Risque thromboembolique des tachycardies jonctionnelles paroxystiques - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2011

Thromboembolic risk of paroxysmal junctional tachycardia

Risque thromboembolique des tachycardies jonctionnelles paroxystiques

Abstract

Introduction : Les tachycardies auriculaires, et notamment la fibrillation atriale (Fa), sont connues pour être une cause majeure d'accident vasculaire cérébral ischémique, constitué (AIC) ou transitoire (AIT). Concernant les tachycardiesjonctionnelles paroxystiques (TJP), le risque thromboembolique reste à préciser.Objectif : Évaluer le risque thromboembolique des patients souffrant de TJP en s'intéressant à la prévalence et à l'incidence des AIC et AIT cryptogéniques dans cette population. Étudier le lien qui existe entre la Fa et les TJP. Proposer une prise en charge.Étude et résultats : Cette étude rétrospective a inclus 1269 patients souffrant de TJP, pris en charge de janvier 1985 à mai 2011 au CHU de Nancy, avec un suivi moyen de 2,4 ± 3,2 ans. Nous avons retrouvé une prévalence pour les AIC et AITdans notre population de 2,68% (33/1269) et une incidence d'environ 1 cas pour 1000 personnes-années (3 cas). Les patients qui ont présenté un AIC ou un AIT sont plus âgés (61,3 contre 49,3 ans, p=0,0002), ont plus de cardiopathie (29,4% contre 19,7%, p=0,0002), présentent plus de trouble du rythme auriculaire en antécédent ou pendant le suivi (26,5% contre 5,3%, p <0,0001), et ont une mortalité plus élevée (11,1% contre 1,78%, p<0,0001) que les autres. Par ailleurs, nous confirmons l'existence d'un lien entre TJP et Fa, avec uneprévalence pour la Fa de 1,73% et une incidence de 21,15 cas pour 1000 personnes-années. Le risque de Fa est corrélé aux facteurs connus, à savoir le sexe masculin, un âge avancé et la présence d'une cardiopathie. Nous neretrouvons pas de lien entre la Fa induite en exploration et la survenue d'un AIC chez ces patients, mais nous observons un lien entre Fa documentée et Fa induite. Il semblerait également que les patients avec une TRIN aient une plus grande vulnérabilité atriale que les patients avec une TRAV. Enfin, l'ablation par radiofréquence de la voie lente ou du faisceau ne semble pas prévenir des récidives de Fa.Conclusion : Malgré un risque de Fa bien connu chez les sujets qui ont des TJP, nous notons dans notre population une prévalence modérée de 2,68% pour les AIC et AIT, et une incidence de 1 cas pour 1000 personnes-années. Le risque est noté chez des sujets qui ont par ailleurs les facteurs de risque habituels d'embolie, à savoir un âge élevé, la présence d'une cardiopathie et la notion de Fa spontanée. L'ablation par radiofréquence de la voie lente ou du faisceau accessoire n'empêche pas les récidives de Fa, c'est pourquoi nous recommandons pour cespatients un suivi régulier par la suite. Concernant le traitement anticoagulant, il doit être discuté au cas par cas chez le patient à risque (âge avancé, de sexe masculin, avec cardiopathie), quand un trouble du rythme auriculaire a été induit pendant la stimulation auriculaire programmée.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCDMED_T_2011_DELOBELLE_JULIEN.pdf (1.01 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01732102 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732102 , version 1

Cite

Julien Delobelle. Risque thromboembolique des tachycardies jonctionnelles paroxystiques. Sciences du Vivant [q-bio]. 2011. ⟨hal-01732102⟩
114 View
1733 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More