Psychopathologie de l’énonciation dans le champ de la clinique de l’agir : la notion de subjectivité sans sujet

Résumé : Objectifs Étudier les caractéristiques d’un fonctionnement psychique particulier, la subjectivité sans sujet, à l’origine d’actes immotivés, dans un climat d’effacement de la conscience et de la représentation mentale chez des sujets ayant commis un délit ou un crime de nature sexuelle ou non. Méthode Une situation d’énonciation particulière, générée par une consigne remaniée à l’Arrangement d’Images de la WAIS-R : « raconter une histoire ». Le matériel iconique, partageable dans l’ici et maintenant de la situation d’énonciation, octroie une place particulière au destinataire-psychologue,s ce qui engendre des effets spécifiques sur les productions. L’analyse des textes utilise les outils de la linguistique énonciative et de la pragmatique du langage. Résultats La structure narrative et pragmatique de ces textes se décline en trois constellations signifiantes qui déterminent trois types de subjectivité énonciatives, marquées respectivement par la perplexité, la minimisation et la pleine conscience. Seuls les marqueurs linguistiques de la perplexité associée à ce que nous avons défini comme le témoignage oculaire sont présentés, analysés sous l’angle de la psychopathologie. Ces marqueurs renvoient à un traitement visuel obsessif et incertain du réel, à un rapport au temps chaotique, à une absence d’intentionnalité et de finalité des conduites. Le rapport de conscience du sujet à son acte est marqué par la perplexité. Discussion Le fil conducteur de cette présentation est le repérage du fonctionnement psychique de ces auteurs d’actes violents, illustrés par des exemples éclairants et appréhendés sous le triple sceau de la trace de la situation d’énonciation, de l’empreinte de la subjectivité du locuteur et de la place accordée au destinataire. Conclusions Cette situation d’énonciation interroge le sens des paroles du sujet lors de sa mise en examen. Le témoignage oculaire, fortement dépendant du travail de désambiguïsation réalisé par le destinataire pour comprendre, peut engendrer des interprétations erronées et égarer le destinataire dans une évaluation avantageuse du discours. La question de la responsabilité du sujet au moment de la commission de son acte est ici interrogée.
Type de document :
Article dans une revue
L'Évolution Psychiatrique, Elsevier, 2015, 82 (2), pp.255 - 271. 〈10.1016/j.evopsy.2015.07.009〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01586689
Contributeur : Interpsy Ul <>
Soumis le : mercredi 13 septembre 2017 - 10:26:31
Dernière modification le : mardi 28 novembre 2017 - 11:16:10

Identifiants

Collections

Citation

Philippe Huon, Christine Rebourg Roesler. Psychopathologie de l’énonciation dans le champ de la clinique de l’agir : la notion de subjectivité sans sujet. L'Évolution Psychiatrique, Elsevier, 2015, 82 (2), pp.255 - 271. 〈10.1016/j.evopsy.2015.07.009〉. 〈hal-01586689〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

46