L'Origine du langage et des langues

Résumé : Le problème de l’origine concerne évidemment autre chose que l'origine du langage : son essence, son rapport à la pensée et à la société, l'organisation de la pensée humaine (empirisme vs rationalisme) sa différence à la pensée animale et plus généralement la position de l’humanité dans l’ensemble du règne animal ». (S. Auroux). Comme le rappelle Sylvain Auroux dans le texte qui inaugure ce numéro, la question de l’origine des langues est irrémédiablement liée à celle de l’origine de l’homme, et a de tout temps suscité nombre de débats passionnés et tentatives d’explications diverses. La question de l’interdit renvoie en réalité à celle de l’impossibilité scientifique. Cette question de l’interdit, qui est posée de façon spécifique par rapport à l’essence même de l’objet de la linguistique chez Saussure, M.-A. Cruz l’examine à son tour plus spécifiquement sous l’aspect du rapport système/temps. L’étendue de la problématique multiplie les questions : il s’agit de s’interroger à la fois sur les manières dont les langues modernes sont le reflet de ce qui a existé d’abord puis évolué, tout autant que de se demander comment le langage a évolué ? et qu’est-ce qui a évolué exactement ? Mais il s’agit aussi, de distinguer fondamentalement entre la problématique liée à l’émergence du langage même et celle de l’évolution des langues (R. Nicolaï). Pour R. Nicolaï, la recherche sur l’origine des langues est sans aucun doute un mythe qu’il convient d’aborder en termes de « constructions intersubjectives ». Cette thématique du « mythe de l’origine des langues » est, on le verra, commune à plusieurs auteurs, dont A. Szulmajster-Celnikier qui la reprend à l’occasion d’une interrogation plus vaste sur les modalités et les raisons de la naissance et de la mort des langues. Quel est le rôle de la « transmission », du contact des langues et comment traiter de la « variation » dans cette problématique ? (S. Mufwene) ? Quelles sont les différentes approches de classification des langues (A. Szulmajster-Celnikier) et qu’en est-il d’une corrélation possible entre évolution génétique des populations et diversification des langues sur la planète (L.-L. Cavalli- Sforza) ? L. Métoz expose ici les problématiques de la « nouvelle synthèse » et comment un certain nombre de travaux (dont ceux, précisément de L.-L. Cavalli-Sforza, mais aussi de Greenberg, Ruhlen, Renfrew) recourent à la linguistique, l’archéologie et la biologie pour appréhender le problème dans sa complexe globalité. La question centrale, toujours présente et rappelée par S. Auroux est : l’origine des langues est-elle inaccessible à l’histoire ? D’après Schumann & al., elle n’est plus aujourd’hui inabordable, en raison plus particulièrement des découvertes relativement récentes sur le cerveau et sur les processus impliqués dans l’évolution. L’exploration des fondements biologiques du langage et les questionnements afférents sont du moins devenus possibles et légitimes sous certains de leurs aspects, plus résolument grâce aux découvertes et réflexions venant d’autres disciplines que de la linguistique, comme la biologie, la paléoanthropologie, l’éthologie, la neurolinguistique (Schumann & al. ; E. Salzen ; M. Corballis ; B. Fracchiolla). Les contributions de G. Chapouthier & S. Robert, mais aussi de J.-L. Dessales mettent en regard, à des degrés divers, les données observées en termes de « construction par juxtaposition » au niveau à la fois des langues et du vivant, et reprennent respectivement l’analogie entre mosaïque « génétique », constitutive du vivant et mosaïque « syntaxique » constitutive du sens. Partant du principe qu’il est illégitime de discuter d’éléments qui ne peuvent être selon lui, ni confirmés ni infirmés, F. Rastier, reprend à son compte la question de l’interdit comme impossibilité scientifique, et réfute pour sa part la question même de l’origine du langage pour développer ce qui fait selon lui la spécificité des langues. Or, sur l’origine du langage et des langues – et comme le laisse supposer la conclusion de Sylvain Auroux – c’est sans aucun doute dans le débat lui-même – qui participe de la volonté tout autant que du besoin humain de comprendre le monde – qu’il convient de chercher la légitimité, et non dans les thèses visant à expliquer l’un et l’autre de façon définitive. Anne Szulmajster-Celnikier remarque en conclusion de son article : « l’attention portée à la pluralité linguistique a en outre l’avantage de mettre en relief, sur fond d’universalisme (l’unité écologique et psycho physiologique du genre humain, et le fait que l’on puisse traduire d’une langue à l’autre) un relativisme linguistique fondamental. Faire voir ce que, selon la formule de Jakobson reprise par Hagège, les langues « obligent » à dire ou «empêchent de dire », c’est aussi prendre conscience que les structurations spécifiques des idiomes imposent aux sujets parlants des représentations diversifiées du monde qu’il importe d’analyser dans leur richesse, non de réduire à l’unique ». Aussi est-ce par l’hétérogénéité des approches que nous avons voulu refléter, à l’échelle de ce numéro et des auteurs qui nous ont fait l’amitié d’y participer, la difficulté d’approcher le vivant et l’humain dans leurs grandes diversité et complexité, en tenant compte des apports récents de l’interdisciplinarité. Comme à la fin du XIXe siècle les débats restent vifs, sans doute parce qu'ils engagent aussi des visions de l'homme différentes, et que des désaccords profonds existent. C’est pourquoi, sans doute, il convient d’envisager ce numéro plus sous l’angle des questions qui y sont posées, que sous celui de réponses qui y seraient données.
Type de document :
Direction d'ouvrage, Proceedings
Marges Linguistiques. France. 294 p., 2006, Les origines du langage et des langues
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01492095
Contributeur : Beatrice Fracchiolla <>
Soumis le : lundi 20 mars 2017 - 23:35:21
Dernière modification le : jeudi 17 mai 2018 - 13:32:01
Document(s) archivé(s) le : mercredi 21 juin 2017 - 12:21:27

Fichier

00_ml112006 (1).pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01492095, version 1

Collections

Citation

Béatrice Fracchiolla. L'Origine du langage et des langues. Marges Linguistiques. France. 294 p., 2006, Les origines du langage et des langues. 〈hal-01492095〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

244

Téléchargements de fichiers

2192