Mise en place d’un bioréacteur pour l’évaluation de la biocorrosion de matériaux en fonte

Résumé : La corrosion influencée par les microorganismes (MIC) est un phénomène qui touche une majorité d’industries utilisant des matériaux en fer en contact avec une phase aqueuse susceptible de contenir des bactéries. C’est le cas notamment des canalisations en fonte ductile enfouies dans les sols. Afin de comprendre et de pouvoir anticiper ces phénomènes de corrosion, nous avons cherché dans un premier temps à reproduire le phénomène de la MIC au laboratoire, à l’aide de plusieurs souches pures ; de cocultures et d’environnements complexes (sols, boues activées), susceptibles de provoquer une corrosion significative. Dans un second temps, nous avons conçu un réacteur permettant de quantifier « électrochimiquement » une biocorrosion. Les résultats soulèvent l’importance de l’utilisation de contrôles abiotiques pour discriminer une MIC d’une corrosion chimique. Par ailleurs, les co-cultures entrainent une corrosion plus importante que les cultures en souche pure. Cependant, certains groupes métaboliques semblent capables de ralentir la corrosion. Le réacteur électrochimique pourra à terme être utilisé pour évaluer l’intensité de la corrosion selon les inocula utilisés
Type de document :
Mémoire / Rapport de stage
Microbiologie et Parasitologie. 2017
URL du fichier :
http://docnum.univ-lorraine.fr/ulprive/BUS_M_2017_DIDIERJEAN_LAURA.pdf
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01662620
Contributeur : Memoires Ul <>
Soumis le : mercredi 13 décembre 2017 - 12:10:10
Dernière modification le : mercredi 13 décembre 2017 - 12:10:10

Identifiants

  • HAL Id : hal-01662620, version 1

Collections

Citation

Laura Didierjean. Mise en place d’un bioréacteur pour l’évaluation de la biocorrosion de matériaux en fonte. Microbiologie et Parasitologie. 2017. 〈hal-01662620〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

94