Maladie d’Alzheimer et appropriation de la durée d’action

Résumé : Les perturbations de la temporalité habituellement objectivées dans la maladie d’Alzheimer (MA) à partir de stimuli élémentaires brefs, non écologiques, méritent d’être approfondies à partir d’activités courantes, familières, contextualisées. Au cours d’entretiens centrés sur les activités quotidiennes, les réponses portant sur la temporalité de six patients atteints de MA sont comparées aux autres thèmes exprimés, selon leur pertinence et leur caractère direct ou sollicité. Les altérations prédominent sur l’estimation de durée, comparée aux repères chronologiques, et autorisent à imaginer des intersections entre les processus mnésiques de la temporalité. Nos résultats ouvrent la perspective d’une interaction entre la voie automatique de la temporalité, mieux préservée et la voie contrôlée. L’entretien clinique, par la mise en scène conversationnelle de la cognition et de ses altérations, apparaît comme une méthode de choix pour explorer la temporalité vécue au cours de la maladie d’Alzheimer.
Type de document :
Article dans une revue
Annales Médico-Psychologiques, Revue Psychiatrique, Elsevier Masson, A paraître, 〈10.1016/j.amp.2016.03.011〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01616294
Contributeur : Interpsy Ul <>
Soumis le : vendredi 13 octobre 2017 - 14:47:38
Dernière modification le : jeudi 8 février 2018 - 15:56:35

Identifiants

Citation

Thérèse Rivasseau Jonveaux, Alain Trognon, Martine Batt, Fabienne Empereur. Maladie d’Alzheimer et appropriation de la durée d’action. Annales Médico-Psychologiques, Revue Psychiatrique, Elsevier Masson, A paraître, 〈10.1016/j.amp.2016.03.011〉. 〈hal-01616294〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

66