Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Evaluation de la prescription conditionnelle en Lorraine : de la réalité hospitalière à la pratique officinale

Résumé : La prescription conditionnelle ou « si besoin » est une pratique courante en milieu hospitalier et en ambulatoire mais elle est peu encadrée. Le CHVSM a engagé son évaluation au sein de l’établissement puis dans le territoire lorrain à l’aide d’un audit clinique ciblé et d’enquêtes de pratique. Les objectifs de ce travail sont d’évaluer la conformité de la prescription conditionnelle, dans sa mise en oeuvre, sa traçabilité et le suivi de son efficacité chez le patient ainsi que de recenser le comportement des prescripteurs et des officinaux devant une ligne de prescription en « si besoin ».Un référentiel et deux grilles de recueil ont été élaborés et validés par un groupe de travail pluridisciplinaire. Les prescripteurs et les officinaux ont été interrogés sur leur pratique au travers de questionnaires spécifiques. Au CHVSM, près de la moitié des lignes prescrites en « si besoin » concerne un antalgique Hormis pour la posologie, la présence des critères devant accompagner une prescription conditionnelle est faible : de 6% pour la mention d’une posologie maximale sur 24 heures à 35% pour la présence d’un motif de mise en place. La traçabilité n’est quant à elle assurée de façon systématique que dans 28% des cas. Lorsque l’administration est correctement mentionnée, l’efficacité du traitement conditionnel n’est tracée que dans 50%. Enfin, devant l’absence d’administration ou, au contraire, une administration complète du traitement « si besoin », le prescripteur ne modifie pas la ligne dans respectivement 73% et 93% des cas (arrêt ou systématisation). Notre enquête auprès des prescripteurs indique que leur principale motivation de recours au « si besoin » est laliberté de gestion laissée au personnel infirmier (64%). Paradoxalement, ils déclarent avoir peu recours à cette pratique. De même, la confrontation des habitudes associées à la prescription conditionnelle déclarées avec les résultats de l’audit révèle un décalage entre une « bonne pratique affichée » et la réalité du terrain. En ambulatoire, 40% des officinaux déclarent dispenser une prescription conditionnelle fréquemment voir tous les jours. Dans 40% des dispensations seulement, la quantité délivrée est adaptée à la consommation potentielle du patient. 97% apportent des conseils avec la dispensation. C’est le rappel des posologies qui est le plussouvent cité. Seulement 2% des répondants mentionnent l’existence d’un protocole de bonne pratique de dispensation des prescriptions conditionnelles au sein de leur officine. Notre évaluation démontre une grande hétérogénéité dans la prescription et la dispensation d’une prescription conditionnelle, au détriment de la qualité des soins apportés au patient. L’amélioration de cette prise en charge doit comprendre la rédaction de recommandations de bon usage sur la pratique.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [2 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01731986
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 2:38:16 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:43:50 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 4, 2018 - 7:31:26 AM

File

BUPHA_T_2016_CHATOR_PIERRE_EMM...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01731986, version 1

Citation

Pierre-Emmanuel Chator. Evaluation de la prescription conditionnelle en Lorraine : de la réalité hospitalière à la pratique officinale. Sciences pharmaceutiques. 2016. ⟨hal-01731986⟩

Share

Metrics

Record views

123

Files downloads

1024