L'attachement sécurisé : un facteur de résilience au service de la capacité de penser. Étude clinique comparative chez des enfants de 6 à 12 ans

Résumé : À l’appui d’un modèle théorico-clinique croisant la théorie de l’attachement et la théorie psychanalytique, notre travail tente de montrer comment un attachement sécurisé peut constituer un facteur de résilience, au service de la capacité de penser. Le dispositif méthodologique repose sur la passation d’épreuves projectives (Rorschach et épreuves graphiques) auprès de deux groupes d’enfants de 6 à 12 ans (20 enfants présentant un attachement insécurisé et 20 enfants dont l’attachement est sécurisé). Deux hypothèses sont étudiées : l’une, relative à la structuration identitaire et l’autre, renvoyant à l’accès à « l’espace potentiel » entre la maison et l’école. Les résultats montrent que les enfants dont l’attachement est sécurisé manifestent une plasticité des identifications, ainsi que davantage d’aptitudes à penser. La « base sécurisante » apparaît alors comme un élément essentiel de construction du processus résilient.
Type de document :
Article dans une revue
Bulletin de psychologie, Groupe d etude de psychologie, 2014, 530 (2), pp.149 - 157. 〈10.3917/bupsy.530.0149〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01585562
Contributeur : Interpsy Ul <>
Soumis le : lundi 11 septembre 2017 - 16:17:55
Dernière modification le : mardi 28 novembre 2017 - 11:16:09

Identifiants

Collections

Citation

Nadine Demogeot, Joëlle Lighezzolo-Alnot. L'attachement sécurisé : un facteur de résilience au service de la capacité de penser. Étude clinique comparative chez des enfants de 6 à 12 ans. Bulletin de psychologie, Groupe d etude de psychologie, 2014, 530 (2), pp.149 - 157. 〈10.3917/bupsy.530.0149〉. 〈hal-01585562〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

57