Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Performances diagnostiques de l'échographie et de l'IRM salivaires dans le syndrome de Gougerot-Sjögren. Etude prospective dans un groupe de 72 patients présentant un syndrome sec

Résumé : L'objectif a été d'évaluer prospectivement les performances diagnostiques de l'échographie et de l'IRM salivaire pour le diagnostic de syndrome de Gougerot-Sjögren (SGS) chez des sujets avec syndrome sec salivaire et/ou oculaire adressés en médecine interne. Le diagnostic de SGS est complexe faisant appel à plusieurs critères. Les examens d'imagerie des glandes salivaires (échographie et IRM) semblent prometteurs pour l'évaluation de la xérostomie avec l'avantage d'être non invasifs et de réalisation plus simple que la classique sialographie. Le diagnostic de SGS a été établi selon les critères Américano-Européens consensuels de 2002. Tous les patients inclus consécutivement ont donné leur consentement pour l'exploration des glandes salivaires principales (parotides et sub-mandibulaires), par échographie (réalisée en mode B et doppler-couleur avec sonde de haute fréquence) retenue positive en présence d'une inhomogénéité parenchymateuse de grade I d'après Niemelä et al. (Rheumatology 2004) ; et par IRM (1.5 Tesla en pondération T1, T2 fat sat et SSFSE) considérée positive en présence de nodules parenchymateux de grade I selon les travaux de Takagi et al. (AJNR 2005). Les résultats de l'imagerie ont été obtenus sans connaissance du diagnostic final des patients. Les 72 patients examinés (9 hommes et 63 femmes, d'âge moyen de 48,8 ans), ont été répartis en 2 groupes suivant les résultats du bilan : Groupe 1 (n = 22) avec SGS confirmé et Groupe 2 (n = 50, dont 10 cas de syndrome fibromyalgique et 1 cas de polyarthrite rhumatoïde (PR)) sans SGS en raison notamment d'une biopsie salivaire et d'anticorps anti-SSA et anti-SSB négatifs.Les méthodes d'imagerie ont été bien tolérées par les patients et de réalisation facile et rapide (15 minutes pour l'échographie et 30 minutes en IRM). L'échographie et l'IRM étaient toutes deux positives chez 20 des 22 patients du groupe 1 et 2 des 50 patients du groupe 2. Les sujets positifs du groupe 2 présentaient une xérostomie objective sévère avec une PR pour l'un et un syndromefibromyalgique pour l'autre. Les valeurs de sensibilité de l'échographie et de l'IRM pour le diagnostic de SGS confirmé étaient de 86 et 82 % avec une spécificité identique à 98 %. Ces valeurs sont proches des études princeps et supérieures aux autres tests d'évaluation objective de la xérostomie proposés par le consensus de 2002. Ils ont également une bonne corrélation avec la BGSA. En conclusion, l'évaluation morphologique des glandes salivaires principales par échographie etIRM se révèle performante pour le diagnostic du syndrome de Gougerot-Sjögren et peuvent êtres proposés comme alternative aux autres tests du consensus de 2002
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

Cited literature [49 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01731849
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 2:30:48 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:49:49 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 4, 2018 - 6:29:29 AM

File

SCDMED_T_2011_WERTHEIMER_JULIE...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01731849, version 1

Citation

Julien Wertheimer. Performances diagnostiques de l'échographie et de l'IRM salivaires dans le syndrome de Gougerot-Sjögren. Etude prospective dans un groupe de 72 patients présentant un syndrome sec. Sciences du Vivant [q-bio]. 2011. ⟨hal-01731849⟩

Share

Metrics

Record views

50

Files downloads

709