.. .. Iii, représentantes de l'Ancien

L. Abrantes, Histoire des Salons de Paris : Tableaux et Portraits du grand monde, p.1838

A. Française, « Supplément contenant les mots nouveay en usage depuis la

, Dictionnaire de l'Académie française, cinquième édition, à Paris, chez, J. J

. Smits, , vol.2, pp.765-776, 1798.

O. Alfred, . Aldridge, . Le-problème-de-la-traduction-au-xviiie-siècle, and . Hui, Revue belge de philologie et d'histoire, pp.747-758

J. G. Alger and . French, Almananch des spectacles pour 1826, cinquième année, English Historical Review, vol.18, p.1826, 1903.

L. Andries, Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIII e siècle

. Desjonquères, , 2010.

, Biographie pittoresque des députés de France, session de 1819 à 1820, à Bruxelles, chez J. Maubach, ANONYME, vol.1820

L. Anonyme, Espion des coulisses, ou Nouvelle critique par les acteurs des principaux théâtres de Paris, à Paris

D. Arasse, L. Guillotine, and . De-la-terreur, , 1987.

P. Arnaud, A. Radcliffe, and . Le-fantastique,

. Montaigne, , 1976.

A. -. Arnault, J. Vincent, A. Bazot, J. Etienne-françois, and E. De, Biographie nouvelle des contemporains, p.1825

A. De-montor, Encyclopédie des gens du monde, répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, p.1840

K. Arvine, The Cyclopedia of Anecdotes of Literature and the Fine Arts, p.1852

K. Astbury and . Charlotte, Smith's The Banished Man in French translation

J. Labbe, Charlotte Smith in British Romanticism, pp.129-144, 2008.

, Narrative Responses to the Trauma of the French Revolution, 2012.

A. and A. , Les grandes mystifications littéraires, 1911.

F. Aulard, P. Consulat, L. Paris, and . Cerf, Noblet et Quantin, 1903.

B. Baczko and «. &. , The French Revolution and the Creation of modern political culture, vol.3, pp.131-157, 1989.

A. Baecque and . De, La Gloire et l'effroi, Sept morts sous la Terreur, 1997.

A. Barbier,

. Des-essarts and . Nicolas-toussaint, Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, entièrement refondue, corrigée et augmentée, contenant des jugemens tirés des Journaux les plus connus et des Critiques les plus estimés, sur les meilleurs ouvrages qui ont paru dans tous les genres tant en France que chez l'Étranger jusqu'à ce jour

, Madame Veuve Duminil-Lesueur, 1810.

M. Bardeche and . Balzac, romancier : la formation de l'Art du Roman chez Balzac jusqu'à la publication du « Père Goriot, pp.1820-1835, 1967.

A. Beauchamp and . De, Biographie moderne, ou Dictionnaire biographique de tous les hommes morts et vivans qui ont marqué à la fin du 18 e siècle et au commencement de celui-ci

B. Jensen, . Heather, and . Appendix, , vol.6, 1766.

, Wendelin Guentner (dir.), Women Art Critics in Nineteenth-Century France: Vanishing Acts, pp.327-334, 2013.

J. Berchtold and M. Porret, La Peur au XVIIIe siècle : discours, représentations, 1994.

J. G. Bereaud and . La, Traduction en France à l'époque romantique, Comparative Literature Studies, vol.8, pp.224-244, 1971.

S. Bernard-griffiths, La Fabrique du Moyen-âge au XIX e siècle : représentations du Moyen-âge dans la culture et la littérature française du XIX e siècle, 2006.

J. Sgard, Mélodrames et romans noirs : 1750-1890, 2000.

M. Bertaud, Les Grandes Peurs, 2 : L'Autre, 2004.

P. Biston, D. La-fausse-noblesse-en-france, P. , A. Aubry, E. Dentu et al.,

. Dumoulin, , p.1861

N. Boileau, OEuvres diverses du sieur D*** avec le traité du sublime ou du merveilleux dans le discours, p.1674

G. Bord, La Fin de deux légendes, 1909.

F. Botting, . Gothic, and . London, The New Critical Idiom, 1996.

M. Bouchardon and . Le-décor-de-mélodrame, esthétique du sublime : l'"horreur délicieuse" comme école du spectateur, Martial Poirson et Jean-François Perrin (dir.), Les Scènes de l'enchantement, Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVII-XIX e siècles, pp.364-376, 2011.

O. Boucher-rivalain, Attitudes to Gothic in French Architectural Writings of the 1840s » in Architectural History, vol.41, pp.145-152, 1998.

, Essai sur l'art de construire les théâtres, leurs machines et leurs mouvemens, par le C en . Boullet, machiniste du Théâtre des Arts, se trouve à paris, p.9

P. ;. Bourdin, . Loubinoux, (. Gérard, and . Dir, La scène bâtarde, entre Lumières et romantisme, 2004.

J. Bourgeon and . La-peur-d'être-enterré-vivant-au-xviii-e-siècle, Janvier-mars 1983. Le corps, le geste et la parole, mythe ou réalité ? », in Revue d'histoire moderne et contemporaine, vol.30, pp.139-153

F. Braudel, Dossiers documentaires meusiens, 1989. BRAZIER, Nicolas, Histoire des petits théâtres de Paris depuis leur origine

F. B. Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des françaises et des étrangères naturalisées en France, Paris, chez Treuttel et Würtz, p.1804

H. G. Brown, Mythes et massacres : reconsidérer la "terreur directoriale" », Annales historiques de la Révolution française, vol.325

M. Bujoli, Louis XVI dans les documents iconographiques et objets produits en

». Grande-bretagne and R. Méditerranéennes, Jeunes chercheurs

E. Burke, A Philosophical Enquiry into the Origins of our Ideas of the Sublime and the Beautiful, Basil, J. J. Tourneisen, p.1792

A. Davies, Contemporary Spanish Gothic, 2016.

M. Deffand and . Du, Lettres de la marquise Du Deffand à Horace Walpole, p.1824

J. ;. Delisle and J. Woodsworth, Translators through History

. Philadelphia, , 1995.

S. Florian and Z. Paris, Violence in the novels of Charlotte [de] Bournon-Malarme », Michel Delon, pp.1760-1820, 1993.

J. Delumeau, La Peur en Occident (XIV e -XVIII e siècles), une cité assiégée, 1978.

D. Granges and . Charles-marc, Geoffroy et la Critique dramatique sous le Consulat et l'Empire, p.1897

. Des-pres, «. Terrence, . Terror, and . The-sublime, Human Rights Quarterly, vol.5, issue.2, pp.135-146, 1983.

C. Desrais, Paris et ses curiosités, avec une notice historique et descriptive des environs de Paris, nouvelle édition, p.1804

N. Destremau, M. Royale, L. Son-mystère, and . Vaumain, , 1991.

D. Diderot, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de genre de lettres, nouvelle édition, à Genève, chez Pellet, 1777.

B. Didier and E. La-révolution, La Littérature française sous le Consulat et l'Empire, pp.1789-1799, 1989.

J. V. Douthwaite, The Frankenstein of 1790 and Other Lost Chapters from Revolutionary France, 2012.

E. Goncourt and J. De, Histoire de la société française pendant le Directoire

M. O. Grenby, Anti-Jacobin novel, British conservatism and the French Revolution, 2001.

J. Grider and . Anglomania-in-france, , pp.1740-1789, 1985.

L. Guido and . De-l', opéra de l'oeil" aux "films à sensation" : musique et théâtralité aux sources de l'horreur cinématographique, Cinémas : revue d'études cinématographiques, vol.20, pp.13-40, 2010.

J. Guilhaumou and «. &. , La terreur à l'ordre du jour" : un parcours en révolution (1793-1794)

R. Guise and . «-connaissance-de-l'étranger, Histoire littéraire de la France, pp.402-419, 1972.

T. Hale, «. French, and G. Gothic, The
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/in2p3-00311605

, Cambridge Companion to Gothic Fiction, pp.63-84, 2002.

D. Hall, F. , and G. Gothic, Rewriting the Revolution: Direct and Indirect Responses in the French Gothic Novel and Dramas, Late Eighteenth Century, pp.9-18, 2000.

F. Halliday and . Ernest, Shakespeare and his Critics, 1958.

M. Harney, Place-making for the Imagination: Horace Walpole and Strawberry Hill, 2016.

R. W. Hartland, W. Scott, and . Le-roman-«-frénétique, , 1928.

W. G. Hartog, Guilbert de Pixérécourt, sa vie, son mélodrame, sa technique et son influence, 1913.

W. Hazlitt, Lectures on the English Comic Writers, London, Printed for Taylor and Hessey, 1819, The Edinburgh Review, février 1815, p.322

M. Cross, Selections from the Edinburgh Review, vol.2, pp.418-419, 1835.

M. Hedouville and . De, Monseigneur de Ségur, sa vie, son action, Nouvelles éditions latines, pp.180-1881, 1957.

D. Heiland, Gothic and Gender, an introduction, 2004.

A. Heritier and . Le, Vers la reconnaissance de droits fondamentaux aux états membres de l'union européenne? Réflexions à partir des notions d'identité et de solidarité, 2010.

J. Herman and . La, La Traduction romanesque au XVIIIe siècle, Actes du colloque de Metz 26-28 septembre, traduction de romans anglais dans la première moitié du XVIII e siècle. Analyse titrologique, pp.11-25, 2001.

-. and «. Le, Procès Prévost traducteur : traduction et pseudo-traduction au dix-huitième siècle en

». France and A. In, Zitschrift für vergleichende Literaturwissenschaft, pp.1-9, 1990.

, Pour une esthétique de la littérature mineure, Y a-t-il une spécificité de l'anonymat au XVIII e siècle ? », in Luc Fraisse et Yves Delègue (dir.), pp.33-49, 2000.

P. Hersant, . Defauconpret, and . Ou-le-demi-siècle-d'auguste, Romantisme, pp.83-88, 1999.

C. Hesse, The Other Enlightenment: How French Women Became Modern, Appendix A, « Bibliography of French Women, pp.1789-1800, 2003.

J. Hodson, . Burke, P. Wollstonecraft, and G. , , 2007.

L. Michaud, B. Paris, and L. ,

. Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, Paris, A. Thoisnier Desplaces, 1843. -, Biographie universelle ancienne et moderne, pp.1843-1847

-. , B. Paris, C. Madame, C. Desplaces, M. Et-chez et al.,

, Biographie des hommes vivants, pp.1816-1817

M. Michaud and R. The-american-gothic, , 2009.

R. Miles and A. Radcliffe, The Cambridge Companion to Gothic Fiction, Radcliffe, Ann (1764-1824) », Oxford Dictionary of National Biography, pp.41-62, 1995.

C. Millevoye, Satires des Romans du jour, considérés dans leur influence sur le goût et les moeurs de la Nation, p.1802

M. Milner and L. Française, , pp.1820-1843, 1973.

V. Mishra, The Gothic Sublime, 1994.

E. Moers, L. Women, W. H. London, and . Allen, , 1977.

. Moland-(dir, Louis, Théâtre de la Révolution, ou choix de pièces de théâtre qui ont fait sensation pendant la période révolutionnaire, p.1877

L. Moliere, P. 'école-des-femmes, and J. Mossy,

J. Mollier,

J. Michon, Les Mutations du livre et de l'édition dans le monde du XVIII e siècle à l'an, 2000.

. Laval, , 2001.

, Critical Inquiry, vol.36, p.136, 2009.

J. Mori, Britain in the Age of the French Revolution, pp.1785-1820, 2000.

R. Mortier and . Roman, Roland Mortier, Les Combats des Lumières. Recueil d'études sur le dix-huitimème siècle, pp.375-84, 2000.

M. Mukherjee, . The-arresting, and . Gaze, A Subversion of Power Dynamics in Women's Gothic of 18 th and 19 th Century England, La réaction culturelle en l'an III : la représentation du Jacobin et du sansculotte dans l'imaginaire de leur adversaire, vol.2, pp.1-12, 2013.

R. Iii and . Et-terreur-blanche-dans-la-france-révolutionnaire, Éditions du CTHS, p.499, 1997.

G. Newman, The Rise of English Nationalism: a Cultural History 1740-1830, 1987.

C. Nodier, C. De-jeunesse,-Édition-de, and J. Dahan, Critique littéraire, 1995.

A. Ladvocat and . Palais, Annales de la littérature et des arts, 16 e livraison, 1821, pp.81-83

B. Nogues, Répertoire des professeurs et principaux de la faculté des arts de Paris aux XVII e et XVIII e siècles, 2008.

R. Norton and A. Radcliffe, The Shakespeare of Romance Writers, pp.37-59, 2009.

, Mistress of Udolpho: The Life of Ann Radcliffe, Gothic Readings: the First Wave, pp.1764-1840, 1999.

F. (. Ogée, .. ). Better-in, and . France, The Circulation of Ideas across the Channel in the Eighteenth Century, pp.203-226, 2005.

P. Orecchioni, P. Parent, and . Le-marché-du-livre, Histoire littéraire de la France, P. Barbéris et C. Duchet (dir.), pp.420-439, 1972.

, , 2005.

H. Pansey and L. De, Autorité judiciaire en France, suivie de la compétence des juges de paix, par le président Henrion de Pansey, en rapport avec la législation et la jurisprudence de France et des Pays-Bas, p.1829

F. Parent, « Rôle du cabinet de lecture, Histoire littéraire de la France, pp.440-445, 1972.

J. Razgonnikoff, . Fabriquer, and . Spectaculaire,

D. Sade, Alphonse François de, Les Crimes de l'amour, nouvelles héroïques et tragiques, précédés d'une Idée sur les Romans

R. Schechter and . Gothic, Thermidor: the Bals des Victimes, the Fantastic, and the Production of Historical Knowledge in Post-Terror France, Special Issue: Practices of Enlightenment, vol.61, pp.78-94, 1998.

W. Scott, «. Life, A. Character-of-mrs, and . Radcliffe, The Museum of Foreign Literature and Science, vol.7

. Carvill, , 1825.

L. Seche, Hortense Allart de Méritens dans ses rapports avec Chateaubriand, Béranger Lamenannais, Sainte-Beuve, G. Sand, Mme d'Angoult, 1908.

P. Segur and . De, Mémoires du général comte de Ségur, de l'Académie française, De 1800 à 1812, un aide de camp de Napoléon, 1894.

C. Seth, Esprit des lettres, Imaginaires gothiques : aux sources du roman noir français, 2010.

, Adélaïde Dufrénoy (1765-1825) », in Christine Planté (dir.), Femmes poètes du XIX e siècle, une anthologie, pp.67-82, 1998.

A. Smith, . Lloyd, . Sage, and . Victor, Gothicks Origins and Innovations, 1994.

A. ;. Smith, D. Wallace, . The-female, and . Gothic, Gothic Studies, vol.6, pp.1-7, 2004.

A. Sol, . Genre, and . Historiographie,

M. Guizot, Nicole Pellegrin (dir.), Histoire d'historiennes, pp.265-283

V. A. Somov and P. Levesque, Protégé de Diderot et historien de la Russie, Cahiers du monde russe, vol.43, pp.275-294, 2002.

É. Souvestre, Les Drames parisiens, Paris, Michel-Lévy frères, p.1859

E. /. Hervey and J. West, The Church of St. Siffrid. 4 vol

A. M. Howell, . Castle, and . Cambrian, London, printed for W. Lane, 1793. M., Citoyen. Le Château de Mortimore, conte gallois

W. Ireland and . Henry, The Abbess, a Romance, vol.4

W. H. L'abbesse and . Ireland, , p.1814

A. M. Johnson and . Calista, , 1789.

C. Histoire-de, Amour conjugal, vol.2, 1798.

A. Kendall, The Castle on the Rock ; or, 1798. BERTIN l'Aîné, Louis-François Bertin de VAUX, dit. Eliza, ou Mémoires de la famille Elderland, vol.3

. Bertin, , vol.4, 1798.

, Derwent priory ; or, Memoirs of an Orphan, Series of Letters, vol.2, issue.8, p.1798

, Ensuite, nous avons préféré employer l'appellation « oeuvres de fiction », qui permet d'inclure tous types de récits fictifs en prose (romans, contes, nouvelles). Enfin, il peut y avoir parmi les romans noirs des ouvrages qui sont en réalité des traductions non identifiées. L'orthographe des auteurs a été respectée. Nos recherches bibliographiques résultent d'une compilation de diverses sources bibliographiques, telles que le « Tableau des romans noirs » (1821) 1 de Nicolas-Alexandre Pigoreau, le Dictionnaire des romans anciens et modernes (1819) d'André Marc 2 , la Gothic Bibliography (1940) de Montague Summers 3 , la précieuse Bibliographie du genre romanesque français, Bibliographie des oeuvres de fiction françaises ayant subi l'influence du roman terrifiant (1789-1822) contenu et vice-versa, vol.2, pp.1751-1800, 1977.

A. Armentès, , vol.1, p.1802

N. Pigoreau, Tableau des romans noirs » in Petite bibliographie biographico-romancière, ou dictionnaire des romanciers, pp.353-354, 1821.

A. Marc, Dictionnaire des romans anciens et modernes, ou méthode pour lire les romans

P. Marc, , vol.1819

M. Summers and G. Bibliography, , 1969.

A. Martin-;-vivienne-mylne,

R. Frautschi, Bibliographie du genre romanesque français, pp.1751-1800, 1977.

M. Lévy and . English, Gothic and the French Imagination: A Calendar of Translations 1767-1828, pp.150-176, 1974.

. Eufrasia, , vol.2, p.1809

, Histoire d'un poignard français, anecdote de la Révolution, vol.2

. Girard, , p.1803

L. Bohémienne-de-la-forêt-noire, , p.1820

L. Mari-coupable, Habitant des tombeaux, 2 vol. in-12, fig, p.1803

. Le-père-barbare, ou Histoire d'Amédée, écrite par elle-même, vol.2, 1800.

L. Aubepine/laubespine, L. Marquis-de-l'/-chevalier-de, and . Château-de-saint-alpin, Les Revenants véritables, ou les Aventures du chevalier de Morny, vol.2, 1802.

C. Arlincourt, &. Prévost-d, L. Solitaire-;-par, and M. Le-vicomte, Arlincourt, seconde édition, 1 vol. in-8, à Paris, p.1822

H. Balzac, C. De, O. De-lusignan, B. Le, and . Juif, Le Centenaire, ou les Deux Béringheld, publié par M. Horace de Saint-Aubin... 4 vol, vol.12, p.1821, 1822.

J. Bellemare and L. Damné-volontaire, , vol.3, p.1821

L. A. Bellin-de, L. Liborliere, and C. ,

B. De-la and L. , , vol.4, p.1798

J. Bette-d'etienville, L. Vincent, . Château, J. Hennarès, and . Bette-d'étienville, Pulchérie, ou l'Assassinat supposé, vol.2, p.1803, 1802.

. G**-d*******.-julie-de-merlval, . Schmidt-berg, and . Par-g**-d*******, , vol.2, p.1811

G. M. , Les Souterrains de la Roche de Baume, ou le Fantôme et les brigands, 12, avec figures, vol.3, p.1811

J. Gardy, Matilde ou la forêt périlleuse, 1 vol. in-18, 1799.

-. , A. Marcély, J. Le-spectre-bienfaisant, and . Gardy, , vol.1, p.1803

S. Genlis, . Crest, L. De, O. Chevaliers-du-cygne, ;. La-cour-de-charlemagne et al., contes pour servir de suite aux Veillées du château, et dont tous les traits qui peuvent faire allusion à la Révolution française sont tirés de l'histoire, par Mme de Genlis, auteur du Théâtre d'éducation, d'Adèle et Théodore, Les Voeux téméraires, ou l'Enthousiasme, par Mme de Genlis, auteur du Théâtre d'éducation, d'Adèle et Théodore, &c &c &c, vol.3, p.1821, 1795.

A. Gerdret, . Leopold, M. A. Le-pavillon-mystérieux, and . Gerdret, , vol.4, 1818.

L. Girard-de-caudemberg and . Wilmina, Enfant des Apennins

, Locard et Davi, 1820. -, Les Revenans de la chaumière

G. De-c***, , vol.2, 1821.

J. Gorji, . Lidorie, and . Blançay, Saint-Alme, par l'auteur de Blançay, vol.2, p.1790, 1790.

E. Gosse, Les Amans vendéens, 4 vol. in-18, 1800.

A. Gretry and . Le, Château de Cliffort ou le Souterrain de la forêt, roman imité de l'allemand, 1 vol. in-12, fig. et musique, Lerouge, p.1819

F. Herbster, ]. [d'abord-mme-backker, and L. Souterrain, , p.1807

M. Hippolyte and . De-cressanges, , p.1820

G. Houdin, Moins vrai que vraisemblable, ou la Forêt de Sercotte, par Mme G??-Houdin, 2 vol. in-12, frontisp., Paris, les marchands de nouveautés, 1802. -, Histoire des vampires et des spectres malfaisans

J. Paccard and . Edme, Mélusine, ou les Tombeaux des Lusignans, manuscrit trouvé dans les archives d'un ancien monastère de Poitiers, traduit et publié par M. Paccard, 4 vol, vol.2, p.1821, 1815.

F. Pages and A. , ou Histoire de deux illustres maisons d'Angleterre, par François Pagès, auteur de l'Histoire secrète de la Révolution française, vol.2, 1799.

. Perin-de-gradenstein, L. Joséphine, . Dame-grise, . Ou-histoire-de-la-maison-de-beauchamp, P. .. Par-mme-de et al., Librairie grecque-latine-allemande, 1816. -, Contes gothiques, par l'auteur de la Dame grise, vol.1, p.1818

P. F. Rosabelle and M. P. De-lyon, , vol.1, 1800.

P. Plancher-de-valcour,

P. Roussel and M. De-rodolphe, Odette la petite reine, ou les Apparitions de la Dame blanche, roman historique, par l'auteur des Annales du crime et de l'innocence, 4 vol, vol.5, p.1816, 1815.

J. Regnault-warin,

J. Regnault-warin, Magasin des romans nouveaux, Lepetit, an VII, vol.1, 1799.

-. , L. Cimetière-de-la-madeleine, J. J. Regnault-warin, . De-roméo-et-juliette, and E. La-caverne-de-strozzi, , vol.4

-. , R. Juliette, J. J. Regnault-warin, and . De-la-caverne-de-strozzi, , vol.1

-. , L. Carbonari, M. Ou-le-livre-de-sang, . B. W-r.-(j, and . Ph, Rosario, ou Les trois Espagnoles, mémoires historiques ; par M, vol.1, p.1821, 1820.

S. Renneville and . De, , vol.3, 1811.

. Supercheries, . Et, and . .. Attributions,

.. .. B.-ann-radcliffe,

D. Regina-maria-roche and .. .. ,

E. Smith and .. .. ,

F. Genre-du-roman-gothique and .. .. ,

C. William-polidori and .. .. ,

, L'orthographe des auteurs a été respectée

A. H. Supercheries, B. Walpole, and F. De, Roséide et Valmor, ou les Victimes de l'orgueil, traduit de l'anglais de sir Horace Walpole, par F. Beauharnay, 2 vol. in-18, 1800.

P. , M. Périn, ?. , and L. Forêt-de-montalbano, , p.1813

C. Wuiet, L. Couvent-de-sainte-catherine, . Ou-les-moeurs-du-xiii-e-siècle, . Roman-historique-d'ann-radcliffe, and . Par-mme-la-baronne-caroline-a***,-née-w***-de-m***,

D. L. ***, L. Soirée-d'été,-par, and M. Lewis-;-d.l.m.***, auteur du Moine, traduit de l'anglais sur la deuxième édition par, vol.2

R. Foucques and . Ambrosio, , vol.2, p.1807

E. Lamothe-langon and . De, , p.1819

D. Roche,

O. Suzanne and . Le-château-de-saint-bernard, , vol.2

E. and C. T. Smith,

. Barozzi, chronique du quinzième siècle, par mistress Charlotte Smith, 1817.

F. Genre, E. Lamothe-langon, L. De, . Spectre-de-la-galerie-du-château-d'estalens, . Le-sauveur-mystérieux et al., Barbarinski, ou les Brigands du château de Wissegrade, vol.4, p.1818

. Le-panache-rouge and . Le-spectre-de-feu, , p.1824

B. M. Edgeworth, H. , F. , and L. Souterrain, ou les Deux soeurs, par Madame F. Herbster, à Londres, se trouve chez B. Dulau, 1807, vol.2, p.1820

I. .. Noirs, The Castle of Otranto (1764)

.. .. B.-ann-radcliffe,

;. ). A-sicilian-romance, The Italian ; or, the Confessional of the Black Penitents (1797), vol.552, p.3, 1790.

C. Lewis, The Monk (1797)

D. and M. Pilkington, The Accusing Spirit, or De Courcy and Eglantine

E. and J. Porter, The Scottish Chiefs

F. Polidori and T. .. Vampire,

A. .. De-romans-«-noirs-», -Alexandre Guérin de Tencin, Les Mémoires du comte de Comminge

B. Stéphanie-félicité-du-crest and . Genlis, Adèle et Théodore, ou Lettres sur l'éducation

C. Guilbert-de-pixérécourt and .. .. ,

.. .. Victor,

C. , C. Nodier, and J. .. Sbogar,

. Du, . Au, and . .. Français,

. Du, . Au, and . .. Britannique,

. Loaisel-de-treogate, L. Joseph-marie, and . Château-du-diable,

. A-sicilian-romance, , 1790.

C. Sewrin and J. Les-souterrains-du-château-de-mazzini,

, The Mysteries of Udolpho (1794)

A. Duval, . Montoni, and . Le-château-d'udolphe,

. Guilbert-de-pixerecourt, L. René-charles, . Château, and . Apennins, ou le Fantôme vivant, drame en cinq actes, en prose, et à grand spectacles, imité du roman anglais, les Mystères d'Udolphe, p.1797

F. Hoffman,

L. Dalayrac and . Le-château-de-montenero, , 1798.

L. A. Martelliere, J. , and L. Testament, ou les Mystères d'Udolphe, drame en cinq actes en prose

, The Italian ; or, the Confessional of the Black Penitents, 1797.

, PUJOS

É. Dabaytua, . De-rosalba, and . Le, Confessional des pénitens noirs, drame nouveau en quatre actes, [représenté pour la première fois à Paris, au théâtre de la Cité-Variétés et de la Pantomime Nationale, le 17 Prairial an VI

C. Lewis, , 1797.

A. Anonyme,

L. Cailleran-;-coupilly and . Nonne-de-lindenberg, ou la Nuit merveilleuse, pièce en cinq actes, à grand spectacle, mêlée de pantomimes, marches, combats, &c

C. , N. , and L. Moine, comédie en 5 actes, mêlée de chants, danses, pantomime, imitée du roman anglais, plan et pantomime du citoyen Ribié, musique du citoyen Froment, décors du citoyen Auguste Guingré, avec des changemens et un nouveau dénouement

-. and M. Voleurs,

, Une note à l'édition de 1797 indique : « Cette pièce est extraite, avec les changemens nécessaires, du Moine, comédie, des mêmes auteurs, en cinq actes, à grand spectacle

. Guilbert-de-pixerecourt, L. René-charles, and . Forêt-de-sicile, drame lyrique en 2 actes et en prose, musique de Gresnick

-. and L. Moine, ou la Victime de l'orgueil, pièce en quatre actes et à grand spectacle

. Marsollier and B. Vivetieres, Deux mots, ou une Nuit dans la forêt, comédie en un acte et en prose, musique de M. Dalayrac, p.1806

A. Prevost and L. Jacobin,

D. , M. Pilkington-;-or, D. Courcy, B. Eglantine, A. et al., The Accusing Spirit, 1805.

D. Or, . Courcy, . Eglantine, and . Romance, , 1802.

E. and J. Porter, The Scottish Chiefs

R. Guilbert-de-pixerecourt, Les Chefs écossais, mélodrame héroïque en 3 actes, [représenté pour la première fois à Paris, au théâtre de la Porte Saint-Martin, le 1 er septembre 1819], à Paris, chez Barba, 1819

F. Polidori, T. Vampire, N. , C. , A. De-jouffroy et al., mélodrame en 3 actes, avec un prologue, 1820.

, Adaptations de romans « noirs » A. Claudine-Alexandre Guérin de Tencin, Les Mémoires du comte de Comminge, 1735.

. Victor, L. Enfant-de, and . Forêt, , 1797.

. Guilbert-de-pixerecourt, . René-charles, and . Victor, Enfant de la forêt, drame en trois actes en prose

. Coelina, , 1798.

. Guilbert-de-pixerecourt and C. René-charles, enfant du mystère, drame en trois actes, à grand spectacle, 1818.

J. Cuvelier,

L. Chandezon, J. Sbogar, and . De-m.-alexandre, , 1821.

E. Crosnier and L. Solitaire, Exilé du mont Sauvage, mélodrame en trois actes, à grand spectacle, tiré du roman de M. le vicomte d'Arlincourt, p.1821

. Ducange, . Victor, . Élodie, and . La, Vierge du monastère, mélodrame en trois actes, musique d'Adrien Quaisain, décors de Louis Daguerre, p.1822

. Guilbert-de-pixerecourt, L. René-charles, . Mont, and . Le-solitaire, , p.1821

E. Planard, L. De, . Solitaire, M. Du-roman-de, . Le-vicomte-darlincourt et al., , p.1822

. Du, . Boursault-malherbe, L. Jean-françois, . Spectre, and . Château, , 1807.

M. Raimond and . De-m.-alexandre, Gide fils, Ladvocat, 1821. Cette pièce est elle-même adaptée de Bertram

C. Robert-maturin,

. Du and J. Baylis, The Mysteries of Udolpho ; or, the Phantom of the Castle, 1804

T. Holcroft, . Tale, . Mystery, R. London, and . Philipps, à Paris, chez Barba, 1800. Il s'agit à nouveau d'une adaptation « boomerang » : la pièce anglaise est basée sur la pièce française, 1802.

M. Lewis, . Gregory, ;. Venoni, and . Or, The Novice of St Mark's, a drama in three acts, 1809.

, Parodies, comédies et opéra-bouffon ANONYME, À bas les diables, à bas les bêtes

M. Cubieres-palmezeaux and . De, Manie des Drames sombres, comédie en trois actes en vers, p.1777

M. Desaugiers and C. Buteux-au, Vampire", ou Relation véridique du prologue et des trois actes de cet épouvantable mélodrame, écrite sous la dictée de ce passeux du Gros-Caillou, par son secrétaire Désaugiers, p.1820

A. Duval, L. Retour-d'un-croisé, and . Le-portrait-mystérieux, Le Vieux château, ou la Rencontre, comédie en 1 acte, mêlée de chants, musique de Domenico della Maria, 1810.

L. Bacre and A. , La Femme romanesque, comédie en un acte et en prose

A. Martainville and R. Et-cunégonde, Hermite de Montmartre, ou la Forteresse de Moulinos, ou le Revenant de la galerie de l'Ouest, galimathias burlesco-mélopatho-dramatique en 4 actes sans entractes, orné de costumes analogues, soutenu par quatre changemens de décors, lardé de combats et d'enlèvemens, enjolivé de cavernes et de voleurs, égayé par un fantôme et réchauffé par un incendie

P. Moline, L. Caverne-infernale, and L. Ou, Manie du suicide, opéra-bouffon en 2 actes, musique du C en Toméoni

J. ;. Pain, H. Dupin, and L. Revenant, Héritage, comédie-vaudeville en un acte, en prose, p.1816

C. Pigault-lebrun, D. De-l'épinoy, L. Follet-;-À-paris, and C. Barba, Pigault-Lebrun, p.1796

L. Segur, L. De, and . Revenans, comédie-parade en un acte et en prose, mêlée de vaudevilles, p.1798

N. (. Tuyau, .. ). , L. Château-de-paluzzi, C. Paris, and . Barba, Il s'agit d'une parodie du Château de Paluzzi, mélodrame en 3 actes, à spectacle, de Mélesville et Eugène Cantiran de Boirie, 1818.

, Bibliographie non exhaustive des oeuvres non fictionnelles ayant recours à l'imagerie de la fiction gothique, vol.6, pp.1789-1890

L. Abrantes and . Junot, Histoire des salons de Paris, tableaux et portraits du grand monde, 1838.

, Les images de la Révolution française, actes du colloque des 25-26-27 oct. 1985 tenu en Sorbonne, pp.291-297, 1988.

, Réimpression de l'ancien moniteur, vol.23, p.259

, Justice du peuple ou Grand détail de ce qui s'est passé hier concernant les traîtres de la nation, ANONYME

L. Anonyme and . Charlatanisme-politique, , p.1799

L. Anonyme, Souvenirs d'un jeune prisonnier, ou Mémoires sur les prisons de la Force et du Plessis, pour servir à l'histoire de la Révolution, à Paris, chez la citoyenne Brigitte Mathé

E. Burke, Reflections on the Revolution in France, and on the proceedings in certain societies in London, relative to that event, in a letter intended to have been sent to a gentleman in Paris, 5 e édition, p.1790

F. Chateaubriand, E. De, and . Historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, considérées dans leurs rapports avec la Révolution française, à Londres, se trouve chez J. Deboffe ; à Hambourg, chez J. F. Fauche ; à Paris

, Eugène et Victor Penaud frères, p.1849

P. Chaux-de-champeaux, L. Voix-dans-le, and . Désert, Appel aux principes, à Paris, chez R. F. Lebois, Lefèvre et à Nantes, chez Forel, l'an III de la République, 1795.

H. Dulac, Le Glaive vengeur de la République française une et indivisible, ou Galerie révolutionnaire, 1793.

L. Duperou, M. J. Vie, and . Maximilien-robespierre, , 1794.

, Réflexions sur la Révolution de France, à Paris, chez Laurent fils, et à Londres, p.1790

A. Duval and D. Sépultures,

E. Goncourt and J. De, Histoire de la société française pendant le Directoire, p.1855

C. Guirault, Oraison funèbre de la section du Contrat social, publiée dans les Archives parlementaires, séance du 28 floréal an II

J. De-saint-meard and F. , Mon Agonie de trente-huit heures ; ou Récit de ce qui m'est arrivé ; de ce que j'ai vu et entendu, pendant ma détention dans la prison, p.1792

L. A. Bouëre, A. Duc, and C. De, Souvenirs de la Comtesse de la Bouëre, La Guerre de Vendée, 1793-1796, mémoires inédits publiés par madame la comtesse de La Bouëre, p.1890

T. Lally-tollendal and . De, Lettre de M. de Lally-Tollendal à un de ses amis, contenant les motifs de sa retraire de l'Assemblée nationale, pp.31-1789

G. Limon and . De, La vie et le martyre de Louis seize, p.1795

M. De, L. A. Varenne, and P. De, Les Crimes de Marat, et des autres égorgeurs, ou Ma résurrection : où l'on trouve non seulement la preuve que Marat et divers autres scélérats, membres des autorités publiques, ont provoqué tous les massacres des prisonniers, mais encore des matériaux précieux pour l'histoire de la Révolution française

M. De, L. A. Touche, J. , and L. Noyades, , p.1794

C. Mercier-de-compiegne, Les Nuits de la Conciergerie, rêveries mélancoliques et poésies d'un proscrit, fragmens échappés au vandalisme, à Paris

L. -. Mercier, L. N. Sébastien, and G. Paris,

G. Montjoie and . De, Histoire de la conjuration de Maximilien Robespierre

. Pages-de, . Vixouse, and . François-xavier, Histoire secrète de la Révolution, 1797.

J. Pilpay-[ and . Gallais, Le Club infernal

L. Proyart, La Vie et les crimes de Robespierre, surnommé le tyran, depuis sa naissance jusqu'à sa mort, à Augsbourg, chez tous les Libraires et dans les principales Villes de l'Allemagne, 1795. -, Louis XVI et ses vertus aux prises avec la perversité de son siècle, 1808.

R. De, L. A. Bretonne, L. Nicolas-edme, O. Nuits-de-paris, and . Le-spectateur-nocturne, , pp.1788-1794

H. Riouffe, Mémoires d'un détenu, pour servir d'histoire de la tyrannie de Robespierre, à Paris, chez Brigitte Mathé, et chez Louvet, l'an III de la République française, 1794.

M. Roland and R. Appel-À-l'impartiale-postérité-par-la-citoyenne, Femme du Ministre de l'Intérieur, ou Recueil des Écrits qu'elle a rédigés, pendant sa détention, aux prisons de l'Abbaye et de Sainte-Pélagie ; imprimés au profit de sa fille unique, privée de la fortune de ses père et mère, dont les biens sont toujours séquestrés, p.1795

P. Roussel, Histoire secrète du tribunal révolutionnaire, à Paris, chez Lerouge, 1815. -, Le Château des Tuileries, ou Récit de ce qui s'est passé dans l, p.1802

P. Tronjolly, . Noyades, and . Carrier, sur les crimes et dilapidations du comité révolutionnaire de Nantes

O. Uzanne, La Française du siècle : modes, moeurs, usages, p.1886

F. Westermann and «. Lettre-du-citoyen-westermann, dimanche 7 juillet 1793, an 2 de la République Française, in Réimpression de l'Ancien Moniteur, seule histoire authentique et inaltérée de la Révolution française depuis la réunion des états-généraux jusqu'au Consulat, Réimpression de l'Ancien Moniteur, seule histoire authentique et inaltérée de la Révolution française depuis la réunion des états-généraux jusqu'au Consulat, vol.2, pp.1789-1822, 1860.

I. Gothique, ANGLAIS, vol.567

L. E. Genre and . .. Roman-gothique,

A. and F. ,

B. De-paris,

C. Nouvelle and .. .. ,

D. Mercure-de-france and .. .. ,

E. Dictionnaire,

F. Petite, Bibliographie biographico-romancière, ou Dictionnaire des romanciers, octobre 1821

A. .. Radcliffe,

A. Magasin-encyclopédique and . .. Vi-;-], , 1797.

B. Mercure-de-france,

C. Mercure-de-france, , pp.30-1799

D. Nouvelle and .. .. ,

E. Mercure-de-france and .. .. ,

, Cours de Belles Lettres

G. , Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, 1816

, H. Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle biographie

I. Petite, Bibliographie biographico-romancière

, ou les Souterrains du château de Mazzini (1797)

, Les Mystères d'Udolphe (1797)

, Journal de l'Empire, 27 septembre 1807

D. Éléonore-de and R. , Confessionnal des pénitents noirs (1797)

V. .. Décade,

;. ). E.-l'italien, , 1797.

, Journal, issue.1

L. .. Anonyme, , 1799.

A. .. Viii,

L. E. Anonyme, . Chateau, O. U. Comte-roderic, . Les, and . Gothiques,

, A. Journal

L. A. Anonyme, O. U. Lettre-brulee, . Le, and . De-melworth, , 1818.

A. Revue,

. .. Anna-maria-porter,

C. Saint-donats,

A. La-décade-philosophique and X. .. ,

B. Magasin and X. .. ,

C. Maturin and . .. Melmoth-;-), , 1821.

C. .. Smith, Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût

B. L. France and .. .. ,

E. .. Helme,

E. Jervis, O. U. Agatha, . La, and . Anglaise,

A. Spectateur-du-nord and .. .. ,

F. Theodore, L. Ou, and . Brigands,

A. De-france and . Viii,

B. Le, Courrier des spectacles, an VIII [1800]

C. .. Viii,

D. Le-mercure-de-france and . .. Ix,

G. .. , , 1798.

A. Spectateur and . Nord,

J. .. Porter,

. .. Maria-edgeworth,

M. Pierre, L. A. Ou, and . Vengeance,

A. Bibliographie and .. .. ,

M. .. , , 1797.

A. Décade and .. .. ,

B. Spectateur and . Nord,

C. Spectateur-du-nord and .. .. ,

D. Mercure-de-france and .. .. ,

E. De-l'empire and .. .. ,

F. Nouvelle and .. .. , , p.605

G. De-paris and .. .. , , p.605

H. Mercure-de-france and .. .. , , p.605

J. , Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, 1816

. Mr, . Singer, . Le-chateau, . Mysterieux, . Ou-l'heritier et al., , 1798.

A. .. Vii,

. .. Regina-maria-roche,

). .. , , 1801.

V. .. De-paris,

.. .. Nouvelle, historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, 1816

C. .. Clermont, 613 a. Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût

D. and L. .. Visite-nocturne-;-), 613 a. Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, 1801.

T. Saint-oswithe,

A. Mercure-de-france and .. .. ,

W. Godwin and . .. Williams-;-), , 1796.

A. , Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française, depuis 1789, 1816

. Ii and . Français, , p.615

. .. Honore-de-balzac,

A. Le-centenaire, O. U. Les, and . .. Beringheld-;-), 615 a. Cinquième supplément à la Petite bibliographie biographico-romancière, décembre 1823, 1822.

B. Clotilde-de-lusignan and . .. Ou-le-beau-juif-;-), 615 a. Cinquième supplément à la petite bibliographie biographico-romancière, décembre 1823, 1822.

C. Catherine,

A. Mercure-de-france and .. .. ,

C. D. V****-et-le-presbytere, O. U. Les, . Persecutes, and . La-revolution,

C. Bothwell and O. U. , HERITIER (1819)

A. Revue,

C. Solitaire,

E. .. Brossin-de-mere,

F. Messageot, D. Blanche-iselle, O. U. Le, . Du, and . .. De-valfin-»-;-), , p.619, 1821.

A. , Premier supplément à la petite bibliographie biographico-romancière, décembre 1821

F. Coelina and O. Mystere,

A. Mercure-de-france and .. .. ,

B. Petite, Bibliographie biographico-romancière

H. Chaussier, . Bizet, and . .. Le-tombeau-;-), , 1799.

A. Spectateur-du-nord and .. .. ,

B. De-l'empire and .. .. ,

L. Anglaise,

B. La-décade-philosophique and . .. Vii-;-], , 1799.

L. .. ,

A. Petite, Bibliographie biographico-romancière

M. G. , E. Baume, O. U. Le, L. Et, and . Brigands, , 1811.

, des Sciences et de la Littérature

M. Hippolyte and . .. De-cressanges-;-), , 1820.

A. De-la-littérature-de and F. ,

I. Gothique,

A. Le-genre-du-roman-gothique, Journal général de la littérature de France, p.1801

À. De-france, . Paris, . Treuttel, À. Würtz, and . Strasbourg, , p.80

». B. De-paris, , vol.22, p.1802

P. Journal-de, , pp.22-1802

. «-un-autre-critique, Même le diable a son utilité, et il recommande à tout auteur français, qui voudrait faire concurrence aux romanciers anglais, "[?] d'étudier un genre particulier d'architecture qui doit servir de base à ces sortes de travaux, sans quoi l'entrepreneur n'aura fait que des châteaux en Espagne. Apprenez donc, avant tout, à creuser des canaux, à projeter des voûtes, à établir jusqu'à trois ou quatre étages de cachots et à les lier par un labyrinthe de chemins couverts? Joignez-y, si vous voulez, des squelettes, qui, au moindre vent, à la moindre approche

A. M. Killen-dans-le-roman-terrifiant-ou-roman-noir, A. De-walpole-À, and . Radcliffe, , 1967.

C. , Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, p.1810

, Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, entièrement refondue, corrigée et augmentée, contenant des jugemens tirés des Journaux les plus connus et des Critiques les plus estimés, sur les meilleurs ouvrages qui ont paru dans tous les genres tant en France que chez l'Étranger jusqu'à ce jour, à Paris, chez Madame Veuve Duminil-Lesueur, p.140

A. «-les, ont mieux connu que nous le véritable esprit du roman, par cela seul qu'ils sont observateurs plus profonds et plus minutieusement asservis à la loi du costume : leurs romans sont vraiment nationaux, et c'est tant pis pour leurs romans qui, imprégnés d'un bout à l'autre de cette teinte locale, sont par fois ennuyeux, surchargés de détails qui n'en finissent point, de descriptions parasites, et d'un merveilleux burlesque, capable tout au plus d'en imposer à des enfans. » noir, de Walpole à Anne Radcliffe, p.86, 1967.

D. , Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, p.1810

, Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, à Paris, chez Madame Veuve Duminil-Lesueur, pp.160-161

, « Il est plus facile et plus ingénieux peut-être de troubler l'imagination par une attente et des craintes mystérieuses, que de la frapper par des scènes réelles et détaillés. C'est ce que madame Radcliffe a très-bien senti dans quelques-uns de ses romans

, Madame Radcliffe conduit naturellement à la plus forte terreur par l'attente, la crainte, le mystère et la curiosité ; on ne voit point de spectre, mais on l'attend toujours ; on n'entend qu'avec incertitude des soupirs, des gémissemens ; c'est peut-être le sifflement du vent, le murmure de l'onde ou les sons plaintifs de la voix d'un être intéressant qui existe et qui souffre. Est-ce un fantôme ? On l'ignore, on n'a que des soupçons

, Si dans ses romans, les scènes d'un autre genre étoient mieux faites, et si les dénoûmens étoient meilleurs, on les citeroit comme des ouvrages originaux, qui peuvent donner quelques idées générales, qui ne doivent assurément pas former un mauvais genre

, Madame Anne Radcliffe est morte en 1809, à Brougton près de Stampford, âgée de 71 ans. Ses principaux romans ont été traduits en français

, 18, L'Italien, ou le Confessionnal des Pénitens noirs, trad. par A. Morellet, Paris, 1798, 4 vol. in-18. Julia, ou les Souterrains de Mazzini, vol.6, p.1813

«. Radcliff, Lewis, a plus imité ses conceptions tragiques que ses moyens surnaturels. Les souterrains, les vieux châteaux et les couvens sont les lieux où elle établit ses scènes ; mais l'on ne peut se dissimuler que ses romans, auxquels il faut cependant reprocher trop de bavardages, se font lire avec intérêt, Le plus célèbre de tous, celui qui est intitulé Les Mystères d'Udolphe, a été traduit en français par une dame à qui nous sommes redevables de plusieurs bons ouvrages

F. , Cours de Belles Lettres, p.1813

J. G. Fontanelle, ancien professeur de belles lettres à l'école centrale du département de l'Isère, professeur d'histoire, doyen de la faculté des lettres de l'académie de Grenoble, conservateur de la bibliothèque publique, et membre de la société des sciences et des arts de la même ville, Cours de Belles Lettres, à Paris, chez Gabriel Dufour, 1813, t. 4, « Coup d'oeil sur quelques romans du XVII e siècle, pp.235-236

A. «-une-dame-anglaise and . Radcliffe, Julia et Eléonore de Rosalba qui est bien au dessus des trois autres. Elle a manié avec assez d'habileté le ressort de la superstition, dont elle a senti la puissance qu'elle s'est peut-être exagérée et dont elle a quelquefois abusé, puisqu'elle s'en est servie quatre fois. C'est à son imitation que tant de mains ont cru pouvoir s'en emparer à leur tour, et que leur maladresse l'a ensuite si fort décrié. Comme dans le Moine, madame Radcliffe effraie. Elle attache non seulement ceux qui frémissent sous les atteintes de cette peste de l'humanité, et amuse ou intéresse ceux dont la raison a secoué ce joug honteux. Mais elle peut aussi en garantir, employé un moyen qui se rapproche en quelque sorte de celui-là. Dans quatre romans piquants, quoi qu'on en ait dit, par leur singularité, et qui ne sont pas sans intérêt

G. , Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, p.1816

M. Chénier, Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, pp.245-246

, Udolphe, le meilleur des quatre, et dont madame de Chastenay n'a pas affaibli les sombres beautés ; le Confessional des Pénitents noirs, dont nous avons deux traductions estimables, l'une de madame Allart, l'autre de M. Morellet ; la Forêt, que nous croyons dignes de la seconde place, « Ici s'offrent à nos regards les quatre romans de madame Radcliffe : les Mystères d

. Julia, On trouve en ces divers ouvrages des caractères fortement prononcés, des situations terribles que l'auteur amène et accumule, au hasard de s'en tirer péniblement, de belles descriptions de l'Italie et du midi de la France, d'énergiques tableaux, de vrais coups de théâtre, et même quelques tons de Shakespeare, ce génie éminent anglais qui, depuis deux siècles, féconde encore dans sa patrie tous les champs de l'imagination. Ces romans, considérés dans leur ensemble, se rattachent à une seule idée d'un grand sens

, L'exécution en serait tout à la fois plus originale et plus utile, si le lecteur était forcé de rire des choses mêmes qui lui ont fait peur. Tout ce qui blesse la raison, tout ce qui tend à la dégrader, est justiciable du absolu d'art et de talent qui règne dans la plupart de ces pastiches, a bientôt trahi le stratagème. Presque tous les romans de mistriss Radcliffe ont été traduits en français avec beaucoup d'élégance, mais les plans n'ont pas l'étendue et la portée dont ils étaient susceptibles, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière ou dictionnaire des romanciers, On a éclairé les Chaumières

, Avec deux paravents dans nos places publiques, on a formé des Cabinets littéraires ; c'est là que mon portier, c'est là que ma fruitière vont prendre connaissance des opérations législatives ; laissezles lire des romans, et conseillez-leur de ne plus se mêler des affaires d'Etat. Abandonnez-leur les châteaux de madame Radcliffe, les cavernes, les souterrains, les forêts ; laissez-les errer au milieu des fantômes nocturnes et des ombres sanglantes. » Ibid., p. 354 : « Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper, le Villageois a incendié les Châteaux. On a instruit le Peuple : le tiers-Etat nous a donné la République

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine, M. Scott-;-mesdames-anne-radcliffe, . Roche, . Bennett, . Burney et al., ANNE) était douée d'une imagination aussi sombre que féconde ; elle avait parcouru plusieurs contrées de l'Europe, voyagé dans la Hollande, sur le lac pittoresque de Cumberland, dans les montagnes sourcilleuses de l'Allemagne. Le souvenir de ces lieux avait rempli son âme des idées les plus romantiques. De là ces descriptions brillantes dont elle enrichit ses compositions. Elle n'a point le don d'émouvoir la sensibilité, mais elle a le talent d'inspirer la terreur. Oserai-je le dire ? elle est pour nous, ce qu'est pour nos enfans le terrible auteur de Barbe bleue. Il n'a point d'égal en son genre, personne n'a pu encore égaler mad. Radcliffe. Plusieurs romans ont paru sous son nom, mais il est facile de reconnaître ceux qui ne sont point d'elle. Voici la note de ceux qu, vol.3, pp.292-293

. Les-châteaux-de-dumbaine-et-d'athlin, , vol.2, p.12, 1819.

C. , , vol.2, p.12, 1820.

. Le-tombeau and C. Est-d'hector, Ermite de la tombe mystérieuse, il est du baron LAMOTHE-HOUDANCOURT ; les Visions du Château des Pyrénées, il est de M. G? R.. ; le Couvent de Sainte-Catherine, la Forêt de Montalbano, ne paraissent pas non plus être sortis de sa plume. » richesses de leurs pinceaux. Elle a parfaitement compris que ce romanesque faux, enfant bizarre d'une mode passagère, devait tomber avec elle. Un succès uniquement acquis par ces vaines merveilles, dont l'invention même ne suppose pas toujours beaucoup d'imagination, lui paraissait trop peu glorieux et de trop courte durée. Des deux parties essentielles de tout bon roman, la peinture fidèle des moeurs et le style, les Mystères d'Udolphe (1819), 4 vol

, Udolphe a de l'éclat et de la grandeur : les descriptions locales, un peu fréquentes peut-être, sont brillantes et fidèles. Mais le talent de l'auteur est surtout remarquable dans les nombreux morceaux de poésie mêlés à la narration. S'ils ne sont pas tous amenés avec un égal bonheur, il faut, Le style des Mystères

M. Radcliffe-débuta, . Dans-la-carrière-littéraire-par-le-château-d'athlin, and . De-dumblaine, On lui doit aussi de Roman Sicilien et le Roman de la Forêt ; mais on en a peu parlé, au moins en France. L'Italien ou le Confessional [sic] a fait plus de bruit : nous en avons même deux traductions, l'une par madame Mary Gay, l'autre par un académicien célèbre qui, dans le temps de nos malheurs publics, trouva quelquefois une ressource dans ces travaux obscurs. Le dernier ouvrage de madame Radcliffe dont j'ai connaissance est un Voyage fait dans l'année 1794, en Hollande et sur les frontières de l'Allemagne, 1789.

, Décade philosophique, an V Article de Amaury Duval, Décade philosophique, littéraire et politique, an V, pp.41-45

, des déserts, des ruines ? Aimez-vous encore des tableaux de prisons, d'églises gothiques, de couvens, d'hermitages ? Aimez-vous enfin les scènes douces, mélancoliques ; les scènes terribles, déchirantes ? lisez Elélonore de Rosalba, « Aimez-vous à laisser votre imagination errer au milieu des bois, des rochers

, Dans tous on reconnaît son genre, sa manière originale. D'abord elle a l'attention de peindre minutieusement le lieu de la scène, Le Lecteur, désireux de voir la suite d'une histoire commencée, s'impatiente quelquefois de ces longues descriptions, mais il ne tarde pas à en savoir gré à l'auteur ; il s'aperçoit qu'elles ajoutent une grande vérité à l'actio. [sic] -Ensuite elle se plaît à raconter des événemens qui semblent tenir du merveilleux ; mais lorsque le moment de l'explication est arrivé, on voit avec plaisir qu'il n'y avait rien de surnaturel dans ces événemens : les fantômes s'évanouissent. Bien différente de quelques romanciers modernes, pour étonner l'ame du lecteur elle n'insulte pas à sa raison, Cette femme qui n'a commencé à écrire que dans un age mûr, a produit, dans l'espace de quelques années seulement, un assez grand nombre d'ouvrages estimés, qui ont été lus avec avidité en Angleterre, et traduits dans plusieurs langues

, Le roman que nous annonçons aujourd'hui a pour titre, en anglais

, Mais avant de commencer, il est avantageux pour nous de rappeler ici que l'extrait d'un roman peut rarement avoir beaucoup d'intérêt. Dans un extrait, on est presque toujours obligé de supprimer les descriptions de lieux ou des personnes. Et c'est là ce qui donne tant de charme à la plupart des romans, et sur-tout comme nous l'avons dit, à ceux d'Anne Radcliffe : c'est par là que ces sortes d, C'est bien la fille la plus intéressante, la plus vertueuse : et pourtant que de malheurs elle éprouva ! nous en dirons au moins une partie

. Il, avec trop d'art peut-être. -Madame Radcliffe semble avoir pour principe de ne pas laisser le plus petit incident sans une explication détaillée : elle croit donner ainsi plus de vraisemblance à l'histoire générale ; il en résulte un effet tout contraire. Elle inspire le doute par les peines qu'elle prend pour l'écarter. On pourrait lui dire : Prouvez un peu moins si vous voulez être crue. D'ailleurs, les faits d'un roman n'ont pas besoin de tant de pièces justificatives

L. Or and . Roman, Eléonore remplit toutes ces conditions là. Les événemens s'y succèdent avec rapidité, l'intérêt augmente à chaque volume

. C'est-un-spectacle-qui-n, est pas sans intérêt de voir les ouvrages d'une anglaise célèbre, très-bien traduite en France par une personne de son sexe. -Tandis que les hommes des deux nations s'entr'égorgent par entêtement, par une jalouse ambition, les femmes, plus heureuses, plus sages, correspondent entre-elles, se livrent, avec un zèle égal aux doux travaux de la Littérature, p.1797

A. J. Article-de and . Magasin-encyclopédique, , pp.105-113

, Anne Radcliffe à-peu-près les mêmes défauts que dans celui que nous avons déjà fait connoître. Son imagination est si familiarisée avec les idées tristes, sombres, terribles même que les descriptions des objets que la nature lui offre, et qu'elle multiplie souvent aux dépens de l'intérêt, n'en adoucissent pas l'horreur. La scène est à Naples, « On peut remarquer dans ce nouvel ouvrage d

, En lisant ces sept volumes on regrette qu'ils n'aient pas paru sous le règne de Robespierre et de son salut public

, On pourroit croire par la vérité de ses descriptions et la vérité des tableaux qu'elle peint que l'auteur a vécu sous ce beau climat, où la douceur de l'atmosphère, les présens de la nature, les productions des arts, la richesse des sites, la majesté même des ruines réveillent toutes les sensations, excitent à toutes les jouissances ; mais on est tenté d'en douter lorsqu'on lui voit écrire deux volumes pour nous parler des souterrains, des cachots, des portes de fer, des chaînes, des interrogatoires effrayans, des supplices secrets de l'inquisition ; événemens qu'elle raconte, que tout cet appareil de terreur n'existe point, que les membres du Saint-Office sont des hommes instruits, aimable [sic] et humains, et que toute cette , solemnel qu'on rencontre à chaque page : qu'est-ce qu'un étonnement solemnel, un site mélancolique ? Si les expressions, souvent placées à contre-sens, Nous conviendrons avec plaisir que nous avons trouvé dans le nouveau roman d'Anne Radcliffe un plan plus sage, une marche plus suivie, des rapprochemens plus naturels, et un intérêt plus soutenu, parce que les hors-d'oeuvres sont moins fréquens, p.1798

R. «-romans-de-mistress, aux cadavres, à la terreur en un mot et au crime. La terreur sans doute peut bien entrer dans leurs vues, mais s'ils veulent être tragiques, qu'ils cherchent donc aussi à exciter la pitié ; que le premier sentiment soit adouci par le second ; que celui-ci prévale même, et qu'il en résulte au moins une idée morale, qui se grave fortement dans l'ame du lecteur, à l'aide des images que lui présente [passage illisible] épanchement ; jamais un instant de bonheur, pas même un instant de repos : on diroit un peintre qui n'a pas su ou n'a pas voulu fondre ses couleurs. Que nous offre d'ailleurs ce roman d'instruction pour l'innocence, de consolent pour la vertu ? Quelle idée morale laisse en nous la lecture d'un tel ouvrage ? Quel profit en retirons-nous ? Aucun, je pense ; car il me semble que le mariage d'Eléonore et de Vivaldi n'est pas la récompense de leur conduite. Par quels sacrifices ont-ils acheté leur bonheur ? On voit que l'Auteur a voulu quelque-fois faire contraster les charmes de la nature dans les campagnes d'Italie avec la monstruosité des Schedoni, des Spalatro, des Zampari : mais c'étoient des coeurs sensibles et généreux qu'il falloit opposer à des coeurs atroces : l'autre opposition ne fait pas contraste, On diroit que les romanciers d'aujourd'hui, d'accord avec les révolutionnaires veulent nous accoutumer aux poignards, au poison, au sang, pp.203-217

R. Dans-ce, soit entre les mains de Spalatro, soit sous le couteau de Schedoni, est-ce de compassion que je suis le plus touché. Lors même que Schedoni, d'une main lève le poignard, et de l'autre, pour mieux assurer son coup, écarte les vêtemens d'Eléonore ; lorsqu'il aperçoit, lorsqu'il reconnoît ce portrait qui paralyse son bras, qui le pétrifie ; n'est-ce pas l'horreur pour le monstre qui domine, plutôt que la pitié pour la victime ? Le jeune Vivaldi, dans les cachots de l'Inquisition, m'intéresse encore moins qu'Eléonore. Là, comme dans l'antre de Spalatro, ce n'est point de la compassion, c'est de la terreur que mon ame est remplie

, est ce Zampari qui par-tout se fait entendre à Vivaldi, sans que nulle part celui-ci puisse l'apercevoir invisible au tribunal de l'Inquisition, comme introuvable sous les ruines de Paluzzi

. Qui-ne-trouvera-trop-foible-le-rôle-que, . Dans-le-roman, and . Bianchi-tante-d'eléonore, Le moment où le Grand pénitencier sort du confessionnal épouvanté des horreurs qu'on lui révèle ne fait aucune impression. Dans de telles situations cependant l'Auteur eût trouvé des moyens de nous toucher, sans recourir à tout cet appareil de terreur que les grands maîtres ont dédaigné. Plus les scènes d'un roman s'éloignent des scènes communes de la vie, moins nous nous croyons exposés aux maux qu'elles doivent nous faire craindre : et, lorsque la lecture d'un tel roman, et cette Olivia dont on eût pu tirer un si grand parti ? L'Auteur paroît l'avoir aperçu

. Quel and R. De-mistress, Un moment d'intérêt sans doute, mais bien plus surement encore la fatigue, le dégoût, ou bien l'habitude des images et des commotions violentes, qui rend l'ame inaccessible aux émotions douces ; comme les liqueurs fortes, en brûlant le palais, lui rendent toute autre liqueur fade et insipide

, Elle est sans doute bien modifiée qu'il faut l'étudier, lorsqu'on veut composer des tableaux instructifs ? La société ne nous fournit-elle pas une foule d'originaux, dont la plupart sont encore à peindre ? Seroit-on découragé par la crainte de rester au-dessous des grands maîtres, des Richardson, des Fielding ? mais certes ce ne seroit pas un petit bonheur que d'en approcher : et d'ailleurs la mine, où ils ont fouillé avec tant de succès, n'est-elle pas inépuisable, Mais pourquoi ne pas s'attacher dans ses fictions à imiter la nature ? N'est-ce pas là le type de tous les arts

, C'est de Mad. De Flahaut que nous empruntons ces réflexions : nous les prenons dans l'avant-propos qu'elle a mis en tête de son Adèle de Sénanges, roman plein d'intérêt qu'elle a publié à Hambourg, il y a deux ans, et qui a été traduit avec succès en anglois, en allemand et en italien. On vient d'en faire une nouvelle édition en France, où il avoit été jusqu, J'aime à croire que l'on pourroit se rapprocher davantage de la nature, et que l'on ne manqueroit pas à l'utilité

. Mad and . De, Flahaut a donné par son exemple une grande force aux excellentes vues qu'offre l'avant-propos d'Adèle, particulièrement à celles que nous venons de citer. Elle a pris dans les circonstances ordinaires de la vie tous les détails, tous les incidens qui servent à faire ressortir le caractère, et à développer les affections de ses personnages

, De Flahaut n'a pas besoin de mettre ses personnages en convulsions, pour saisir et peindre la situation de leur ame

, Quelques lecteurs, nous le sentons, pourroient s'effrayer de l'idée seule d'un roman sans événemens, sans intrigue : mais qu'ils se rassurent : la situation où l'Auteur a placé Adèle, entre un mari très-âgé et un ami très-jeune

L. Anonyme and R. Château-du-comte, , 1807.

, A. Journal des débats, p.1807

N. Article-de, Journal des débats, pp.1-4

. «-tout-le-monde-connoît-l'illustre-thomas-de-la-fuente, maître d'école du village d'Olmédo, et la superbe tragédie qu'il y fit représenter, laquelle avoit pour titre : Les Amusemens de Muley Brugentuf, roi de Maroc. Gil-Blas, qui eut le bonheur d'assister à cette représentation, et qui a pris plaisir à nous faire le détail d'un spectacle si agréable

, Un tel chef-d'oeuvre n'étoit cependant que le coup d'essai de maître Thomas de La Fuente

, On ne peut faire qu'un seul reproche au raisonnement du savant maître d'école ; c'est qu'il cite assez mal à propos Arioste, qui par la terreur, entend des choses tellement opposées à l'idée qu'il en a lui-même, qu'il semble impossible de pouvoir jamais concilier des principes aussi différens ; mais, du reste, il touche au véritable but de l'art, et s'y montre presqu'aussi habile que nos auteurs mélodramatiques, et même la plupart de nos tragiques modernes, qui n'ont jamais lu ce benêt d'Arioste, et qui seroient bien fâchés de le lire, d'abord parce qu'ils sont sûrs de leurs effets ; ensuite, parce qu'ils ont l'expérience de tous ceux qui l'ont mérité, tels que Corneille et Racine, manquent [passage illisible] de ressorts dramatiques (c'est le mot consacré parmi ces messieurs), et qu'ils n'ont trouvé dans l'étude de ses règles et dans la contrainte qu'il leur a imposée, que des entraves à leur génie. Sans ce vieux pédant grec, au lieu de se borner à écrire des conversations, des dissertations, en vers, que l'on a décorées du nom de tragédies, peut-être se seroient-ils élevés jusqu'à la pantomime dialoguée, laquelle eût été, par conséquent, établie en France cent cinquante ans plus tôt, de manière qu'au lieu d'une vingtaine de tragédies, à la vérité assez passables, qui sont restées au théâtre, nous y posséderions peut-être quinze à vingt mille mélodrames, Je suis loin du sentiment d'Arioste, disoit-il à Gil-Blas qui l'écoutoit avec admiration ; il faut exciter la terreur. Ah ! si je m'étois attaché au théâtre

, Autrefois on s'imaginoit assez sottement, et même de Sedaine, en s'écriant : Ah, que c'est bête ! nous n'avons pu nous défendre de quelques émotions en parcourant de telles balivernes. Les événemens bizarres et impossibles qui composent cette histoire, y sont arrangés avec assez d'adresse pour soutenir cet intérêt de curiosité, cette espèce de frayeur dont on sent le ridicule, et que cependant on ne peut maîtriser, Les auteurs de romans ne sont ni moins adroits, ni moins habiles que les auteurs dramatiques, et ont remonté comme eux à la véritable source des émotions du coeur humain, que jusqu'à ces derniers temps on n'avoit pas bien connue

L. Anonyme, . Lettre, and . Le-château-de-melworth, , 1818.

, A. Revue encyclopédique, p.1820

G. M. Article-de, Revue encyclopédique, ou Analyse raisonnée des productions les plus remarquables dans la littérature, les sciences et les arts

T. Londres and . Würtz, , vol.1820, pp.339-340

, La morale en est pure, et l'auteur professe les meilleurs principes. La plupart des incidens sont bien amenés ; le troisième volume contient surtout des scènes piquantes, naturelles, souvent comiques, et d'un bon effet. Les caractères sont bien dessinés et bien soutenus. Les personnages sont un peu nombreux, et l'on éprouve quelque peine à les reconnaître tous, lorsque l'auteur ramène tour à tour sur la scène cette foule d'acteurs oubliés. Il y a aussi beaucoup d'événemens, des rencontres romanesques, quelques invraisemblances, des situations analogues fréquemment répétées, de nombreux évanouissemens, beaucoup de voitures fracassées, beaucoup de chutes et de blessures, et toujours des gens de l'art qui, dans les lieux les plus écartés, se trouvent à point nommé pour réparer les membres brisés. On trouve ici ce genre d'invraisemblance remarqué tant de fois, celui qui naît d'un récit sortant tout entier de la plume de l'auteur, qu'il faut supposer, contre toute possibilité, avoir été dans la confidence des sentimens les plus secrets, des actions les plus cachées de tous les personnages, « Les principaux personnages de ce roman sont pris dans une classe distinguée de la société : il offre des peintures de moeurs d'une grande vérité

D. Le-titre, Lettre brûlée induit le lecteur en erreur ; car, la lettre dont il s'agit, qui n'est point brûlée, se retrouve à la fin, et malheureusement lorsqu'elle est devenue tout-à-fait inutile. Puisque l'auteur jugeait à propos de sauver cette lettre, il devait, ce me semble, en faire l'instrument du dénoûment, ou autrement n'en pas faire le sujet de son titre, puisque cette pièce a infiniment moins d'importance que l'auteur n'en soupçonne d'abord

, La traduction de ce roman est d'un style élégant et facile ; seulement, on y trouve quelques légères incorrections ou inadvertances, et quelques expressions locales qui semblent trahir la patrie du traducteur. Du reste, le livre est, en général, bien écrit

A. M. Porter and A. , Petite Bibliographie biographico-romancière, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode)

C. Lucas and . Le, , 1802.

A. La-décade-philosophique and G. P. De, La Décade philosophique, vol.28, pp.167-170

«. J. , Rousseau dit quelque part que les romans anglais ressemblent aux individus de cette nation ; ils y sont sublimes ou détestables. Certes, c'est faire beaucoup trop d'honneur à nos le mauvais, avec toutes leurs nuances, occupent, comme on sait, une place assez étendue, comme tous les autres peuples avec nous

. Cet-ouvrage-est, et qu'il peut par degrés être rendu au monde, à sa propre estime, au bonheur enfin que les circonstances peuvent sans amener ou n'amener pas, mais qu'en tout cas on ne peut concevoir véritablement qu'en le liant à l'honneur et à l'accomplissement de tous les devoirs. Sous ce seul point de vue, un roman comme celui-ci, pour peu que l'auteur mette de naturel et de vérité dans sa manière de peindre et dans le récit des évènemens, quelles que soient d'ailleurs les imperfections de l'ouvrage, mérite sans doute d'être honorablement distingué. Or il faut avouer qu'il y a de grands défauts à reprocher à celui-ci. Le plus sensible résulte des récits et des circonstance inutiles qui, détournant l'attention sur d'autres individus peu remarquables par eux-mêmes, font perdre de vue le personnage principal, et font douter long-tems si celui qui paraît l'être, l'est effectivement. Aussi l'intérêt ne commence-t-il réellement à naitre que vers la moitié du second volume, et lorsque Smith est conduit d'excès en excès, à ne voir à ses maux d'autres remèdes que la mort. Il est vrai que dans cette partie de l'ouvrage, la gradation habilement suivie, l'ensemble des détails, tous propres à ajouter à l'effet, contribuent à faire une impression très-vive qui rend plus touchante encore l'entrevue du malheureux jeune homme et du bon Freeman, quand celui-ci vient le retenir au bord du précipice. Mais ensuite les mêmes écarts, les mêmes divagations se font encore remarquer, l'intérêt s'en affaiblit nécessairement, écrit exprès pour rendre vivement sensibles aux jeunes gens les effets du jeu, de la débauche et de tous les excès auxquels la fougue de l'âge et l'inexpérience les livrent, pour leur montrer aussi qu'un homme conduit de crime en crime jusqu'au dernier et au plus irréparable de tous, trouve encore la voie ouverte au repentir

, Les situations en sont généralement attachantes, les caractères, peu saillans et développés, mais naturels et aimables ; et le style de la traduction, peu remarquable en lui-même, n'offre cependant rien d'incorrect ou de trop négligé, En résumé pourtant on peut dire que l'ouvrage mérite d'être lu et rempli avantageusement son objet

B. Magasin and . Encyclopédique, 566 : « Cette histoire est celle d'un jeune homme doué d'heureuses dispositions, gâté par de mauvais exemples, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, rédigé par A. L. Millin, VIIIe année, vol.6

C. Maturin and . Melmoth, , 1821.

, A. Revue encyclopédique, p.1821

L. S. Article-de, Revue encyclopédique, ou analyse raisonnée des productions les plus remarquables dans la littérature, les sciences et les arts, par une réunion des membres de l'Institut, et d'autres hommes de lettres, vol.1821, pp.550-555

, de plus horrible, et quelquefois de plus gracieux. C'est un véritable monument de la dépravation du goût, et une production à la fois étonnante et monstrueuse, qui mérite sous ce rapport d'être signalée comme appartenant à une sorte de chaos intellectuel, expression employée par madame de Staël, pour donner une idée d'un ouvrage entièrement analogue à celui-ci, la pièce allemande du célèbre Goëthe, « Cette informe composition réunit tout ce que l'imagination peut enfanter de plus bizarre

, Cet ouvrage eut beaucoup de succès ; il le méritait, autant par la supériorité du style que par le contraste habilement conçu des caractères de deux femmes mises en opposition. L'une, jeune, simple, innocente et pieuse, fuit l'éclat, aime le silence et laisse à peine entrevoir les secrets de son coeur : l'autre apparaît au contraire entourée de toutes les séductions du monde ; elle brille par ses talens, par son esprit, par ses charmes, et rappelle trop Corinne, telle que madame de Staël l'a créée. Mais, sans nous engager dans l'examen de cette première composition, revenons à Melmoth. L'auteur, ecclésiastique protestant, prévient dans sa préface que l'idée fondamentale de ce roman lui a été suggérée par un phrase d'un de ses sermons, Déjà connu en Angleterre par deux tragédies, où l'on trouve de fort beaux vers et quelques pensées remarquables, qui rachètent à peine l'invraisemblance des situations et la fougue impétueuse des sentimens, M. Maturin publia, il y a environ trois ou quatre ans, un roman intitulé les Femmes, ou Pour et contre

, sans surcharger son plan d'une foule d'horreurs inutiles au développement du caractère de Melmoth. Peut-être eût-il mieux fait aussi de donner à son héros quelque chose de plus humain : puisqu'il le fait capable d'aimer, et d'apprécier le bonheur d'être aimé, il eût dû lui faire tout entreprendre pour reconquérir l'immortalité qu'il avait perdue. Les affections fortes font toujours éprouver le besoin de chercher un avenir au-delà de ce monde, Il nous est impossible de suivre l'auteur dans les bisarreries où l'entraîne son imagination ; mais nous regrettons qu'il ne se soit pas borné à cet épisode

, Maturin un reproche beaucoup plus grave, en qu'il concerne la morale publique. Il a dépeint la religion catholique, ses ministres, et même en général tous ceux qui la professent, sous des traits tellement faux et odieux, qu'on serait tenté de croire qu'il la regarde comme un cachet d, Mais, laissant de côté les fautes de l'ouvrage, nous nous permettrons d'adresser à M

, injuste pèse sur la tête de presque tout un peuple, parce qu'il ne veut pas renoncer à la foi de ses pères

C. Smith and A. , Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, p.1810

, 158 : « Charlotte Smith est une femme très-malheureuse ; dont les ouvrages portent tous la couleur de sa triste destinée, et laissent percer une certaine irritation, une habitude de la plainte et du murmure, qui altère son talent et l'empêche d'en varier les formes. Elle a fait des sonnets cependant où sa mélancolie prend quelquefois un caractère élevé et vraiment poétique, Les principaux romans de Charlotte Smith sont : Ethelinde, ou la Recluse du Lac, trad. par M. de la Montagne, vol.4, 1796.

». B. France-littéraire, , p.1838

J. Quérard and L. France-littéraire, , p.194

, Bibliographie biographico romancière, à Ch. Smith ; mais il est fort douteux que tous soient d'elle ; ainsi, par exemple, l'auteur du Dictionnaire des écrivains vivants de la GrandeBretagne, etc. (1816, in-8), donne à une demoiselle Smith, actrice de quelques mérite du théâtre de Haymarket : le Bandit calèdonien et Barossi. Du reste, on est loin d'avoir traduit en français tout ce qu'à écrit Ch, « Tous les ouvrages que nous venons de citer sont attribués par M. Pigoreau, dans sa

L. Romans-de-ch, Smith, écrits avec une élégante simplicité, offrent beaucoup d'intérêt, surtout dans la peinture des peines qui suivent les passions

A. , Petite Bibliographie biographico-romancière, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode)

E. Jervis and A. , , 1797.

A. Spectateur and . Nord, , p.1799

B. L. Article-de, Cet ouvrage mérite à tous égards d'être distingué de la foule des romans anglois qu'on ne cesse de traduire aujourd'hui dans la langue française. Il offre un intérêt très-vif quoique non également soutenu : il renferme des leçons et des exemples de la plus excellente morale et on y trouve des caractères où l'on n'a pas de peine à reconnoître le pinceau anglais, toujours plus habile, que celui des autres nations à bien saisir les nuances et les contrastes. Agatha se sacrifiant pour apaiser les scrupules de sa mère, qui ayant été vouée aux autels par la sienne, vol.18

, Agatha surmontant l'aversion la plus caractérisée pour l'état qu'elle embrasse, présente une situation vraiment neuve, et un beau modèle de piété filiale. C'est le principal sujet du roman, et c'est en France qu'elle accompli ce voeu ; la révolution la chasse bientôt de son couvent ; ce qui entraîne des événemens très-variés

F. Ellia, . Albert, and . Théodore, , 1800.

A. , Journal général de la littérature de France, an VIII, 1800.

P. De-france, chez Treuttel et Würtz ; à Strasbourg, chez les mêmes Libraire, an VIII [1800], p. 273 : « Cette production mérite d'être distinguée de celles dont l'Angleterre nous inonde depuis plusieurs années ; la traduction est bien faite

F. J. Article-de and L. G***, Courrier des spectacles, 9 Fructidor, an VIII, pp.3-4

, Il semble que la plume d'Anne Radcliff ait passé dans les mains de tous les romanciers de fraîche date : vols, assassinats, ruines de châteaux, souterrains, spectres et phantômes, et avec cela un poltron

. Le-style-de-ce-roman, Les caractères sont bien tracés, sur-tout ceux d'Albert et de Théodore : il y a un certain intérêt, mais l'auteur a, selon nous, un grand défaut, celui de ne pas ménager ses transitions. Sa manière de narrer fatigue, parce qu'elle n'est pas assez suivie, et la multiplicité des noms et des évènemens exige que l'on sache amener les choses les unes après les autres, par des transitions adroites qui aident le lecteur à passer d'un sujet à un autre, sans embrouiller sa mémoire. C'est ce que n'a pas su faire l'auteur du roman, qui nous donne presque pêle-mêle l'épisode du jeune comte de Nevers, tué par Albert, l'épisode du vieux comte de Gavignac, l'épisode de Théodore, etc. » C. Journal typographique et bibliographique, an VIII Journal typographique et bibliographique, publié par P. Roux, troisième année, 1 er Vendémiaire au 30 Fruct. an VIII (22 Sept, vol.252, pp.34-35, 1799.

«. Il, pour la satisfaction de ceux à qui ces choses-là font plaisir, que parmi les romans traduits de l'anglais, ou donnés pour tels, il n'en a pas paru depuis longtemps où l'on ait rassemblé autant d'horreurs que dans celui qui fait le sujet de cet article

, de souterrains, de ruines, enfin, de tous les accessoires du genre : d'où il résulte comme il est dit dans l'avertissement, un bien beau roman, qui s'adresse au coeur et à l'esprit du lecteur. Le gracieux pourtant s'y mêle à l'horrible, pour en adoucir la teinte ; et on ne sera pas fâché d'apprendre qu'on y trouve un sourire fugitif comme les rayons du soleil d'avril, qui brilla dans les yeux de Thémire. Il est bon de savoir aussi que la physionomie anglaise, qu'il est si important de laisser à ces sortes de productions, est ici conservée avec un tel scrupule, qu'une dame s'appelle toujours lady, quoique la scène se passe en France, département de la Manche, et, à partir de là, c'est bien la plus belle succession dont on puisse se faire une idée, de meurtres de toute espèce, variés sous toutes les formes, et embellis d'apparitions, de fantômes

G. Moore-et-l'abbaye-de-grasville, , 1798.

A. Spectateur and . Nord, , p.1798

N. Spectateur-du, journal politique, littéraire et moral, avril 1798, à Hambourg, chez Pierre François Fauche et Comp, pp.247-248

, Nous nous bornerons à dire que cet ouvrage fort inférieur aux siens pour tout ce qui est description, soutiendroit peut-être le parallèle, pour tout ce qui a pour but d'inspirer de l'effroi, ou de paroître surnaturel. C'est encore une de ces productions qu, « Après ce que nous avons dit sur le genre des romans de Mistress Radcliffe

, Un pays qui a été si long-temps en proie aux guerres civiles, est sans doute plus convenable que tout autre pour y placer des événemens hors de l'ordre ordinaire des choses. Les brigandages, les meurtres, la dépopulation qui en est la suite, tous ces fruits des révolutions semblent préparer l'imagination à recevoir les impressions les plus sinistres : l'auteur de l'Abbaye de Grasville a cependant peu mis en scène les Condottieri et tous ces brigands nés de l'esprit d'indépendance, dont Mde. De Radcliffe a tiré si bien parti dans ses Mystères d'Udolphe. Mais c'est encore parmi les affiliés à ces bandes, qu'il a été choisir le scélérat dont il a eu besoin, C'est encore l'Italie que l'auteur a choisie théâtre de toutes les scènes de terreur qui remplissent sur-tout le second volume de son roman, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode), Maria Edgeworth A, vol.15, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode)

A. , Petite Bibliographie biographico-romancière, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.37

. «-ce-roman-est-rempli-d'intérêt, Le personnage mystérieux d'Ubaldo jette sur tout l'ouvrage une teinte presque magique : on est curieux de connaître cet être singulier, dont la vengeance est assez excusable, surtout chez un Italien. Ce roman

M. Gregory, L. , and L. Moine, , 1797.

A. Décade-philosophique, , p.1797

. «-c'est-un-ouvrage-bien-bisarre-et-bien-extravagant-que-ce-roman-du-moine, Histoire de voleurs, de sorciers, de revenans, du Juif errant, des diables, tout ce qu'on peut imaginer d'incroyable et de ridicule s'y trouve, et tout cela est attachant, se lit et se dévore de suite

L. , dit-on ; je le crois cependant Il le fait amuser encor comme un enfant

, de si rares talens pour traiter des fables absurdes et ineptes ; mais c'est précisément parce qu'ils s'exerçaient sur des fables qu'ils ont été si sublimes, si pathétiques, si animés ; que voulez-vous qu'on fasse de la raison ? Un poëme épique, ou une tragédie ? Le raisonnement est pénible ; il n'a pris que sur peu d'esprits, et sur des esprits exercés : l'imagination, les passions échauffent, remuent, entraînent tous les hommes. Voilà, entre-autres causes, On s'étonne quelquefois que les anciens poëtes ont déployé de si beaux génies

Q. Boileau, Rien n'est beau que le vrai, il n'entend parler que de la vérité d'exécution

, il besoin d'ajouter : Il doit régner par-tout, et même dans la fable

, plus inspirantes que les nôtres dût-on encore nous accuser de philosophie, nous dirons que la religion chrétienne et ses mystères sont tristes, avilissans et méprisables auprès de la mythologie payenne. En donnant aux Dieux les passions des hommes, on élevait presque les hommes au rang des Dieux. La mythologie peuplait le monde, Il est vrai que les fables religieuses des anciens étaient plus aimables, plus gaies

D. Le-caractère, Moine est tracé avec force et avec vérité. Deux choses m'étonnent ; c'est que cet ouvrage soit anglais : on le croirait fait en Espagne ou en Italie, tant la race monachale y est bien dépeinte ! et qu'il soit d'un jeune homme de vingt ans

, on ne peut lire sans un frisson involontaire ; tels qu'une histoire de voleurs dans une forêt d'Alsace, tels que celle de la none sanglante de Lindenberg, qui a vraisemblablement fourni à madame de Genlis le ridicule chapitre des Petits talons, dont elle a fait le fonds de son roman des Chevaliers du Cygne ; enfin, l'auteur semble avoir pour but d'effrayer, comme Shakespeare, par des moyens surnaturels, par des songes, des sortilèges, des communications entre les vivants et les morts

, tout cela est très impossible, très absurde ; 'instant où je fais cette moralité, Si Peau-d'Ane m'était conté

B. Spectateur and . Nord, , p.1798

N. Spectateur-du, journal politique, littéraire et moral, avril 1798, à Hambourg, chez Pierre François Fauche et Comp, pp.245-247

. «-en and R. De-mistress, en voulant faire oublier la terreur par la terreur, il n'étoit pas possible d'espérer de manier mieux qu'elle-même ces leviers puissans qu'elle a, pour ainsi dire inventés pour ébranler l'ame et l'étonner par de violentes secousses ; il falloit s'ouvrir sur une nouvelle carrière, y chercher, non pas de nouveaux lauriers

, Remuant tous les élémens, appelant à secours les moyens surnaturels, la magie et les évocations, le jeune anglois a mis au nombre de ses principaux personnages, un lutin, un revenant, non pas de ceux de Mistress Radcliffe, qui finissent par prendre un corps et s'humaniser, mais un véritable revenant : le Juif-errant et le Diable lui-même y jouent un rôle considérable

. Ibid, . Un-autre-roman, . Dans-le-même-genre, L. De-mistress-radcliffe, and . Obtenu, Ce roman est plein de situations intéressantes, et presque toutes bien rendues. La chute du moine Ambrosio est assez bien graduée, quoique sa première scène de volupté avec Mathilde, qu'il doit croire sur son lit de mort, paroisse un peu précipitée. Des deux victimes du Moine, Agnès et Antonia, excitent vivement l'intérêt et la compassion. Quoi de plus propre à inspirer la terreur et la pitié que la description du long et terrible supplice auquel Agnès est livrée ; ce caveau noir, humide et infect ; cette chaîne qui l'attache, cette paille à demi [passage illisible] qui lui sert de couche, ces reptiles qui l'y assiègent ! et son accouchement dans ce tombeau ! et l'abandon où elle est laissée avec son enfant, au milieu des horreurs de cet épouvantable sépulcre !, pp.330-334

C. Roman-a-le-mérite-d'offrir-une-grande, le danger d'une première faute, et de vices, excusables en apparence, qui conduisent aux plus grands crimes. Il semble que l'Auteur a voulu développer et mettre en action la maxime que la Fontaine a exprimée par les vers suivans : Ainsi que les vertus sont soeurs De même les vices sont frères

, Et lorsque l'un d'entre eux s'empare de nos coeurs

, Il y a une différence très-remarquable entre ce roman et ceux de Mistress Radcliffe : c'est que l'Auteur du Moine, pour inspirer la terreur, ne s'en est pas tenu aux moyens naturels, il a [passage illisible] ni à la magie, les ressorts restant à nu, l'illusion ne doit-elle pas s'évanouir ?

, Au reste cet écueil n'est peut-être pas aussi dangereux qu

, pour la plupart, sont enfans sous ce rapport à cinquante ans comme à dix ; et l'on peut en indiquer au moins trois causes : le sentiment constant de notre foiblesse, qui nous fait estimer et admirer tout ce qui est au-dessus de notre portée ; le plaisir de l'étonnement, qui est de tous les âges

, En ne parlant qu'à votre esprit, le style peint à tous vos sens ; et le pinceau ne parle qu'à vos yeux. A l'aspect du tableau de l'écrivain, l'oeil l'oreille, le tact, l'odorat, tout est affecté : vous voyez le spectre et ses lambeaux, vous entendez le bruit de ses chaînes, vous sentez sa main glacée saisir la vôtre, vous respirez l'odeur de mort qui l'accompagne? Et, si l'écrivain vous promène long-temps de souterrains en souterrains, de cavernes en ruines, de ruines en cachots, de cachots en sépulcres, toujours accompagné de hiboux, de spectres, de chaînes, de poignards, de squelettes, d'assassins ; les sens demeurent toujours violemment affectés, et la raison ne pouvant trouver un moment de calme pour se faire entendre, si, après quelques heures de lecture, vos yeux quittent enfin le livre qui vous a présenté cette suite de tableaux lugubres, vous avez peine à reconnoître tout ce qui vous entoure ; vous êtes ivre d'horreur et d'effroi??. Et, si vous faisiez votre lecture, par une longue soirée d'hiver, dans la vaste salle d'un château antique, à la lueur vacillante d'une seule lampe, au milieu d'un concert formé par le sifflemens des vents, le bruissement des vagues, les cris des chats-huans et l'aigre bruit des girouettes ; -occupé par votre lecture de fantômes et de revenans, combien de fois peut-être ne jetteriez-vous pas les yeux avec une sorte d'inquiétude sur le fond obscur de la salle, sur ses vieux et sombres tableaux, sur ses tapisseries délabrées, sur ses portes et ses fenêtres agitées par l'ouragan !... Sans doute votre imagination, quelque exaltée qu'elle pût être, seroit aisément vaincue par votre raison ; mais s'il en coûtoit à celle-ci un seul effort, un seul instant de travail, ce seroit assez pour justifier jusqu'à un certain point les moyens employés par ces écrivains, qui, avec leurs fantômes et leurs revenans, n'en veulent qu'à votre imagination. Si la leur au moins, en se livrant à ses caprices et à ses désordres, p.1799

N. Spectateur-du, , vol.10, p.17

. Fait-originale, Un sot ne crée pas d'extravagances semblables. Le fragment de la Religieuse de Diderot est, sans doute, d'un plus grand mérite ; on y observe l'observateur profond, mais le Moine dans son genre n'en a pas moins son prix, p.88, 1924.

D. Mercure-de-france, , p.1799

F. Mercure-de, rubrique « nécrologie », sur le décès de Legrand-d'Aussi, vol.1799, pp.116-117

«. Les-lettres-ont-perdu and L. , On lui doit un recueil de nos anciens fabliaux, ouvrages curieux, mais qui pourrait être plus complet, et qui ne montre pas toujours assez de choix, de grace et d'imagination. Ceux qui parcourent ces vieux monuments de la naïveté français, y retrouvent une foule contes qui sont copiés, tous les jours, dans les romans modernes

M. Lowis, original : jamais un écrivain anglais ne fait de ces sortes d'aveux. Mais les traducteurs français auraient dû indiquer l'imitation. Quand on se donne la peine de lire un peu, on est étonné de tous les plagiats de ce genre

E. , , p.1807

J. Article-de and . Boissonade, Journal de l'Empire, 27 septembre 1807, pp.81-86

, On lisait alors beaucoup de romans, et surtout de romans anglais. Ils étaient presque tous détestables ; mais, il faut bien l'avouer, grâce à la mode

, Le Moine n'avait pas besoin pour réussir des circonstances favorables dans lesquelles il parut

L. Exécuté-d'une-façon-brillante and . Hardie, De telles qualités suffisaient pour en assurer en tout temps le succès. Il faut ajouter que la traduction, chose rare, était excellente ; la prose très-élégante de M. Lewis, et ses vers qui sont fort bons

, et beaucoup voulurent le lire qui, sans cet acharnement des critiques, n'y auraient jamais songé. La vérité est que ces censeurs trop sévères se trompaient dans leur zèle, si toutefois leur zèle était sincère ; mais on peut croire qu'ils voulaient encore plus attaquer M. Lewis que son livre, le succès avait été encore plus grand, car il avait été contrarié. L'austérité d'un du roman

, A Dieu ne plaise que je voulusse jamais me faire le prôneur d'un livre qui serait vraiment obscène et dangereux ! Mais le Moine n'est ni l'un ni l'autre. Le but en est incontestablement très-moral. Quelques détails, je l'avoue, ne sont pas sans doute d'un pinceau très-chaste : mais un roman n'est ni un sermon ni un livre de piété. Une comédie, un roman peuvent avoir une fin très-utile et peindre cependant avec une certaine liberté quelques scènes galantes

, Ambrosio était orné de toutes les vertus et de tous les talents ; on admirait sa haute éloquence, autant que l'on respectait sa sagesse et la sainteté de sa vie : aucune tache n'avait jamais terni sa réputation ; l'envie même, si vigilante, si ingénieuse, n'avait su comment l'attaquer ; mais sa vanité le perdit. Corrompu par le poison de la louange et plein d'une présomption superbe, il se croyait supérieur à toute tentation, exempt des fragilités humaines et libre d'erreurs et de vices. Cette grande estime qu'il avait pour ses vertus remplissait son coeur de sécheresse et d'insensibilité. Loin de compatir aux faiblesses des autres, il les reprenait avec dureté et les punissait avec une affreuse rigueur. Le diable qui, sous la figure d'une jolie femme, joue ici un rôle important, est habile à profiter de ce premier avantage ; bientôt il se rend tout à fait maitre de ce coeur où l'orgueil l'a introduit, M. Lewis a voulu montrer dans quels funestes excès l'orgueil peut précipiter une âme d'ailleurs belle et bien née

, Assurément cette conception est fort morale. Si, comme je disais, quelques détails ne sont pas tout à fait décents, c'est un mal, sans doute ; mais, après tout, ils ne sont pas plus libres que ceux qui remplissent vingt roman célèbres

. Ensuite, Mais sont-ils donc composés pour elle ? Je suis si loin d'adopter les principes relâchés de la demi-éducation moderne, mais je ne crois quand même pas qu'il faille laisser lire aux jeunes gens les plus innocents et les plus purs de ces ouvrages ; ils auraient au moins le danger de ne leur offrir qu'une lecture inutile et frivole qui les dégoûterait des bons livres, et leur en ferait haïr la salutaire sévérité. L'homme qui connaît le monde, dont l'esprit est éclairé, qui a l'habitude d'observer et de réfléchir, peut quelquefois profiter à lire un roman, ou au moins s'y amuser sans péril ; les beautés de la diction, le développement des caractères, une peinture fidèle des moeurs peuvent charmer, l'instruire quelquefois, qui ces romans peuvent-il avoir un véritable danger ? Certainement ce n'est que pour la jeunesse

, Je crois le Moine assez défendu sous le rapport moral ; il serait plus difficile de justifier un défaut qui y règne d'un bout à l'autre, la duplicité d'action et d'intérêt. Il y a, outre les épisodes, deux récits bien distincts qui se tiennent à peine et sont même presque toujours indépendants l'un de l'autre qu'ils sont alternativement continués dans les chapitres séparés. A vingt et un ans, M. Lewis, n'avait peut-être pas encore assez de talent pour combiner

, Ce merveilleux du diable et de la sorcellerie, qui sous une plume inhabile serait si ridicule, ici est attachant et du plus grand effet ; ces contes de revenants, de voleurs, de juif errant qui, faits par un écrivain médiocre, ne seraient que de maussades trivialités, reçoivent du style et de l'imagination de l'auteur un charme singulier. Enfin, ce qui est un rare effort de talent, Malgré l'irrégularité de ces narrations mal arrangées, l'intérêt y est si grand qu'on ne les peut quitter

, Exilé est une fort belle élégie ; le Roi de l'Eau est une jolie ballade ; les autres morceaux n'ont pas moins de mérite ; mais je ne puis partager l'opinion d'un biographe anglais, qui regarde la romance du Brave Alonzo et de la Belle Imogine, comme la meilleure composition que l'on ait en ce genre. La ballade de Tickell, intitulée Colin et Lucy, et l'Ermite de Goldsmith, ont passé jusqu'ici pour des chefs-d'oeuvre, et il ne me semble pas que l'Alonzo de M. Lewis ait, pour l'invention ou les détails, rien de comparables à ces deux belles romances, ni même à quelques-unes moins célèbres. Les vers qui sortent du squelette d'Alonzo, y rentrent, se jouent autour de ses yeux et de ses tempes, présentent une image qui dégoûte, M. Lewis a inséré dans son roman quelques pièces de vers qui font beaucoup d'honneur à son talent poétique. L'

, On a donné à Coven-Garden un drame lugubre, intitulé Raymond et Agnès. A Paris, cette mine n'a pas été exploitée avec moins de succès, Cette ballade a fourni à l'un des petits théâtres de Londres le sujet du Brave Alonzo, pantomime qui a attiré la foule, p.593

«. Le-chef-d'oeuvre-de-ce-genre, des romans qui emploient le surnaturel pour amuser les lecteurs en les effrayant] est sans contredit le Moine, par M. Lewis ; roman où le diable, le juif-errant, la none sanglante et les spectres les plus épouvantables remplissent les principaux rôles, et emploient toute espèce de ressorts pour faire d'un moine vertueux le plus affreux des scélérats, » I. Cours de Belles Lettres, p.1813

J. G. Fontanelle, ancien professeur de belles lettres à l'école centrale du département de l'Isère, professeur d'histoire, doyen de la faculté des lettres de l'académie de Grenoble, conservateur de la bibliothèque publique, et membre de la société des sciences et des arts de la même ville, Coup d'oeil sur quelques romans du XVII e siècle, et sur ceux du XVIII e, pp.234-235

, Nous avons observé que les Anglais paroissent avoir approfondi particuliérement toutes les passions, et épuisé toutes les nuances sous lesquelles elles peuvent être saisies

C. Le-dénouement-d'un-roman-singulier-intitulé-le-moine, fait pour piquer un moment la curiosité de ceux qui sont bien aises de connoître et d'étudier toutes les manières d'agir sur l'imagination. On voit dans cette production étrange des sortiléges, des pactes avec le diable, des apparitions de celui-ci avec ses cornes, ses griffes et sa queue. Mais ces détails absurdes et révoltants sont liés à des scènes attachantes par la grace, la fraîcheur, l'intérêt le plus profond, l'art, la marche de la séduction

, Son héros est un moine qui, pendant trente ans, a été un exemple de vertu, l'honneur de son couvent, et à qui il échappe un mouvement d'orgueil qui le livre à toutes les ruses du diable. Celui-ci sous la figure d'une fille jeune

J. , Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, p.1816

M. Chénier, Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française, depuis 1789, pp.246-247

«. Si, ;. Celles-de-radcliffe, A. La-confession, L. De-grasville, ]. Le-moine-de et al., On se souvient qu'en France, il y a trente ans, il plut à l'illuminé Cazotte de composer une historiette du Diable amoureux. Ici c'est encore le diable qui, déguisé en jolie femme, séduit, damne et mène en enfer un prédicateur célèbre. On est surpris qu'une fable digne des couvents du quinzième siècle, puisse aujourd'hui réussir à Londres. Ce n'est pas que, dans l'exécution du livre, on ne remarque de la vigueur et du talent ; mais, que le fond est absurde, le talent n'est pas employé, il est perdu. Ce n'était pas sur de tels moyens que Richardson, Sterne et Goldsmith fondaient le succès durable de ces romans aussi variés que naturels qui embellissent la littérature anglaise

. Mr, L. Singer, and . Château,

A. , Journal typographique et bibliographique, an VII Journal typographique et bibliographique, publié par P. Roux, première année, 1 er Vendémiaire, au 30 Fruct. an VII (22 Sept, pp.124-125, 1797.

. «-l'épigraphe-de-ce-roman, Le but de l'auteur est très-moral et parfaitement rempli. Il a voulu prouver que quelque secret que soit un crime, il est bien rare qu'il ne soit pas à la fin découvert, et qu'un seul ordinairement ne suffit pas : Les forfaits s'accumulent pour cacher les forfaits. C'est en cherchant à commettre celui qu'il croit devoir lui assurer l'impunité de tous les autres, qu'un jeune homme fratricide et parricide à la fois, reçoit le juste châtiment des atrocités dont il s'est rendu coupable

, Ce roman est conduit avec art ; les événemens qui d'abord semblent merveilleux, deviennent naturels en se développant, ce qui néanmoins ne se fait qu'insensiblement, et de manière à piquer toujours la curiosité du lecteur. Le dénouement enfin, quoique très-dramatique, satisfait l'ame, et la repose des secousses violentes qu'elle a éprouvée. Les caractères sont bien soutenus et placés dans une heureuse disposition ; la générosité, la loyauté, la franchise, contrastent naturellement avec l'ambition, la scélératesse et la perfidie. Si l'auteur a suivi le goût dominant des descriptions, il a fait du moins servir les siennes, ou a délassé agréablement l'esprit, ou a retracé plus particulièrement la scène

R. M. Roche and A. , Petite Bibliographie biographico-romancière, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode), 1801.

, a. Magasin encyclopédique, p.1798

A. J. Article-de, A. L. Magasin-encyclopédique-;-rédigé-par, . Millin, C. Paris, . Fuchs et al., qui certainement ne pouvoit remplir le but qu'il se proposait, mais on doit lui savoir gré de nous avoir fait connoître les Enfans de l'Abbaye, par Maria Regina Roche. Depuis Grandisson et Cecilia, il n'avoit rien paru, dans ce genre de composition, d'un intérêt aussi soutenu, d'une moralité aussi pure, d'un ensemble aussi attachant. Toutes les passions qui maitrisent les hommes, qui dominent la société y sont présentées avec les traits qui leur sont propres. La bonté et la vengeance, la vertu et le crime, la candeur et la duplicité, l'honnêteté et le libertinage, l'amour et la haine s'y montrent successivement dans des tableaux en action aussi variés que ressemblans. Croyons-en l'estimable traducteur, écrivain distingué dans la république des lettres par un jugement sûr, par un goût épuré, pour distraire son ame de ses peines particulières, pp.85-106, 1798.

. La-retraite-d'amanda-est-voisine-d'une-terre-qui-appartient-À-lord-mortimer-:-c'est-le-héros, héroïne : c'est un modèle de perfection. Ils ne peuvent se voir indifféremment. Lord Mortimer, puissamment riche, met sa fortune aux pieds d'Amanda, et écrit à son père pour lui demander sa main. Ici commence une longue suite d'événemens, où Amanda est mise aux plus cruelles épreuves. Toujours éprise, toujours aimée de Lord Mortimer, elle est éloignée de lui par des incidens multipliés, d'où sa vertu sort toujours triomphante. Elle la porte jusqu'à l'aime toujours, en s'en tenant éloigné. Enfin la vérité perce : les coupables persécuteurs d'Amanda sont dévoilés et punis ; elle recouvre sa fortune qu'ils avoient envahie, p.1808

, Journal de l'empire, 16 mars 1808, pp.91-94

. «-madame-roche,

. Ils-lui-doivent-déjà-le-ministre-de-landsdown, Clermont, la Visite nocturne, le Fils banni

C. Roman,

, Madame Burney-Darblay (qui a écrit Évenlina et Cécilia), madame Inchbald (auteur de Simple histoire), me paraissent très-supérieures et pour le talent d'observer et pour celui d'écrire. Mais avec des combinaisons moins heureuses, des vues moins fortes, madame Roche a le don d'attacher à ses récits, d'y répandre un vif intérêt, et de faire suivre avec plaisir ses détails, Parmi les Anglaises qui écrivent aujourd'hui des romans, madame Roche n'est peut-être pas celle à qui je donnerais la préférence

. Le-style-de-madame-roche-est, autant que je puis juger, élégant et correct ; mais il n'est pas toujours exempt d'affectation. Elle a lu beaucoup de poëtes, sa mémoire est ornée de leurs plus beaux passages ; mais c'est abuser de sa lecture et ignorer les principes du style convenable à la narration, que de citer fréquemment

L. , Mais je le demande à cette dame, avec tout le respect dû à son talent, quel rapport y a-t-il entre le moyen indécent de l'intrigue d'une femme de chambre, entre les détails ignobles d'un mouchoir de soie bleu à bordure rouge, d'un grand couteau à pied de biche, d'une table couverte d'un grand tapis, d'une demoiselle cachée douze minutes sous ce grand tapis ; quel rapport enfin entre un assassinat commis par le plus vil coquin, raconté en prose ordinaire, et les forfaits politiques d'une reine tragique, retracés par le premier des poëtes dans les plus beaux vers qu'il soit possible de lire ? Comment cette dame n'a-t-elle pas vu que son assassin n'est qu'un misérable qui révolte, tandis que l'implacable Athalie sera toujours admirable et sublime dans les vers du poëte ? Trouve-t-elle aussi quelque rapport entre la douleur hideuse du juge disséqué, et les nobles et poétiques souffrances de Laocoon et de ses fils ? Ce qui fait la différence de leurs conditions, ce récit n'était pas plus révoltant que les vers où Racine représente l'implacable Athalie, un poignard à la main, égorgeant ses petits-fils au berceau, p.1810

, Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût, à Paris, chez Madame Veuve Duminil-Lesueur, pp.158-159

, Depuis Grandisson et Cécilia, il n'avoit rien paru dans ce genre de composition d'un intérêt aussi soutenu, d'une moralité aussi pure, d'un ensemble aussi attachant. La bonté et la vengeance, la vertu et le crime, la candeur et la duplicité, l'honnêteté et le libertinage, l'amour et la haine s'y montrent successivement dans des tableaux en action aussi variés que ressemblans, « Toutes les passions qui maîtrisent les hommes, qui déterminent la société, sont représentées avec les traits qui leur sont propres dans les, vol.6, p.1816

M. Chénier, Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, pp.244-245, 1818.

. «-en-général and . Remarquer-qu'en-angleterre, comme en France, ce sont des femmes qui figurent avec le plus de distinction parmi les romanciers modernes, Un mérite égal

, chez Madame Veuve Duminil-Lesueur, t. 5, 1810, pp. 159 : « Clermont, traduit par M. Morellet, vol.3, p.1799

, elle réunit aux détails minutieux et souvent indifférens, aux descriptions déplacées, des invraisemblances, des obscurités, des situations forcées, des négligences répétées, qui feroient douter que cette fable fût de l'auteur des Enfans de l'Abbaye, 1801.

, vol. in-18, sembleroit annoncer un roman merveilleux ; mais ce titre trompe l'attente du lecteur, qui n'y trouve que des événemens simples et naturels

A. Mercure-de-france, , p.1813

R. «-madame, Tel est l'auteur du roman que j'annonce aujourd'hui ; mais avant d'en donner une idée, je crois qu'il est bon d'avertir que, si Mme Radcliff [sic], douée d'un talent très-rare, a fait école, ses disciples ne sont que de bien tristes écoliers, une foule d'imitateurs et d'imitatrices

. Oswithe, Je dis incomplète, car ce roman est si embrouillé, qu'il faudrait plus d'une lecture pour saisir tous les détails de l'action

, où il y a je ne sais combien de scélérat, d'assassinats, et même de fratricides, mais peu ou point d'intérêt. On le doit à l'auteur d'Ethelwina ; roman à-peu-près inconnu, et qui n'a pas même obtenu cette espèce de succès qu'obtiennent toujours les nouveautés. Je crains bien que l'Abbaye de Saint-Oswithe n'ait le même sort

. Le-traducteur-de-ce-misérable-ouvrage-est-une-femme, je la plains bien sincèrement de n'avoir pas fait un meilleur choix, d'autant que son style facile et élégant ne manque pas de correction, quoiqu'on y rencontre quelque-unes de ces taches dont nos meilleurs écrivains ne sont pas exempts. Je l'invite donc au nom des talens qu'elle annonce à composer elle-même

W. Godwin and C. Williams, , 1796.

A. , Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française, depuis 1789, p.1816

M. Chénier, et nous ne savon trop pourquoi. Tyrrel est un misérable ; Falkland, que l'auteur prétend doué de qualités sublimes, est assassin, calomniateur, persécuteur, le tout pour conserver sa réputation ; le persécuté Caleb se conduit souvent avec bassesse et malignité, Tableau historique de l'état et des progrès de la littérature française depuis 1789, pp.243-244

. De, L. Est-raimond, . Chef, and . Voleurs, Des déclamations contre les lois pénales d'Angleterre, contre les cours de justice, et même contre la société civile, sont les ornements de ce livre un peu maussade et fort immoral. M. Godwin ose affirmer qu'il peint les choses comme elles sont ; le fait nous semble au moins douteux. Ce qui ne l'est pas

A. Honoré-de-balzac and . Le-centenaire, ou les Deux Béringheld (1822) a. Cinquième supplément à la Petite bibliographie biographico-romancière, p.1823

N. Pigoreau, Cinquième supplément à la Petite bibliographie biographico-romancière, pp.33-34

«. Le-héros-de-ce-roman-est, un personnage surnaturel ; c'est une espèce de Juif-errant ; c'est un être qui paraît et disparaît, qui meurt et renaît à volonté. S'il se laisse arrêter par les autorités, c'est pour devenir invisible

». B. Clotilde-de-lusignan, L'action (dit le Miroir), est assez vive, et dès l'instant que la raison du lecteur cède à l'empire du merveilleux, sa curiosité est vivement excitée ; s'il respecte le voile qui couvre la conduit des personnages et la possibilité des événemens, il ne pourra se défendre des plus vives émotions, Avec de pareilles ressources, un romancier tel que M. de Saint-Aubin ne peut manquer de plaire. pourra nous intéresser

N. Pigoreau, Cinquième supplément à la petite bibliographie biographico-romancière, ou dictionnaire des romanciers, p.40

«. Jean-de-lusignan and . Roi-de-chypre, détrôné par les Vénitiens, se réfugie avec ses trésors, sa fille et quelques serviteurs fidèles dans le château de Casin-Grandes, en Provence. Non loin de là est un autre château habité par Eguerry-le-Mécréant qui porte la désolation et la terreur dans toute la contrée. Pour échapper au massacre général, un beau juif nommé Nephtaly va se réfugier à Casin-Grandes, où il parvient à se faire aimer de Clotilde

, On la lui refuse, et il s'éloigne en jurant de détruire Casin-Grandes. Le malheureux Lusignan allait succomber sous les efforts de ce cruel ennemi, lorsque Gaston arrive à la tête de ses chevaliers, et délivre Casin-Grandes. Le roi, reconnaissant, voit avec plaisir que Gaston est éprit de sa fille, et il prépare tout pour son hymen. Mais Clotilde, toujours fidèle à Nephtaly, se consent à épouser Gaston qu'avec la ferme résolution de se donner la mort en marchant à l'autel. Le jour est arrivé où Clotilde va consommer cet étonnant sacrifice ; au moment où elle s'approche de l'autel, Gaston, qui s'était jusqu'alors caché sous la visière de son casque, et lui demande sa fille pour épouse

, Les amours de Clotilde et de Nephtaly ont une teinte romanesque, qui doit plaire aux personnes qui recherchent des émotions fortes ; on y trouve aussi des caractères singuliers, tels que ceux d'un médecin égoïste, d'un intentant avare, et d'un connétable passionné pour les chevaux. Ces personnages répandent assez souvent de la gaieté dans l'ouvrage. Il faut avouer cependant qu'il est tout-à-fait inconvenant de s'égayer, comme fait l'auteur, sur des massacres

A. Mercure-de-france, , p.1810

H. D. Article-de, . Mercure-de-france, and A. Paris, romans posthumes, puisque, de tems en tems, d'officieux traducteurs en enrichissent la littérature française. Quoi qu'il en soit, lecteurs, voici un nouveau roman que l'on impute à Mme Radcliffe ; et c'est à Mme la baronne Caroline A*** née W*** de M***, que vous en devez la traduction, comme vous lui deviez aussi, peut-être sans le savoir, le Phénix, vol.43, pp.102-104, 1810.

, Depuis Clotilde de Surville, mon cher José, aucune femme n'osa prendre son mari pour Mécène, et quoique cet oubli date de cinq siècles, personne ne s'en est étonné, pas même nos indulgens détracteurs ; on voit si rarement des fleurs et sur les mines de fer, et de la rosée sur les mines d'or !, Mais avant d'entrer dans les souterrains et les tours obscures des antiques châteaux, arrêtons-suivans

, Malgré la secte d'incrédules qui s'élève pour nier l'existence des êtres qui nous ont précédés depuis Homère jusqu'à Jésus-Christ, depuis Sapho jusqu'à Clotilde, j'aime à penser que Dieu fait homme a conçu l'évangile, et qu'une femme digne d'y croire a adoré en une seule personne, l'amitié, l'amour et l'hymen, Ce n'est pas dans le début seul, qu'on aperçoit ce défaut de clarté, si sévèrement réprouvé par toutes les poétiques

, Couvent de SainteCatherine, quoiqu'elle n'ait jamais aimé ni M me Radcliffe ni ses ouvrages ? Dirons-nous comment elle s'est déterminée à mettre (ce sont ses mots) des ailes de papillon aux oiseaux de mort de l'auteur anglais ? Non, le récit en serait long, inutile d'ailleurs ; et nous nous bornons à renvoyer le lecteur à la préface de l'ouvrage, Dirons-nous par quels motifs M me Caroline A*** a entrepris la traduction du

. Voyons-ce-qui-se-passe-au-couvent-de-saint-catherine, Mais quoi ! il n'est question de ce couvent que dans une très-petite partie du roman ! il n'est l'occasion, le motif d'aucun événement remarquable ; il n'est pas le lieu de la scène, et n'est pour rien dans l'action. Pourquoi donc cet ouvrage est-il appelé le Couvent de Sainte-Catherine ? Malheureusement on n'a que trop de questions de ce genre à faire à M me Caroline A***

, Nous dirons donc, sans craindre d'offenser une de nos aimables compatriotes, que le Couvent de Sainte-Catherine est inférieur à tous les autres ouvrages du même auteur, à ceux même qu'on a composés sous son nom. C'est sur-tout par le plan que cet ouvrage est défectueux. L'intrigue en est embrouillée. Les incidens, qui y sont multipliés, sont généralement mal amenés. On y voit de grands crimes sans motif, de grands malheurs sans intérêt. C'est le premier roman de M me Radcliffe où l'on ne remarque pas, au milieu de ses défauts, le talent particulier qu'elle a pour les descriptions, cet art de préparer l'imagination à des tableaux sinistres, de tenir l'esprit en suspens, dans l'attente du merveilleux, de jeter enfin l'épouvante dans les coeurs. Ses spectres, ses fantômes manquent ici du prestige dont elle sait ordinairement les environner, puisque c'est bien cette dernière qui est l'auteur du roman, et que le traducteur avoue n'avoir fait que corriger par des nuances de style la monotonie de l'original

, Il est entendu qu'on ne saurait, sans copier le livre même, rendre compte d'un roman où les événemens se multiplient et se croisent à chaque instant, où les caractères ne sont pas assez prononcés, On n'attend pas de nous sans doute l'analyse de cet ouvrage

, ni de couleur, ne parvient-on pas à intéresser dans le roman dont nous parlons ? C'est qu'il est atteint d'un vice capital, le défaut de raison ; et que la raison en est tout ouvrage, même en chanson, la condition rigoureuse pour plaire et pour réussir. On trouve souvent ici, dans le tableau d'une situation qui pourrait devenir intéressante, des réflexions épigrammatiques, je ne sais quel ton léger et sardonique qui contrastent tout-à-fait avec les lieux, Comment avec des noms célèbres, des aventures extraordinaires et même avec un style qui ne manque ni de force

C. D. V**** and L. Presbytère, ou les Illustres persécutés pendant la Révolution, 1801.

A. La, Décade philosophique, an X, 1801.

L. Décade, , pp.351-352

, Ces illustres Persécutés portent d'abord des noms empruntés, et pour nous les faire mieux connaître, l'auteur supprime ensuite ces noms et ne les désigne plus que par la lettre initiale de leur nom véritable. C'est d'abord une famille dispersée qui, après des aventures très-incroyables, se réunit, par hasard, dans un presbytère d'Auvergne : et comme il n'y avait point assez de six personnages, il arrive des Anglais et des Italiens, qui n'ont rien à démêler avec eux. Le lecteur veut-il avoir une idée de l'inégalité du style, nous lui dirons que : « Le messager du jour, le coq belliqueux, promenait depuis quelques heures son sérail caquetant. » Ce qui signifie que la matinée était avancée. -« Une femme que je me souviens d'avoir accueillie, et qui s'en rappelait, « Quoique ce roman renferme plusieurs faits qui sont vrais, il n'en est pas meilleur pour cela. Mieux vaut la fiction qu'une histoire pareille

, A. Revue encyclopédique, p.1820

G. M. Article-de, Revue encyclopédique, ou Analyse raisonnée des productions les plus remarquables dans la littérature, les sciences et les arts

T. Londres and . Würtz, , vol.1820, p.340

C. Prévost-d'arlincourt and L. Solitaire, , 1822.

, A. Revue encyclopédique, p.1821

M. Article-de and . Revue-encyclopédique, 585 : « Objet d'amour, de terreur et d'admiration, sujet de tous les entretiens, le Solitaire est l'esprit du mystère, le héros de la bienfaisance et l'homme des merveilles. C'est pour les ames sensibles que M. d'Arlincourt veut faire entendre les accens de l'amour, du repentir et de la douleur, enfin de tout ce que le malheur a de plus déchirant. La lecture du Solitaire imprime du mouvement à l'esprit, et excite des émotions douces et tendres. C'est une production féconde en images, tantôt gracieuses, tantôt imposantes, ou Analyse raisonnée des productions les plus remarquables dans la littérature, les sciences et les arts, par une réunion de membres de l'institut, et d'autres hommes de lettres

, Elisabeth Brossin de Méré A. Petite Bibliographie biographico-romancière, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode)

F. Messageot, . Dame-de-tercy, and . La-blanche-iselle, , 1821.

A. , Premier supplément à la petite bibliographie biographico-romancière

N. Pigoreau, Premier supplément à la petite bibliographie biographicoromancière, pp.29-30

M. «-en-parcourant-le-titre-de-ces-nouvelles-;-la-vieille and . Le-berger-guillaume?, Ces tressaillemens feraient merveille dans l'histoire qu'une femme raconte au coin du feu, d'après l'autorité de sa grand'mère, en lisant les épigraphes qui les précèdent, on voit que ce sont des Contes, des contes terribles et effrayans. La Blanche Iselle

. François-guillaume-ducray-duminil and . Coelina,

A. Mercure-de-france, , p.1798

F. Mercure-de, , vol.20, p.105, 1798.

. Cet-ouvrage, est digne de tous ceux qu'il a donnés ; digne surtout d'être mis à côté de Victor. Nous invitons seulement l'auteur à mieux ménager les "grandes aventures" de ses héros. Les grandes aventures sont faciles à imaginer

L. Dans-ce-genre and . Mystères-d'udolphe-sont, , p.1821, 1924.

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode)

H. Chaussier, L. Bizet, and . Tombeau, , 1799.

A. Spectateur and . Nord, , p.1799

C. Article-de, , pp.13-14

B. , , p.1812

, Journal de l'Empire, mercredi, vol.14, issue.1812

, et tout-à-fait étranger aux productions les plus renommées dont elle s'est enrichie dans ces derniers temps, je l'avouerai ingénuement, je n'avois encore lu aucun des terribles romans de Mad. Radcliffe, lorsque Le Tombeau m'est tombé entre les mains. Ce titre lugubre, des gravures sinistres où je voyais des lampes funéraires, un cadavre attaché à un poteau par une grosse chaine, un mort effroyable, et quelques vivans prêts à se tuer, ainsi que le témoignent la fureur qui est dans leurs yeux, et les pistolets qui sont dans leurs mains, annonçoient assez un sujet digne des noirs pinceaux de la plus sombre romancière des trois royaumes unis. M. Hector Chaussier assuroit d'ailleurs positivement dans le titre que le roman étoit de Mad. Radcliffe ; il parloit même de manuscrit de l'auteur : j'ai le malheur de croire trop facilement à ces choses-là, « Dussé-je me perdre dans l'esprit de certains lecteurs, et passer à leurs yeux pour un homme extrêmement reculé dans la connoissance de la littérature moderne

, l'occasion m'a semblé belle de connoitre enfin un des ouvrages d'une femme qui a eu une vogue si extraordinaire

. Vu,

J. Vu-que and M. H. Chaussier, la description de cette tempête est bien plus magnifique encore. Ces descriptions ne sont certainement point nouvelles : mais celle de M. Hector Chaussier est pourtant bien neuve : les plus beaux génies se sont plus à nous présenter ce tableau des périls du navigateur luttant contre tous les élémens conjurés ; mais aucun n'a réussi comme M. Chaussier, et on se formeroit difficilement une idée de ce qu'il sait faire avec des rayons brûlans, une atmosphère enflammée, un horison obscurci, et son sein ténébreux, car il faut rendre à chacun ce qui lui appartient, et ne pas permettre qu'un auteur soit dupe de se

, Quelle grotte, ou plutôt quelle succession de grottes et capitaines, quels énormes rochers ! que de marbre, de basalte, de granits et de [passage illisible] quels charmans ruisselets, quelles nappes d'eau limpide, quels bassins revêtis de la plus belle pierre calcaire ! quelles colonnes, tantôt prismatiques, tantôt [passage illisible] quel éclat reflètent tous ces [passage illisible] éclairés par le flambeau des voyageurs ! Mais bientôt ce flambeau s'échappe de leurs mains et s'éteint ; ils [passage illisible] plus que dans des sentiers étroits et tortueux ; ils s'enfoncent dans d'horribles profondeurs qu'éclairent de loin à loin des gas, des mofétes qui s'allument et s'éteignent tour à tour, et répandent d'infectes exhalaisons : d'énormes rochers se détachent, roulent à leurs pieds et font retentir ces gouffres profonds, d'un bruit épouvantable, ils ne rencontrent plus que des eaux imprégnées de nitre, il est tout simple qu'on s'y abandonne : et peut-être M. Hector Chaussier en abuse-t-il un peu. Tous les périls, toutes les aventures de son héros sont en descriptions, qui donnent lieu à d'éternelles descriptions

, Je saute vingt feuillets pour en trouver la fin, et je me sauve avec les téméraires voyageurs, non au travers d'un jardin, mais à travers les monceaux de cendre et de charbon, les roches calcinées et les laves brûlantes d'un volcan coupé à pic

J. Charles, . Le-roman-de-mad, and . Radcliffe, Attiré par ces gémissemens, sir Charles veut parvenir jusqu'à la victime qui les fait entendre, et qu'il ignore encore être sa mère : des obstacles insurmontables, des portes murées, des portes de fer l'arrêtent ; il trouve des ossemens sous ses pas ; il rencontre même un cadavre tout entier et bien conservé, quoiqu'il fut mort le 19 novembre 1521, ainsi qu'il l'avoit écrit lui-même : en effet, le malheureux attaché par une chaine ou deux à un poteau, s'étoit amusé à écrire, dans ce souterrain, son histoire avec son un clou trempé dans son sang et sur un morceau de toile : certainement il lui fallut beaucoup de sang et beaucoup de toile, car l'histoire est longue, ce qui n'empêche par sir Charles de la dérober aux yeux de son tyran, en la cachant dans son sein, où elle devoit faire cependant un gros volume. De plus, il paroît que dans un certain endroit cette histoire devenoit un peu scabreuse ; mais M

M. Le-tyran-de-ce-château-est-un, . Perkins, and . Charles, et met en oeuvre pour se venger tous les petits moyens ingénieux dont nous venons de parler. Assurément, il seroit heureux que pour se venger il fallût tant de ressorts, tant de ressources et de combinaisons de génie, tant d'or et de richesses : la vengeance seroit rare, si pour la consommer, il falloit faire creuser tant de souterrains, construire tant d'escaliers dérobés, fabriquer tant de grilles et de portes en fer, en faire murer tant d'autres, avoir tant d'hommes à ses ordres, tant de serviteurs zélés, dévoués, bravant tant de dangers, de périls et de morts ; acheter [passage illisible] de scélérats dans les quatres parties du monde, sur terre et sur met, tant de masques et d'hommes masqués, etc. Je laisse à ceux qui ont plus courage et de Article de M, pp.544-548

«. Le-héros-de-ce-roman and M. Dabaud, était né et avait vécu dans une sphère d'où l'on n'est pas accoutumé de voir sortir les personnages héroïques qui figurent dans les productions de ce genre. C'était un bon parisien, un honnête marchand de la rue Honoré

, une idée bien romanesque : rien de semblable ne peut arriver et ne s'est jamais vu. Tous les jours on le démontre dans des écrits apologétiques, où la médisance et la calomnie sont victorieusement réfutées et confondues. On peut les lire : Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun, y sont de petits Saints

. Le, on a ainsi généreusement gratifié d'une si belle fortune, se met en devoir d'en jouir honorablement. Il prend un cuisinier, il tient une bonne maison

. Alors and . Lui-en-foule, On prévoit que M. Dabaud ne tardera pas à devenir un homme considérable et considéré ; il aura même de l'esprit pour peu qu'il se le mette en tête. Il ne lui manque qu'une bibliothèque. Un membre de l'Institut, qui dîne chez lui trois fois la décade, se charge de lui en faire monter une. C'est alors que notre héros, qui déjà sait lire assez passablement, entreprend son cours de Littérature. Les anciens romans par lesquels il commence, ne l'amusent pas long-tems. En effet

, Célestine ou les Epoux sans l'être, le Tombeau, l'Abbaye de Grasville, les Mystères d'Udolphe, la Forêt ou l'Abbaye de Ste.-Claire, le Confessionnal des Pénitents noirs, le Moine, etc. etc. Il lit avec admiration, il dévore avec avidité ces sublimes productions dans lesquelles, grâce à Dieu, il ne trouve plus un seul trait de cette maussade nature, dont l'imitation lui a tant déplu. A cette lecture son imagination s'exalte, s'allume, se noircit ; enfin, dans ce château qu'il habite, voisin d'un vaste et antique monastère abandonné, lui-même devient acteur principal d'une aventure qui ne le cède à aucune de celles qu'il a rencontrées dans ses nouvelles lectures. Il a des apparitions, des révélations, des spectacles de tout genre. A la vérité, les événemens merveilleux par lesquels il est éprouvé, lui sont presque tous connus. Cependant, il y a dans leurs circonstances quelques ingénieuses variétés qui les distinguent. On peut citer en exemple une tour du Sud-Ouest dont on ne s'était pas avisé encore, Ces réflexions lumineuses et profondes avaient bien attiédi la passion de M. Dabaud pour la lecture. Il était encore dans cette disposition, lorsqu'il reçoit, dans une terre qu'il a nouvellement achetée, la visite d'un jeune homme arrivant de Paris, et apportant avec lui la riche collection des romans du jour : Hubert de Sevrac, Julia ou les Souterrains de Mazzini

, En les réunissant dans cet abrégé, l'auteur a rendu aux amateurs de ce beau genre un service dont ils ne lui sauront peut-être pas assez de gré. Cependant, il sera toujours agréable et commode pour ceux qui aspirent à s'y faire un nom, d'avoir sous la main un répertoire universel de grands effets, un atelier complet de machines et romans, où le goût pourra puiser dans les momens où le génie fatigué a besoin de repos. Longs corridors, sombres vestibules, coupoles aëriennes, colonnes de granit ou de basalte, enfin tous les termes techniques de l'architecture romantiques dont il est devenu difficile de se passer dans les compositions de ce genre, on les trouve ici employés dans leur sens exact et rigoureux. On n'y a point oublié les tintemens obscurs d'une cloche éloignée, les grincemens aigus, le frôlement des draperies et l'hymne de minuit. Pour ce qui est poignards ensanglantés, des clés rouillées, des masses d'ombres et de lumière, Il serait superflu d'entreprendre de donner une idée de tant d'aventures surprenantes racontées dans l'ouvrage. Elles ne diffèrent point de toutes celles qu'on doit supposer que les personnes initiées aux bonnes lectures connaissent assez. Un heureux choix des plus extraordinaires parmi celles qu'un si grand nombre de traductions anglaises nous a fait connaître

, Lucrèce et Clélie, qui figuraient ridiculement dans des romans volumineux, dont nos ayeux, dans leurs longues soirées, avaient long-tems fait leurs délices. Aujourd'hui, et lorsqu'on devait le moins s'y attendre, c'est le Diable qui s'est emparé des nôtres. Il s'agit de l'exorciser. L'ouvrage dont il a été question dans cet article, y contribuera sans doute. On peut espérer que la manie des traductions et des imitations des romans diaboliques de l'Angleterre, Le dialogue des héros de roman parodia les héros de l'histoire

L. , Brayer de Saint-Léon A. Petite Bibliographie biographico-romancière, p.1821

N. Pigoreau, Petite Bibliographie biographico-romancière, p.354

, Voici les noms des auteurs parmi lesquels on peut puiser sans crainte de se tromper ; ils sont tous cités dans notre Biographie

. Mesdames-de-genlis, . Cottin, . Montolieu, and R. Staël,

, Guénard (nous avons désigné dans les numéros ci-après, ses meilleurs romans), mesdames de Bon, Voiard (estimées pour leurs traductions) ; mad. Brayer Saint-Léon (outre ses romans, elle nous a donné d'excellentes traductions), Ducray-Duminil

, Legay (nous avons distingué ses meilleurs ouvrages)

W. Augustes-la-fontaine and . Scott, lord Byron (ces trois auteurs sont les romanciers à la mode)

M. G. Les, , 1811.

, A. Journal des Arts, des Sciences et de la Littérature, p.1811

«. B. Article-de, Journal des arts, des sciences et de la littérature, Journal des Arts, des Sciences et de la Littérature, vol.7, pp.37-42, 1811.

M. «-l'auteur-de-ces, qui ne s'est pas nommé, mais que nous appellerons, si l'on veut, Blinval, pour le distinguer de la foule des personnages qu'il met en scène

, Une femme honnête, qui a tant fait de dire à un homme : Je vous aime, n'est point contente ensuite que cet homme vienne à disparaître ; elle a fait des frais qu'il n'est pas gracieux de perdre : avec un autre, c'est à recommencer ; mieux vaut s'en tenir au premier. Madame ou mademoiselle, qui me faites l'honneur de parcourir cet article, ceci ne saurait assurément vous concerner ; si vous aviez un tendre engagement, quelques motifs plus délicats vous porteraient sans doute à ne point trahir ; mais on sait que les femmes sont loin de se ressembler toutes, et si l'on consultait la plupart de celles dont la fidélité fait époque aujourd'hui, et qu'elles voulussent bien être de bonne foi, elles reconnaîtraient, j'en suis certain, dans ce que je viens de dire, une des principales causes de leur constance en amour. Ces raisons faisaient donc qu'Armance tenait à retrouver Alexis. Cependant, ses démarches à cet égard étant infructueuses à Paris, Blinval donc se promenant un matin aux Tuileries, y remarque deux femmes qui lui sont inconnues ; il devient aussitôt éperdument amoureux de l'une d'elles : c'est dans l'ordre. Il parvient à lier connaissance avec ces dames : cela devait être

. Lorsqu'on-voyage and . Dans-un-roman-surtout, On rencontre d'abord un revenant, qui, contre l'usage des spectres et des fantômes devanciers, fait ses promenades en plein jour et sur les grands routes, apparemment de peur qu'on n'en ignore. Il n'est bruit que du revenant dans tout le canton de Montbrun, sur la route de Lyon ; mais la maison autour de laquelle il vient rôder de préférence, celle où ses apparitions sont plus fréquentes

P. Quel and . De-ce-roman, Les caractères des personnages en sont pour la plupart mal tracés ; l'auteur, à chaque page, y blesse la vraisemblance, et ne ménage pas plus la langue son style incorrect est souvent niais. Mais il y a dans ces Mémoires force événemens : on y trouve des spectres qui se portent bien ; des demoiselles vertueuses qui font des enfans ; des assassins qui ne tuent les gens que faute d'attention

, Ce roman ne vaut donc ni plus ni moins que ceux qu'on publie tous les jours, et pourra, comme un autre, amuser, pendant quelques semaines, les comptoirs de la rue Saint-Denis

M. Hippolyte and . Mélina-de-cressanges, , 1820.

A. De-la-littérature-de and F. , , p.1820

;. Journal-de-la-littérature-de-france, C. Paris, . Treuttel, and . Würtz, 315 : « D'après la seconde partie de ce titre, il ne faut pas croire que les Souterrains soient prodigués ici comme dans les romans de la fameuse madame Radcliffe, qui d'ailleurs offre sans cesse des énigmes dont on ne trouve l'explication que tout à la fin du roman. Dans celui-ci, la réclusion d'un des principaux personnages, est l'exécution d'une odieuse vengeance pour un amour dédaigné. Les événemens se succèdent sans jamais choquer la vraisemblance et inspirent toujours beaucoup d'intérêt. Le style, sans avoir de la chaleur, vol.1820, 1821.