Dans l’ombre de Schoenberg et de Schenker : la tonalité selon Robert Mayrhofer - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2015

Dans l’ombre de Schoenberg et de Schenker : la tonalité selon Robert Mayrhofer

Abstract

Bien qu’elle serve un idéal très proche, celui de l’unité centralisée et « organique », la théorie de l’Autrichien Robert Mayrhofer (1863-1935) se distingue très nettement de celles de ses deux contemporains, A. Schoenberg (1874-1951) et H. Schenker (1868-1935). Sa formulation hermétique, les divers points faibles qu’elle présente, ainsi que son inadéquation à l’analyse de pièces étendues, comptent parmi les raisons probables de son absence de succès auprès des contemporains de Mayrhofer, et de son oubli complet par les analystes des générations suivantes. Il est toutefois intéressant de la réévaluer à la lumière de nos critères actuels, et d’imaginer des amendements ou des prolongements susceptibles de lui donner une nouvelle chance. Pour ce faire, ses aspects les plus caractéristiques sont d’abord mis en évidence : la disposition concentrique des sons constitutifs de la tonalité, l’absence de recours aux entités harmoniques traditionnelles, remplacées par des « cellules » de cardinal variable, la mise en suspension de la temporalité musicale, et la présentation graphique des analyses. Une analyse par Mayrhofer du « Premier prélude » du Clavier bien tempéré est commentée. La méthode est ensuite appliquée à un lied de Hugo Wolf, pièce plus susceptible d’en montrer les potentialités dans le contexte de la musique du romantisme tardif.
No file

Dates and versions

hal-01552804 , version 1 (03-07-2017)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01552804 , version 1

Cite

Marc Rigaudière. Dans l’ombre de Schoenberg et de Schenker : la tonalité selon Robert Mayrhofer. L'analyse musicale aujourd'hui. Crise ou (r)évolution ? , Nov 2009, Strasbourg, France. pp.149-163. ⟨hal-01552804⟩
175 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More