comme on voit chez les environnementalistes : donc oui trouver une cartographie qui reflète la qualité agronomique des sols, aves des couleurs, des points à mettre. Mais oui, ça me semble pertinent. Mais donc il faut s'assurer que ce soit fait très en amont. C'est comme tout, si ça vient un peu tard, qu'est-ce qu'on met en haut de l'échelle de notation : est-ce que c'est plutôt la liaison viaire, le paysage, le sol ? Donc il vaut mieux que tout arrive en même temps, et puis ensuite ce sont des compromis. Mais ça me semble pertinent d'avoir un reflet sur des choses qui sont, enfin dont on n'est pas capable de connaitre, sans analyses de laboratoire. C'est un plus de donner ces résultats, avant un aménagement. C'est vrai que quand on intervient sur un foncier, il a une histoire, les urbanistes regardent le cadastre, pour voir quel était le parcellaire, pourquoi il a été fait comme ça, etc. Le terrain a forcément une histoire, les haies ne sont pas n'importe où, Je suis plutôt allé voir les gens pour qu'ils nous expliquent un peu

. Justement, avez-vous en tête une pareille structure qui a la compétence de venir étudier sur site la qualité agronomique d'un sol ?

, MOE -1 : Non. Alors c'est peut-être plus les paysagistes qui voient ça. Mais personnellement

, Pensez-vous que cet outil doit être un nouvel outil ou préféreriez-vous qu'il soit intégré à un outil que vous utilisez déjà ? Lequel ? Parce que des personnes m'ont déjà répondu qu'il existait aujourd'hui trop de contraintes en aménagement

. Moe--1-:-c'est-vrai-que-l'échelle, est le mal français? mais c'est vrai que l'on voit que ça prend? c'est souvent très long, car effectivement il y a beaucoup d'analyses à faire, et puis parce qu'on s'insère dans une population locale qui est tranquille, qui voit des vaches et des oiseaux, et qui va avoir du mal à percevoir qu'il y ait un nouveau quartier. Donc c'est une analyse qui sera en plus, oui, mais c'est plutôt, la politique qui fait qu'on a des délais trop courts, qui sont un peu longs, et qu'on agrandit cette prise de décision entre le politique et les riverains. Mais c'est plus une réforme globale de l'aménagement qui ferait que ce soit sûr que ça avance de manière plus cohérente. 14. Justement, c'était ma question d'après

, MOE -2 : moi je pense qu'ils n'y pensent pas. Ce qu'ils voient à termes c'est qu'il va y avoir 300 logements, 600 habitants, donc voilà. C'est assez basique. Le sol? ppf ! Ce n

, Déjà les élus il y a une durée de mandat, donc c'est autre chose aussi. Lui il va dire, voilà j'ai un quartier à construire, et après qu'est-ce que ça va donner de faire des équipements publics, des salles de sport, des écoles, etc. C'est plus globalement dans l'aménagement de la ville, MOE -1 : C'est assez difficile de parler pour eux, mais je pense qu'ils n'y pensent pas quoi

. Moe--1, Alors le projet Gohards par exemple qui est un grand projet à l'Est de Nantes, il y a toute une proposition de retrouver 5 fermes en agriculture urbaine. Ce sont des anciens terrains maraichers, il y a une culture maraichère dans ce quartier, il y a beaucoup de vestiges, de réservoirs qui marquent ce côté-là. Donc il y a aussi se rappeler de ce passé et donc comment je vais remettre ça sur ces terrains-là ? Donc là ça me parait super intéressant, pour savoir si ce que je veux retrouver, c'est plus facile de le faire à cet endroit-là car il y a un bassin versant plus intéressant d'un point de vue agronomie ? Après, c'est un état des lieux de plus, effectivement, si j'empile les cartes du terrain? Après, ce qu'on voit dans nos chantiers, à La Jaguère ou autre, le chantier est quand même destructeur du sol. A part La Jaguère avec les bassins où les engins ne tournent pas. Mais globalement, près des chantiers, Alors moi je trouve que dans les nouveaux quartiers, souvent ce que l'on voit, c'est plutôt la politique de la ville dans le sens du lien social

. Moe--2, Pensez-vous que si un projet de construction d'immeubles est prévu sur un sol de très riche qualité agronomique, il pourrait y avoir une remise en question du projet ? Pour par exemple réfléchir au développement d'agriculture urbaine ? MOE -1 : Là c'est plus le politique qui va être soumis à ces questions-là. Je pense que néanmoins, maintenant il y a quand même une réflexion menée à ce niveau-là. Alors est-ce pour dire j'abandonne les 10 hectares pour en faire des jardins ? Je ne pense pas. Mais il y a sans doute un compromis de dire j'en fais pas 300 mais 250, ou je travaille les formes urbaines pour densifier à un endroit et laisser plus de place ailleurs. J'ai plus l'impression que c'est à cette échelle-là que le compromis peut être trouvé, si la ZAC est vouée à faire de l'agricole, je pense que c'est dès le départ qu'il faut le savoir, pas au fur et à mesure. 16

. Moe--2, Vous allez à la campagne, ils vont vous demander ce que vous êtes en train de faire. La réflexion ne sera pas la même. 17. Quels seraient pour vous les principaux services écosystémiques rendus par le sol à prendre en compte lorsque vous arrivez sur un site de projet ? Lorsque vous réfléchissez au développement du projet d'aménagement ? MOE -1 : Ah, ah ! Un des points dans les aménagements, c'est comment le sol peut être éponge de manière à éviter de concentrer les eaux, faire des bassins, etc. Arriver à avoir un équilibre entre l'eau qu'on collecte et celle qu'on rejette. Et aussi, son pouvoir de dépollution. On voit bien que la dépollution, les sols en sont? enfin ils rendent ce service, sans avoir de séparateur hydrocarbures, mais ça c'est plus valable dans les grandes villes, comme Nantes par exemple

. Moe--2, Et là il y a un projet d'une femme qui a acheté un terrain et qui veut faire du circuit-court. L'aménageur va lui mettre à disposition un terrain. Donc le côté agricole prend de plus en plus d'importance aussi je pense. 18. Mettre une note de 0 à 5 en fonction de l'importance de la prise en compte du service rendu par le sol quand vous arrivez sur un site de projet MOE -1 : Régulation de la qualité de l'air : 3 Régulation du climat : 3 Régulation des aléas naturels : 4 Stockage des déchets, sur Guérande, j'avais un aménagement de je ne sais combien d'hectares, où tous les terrains pas encore construits sont laissés à l'agriculture, avec des agriculteurs qui sèment, il n'y a pas de bêtes, p.4

. Moe--2, Régulation de la qualité de l'air : 3 Régulation du climat : 3 Régulation des aléas naturels : 4 Stockage des déchets : 2 Purification de l'eau : 4 Habitat pour la biodiversité : 4 Biomasse : 3 Ressource ornementale : 5 Energie : 2 Support d'infrastructures et bâtiments : 4 Support d'activités humaines, p.4

, Entretien avec Chef de chantier -site NM -LJ (30.01.18)

, Comment vous définiriez le sol d'une manière très courte et a-t-il une limite dans l'espace et quelle est cette profondeur ?

. Le-sol, entends et par rapport à notre profession, c'est le terrain naturel, c'est le terrain sur lequel on arrive sur un chantier, qu'on découvre. Ce qu'on appelle le bon sol en tout cas, voilà, la première nature du terrain c'est les différentes couches géologiques, de terre végétale, de matériaux sableux, limoneux, rocheux. Voilà comment nous on décrit le sol dans notre métier de terrassier VRD. 2. Justement, comment jugez-vous de la qualité d'une bonne terre ?, Avez-vous des indicateurs qui vous

, Visuel à travers des sondages. C'est-à-dire que quand on arrive sur un terrain, on a l'expérience qui fait qu'on a toujours fait un chantier pas très loin, donc on sait si on va tomber sur des terres marécageuses, sur des terrains plutôt rocheux ou sablonneux. Il y a cette expérience-là. Après, c'est à travers les sondages descriptifs, on arrive rapidement à déterminer si on est sur un sol stable

, Quels sont les indicateurs que vous regardez lors de vos sondages ?

, ou si on arrive sur des terrains avec de l'herbe de moindre qualité on saura qu'on est sur des terres plus pauvres. Ensuite, après, une fois qu'on terrasse, c'est à la dureté du sol, le premier indicateur c'est la dureté, la compacité du terrain naturel, ensuite la présence ou non d'argiles, et puis ensuite comment le terrain se tient en lui-même : est-ce qu'il est friable ou plutôt compact ? C'est vrai que nous on a tendance à aimer plutôt les terrains compacts, par rapport aux terrains friables qui vont être plus facilement sensibles à l'eau. Et puis la présence d'argiles. 4. Dans vos chantiers, êtes-vous attentifs à la gestion du sol sur site ? Pour essayer d'en excaver le moins possible, ou du moins de réutiliser les terres excavées sur site pour limiter les apports ?, Il y a des indicateurs visuels, c'est vrai que quand on arrive il y a la présence ou non d'eau sur le terrain, on sait si on arrive sur des terrains humides s'il y a de l'eau

C. Qu, il y a encore 15-20 ans on nous demandait de terrasser sur 50 centimètres, d'excaver, de tout évacuer en décharge, et de mettre des cailloux sur 50 centimètres

, On le fait à travers des sous-sols, c'est vrai qu'on a une côté définie, et quand on excave les matériaux rocheux on essaie de les réutiliser sur d'autres chantiers à proximité, on optimise beaucoup. Et puis nous on fait aussi beaucoup en interne des traitements de sol à la chaux ou chaux-ciment, C'est vrai que depuis une dizaine d'années, on cherche de plus en plus à optimiser nos structures de matériaux

, Est-ce que vous savez où elles partent ? Qui décident de où va cette terre ? Et comment la décision est prise ? Est-ce que si les sols sont pollués vous avez une politique de les dépolluer sur site ? A partir du moment où on commence à terrasser, Quand les terres sont excavées y a-t-il un regard de leur qualité

M. Aujourd'hui-chez, 70% de nos terres excavées vont dans du remblaiement de parcelles chez des agriculteurs, et 30% qui vont directement en centre d'enfouissement

, Et quand les terres sont amenées, est-ce qu'il y a une connaissance de la qualité des sols qui arrivent sur site ? Et de leur provenance ? Et avez-vous une réévaluation de cette terre lorsqu'elle arrive sur site ?

N. Non and . Clairement, Quand on travaille avec des paysagistes, eux ils sont un peu plus rigoureux, et un peu plus? il existe parfois des terres végétales de qualité, qui n'existent pas forcément sur les terrains qu'on traite. En général, quand on a notre marché de décapage et au sujet de la mise en oeuvre de la terre végétale, Ça peut arriver. Quand on remet de la terre végétale, c'est vrai que soit on a la terre végétale du site donc on la décape et on la stocke sur place ou sur un autre dépôt pour la ramener plus tard

E. Qu, il est déjà arrivé que vous voyiez des agronomes ou pédologues intervenir sur des chantiers, comme nous l'avons fait ce matin ? On n'a pas eu l'occasion d'avoir des marchés de ce type-là

. Après and . Forte, On regarde en interne. C'est pour ça aussi qu'on a développé depuis 5 ans le traitement des matériaux en place. Donc ce sont des sujets que l'on regarde, mais on ne peut pas dire que dans notre métier, enfin dans les marchés publics, il n'y a pas de réelle volonté des décideurs ou en tout cas de nos clients d'optimiser cette gestion des déblais et de la terre naturelle. C'est à la libre appréciation de l'entreprise, il y a celle qui se donne les moyens de regarder, Surtout que nous on n'a pas de carrière ni de lieu de stockage des terres, donc on essaie au maximum entre nos différents chantiers de réutiliser les matériaux

, On a déjà eu dans un premier projet de renouvellement urbain des questions de pollution de sol lié à des déblai-remblais et la présence naturelle d'Arsenic aussi. 2. Et pour tous ces aspects de pollution des sols, vous faites appel à des BET spécialisés sur ces domaines-là ?

, Mais aujourd'hui, dans ma réflexion, j'intègre? C'est pour ça que ça m'intéressait aussi votre travail, votre sujet qui me semble vraiment pertinent sur notre territoire, car on se pose beaucoup de questions sur la qualité des sols, en vue de création de nouvelles parcelles de jardins familiaux en coeur de quartier, de jardins partagés, Alors oui, quand la question se pose. Alors c'est surtout le cas sur les jardins familiaux en fait

, Et en parallèle de ces études, est-ce qu'il vous est arrivé de faire faire des études plutôt orientées agronomie du sol, justement sur ces questions de jardins familiaux

. Alors and . Et, Donc au vue de cet exemple, j'ai plutôt tendance à me dire « regardons précisément ce qu'il est possible de faire », et certainement dans les phases d'études à venir, il faudra qu'on intègre ces questionslà, notamment dans des problématiques d'agriculture péri-urbaine. Car pour le projet on a encore des terres, dont on est propriétaire, qui étaient en zones « A urbaniser » et qu'on rebascule en zones « Agricole ». Donc, l'idée c'est qu'à terme, toutes ces zones soient remises en culture, et on imaginait même dans le cadre du projet global, des liens avec l'intérieur du territoire pour avoir une véritable accroche. Donc on sait que sur ces projets-là, la réussite c'est d'avoir une véritable base économique viable, le projet a dégagé une absence constructibilité pour des jardins, donc on a poussé la logique en disant qu'on les mettait ailleurs. Et en fait ça a été raisonné en termes de disponibilités, et pas du tout de qualité des sols

, Mais justement cette prise de conscience elle vient du fait de s'apercevoir que la ressource sol elle n'est pas si abondante que cela ?

, Arsenic? Il faut bien imaginer que la question des jardins familiaux? on vise aussi dans les quartiers prioritaires? ce n'est pas que les bobos du coin, c'est aussi permettre à tout le monde de cultiver, c'est aussi la notion de circuit court, de santé publique où on sait que dans ces quartiers c'est le règne de la mal bouffe. Et donc toutes ces notions-là, de santé, d'obésité? On sait que dans ces quartiers ça a un sens. Donc c'est améliorer leur qualité de vie au regard de l'alimentation. C'est une notion qui émerge partout. Donc du coup il faut être logique. Donc si on pousse jusqu'au bout, on ne va pas offrir des terrains pollués? Ce sont des questions qui émergent de plus en plus. On est sur des anciennes terres peu polluées à l'origine, ou avec une pollution naturelle à l'Arsenic, C'est surtout aussi la question de l'acceptabilité. Si vous faites un jardin, et que vous vous apercevez que c'est pollué à l

, Justement si vous vous rendez compte de l'aspect pollué d'un sol à un endroit où vous vouliez faire des jardins partagés

, Permaculture ! On a des stations gourmandes, mais pas que. On a des systèmes de bacs? Le SEV est très précurseur sur ces questions

&. Aujourd and . Hui, on se permet même de mettre en place des zones en permaculture même si on sait que ça ne sera pas pérenne, juste pour créer des habitudes

, Quand un apport de terre végétale est nécessaire, vous avez connaissance de sa qualité ?

, Mais ça peut tout à fait être mis dans un cahier des charges. Si c'est quelque chose qu'on a anticipé, et puis c'est vrai que votre présence ça nous permet aussi à nous d'augmenter notre acculturation sur ces questions, qui n'étaient pas trop posées, et bien on regardera ce que ça donne? Si on voit qu'il y a des recommandations, Alors là je laisse faire les spécialistes

, Mais ce sont des territoires où les personnes ne sont pas du tout dans ce milieu-là. La particularité? on est sur un projet global de renouvellement urbain, en vue d'intervenir sur un quartier prioritaire politique de la ville, et on le contractualise sur un dossier ANRU. Toute la démarche a fait l'objet d'une concertation quotidienne avec les habitants : on a fait plus de 60 manip' qui allaient du porte à porte jusqu'aux expositions. La ligne budgétaire allouée au dialogue citoyen représente la moitié du budget études. Cela a permis de dégager le plan guide à l'échelle du territoire et des zooms sectoriels en vue de leur transformation, Est-ce que ces questions de qualité des sols ressortent dans les débats avec les habitants ? Alors, ils n'en sont pas là. Déjà pour eux, faire de la culture ça les motive beaucoup

. Alors, on en est à la définition des grands axes. La mise en oeuvre viendra dans un deuxième temps, et demandera des études plus poussées. On imagine ensuite de créer une ZAC, on est déjà dans la démarche des études pré-opérationnelles sous forme de mandats

, Là où à mon avis ils ne sont pas forcément très armés, c'est justement sur ces questions de nature des sols, fertilité, etc. Je ne suis pas sûre qu'ils aient fait des analyses de sols. Je ne sais pas? Après, nous on peut l'intégrer, et puis? Aujourd'hui la question qui se pose c'est ce changement radical de zonage, car remettre ce secteur en zone agricole ça ne se fait pas couramment? 10. En général, les projets d'aménagement urbains réclament-ils une certaine pluridisciplinarité ?, Et vous avez une idée de qui pourrait intervenir sur ces compétences ? Alors on a l'exemple de Doulon-Gohards, donc on sait qu'il existe des structures qui réfléchissent sur ces questions

T. Oui, Donc la solidarité doit jouer là aussi. Et puis malgré tout, ce sont des discours qui viennent de partout, de la santé, etc. Et malgré tout ils disent aussi que le bio ce n'est pas pour eux, car c'est cher. Donc on est aussi dans la pédagogie par rapport à cela. Nos projets visent aussi à rouvrir la perméabilité des espaces verts. La particularité de Nantes Nord c'est aussi qu'on a des branches majeures de l'étoile verte de Nantes, et des couloirs de biodiversité et des zones humides. Le quartier est celui le plus vert de Nantes Nord en termes de m2 d'espaces verts par habitants. On a beaucoup de vert à l'intérieur des quartiers mais qui ne sont pas reliés. Donc l'objectif à terme c'est de tisser tout ça, aussi pour des aspects de santé publique, de plus en plus on essaie de balayer? C'est indispensable aujourd'hui. Parce que les gens aujourd'hui sont de plus en plus sensibles, et font attention à ces questions

J. De, attention des aménageurs pour avoir une meilleure prise en compte du sol, mais du point de vue agronomique, dans les projets d'aménagement. Pensez-vous que cet outil doit être un nouvel outil ou préféreriez-vous qu'il soit intégré à un outil que vous utilisez déjà ? Lequel ? Parce que des personnes m'ont déjà répondu qu'il existait aujourd'hui trop de contraintes en aménagement, trop d'outils à prendre en compte, et que ça viendrait complexifier une fois de plus la manière de faire l'urbanisme aujourd'hui ? Alors oui? Après, est-ce que ces diagnostics vont changer radicalement notre façon de penser ?

, Donc au préalable, on n'imagine pas venir construire dans ces endroits. C'est juste la question, de comment on vient re-couturer tout ça, Aujourd'hui on est dans des espaces assez peu construits, on est dans des espaces peu denses, on vient construire dans des interstices, et on démolit assez peu dans notre projet

, Et ça peut être le lieu aussi où l'on vient poser des bacs et dans lesquels on crée de la culture. La qualité des pleins se fait par la qualité des vides, qui amène à une question d'usages. On essaie aussi d'avoir un dessin très précis sur les limites, pour éviter les intrusions de véhicules à moteur, etc. Mais on ne voulait pas faire du barriérage. Donc on a pensé à des haies bocagères et des noues, qui permettent aussi un regain de biodiversité, et puis aussi une meilleure gestion de l'eau. L'architecte urbaniste est Jean-Marc Bichat de l'atelier JAM. 12. Justement, c'était ma question d'après, est-ce que vous pensez que les élus sont assez sensibles à cette problématique de qualité agronomique des sols ? Euh non, c'est surtout qu'on leur en parle. Mais ça remonte, par les habitants. On a entendu des gens parler de qualité des sols, de culture, et dire qu'à cet endroit-là c'est difficile de cultiver, etc. Ce n'est pas la première chose qui ressort, mais quand on continue à discuter avec eux, ça ressort. Mais ce n'est pas une préoccupation des élus, ils ne l'ont pas encore complètement intégrée. Ils voient surtout le côté pratique, alors le marqueur de la nature en ville chez Johanna Rolland, c'est ancré dans son discours et sa pensée. Mais je dirais que c'est aussi issu du dialogue citoyen. 13. Quels seraient pour vous les principaux services écosystémiques rendus par le sol à prendre en compte lorsque vous arrivez sur un site de projet ?, avec une faible densité. Deux possibilités : soit on construit un max dedans, et nous on a essayé de faire plus finement, en préservant et en donnant de la qualité aux espaces verts, centraux. On a même préféré démolir des immeubles pour venir construire d'autres modes d'habitats, en conservant un jardin et en se questionnant plutôt sur ses usages : lieu de culture ou pas, lieu de loisirs, de rencontre

&. Aujourd, Et puis dans le cas du PLUm on va aussi avoir un coefficient de biotope à appliquer à la parcelle, qui pour le coup vient percuter vos préoccupations, sur la notion de perméabilité, les ilots de chaleur, maintenir les capacités d'absorption du sol et donc ne pas couper les réseaux hydriques et donc maintenir la végétation? Aujourd'hui, dans l'équipe projet, le SEV est intégré dès le départ. Ils ne viennent pas à la fin. L'équipe regroupait aussi un paysagiste, Caudex, basé à Lyon, qui bosse sur la notion de culture, d'exploitation, de remise en culture de bois, etc. Donc ils avaient intégré ça dès le démarrage, avec le SEV. Pour moi en plus c'est une évidence. Je crois que même les durs des durs des bétonneurs ils se prennent une volée des habitants. Parce qu'ils sont sensibles à ces questions. Tous dans l'aménagement on est formé à ces notions de développement durable. Donc si on ne regarde pas la base qui est le sol. Le sol c'est le socle. Partons de la base et des questions de base. C'est juste du bon sens le développement durable. On commence à y revenir. Même les projets aujourd'hui sont de plus en plus comme ça. C'est pas le développement urbain contre le SEV. 14. Mettre une note de 0 à 5 en fonction de l'importance de la prise en compte du service rendu par le sol quand vous arrivez sur un site de projet, p.4

, Habitat pour la biodiversité : 5 Biomasse : 5 Ressource ornementale : 5 Energie : 2 Support d'infrastructures et bâtiments : 5 Support d'activités humaines, p.5

M. Entretien-avec,

, Comment vous définiriez le sol d'une manière très courte ? A-t-il une limite dans l'espace et quelle est cette profondeur ?

L. De-vie-en-soi.-c'est?-enfin and . Voilà, Support de l'ensemble? Bon, je ne pense pas vraiment aux bâtiments, je suis de formation végétale, et c'est vrai que je ne pense qu'aux végétaux. Mais évidemment c'est support aussi? Mais après ce n'est plus vivant, ce n'est plus du tout la même chose quoi. C'est vrai que maintenant les constructions, et pas que maintenant, c'est tellement des fondations? Par contre c'est vrai que maintenant ce qu'il se passe c'est que comme il y a des chantiers de construction à l'échelle de la Métropole même

. Voilà, et évidemment on a eu que ce soit par un phénomène anthropique ou par rapport à un phénomène naturel, de décomposition de roches et autre, on a eu des pollutions, et notamment sur des sites cultivés. Car c'est vrai qu'il y a le jardin, il y a les espaces naturels, ensuite il y a les parcs et jardins, avec des plantes plus horticoles, qui parfois ont été remaniées, même dans leur profil, et il y a tus les jardins collectifs qui se sont développés. Evidemment, à partir du moment où des personnes cultivent des fruits et légumes pour se nourrir, on rentre dans le cadre de la santé aussi, et là des analyses ont été faites. Et à un moment ça nous a surpris car c'est vrai qu'il y a tout un tas de programme de recherche, et bien évidemment des restrictions? Et bon voilà, vous savez évidemment que le sol c'est une denrée rare, une ressource, il y a des gens qui nous ont bien identifiés. Et c'est vrai que pour d'autres projets, qu'on a besoin nous de revégétaliser, de changer quelques terres ou autre, là ça nous permet bien évidemment d'avoir une manne

, Et donc sur ces sols-là, et bien forcément on est obligé parfois, ou quand la couche de sol est trop faible, pour certains usages, et notamment pour les jardins à cultiver, on est obligé d'avoir un apport. On ne peut pas non plus? Bien sûr on est obligé d'apporter. Et c'est vrai que de plus en plus on fait des analyses plus poussées qu'on ne le faisait avant, on va regarder les polluants par exemple? Elles sont plus poussées. 3. Quand la terre est apportée savez-vous d'où elle vient et quelle est sa qualité ? Ah ben là oui, oui? On fait des analyses avant, avec quand même une traçabilité. Les collègues suivent bien en général. Donc c'est vrai que pour certains usages, Je pense que oui forcément, c'est quand même plus qu'il y a quelques années, dans le sens où? Je ne pense pas évidemment? Enfin bon s'il y a besoin pour un quelconque projet

, mais cherchez-vous à avoir une information sur la fertilité du sol par exemple, d'un point de vue peut-être plus agronomique ? Ben disons que là régulièrement il y a un laboratoire qui est sur le site de la Chantrerie auquel on fait appel. Le tout c'est d'avoir une? 5, Quels indicateurs regardez-vous dans des analyses de sol ? Vous parlez de polluants

, est les urbanistes qui recommandent plus communément les sociétés SPL, des? c'est une MOA déléguée avec MOE. Donc là évidemment dans ce cadre-là il y a des études plus poussées. Mais c'est vrai que toutes ces études sont menées dans le cadre de ces grands projets. C'est vrai que nous, la plupart du temps au quotidien, à part sur quelques petits projets, ou parfois c'est plus aussi dans la gestion ou l'entretien, donc ce n'est pas non plus la même? Donc voilà, sur les différents sites, c'est typiquement le cas ZAC? Et par contre, le directeur du EV, ça fait quand même une trentaine d'années qu'il est là donc évidemment il a vu en amont les grands projets se développés. Donc évidemment il y a aussi? dans ce service, des personnes qui restent très longtemps? Il y avait aussi? Par exemple le parc floral de la Beaujoire, c'est un parc qui a été réalisé entièrement par le SEV. Donc il y a quand même une connaissance sur ce patrimoine qu'on a, qu'on entretien et qu'on gère. C'était les chauffeurs qui intervenaient, avec leur matériel? 6. Et finalement, grâce à cette connaissance, vous êtes à même en arrivant sur un site, Ben disons que là on est à l'échelle des projets qu'on mène actuellement? Disons que moi je gère grossomodo? les grands projets du SEV ont pour la plupart tous été réalisés? Tous les autres sont gérés dans le cas de ZAC? C

E. Oui, Donc on fait des recherches plus poussées, effectivement il y aura peut-être la trace d'eau ou? Ca amène à quelques recherches où on regarde la circulation de l'eau. Donc là c'est ce qu'on va faire avant de décide ce que l'on va faire au niveau de ces fosses, ou ce que l'on va planter. Car évidemment on ne va pas replanter la même essence, puisqu'elle ne supporte pas? évidemment si c'est un problème de noyage? C'est ou le sol, ou la nature du sol, ou l'eau mais enfin voilà, ça demande quand même des investigations plus poussées. 7. Quelle est la formation des personnes travaillant au SEV ? On a la chance d'être dans un bassin horticole, avec en même temps des organismes de formations. Donc le directeur et moi-même on a fait l'école nationale et supérieure d'horticulture de Versailles, avec une préformation en biologie et environnement, on peut avoir des surprises. Ce qu'il faut savoir aussi c'est qu'il y a le développement de la métropolisation. Et à Nantes par exemple, les villes ont conservé les parcs/jardins/squares/promenades. Les espaces publics sont devenus métropolitains et notamment les alignements d'arbres, avec des collègues maintenant qui s'en occupe. Donc on travaille avec eux la partie investissement, donc on renouvèle ou on plante de nouveaux alignements, pour autant l'entretien on le réalise toujours

. Est-ce-que and . Hui, Que c'est un critère qui permet d'orienter le dessin du projet ? Là c'est? Il y a quand même sur des sites (Champ de Manoeuvre par exemple), des zones boisées que l'on cherche à protéger, des zones humides, etc. Donc? C'est quand même? Voilà? Bon après en même temps, quand vous allez sur l'Ile de Nantes, qui était quand même une zone de chantiers, pas naturel, c'est encore un contexte différent, où évidemment on est plus dans la reconquête de la perméabilisation et du végétal. On est dans un système très anthropisé

J. De, attention des aménageurs pour avoir une meilleure prise en compte du sol, mais du point de vue agronomique, dans les projets d'aménagement. Pensez-vous que cet outil doit être un nouvel outil ou préféreriez-vous qu'il soit intégré à un outil que vous utilisez déjà ? Lequel ? Parce que des personnes m'ont déjà répondu qu'il existait aujourd'hui trop de contraintes en aménagement

, Et ça veut dire qu'on a ça en héritage. Par contre nous, nos modes de gestion ont évolué. Donc ça veut dire que quand on s'est remis à faire de la prairie dans les zones humides, il y a des espèces qui sont réapparues. Donc on a tous ces indicateurs plantes? On a la chance d'avoir un botaniste, d'avoir des jardiniers motivés qui participent aussi au programme Propaj', pour compter les papillons. Donc tout ça, ça apporte aussi comment par la gestion, participer à enrichir, ou à regagner en biodiversité sur les différents sites. Donc on ne part pas directement du sol? Mais en fin de compte aujourd'hui le sol on a peu de possibilités, parce qu'on impose de s'adapter aux usages d'aujourd'hui, tout en gardant et en préservant ce caractère paysager et remarquable. Et c'est vrai que ce n'est pas des sites où on a à remanier, ou enrichir? enfin voilà, où le sol n'a pas tellement vocation à bouger. On travaille aussi avec l'Université de Nantes, pour essayer des méthodes de phytoremédiation, ou adapter les plantations, pour éviter ce qu'on a pu faire avant, c'est-à-dire ramener de la terre? Même si bassin horticole, avec des formations horticoles, il y a quand même une forte sensibilité? c'est vrai que la caractéristique de Nantes ce sont ses parcs, mais voilà, il y a des espaces naturels. C'est amusant comme tout se côtoie et cohabite. Et moi je trouve que paysagèrement tout fonctionne ! Et c'est vrai que des fois on est confronté à des pollutions et on doit les traiter. ET là pour le travail avec l'Université de Nantes, ont été soumis réglementairement à faire es études, avec des BET également, car il y avait la loi sur l'eau et aussi le classement de la vallée de l'Erdre. Donc on a été obligé, mais pourquoi pas, de faire ces études? Mais c'est aussi des? l'Etat s'assure de gérer les choses correctement. Et à partir du moment où on a détecté la pollution on avait une voie d'enlèvement et de traitement, selon la filière adaptée. 10. Et ça vous évitez, quand vous avez de la pollution, Euh? Evidemment, vu la formation, moi oui? Après c'est vrai qu'étant dans la ville centre de l'agglomération, dans un environnement quand même très bâti, c'est vrai que là les possibilités sont quand même plus que restreintes? Mais en même temps c'est? Oui, ce que j'ai du mal à évaluer à priori, c'est par exemple sur une commune comme Nantes, quels sont les potentiels ? Quand je regarde par exemple le parc de la Chantrerie

, Entretien avec Chef de chantier -site NM -LB

, Comment vous définiriez le sol d'une manière très courte ? A-t-il une limite dans l'espace et quelle est cette profondeur ?

. Alors, le sol c'est la base pour en fait tout ce qui est végétal, pour l'installation du gazon, pour l'implantation d'arbres, et puis pour la mise en place de la petite faune floristique, tout ce qui est annuel, bisannuel, les buses? euh? et puis tout ce qui est sol disons moins travaillé, la définition du sol ? Waouh ! Alors nous

, Est-ce que vous faites la distinction entre le sol et la roche-mère ? Est-ce que vous avez des critères pour les différencier ? Ah non, ça s'arrête le continuum

. Faible, Ce sont des questions que vous vous posez souvent ? Alors souvent, on va dire dans la majorité des cas, c'est très aléatoire. Les architectes-paysagers ont le plan comme ça, et après ils vont mettre telles ou telles espèces, essences, sans regarder ce qu'il peut y avoir dans le sol. Par exemple, on a vu des zones humides où des essences ne sont pas du tout appropriées à ce genre de milieu. On le fait remonter, en disant que ce n'est pas l'essence adaptée, Ou ça dépend des contextes, du site

, Dans ce cas-là cela induit forcément des frais de gestion ?

, Bah oui, parce que l'essence finalement elle va péricliter ou ne pas pousser pendant deux-trois ans, et on va dire dans le N+2 ou N+3 on va la changer

, Je ne sais pas, franchement. Moi je dirai plutôt qu'il y a des fois on se demande si ce n'est pas juste pour faire de l'argent. Voilà, c'est un peu ça qui me? 6. Et de manière générale, si vous trouvez que cette considération du sol manque aujourd'hui en aménagement, est-ce parce que les acteurs n'en ont pas une assez bonne connaissance ? Par manque de sensibilité ?, En sont-ils conscients ? Et malgré ça ils font toujours comme ça ? Alors ça je ne sais pas vraiment

, réhabilitation de quartier et tout ça? Eux ils sont sur leurs coursives mobilières, et puis après on met des végétaux parce qu'il faut en mettre pour le public et puis voilà quoi? On va dire que c'est du tape à l'oeil. Donc ouais, ils ont peut-être quelques petites connaissances du sol, enfin j'espère pour eux, mais après, ce n'est pas leur priorité? Enfin je ne pense pas. On a eu le cas un petit peu plus loin, sur Bout des Landes, où il y a eu un réaménagement de quartier, toute une réhabilitation, et bon? ils passaient à travers avec les engins, Déjà, ils ne doivent pas rentrer ça dans leurs facteurs d'aménagement, pour les aménagements urbains

, Pensez-vous que ce soit également lié au fait que vous êtes dans une région où la terre végétale est quand même encore bien disponible, où il n'y a pas vraiment encore de contexte tendu sur cette question-là ?

. Ah, On est quand même une région où on arrive quand même à faire pousser pas mal de végétaux?on a une grosse palette de végétal. Donc le sol on n'est quand même pas trop embêté. Effectivement après si on se retrouve avec des fosses comme vous avez fait ce matin, on évacue la mauvaise terre entre guillemets

. Justement, comment jugez-vous de la qualité d'une bonne terre ? Avez-vous des indicateurs qui vous permettent de prendre votre décision ?

, est tout compact, on se dit que l'arbre ou telle plante va avoir du mal à pousser là-dedans. Après, des sols rocheux bah c'est pareil, on se dit que finalement on ne va peut-être pas planter-là parce que ce n'est pas la peine. Donc oui il y a le visuel, il y aussi un peu la connaissance du milieu, de ce genre de choses. Moi je suis sorti d'une formation forestière, donc je suis peut-être un peu plus sensibilisé à la géologie, la pédologie. Même les gars, ils sortent de bac technique paysage, donc voilà ils ont quand même connaissance de ce milieu, Et puis beaucoup de gens sont issus du milieu agricole aussi, donc ils savent

, Est-ce qu'il est déjà arrivé que vous voyiez des agronomes ou pédologues intervenir sur des chantiers, comme nous l'avons fait ce matin ?

N. Euh, . Enfin, and . Vous-dis-non-mais-c'est-faux-!-quand-je-suis-arrivé, ai pris mon poste sur le secteur, il y avait un souci de pollution sur des jardins familiaux, avec du sol pollué au plomb, pollution naturelle hein? Donc il y a eu? enfin c'est l'école de Nantes là? l'INRA de Nantes, qui ont fait des analyses, qui ont envoyé en laboratoire, chez Novalis, et puis voilà? De là en est découlé de mettre, pour pas que les jardiniers aillent plus loin que le sol d'origine, de mettre des grilles béton

, Est-ce que c'est déjà arrivé que la MOA impose une quantité de terre minimale à exporter ? Enfin une masse de terre exportée à ne pas dépasser ?

. Alors-là, était open-bar ! Il n'y avait pas de limite, il fallait de toute façon remettre en fonctionnement les jardins familiaux. Donc il n'y avait pas de fourchette financière

, Quand les terres sont excavées, il y a-t-il un regard de leur qualité ? Est-ce que vous savez où elles partent ? Qui décide de où va cette terre ? Et comment la décision est prise ? Est-ce que si les sols sont pollués vous avez une politique de les dépolluer sur site ?

, car je n'ai pas eu l'occasion encore de travailler avec, mais je sais que là-dessus, quand on vide les bassins dans des parcs, ces choses-là, il faut obligatoirement faire des analyses des boues pour savoir si elles sont polluées, et si elles sont polluées, elles sont évacuées sur des sites? Après, je ne peux pas trop vous en dire plus. Alors je sais qu'elles partent sur un site de dépollution, mais après à quel endroit exactement? Je pourrai le savoir, je pense que si j'appelle le référent je peux le savoir? 12. Et quand les terres sont amenées, Alors là il y a tout un protocole de dépollution, que je ne pourrai pas bien vous définir

, Non, elle est stockée sur un site principal et après? Si par exemple là c'est stocké au cimetière parc, si j'en ai besoin ici, elle ne va pas être réévaluée. 14. Est-ce que cela vous est déjà arrivé que la terre qui arrive ne soit pas conforme à la commande ? Alors non, Alors oui, on sait d'où elle vient, elle a été analysée? Ca là-dessus? Après c'est pareil, on fait attention, pour peu qu'il y ait des espèces invasives dedans ou? Donc on doit être vigilent là-dessus. 13

, Est-ce vous qui faites la demande de diagnostic ?

A. Non, Ce sont les ingénieurs et ensuite c'est dans les marchés? des études d'impact. Donc le projet s'est dessiné autour des zones humides, mais également des espaces naturels de qualité, les boisements les plus qualitatifs

, Et en parallèle de ces études, est-ce qu'il vous est arrivé de faire faire des études plutôt orientées agronomie du sol ?

, Donc on s'assure, comme sur Champ de Manoeuvre où on a vu sur certains sites qu'il y avait une pollution aux métaux qui ne permettait pas un usage de potagers, donc là on leur interdit de faire du potager, plutôt que de leur dire d'enlever les sols et d'en ramener de l'extérieur, sachant que toutes les opérations immobilières n'ont pas toutes des potagers. Ils pourront le faire d'une autre façon. Par contre, il y a d'autres sites où on incite à avoir des potagers qui puissent être mutualisés entre plusieurs opérations, ilots, l'idée étant de mélanger un certain nombre d'habitants du quartier, Non, ça commence vraiment à devenir nécessaire, car il y a beaucoup plus de jardins familiaux dans la programmation qui est demandée. Bon ça encore les jardins familiaux c'est une partie publique, donc je dirais qu'on en a totalement la maitrise

, Mais quand vous parlez de l'état des sols vous faites référence à leurs caractéristiques géotechniques et de pollution, pas à l'aspect agronomie ?

A. B. Irstv, C. Béchet, T. Le-guern, and . Lebeau, L'Université est intégrée dans le conseil nantais de la biodiversité, qui est dirigé par les élus, et qui en fait rassemble un certain nombre de personnes de compétences variées, et qui se rend sur des sites, très en amont du projet, écouter notre première évaluation du site, notre programme, et ils posent des questions et parfois font des recommandations. Donc nous ça nous a permis de nous mettre en contact, Alors non, enfin on y va sur les jardins familiaux, où l'on vient de lancer? enfin les prélèvements ont été faits hier, des prélèvements agronomiques

, Avez-vous déjà pu voir des agronomes ou pédologues intervenir pour faire des études agronomiques lors de ces phases amont ?

. Alors and . Fait-la-même-chose-sur-doulon-gohards, On nous a fait comprendre sur Gohards par exemple, qu'il n'y aurait pas de porteur de projet si on ne s

, En général, les projets d'aménagement urbains réclament-ils une certaine pluridisciplinarité ? Est-ce que les appels d'offre réclament des compétences élargies ? Ah oui, clairement. Sur tous les aspects

, Et aujourd'hui ça se développe énormément. Après, c'est vrai qu'on a eu quand même des difficultés sur les études agronomiques. Moi c'est vrai que quand j'ai demandé, car on a une AMO études de sol pour le Champ de Manoeuvre, et ensuite c'est lui qui nous fait les cahiers des charges, car ça reste quand même des compétences très spécifiques, techniques. Et ensuite on a des BET, qui font soit les études géotechniques soit les études de sol. Et c'est vrai que quand je leur ai demandé d'intégrer une partie agronomique, ils m'ont dit qu'ils ne savaient pas faire, Effectivement, moi je n'avais jamais fait de projets agricoles? Enfin nous on fait de l'aménagement, on aménage des espaces publics, des voies, des rues

. Justement, Le service des espaces verts de Nantes m'a envoyé vers un contact, un petit BET qui avait fait des analyses. Mais c'est vrai que pour moi c'est plus des laboratoires ou des BET qui font des analyses, plutôt que? enfin qui va nous conseiller après. C'est vrai que nous quand on fait des analyses, nous n'avons pas les compétences pour les lire. Et puis après on a des personnes, je pense que c'est un métier qui se développe? on a là un ingénieur-agronome, qui est maraicher, et qui parallèlement fait des études agronomiques, pour quiconque souhaite en avoir. Il travaille sur Doulon-Gohards aussi. Et donc voilà, par le réseau on arrive à connaitre des personnes qui savent faire ça. Mais ce n'est pas aussi classique que de choisir un urbaniste, une entreprise de travaux, avez-vous en tête une pareille structure qui a la compétence de venir étudier sur site la qualité agronomique d'un sol ? Et bien non ! L'écologue avait pratiqué ça, donc heureusement qu'on l'avait sous le coude

. Oui and . Du-champ-de-manoeuvre, Et parallèlement on en évacue énormément quand on fait un parking sous-terrain. Donc est-ce qu'on ne peut pas travailler cet aspect-là. Donc là les besoins sont moins importants, mais ce que j'ai demandé, et c'est ce que j'ai demandé aussi quand on a réalisé les études géotechniques et de pollution, c'est si on pouvait réutiliser les terres déjà prélevées sous les espaces publics, et les réutiliser sur les espaces publics. Donc voilà, juste public-public. Car c'est quand même compliqué, on s'est aperçu, quand il y a un changement de MOA, et puis là il s'avère que les besoins sont moins importants donc on a suffisamment de terre? Bon après ça implique des traitements? Au début le BET m'a tout de suite dit que c'était un peu compliqué, que ça allait être cher? Enfin bon, j'avais l'impression que ça l'embêtait un peu parce que ça modifiait ses pratiques, et ça complexifiait son travail, sa façon de faire? C'est plus simple d'évacuer et de ramener de la terre quoi? Donc là, il a intégré cela? Donc après il y a différentes prescriptions hein, couche de forme, etc. Mais il y a différents traitements qui vont être faits, dont un à la chaux, pour que les terres soient réutilisées. Donc ce sont des prescriptions qui vont être complémentaires dans les marchés de travaux, mais c'était la demande faite. Alors je sais qu'on ne s'occupait pas de ça avant, clairement. J'ai une autre opération que j'ai suivie avant où on a tout évacué et tout ramené, on a un tout petit peu réutilisé car il y avait des terres polluées, mais au dernier moment? Et puis bon, j'ai vu tous les écueils de cette façon de faire aussi? De se retrouver avec des grosses fosses qu'on a dû évacuer? Le temps que le projet se fasse ça fait des énormes piscines. Et puis même de manière opérationnelle c'est même un peu dangereux et puis c'est pas pratique, parce qu'on évacue dans ce que l'on croit être le sol, mais entre le moment où on fait le projet et le moment où les promoteurs construisent, le permis peut changer, et le parking peut se retrouver à un autre endroit, donc on a creusé là? Mais bon, ce n'est vraiment pas une bonne méthode dans l, Car en fait, on m'a alertée très vite sur le fait qu'il y aurait besoin d'énormément de terre pour réaliser les routes. Alors finalement ce n'est pas tant le cas que ça. Puisque comme on a des zones humides, et on veut une rétention le plus possible à la parcelle, enfin il y a une question de gravité, donc il fallait que les voies soient surélevées, donc ça veut dire un apport de terre énorme

A. Là, On n'a pas non plus de merlons à faire, qui pourraient être dans le paysage? Et puis le fait qu'on ait des zones humides c'est aussi un risque que ça se retrouve dans les zones humides? Après c'est pour ça que tout n'est pas terminé, on a vu que les ilots étaient impactés par la pollution, et il faudrait des mesures de gestion pour pouvoir construire. Donc là on va faire des analyses complémentaires pour affiner les zonages, car là c'est encore un maillage très large? Et en fonction de ça, on verra effectivement, soit on leur demande de faire les parkings à cet endroit-là, et dans ce cas ils évacuent comme ils le font normalement? Donc je pense que l'idée c'est ça, quitte à évacuer la terre, car il faudra bien en évacuer, il y a trop de terre sur site, autant vaut que ce soit à l'endroit où c'est pollué. Donc c'est vrai que ça ne résout pas la question des terres à l'échelle plus globale, mais c'est vrai qu'en tout cas on essaie de favoriser? parce que sinon ils seraient obligés de dépolluer un site, d'enlever des terres, dont on ne sait pas forcément où les remettre. Alors ensuite la dépollution sur site, T. Lebeau nous propose de l'expérimenter, au droit des jardins où vous êtes intervenus. Donc on va voir ce qu'on met en oeuvre. Car en fait il y avait du cadmium donc on ne peut pas faire du jardin dessus. Donc l'idée c'est qu'il l'évacue, qu'il la mette sur un autre site du Champ de Manoeuvre, et qu'il expérimente une dépollution par les plantes, donc voilà, différents systèmes? Donc là pour l'instant on attend? Il faut caler les budgets? Là l'idée, enfin ce n'est pas une grosse échelle, il y a 10 mètres cubes seulement, Mais on va peutêtre sûrement en avoir. Il y aura simplement ce qui était terre végétale polluée, qui ne peuvent pas être réutilisées en sous voirie. Donc là on n'a pas beaucoup d'impact, mais je sais qu'on a un impact sous une voirie, où là ça va être évacué, car on ne voit pas comment le réutiliser

, Donc on a opéré d'une façon différente, c'est urban-éco qui réalise les prélèvements, qui les amène en laboratoire et qui fait une analyse, qui sera croisée avec l'analyse de l'université. Donc là ils sont supports : analyse, présence aux réunions et recommandations. Et à la fin de l'étude, on leur a demandé d'avoir des préconisations, comme notamment replanter pour améliorer les sols le temps que les jardins s'établissent, d'ici à 2021. Donc ce n'était pas possible. Donc là ce que j'ai compris

, Et par rapport à des analyses de pollution ?

, Et on a dû mettre 40 000 euros, juste en phase concession, je ne parle pas des études faites après, pour les études géotechniques, environnementales et les relevés piézométriques, à l'échelle du site. Et nous, sur une opération comme cela, on a un budget de 150 000 euros pour études géotechniques et environnementales tout compris, voire agronomiques. Donc c'était la moitié du budget? 11. Quand la terre est excavée savez-vous où elle part ?

A. Moi-je-ne-pourrais-pas-le-dire-de-mémoire, Quand on fait des marchés de travaux, on a tous les camions qui sont relevés? Enfin c'est avant, je missionne un MOE travaux dépollution, en leur demandant? on choisit la méthode de gestion, et ensuite ils envoient dans tel site, etc. et moi je dois signer les bordereaux et voilà

, Alors ça c'est le MOE, qui met dans ses rapports ses prescriptions, terre végétale, avec apport? voilà il décrit. Après j'avoue que je ne vérifie pas. Je n'ai pas du tout de contrôle là-dessus. Mais par contre, c'est? en fait à un moment, quand les entreprises sont choisies sur la base de pas mal de critères, mais aussi les fournisseurs, ils font valider avant de planter les fournisseurs? Mais le MOE s'appuie sur le fournisseur et je ne suis pas sûre qu'il vérifie. 13. Est-ce qu'au même titre que la découverte d'une zone humide implique le redessin du projet, est-ce que la découverte d'un sol très fertile à l, Et à l'inverse, qui décide de la nécessité et des caractéristiques d'apport de terre végétale

, avant de dessiner et créer la ZAC, que là on peut redessiner? Enfin je parle des grands espaces construits et non-construits. Donc à ce moment-là oui. Donc c'est plutôt en amont? Après de là à bouger? Enfin les études agronomiques pour moi ça a un sens surtout si on fait des cultures? Effectivement si on construit, si dans la programmation de la ZAC on envisage de faire des jardins familiaux, on va essayer de les faire là où ça se prête le mieux. Mais oui, en amont, oui. Maintenant, c'est vrai que typiquement, on sera vite embêté si on nous dit que les études agronomiques montrent que le sol n, Alors, je pense que ça vient presque un peu tardivement les études agronomiques, donc du coup pour moi c'est dans la phase effectivement amont

L. Après and . Projet-urbain-se, dessine pour pleins de raisons, on ne peut pas construire ici, donc on met plutôt tous les équipements? Là on va plutôt chercher à amender, à améliorer

, Et aujourd'hui on le fait dès l'amont. 14. Quels sont les arguments qui vous poussent à faire ces analyses ? Bah après pour moi c'est une question de logique. C'est-à-dire qu'au même titre qu'on ne peut pas faire une école sur un secteur pollué, ben de la même manière ça me parait curieux de faire des jardins ou une ferme sur un espace qui n'est pas approprié. Il faut que l'usage futur soit compatible avec l'état des sols. Si ça devient trop compliqué, s'il faut décaper? Enfin, c'est logique et puis même du point de vue opérationnel et financier, c'est curieux et couteux de devoir enlever des terres pour y mettre du pâturage. Enfin ça ne serait même pas envisageable. On s'est posé la question en amont, pour le pâturage, car on a des zones qui en ont la vocation. Et comme il y avait des petits sujets de métaux, le plan de gestion a montré que c'était compatible. Mais ça n'aurait pas été compatible, on était prêt à modifier notre barriérage et nos clôtures, car ça aurait été bizarre de faire manger les animaux? Même si du point de vue réglementaire, il n'y a rien qui nous y aurait obligé. Pour les humains et les cultures oui, mais pour les animaux, ce qu'ils regardent c'est le côté sanitaire, C'est pour ça que ce sont des études à intégrer plus tôt. Le projet dure 15 ans, donc on n'en crée pas tous les jours des ZAC. Donc à chaque création de ZAC, les méthodes se renouvellent tout le temps. Et je crois que sur Doulon-Gohards, qui a été créé après, je crois que des études agronomiques ont été menées en amont

, ils ne le sont pas directement. C'est vrai qu'ils ont plein d'autres sujets, et on n'évoque pas forcément ces sujets-là, mais ils parlent de ces sujets au niveau de l'agglomération. Donc nous on met en oeuvre indirectement sa vision à l'échelle? Et puis aujourd'hui toute l'agriculture urbaine à Nantes est extrêmement mise en avant, donc je dirais que ça va de soi et que ça se décline dans les services ensuite

, Et lors des enquêtes publiques, s'il y a l'idée de faire un jardin familial, est-ce que les usagers se posent la question de la qualité de la terre végétale ?

. Non, Là aujourd'hui, on a quand même eu du mal? Enfin voilà, hier on était avec des éleveurs sur site, qui nous disent « ben voilà, là en fonction de ce qui pousse, ça ne va pas être suffisant pour les animaux ». On voit bien qu'il manque quelque chose, car les personnes qui travaillent concrètement sur le site, et surement les personnes qui cultiveront ensuite les jardins familiaux, on voit bien que le sol ce n'est pas uniquement des polluants, et qu'il peut ne pas y avoir de polluants et une portance géotechnique parfaite et que pourtant rien ne poussera. Donc pour tous les sujets de programmation où l'on aura des questions agricoles, des animaux, etc. et du coup ça veut dire en amont de la ZAC, au même titre pour moi que les études de sol pollution et géotechnie, je pense qu'un volet agronomique est essentiel. Et ça aujourd'hui, je n'ai pas vraiment? Enfin je pense qu'il faut lancer des consultations et puis il y aura des personnes qui vont répondre? Mais c'est à nous de donner des objectifs dans les cahiers des charges. A Nantes on est quand même très avancé, et puis c'est assez nouveau, depuis 2 ans, que l'idée des projets agricoles, de nature en ville, d'agriculture urbaine? Enfin c'est vraiment le discours du maire de Nantes? Je veux dire à un moment ça rentre aussi. Et quand il faut le décliner? Enfin quand on fait venir des éleveurs ils voient tout de suite qu'il y a un truc qui cloche. Hier on a bien vu, il y avait une clairière qui avait été défrichée et sur laquelle on a ressemé, avec telles essences bonnes pour le pâturage, et bien l'éleveur il a eu les yeux qui pétillaient. Alors qu'à un autre endroit, où c'était également de la pelouse, et pourtant les jardins ils sont là depuis longtemps, c'est un sujet qui est évoqué depuis longtemps, mais ce n'est pas ressorti. C'est ressorti avec le conseil de la nature en ville qui est plus spécialisé sur ces questions. Bien qu'il n'ait pas trop regardé ces sujets de jardins familiaux, c'était plus sur l'aspect environnemental, espèces protégées, etc. 17. J'essaie de développer un OAD dans ma thèse à l'attention des aménageurs pour avoir une meilleure prise en compte du sol, mais du point de vue agronomique, dans les projets d'aménagement. Pensez-vous que cet outil doit être un nouvel outil ou préféreriez-vous qu'il soit intégré à un outil que vous utilisez déjà ? Lequel ? Parce que des personnes m'ont déjà répondu qu'il existait aujourd'hui trop de contraintes en aménagement, trop d'outils à prendre en compte

C. Support, Donc après les niveaux de portance sont différents si c'est une voie ou? Donc ça c'est essentiel, car ici avec justement tous les projets en bord de Loire, il faut des pieux très profonds, etc. Donc c'est un sujet qu'il faut lever très vite car ça peut être des surcoûts importants. Et puis qui dit sol urbain dit souvent pollution, et ça aussi ça peut-être des surcouts très importants. Donc ce sont deux sujets qui peuvent empêcher un programme de se faire à un endroit précis, donc il faut qu'il soit porteur

, Mettre une note de 0 à 5 en fonction de l'importance de la prise en compte du service rendu par le sol quand vous arrivez sur un site de projet Régulation de la qualité de l'air : 3 Régulation du climat : 4 Régulation des aléas naturels : 5 Stockage des déchets, p.4

, Google Maps Zonage des sols homogènes du site de la Haie Cerlin (MGN) et localisation des fosses pédologiques, Google Maps Zonage des sols homogènes du site de la MJC des 3 Maisons (MGN) et localisation des fosses pédologiques, Google Maps Zonage des sols homogènes du site d'Euromed (MAMP) et localisation des fosses pédologiques, Zonage des sols homogènes et localisation des fosses pédologiques des sites de projets urbains Zonage des sols homogènes du site du Plateau de Haye (MGN) et localisation des fosses pédologiques, vol.13

, Régulation du climat local : les sols et les végétaux contribuent à des mécanismes d'évaporation ou de transpiration de l'eau ainsi qu'à la réflexion des rayons du soleil, participant ainsi à la diminution du phénomène d'ilot de chaleur urbain

, Régulation du climat global : les sols et les végétaux constituent les principaux réservoirs continentaux de carbone. A ce titre ils permettent de piéger des gaz à effets de serre

, Ce sont eux -en fonction de leurs propriétés intrinsèques, mais également de leur couverture (en particulier la présence d'un scellement, fréquent en milieu urbain en surface ou en profondeur) -qui permettent l'infiltration de l'eau. Leur rôle, de même que celui des végétaux dans une moindre mesure, ? Régulation des inondations : les sols constituent la principale interface entre l'eau atmosphérique et les masses d'eaux superficielles et souterraines

, érosion, c'est-à-dire l'ablation des couches superficielles du sol et du déplacement de ces éléments sous l'action de l'eau, du vent, des rivières, des glaciers ou de l'Homme est un processus qui peut conduire à la dégradation d'écosystèmes et d'infrastructures en aval

, Ce stockage peut être intentionnel ou non, il peut également être aménagé (mise en place d'équipements pour limiter les risques de transferts de contaminants provenant des déchets) ou non, ? Stockage des déchets : les sols peuvent jouer le rôle de réceptacle de déchets issus des activités humaines

, évoqué précédemment les sols -et la végétation -constituent une interface incontournable dans le cycle de l'eau, jouant un rôle de filtre et de surface d'échange. En fonction de leurs propriétés intrinsèques, ils sont susceptibles de dégrader ou d'améliorer la qualité de l'eau qui percolent en leur sein. Le service de purification est défini comme la capacité d'un sol à améliorer cette qualité

, Habitat pour la biodiversité : considérer la fourniture d'un habitat pour la biodiversité en tant que service écosystémique et non comme fonction a été âprement discutée dans la littérature scientifique. Dans le cas des sols urbains, il a semblé pertinent de considérer comme tel la capacité d'un sol à héberger et à offrir un habitat pour les organismes vivants du fait de ses propriétés

, Approvisionnement en aliments : les sols constituent le support sur lequel est cultivée la végétation destinée à la consommation humaine et animale. En milieu urbain, il s'agit essentiellement de pratique de maraîchage et de jardinage. La fertilité des sols, c'est-à-dire leur capacité à fournir un ancrage et des nutriments aux plantes dépend d'un ensemble de propriétés intrinsèques du sol en sus des pratiques d

, Approvisionnement en ressources ornementales : une des spécificités des sols urbains est d'être fréquemment utilisés comme support de production végétale à vocation esthétique et paysagère. Ce service dépend de la fertilité du sol tel qu'évoquée précédemment. Il a également été décidé de distinguer les différentes strates de végétation (herbacée, arbustive, arborée) du fait des différents niveaux d

, Approvisionnement en énergie : dans le contexte de l'étude, seule la production de biomasse à vocation énergétique a été considérée. Cette dernière repose à nouveau sur la fertilité du sol

, Approvisionnement en support physique d'infra/super structures : ce service apparaît comme une spécificité des sols urbains qui sont largement utilisés par l'Homme comme support d'infrastructures diverses. Ce service dépend également de certaines propriétés intrinsèques du sol. Il a de nouveau été décidé de distinguer différentes catégories d

, Approvisionnement en support d'activités sensibles : certaines propriétés du sol, en particulier son niveau de contamination, peuvent rendre impossible certains usages et donc certains services attendus, comme l'accueil de population sensibles

, Plaquette d'invitation et de programmation de l'atelier sur les sols urbains envoyée aux acteurs de l'urbanisme opérationnel Première triple-page de la plaquette d, Annexe, vol.15