Les infections invasives à méningocoque en Nouvelle-Calédonie. Recherche des facteurs de risque et de gravité. Une étude descriptive rétrospective de 2005 à 2011 - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2015

Invasive meningococcal disease in New Caledonia. Research of risk factors and gravity, retrospective and descriptive study of IMD cases between 2005 and 2011

Les infections invasives à méningocoque en Nouvelle-Calédonie. Recherche des facteurs de risque et de gravité. Une étude descriptive rétrospective de 2005 à 2011

Abstract

Les infections invasives à méningocoque (IIM) sont trois fois plus fréquente enNouvelle-Calédonie (NC) qu’en France et de nombreux cas (35,7%) sont dues à dessérogroupes Y et W135. Le but de l’étude, sujet de cette thèse, était d’identifier lesfacteurs de risque d’IIM en NC.Il s’agissait d’une étude rétrospective descriptive de tous les cas d’IIM qui ont eu lieuen NC entre 2005 et 2011. Les données socio-environnementales, cliniques etbiologiques ont été recueillies grâce à un questionnaire puis une recherche de déficitimmunitaire a été proposé à tous les cas. Les différents cas d’IIM ont été comparésen fonction du sérogroupe méningococcique en cause et de la présence ou non d’undéficit en complément. 66 cas sporadiques d’IIM (29 sérogroupe B, 20 Y ou W135, 6 C, 1 A et 10 inconnue) sont survenus chez 64 patients, la plupart avait moins de 24 ans et était d’origine mélanésienne. Cinq patients sont décédés (7,8%). Aucun facteur de risque socioenvironnemental, aucune asplénie, séropositivité VIH ou de déficit enimmunoglobuline n’a été retrouvé. Deux patients avaient du diabète et 28 sur 53 cas(52,8%) avaient un déficit en complément, dont 20 cas (71,4%) avaient un déficit enfraction terminale du complément. Ces patients déficitaires étaient principalementmélanésien (92,8%) plus précisément des îles Loyauté (62,1%). Ils étaient souventinfectées par le sérogroupe Y/W135 (42,9%) ou le sérogroupe B (32,1%). L’IIM étaitsouvent plus grave et à un âge plus tardif que chez les non déficitaires (besoin desoins intensifs dans 60% contre 28,0% des cas, p = 0,01).Une prévalence élevée d’un déficit en complément dans la population mélanésiennepeut expliquer les caractéristiques épidémiologiques et cliniques des IIM en NC. Nosrésultats ont pour conséquence la nécessité d’une adaptation des stratégies devaccination contre le méningocoque en NC
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2015_SPASIC_PIERRE_EMMANUEL.pdf (2.27 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01732208 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732208 , version 1

Cite

Pierre-Emmanuel Spasic. Les infections invasives à méningocoque en Nouvelle-Calédonie. Recherche des facteurs de risque et de gravité. Une étude descriptive rétrospective de 2005 à 2011. Sciences du Vivant [q-bio]. 2015. ⟨hal-01732208⟩
44 View
290 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More