La Concurrence ethnique: La Belgique, l’Europe et le néolibéralisme, Bellecombes-en-Bauge

Résumé : Cinq cent quarante et un jours sans gouvernement, deux fois plus que le précédent record établi — dans des conditions plus compréhensibles — par l’Irak : cette performance a conduit le sociologue Paul Dirkx à s’interroger sur les causes de la quasi-implosion de la Belgique. Loin d’être le résultat d’une quelconque incompatibilité entre des Wallons et des Flamands réunis « artificiellement » sous le même drapeau — comme le veut l’interprétation dominante —, celle-ci résulterait de l’engouement des élites politiques, économiques et médiatiques, qu’elles soient francophones ou néerlandophones, pour l’Union européenne. En abandonnant une partie de ses prérogatives au profit de cette instance supranationale, en suivant à la lettre les règles d’austérité et autres « critères de convergence » définis par les technocrates bruxellois, en privilégiant le principe de subsidiarité qui organise la concurrence généralisée entre les Régions et les Communautés, l’Etat belge, binational, et peut-être ainsi plus fragile, a produit les ferments d’un affaiblissement qui, selon l’auteur, risque de toucher les autres Etats-nations de l’Union.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Editions du Croquant, 247 p., 2012, 978-2-36512-006-7
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01432794
Contributeur : Lis Ul <>
Soumis le : jeudi 12 janvier 2017 - 10:22:37
Dernière modification le : mercredi 22 novembre 2017 - 10:58:19

Identifiants

  • HAL Id : hal-01432794, version 1

Collections

Citation

Paul Dirkx. La Concurrence ethnique: La Belgique, l’Europe et le néolibéralisme, Bellecombes-en-Bauge. Editions du Croquant, 247 p., 2012, 978-2-36512-006-7. 〈hal-01432794〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

24