Observer les déplacements dans la construction des scènes locales

Résumé : Quelles sont les limites géographiques d’une scène locale ? Comment ces acteurs agissent comme « agents performatifs » dans la perception de l’espace territorial recomposé par la musique ? Il s’agit donc de démontrer l’intérêt de sortir d’une vision en vase clos des scènes locales, pour s’intéresser de plus près aux déplacements de ceux qui les pratiquent (musiciens, publics), à la façon dont Guy Di Méo (1996) propose une géographie socio-culturelle des « territoires du quotidien » .La démonstration repose sur l’observation des déplacements des amateurs de musique metal issus de trois régions françaises, à savoir la Lorraine, le Nord-pas-de-Calais et les environs de Rennes et Nantes. L’étude s’appuie sur un matériel empirique composé de données quantitatives et qualitatives.
Type de document :
Article dans une revue
Cahiers de recherche sociologique, Dép. de sociologie. Université du Québec à Montréal, 2014, La notion de « scène », entre sociologie de la culture et sociologie urbaine, pp.97-113. 〈https://www.erudit.org/en/journals/crs/2014-n57-crs02378/1035277ar/〉. 〈10.7202/1035277ar〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01628566
Contributeur : 2l2s Ul <>
Soumis le : vendredi 3 novembre 2017 - 16:47:36
Dernière modification le : samedi 4 novembre 2017 - 01:09:58

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Sophie Turbé. Observer les déplacements dans la construction des scènes locales. Cahiers de recherche sociologique, Dép. de sociologie. Université du Québec à Montréal, 2014, La notion de « scène », entre sociologie de la culture et sociologie urbaine, pp.97-113. 〈https://www.erudit.org/en/journals/crs/2014-n57-crs02378/1035277ar/〉. 〈10.7202/1035277ar〉. 〈hal-01628566〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

34