Screening of the native kidneys in renal transplant recipients: evaluation of the experience in Nancy - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2010

Screening of the native kidneys in renal transplant recipients: evaluation of the experience in Nancy

Dépistage du cancer des reins natifs chez les transplantés rénaux: évaluation des pratiques nancéennes

(1)
1

Abstract

With the progress done in immunosuppressive therapies, and in the care of kidney transplant recipients, the survival of the graft gets longer and longer. Due to this low immunity, some neoplasic complications tend to occur, such as renal cell carcinoma of the native kidneys. The screening with ultrasound of the kidneys is known to be difficult, thus we suggested screening with computed tomography starting the third year post transplantation, and then every other year. The purpose of this study is to evaluate the incidence of renal cell carcinoma in kidney transplant recipients, and to determine if computed tomography is more efficient than ultrasound. 711 patients have been included in this study, amongst whom 19 have developed renal cell carcinoma. Nine of them belong to the group screened with ultrasound, and ten of them were screened with computed tomography. The time spent on dialysis, the time between the transplantation and the diagnosis of cancer, and the size of the tumours once the diagnosis is set, are not different in the two groups. We can notice in this study an increased incidence of renal cell carcinoma in the transplant population, in contrast with the general population. However the number of cancer screened with computed tomography is not significantly higher than the one screened with ustrasound. Regarding the imputability of the immunosuppression in this increased incidence, it is not the only cause, as patients with chronic renal failure, and patients on dialysis, also present a higher risk of developing renal cell carcinoma. The prognosis of suchtumour is good, since the survival rate reaches 92% after five years.
L'évolution des traitements immunosuppresseurs et de la prise en charge des patients transplantés rénaux, a conduit à une survie plus longue, mais également à la survenue de complications de type néoplasique, notamment les carcinomes rénaux. Un dépistage de ces cancers est donc recommandé. Celui-ci se fait historiquement par échographie annuelle, mais devant la difficulté d'analyse des reins souvent atrophiques et multikystiques des insuffisants rénaux, un dépistage par scanner systématique a été proposé. Le but de cette étude est d'évaluer l'incidence des carcinomes rénaux chez les patients transplantés du centre de Nancy, et de déterminer les avantages éventuels apportés par le scanner. La cohorte de transplantés comprend 711 patients, parmi lesquels 19 ont présenté une tumeur rénale. Neuf patients appartiennent au groupe de dépistage échographique, et 10 au groupe de dépistage scannographique. En comparant les deux groupes en ce qui concerne le temps passé en dialyse, l'âge au moment du diagnostic, le délai entre la transplantation rénale et le diagnostic de tumeur à l'imagerie, et la taille des tumeurs, nous ne retrouvons pas de différence significative. Par contre nous pouvons dire que dans le groupe au dépistage scannographique il n'y a pas de grosse tumeur. Dans les deux groupes la survie est bonne, avec un seul décès imputable au cancer sur les 19 patients. En ce qui concerne l'imputabilité de l'immunosuppression, elle n'est pas seule en cause. En effet, les patients au stade d'insuffisance rénale chronique et de dialyse présente un excès de risque par rapport à la population générale. En conclusion les cancers des reins natifs chez les transplantés sont de bon pronostic, et d'évolution lente. Le dépistage échographique par des opérateurs entraînés donne de bons résultats.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCDMED_T_2010_KOHLER_EMMANUELLE.pdf (4.64 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01731703 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01731703 , version 1

Cite

Emmanuelle Kohler. Dépistage du cancer des reins natifs chez les transplantés rénaux: évaluation des pratiques nancéennes. Sciences du Vivant [q-bio]. 2010. ⟨hal-01731703⟩
18 View
301 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More