Prévalence des infections à Clostridium difficile chez les patients hospitalisés avec une diarrhée : résultats d’une étude française prospective multicentrique

Résumé : Introduction Les infections digestives à Clostridium difficile (CD) représentent la principale cause de diarrhées associées aux soins chez l’adulte. L’objectif de l’étude était de déterminer l’incidence des infections à C. difficile (ICD) en 2012 et d’évaluer l’ampleur du sous-diagnostic en France. Méthodes Soixante-dix établissements de santé (ES) répartis sur l’ensemble du territoire ont participé à une étude de prévalence bi-annuelle. Chaque ES a systématiquement adressé au centre national de référence (CNR) C. difficile , toutes les selles diarrhéiques de patients hospitalisés reçues au laboratoire au cours de 2 journées (un jour en décembre 2012 et un jour en juillet 2013), indépendamment de la prescription médicale de la recherche de CD. L’analyse des selles au CNR a été réalisée par le test Quik Chek Complete® (Alere). Les selles positives en Glutamate déshydrogénase (GDH) ou en toxines ont été cultivées sur milieu sélectif Taurocholate, Cyclosérine, Céfoxitine, Agar (TCCA) et les souches isolées ont été caractérisées par PCR vis-à-vis des toxines A et B. Les résultats obtenus par le CNR ont été confrontés à ceux obtenus par chaque laboratoire participant. Un questionnaire a permis de recueillir les données d’incidence des ICD en 2012 de chaque ES. Résultats L’incidence moyenne des ICD rapportées en 2012 par les ES participants était de 3,6±2,9 pour 10 000 patients-jours ; l’incidence était positivement corrélée à la densité de prescription (nombre de tests réalisés pour 10 000 patients-jours) qui variait largement d’un ES à l’autre (médiane 29 pour 10 000 patients-jours ; IQR 19–50). Lors de l’enquête de prévalence bi-annuelle, 651 selles ont été analysées et 90 se sont révélées positives à CD en culture. La prévalence globale des patients infectés par CD toxinogène était de 9,7 % (63/651) et celle des patients colonisés à CD non toxinogène était de 4,2 % (27/651). Parmi les ICD diagnostiquées par le CNR, 35/63 (55,6 %) ne l’ont pas été par les laboratoires participants, soit par manque de sensibilité des méthodes utilisées (16/63, 25,4 %) soit par manque de suspicion clinique (19/63, 30,2 %). Conclusion L’incidence des ICD en France en 2012 est en augmentation par rapport à 2009 mais reste largement sous-estimée par un défaut de sensibilité des tests utilisés et par un manque de suspicion clinique.
Type de document :
Article dans une revue
La Presse Médicale, Elsevier Masson, 2015, 44 (4), pp.e75 - e83. 〈http://www.em-consulte.com/en/article/970624〉. 〈10.1016/j.lpm.2014.09.021〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01491841
Contributeur : Simpa Ul <>
Soumis le : vendredi 17 mars 2017 - 14:30:36
Dernière modification le : lundi 10 décembre 2018 - 01:32:38

Identifiants

Collections

Citation

Frédéric Barbut, Laetitia Ramé, Amandine Petit, Laina Suzon, Alix De Chevigny, et al.. Prévalence des infections à Clostridium difficile chez les patients hospitalisés avec une diarrhée : résultats d’une étude française prospective multicentrique. La Presse Médicale, Elsevier Masson, 2015, 44 (4), pp.e75 - e83. 〈http://www.em-consulte.com/en/article/970624〉. 〈10.1016/j.lpm.2014.09.021〉. 〈hal-01491841〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

136