Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Quels sont les obstacles à l’utilisation de la bandelette urinaire dans l’infection urinaire et du test de diagnostic rapide de l’angine en médecine générale ? Quels sont les déterminants de la prescription des antibiotiques chez les généralistes ? Etude qualitative par entretiens semi-directifs réalisés auprès de dix médecins généralistes mosellans suite à une étude avec évaluation déclarative des pratiques

Résumé : Malgré les recommandations, seuls 25% des MG utilisent la BU et le TDR dans l’infection urinaire et l’angine qui sont des pathologies courantes en médecine générale. Cela entraîne des prescriptions injustifiées d’antibiotiques.Dans un travail proposé par Antibiolor, nous avons réalisé une expérience : promouvoir BU et TDR auprès de MG par la visite médicale pour les amener à les utiliser. Le projet a été interrompu, après avoir rencontré cinquante médecins, car ils ne paraissaient ni convaincus, ni motivés. 25% déclaraient utiliser régulièrement TDR et BU. Ensuite, nous avons réalisé une enquête qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de dix MG parmi les non ou peu utilisateurs du panel précédent. Les objectifs étaient : identifier les freins à l’utilisation des BU/TDR, distinguer les déterminants aux décisions diagnostiques et à la prescription d’antibiotiques. Concernant les démarches diagnostiques et thérapeutiques, les MG s’appuient sur la présomption clinique.Pour les MG ces tests ne sont pas rentables en temps/économiquement, ils doutent de leur fiabilité surtout lorsque le résultat ne concorde pas avec la présomption clinique. Dans l’IU, l’ECBU est souvent l’alternative à la BU les avantages étant : la proximité des laboratoires, économie de temps/argent. Un inconvénient pratique : le conditionnement des flacons de BU en comportant trop compte tenu des dates de péremptions courtes. Autres justifications de non utilisation du TDR : cas rare d’angine, médecin faible prescripteur d’antibiotiques. Des déterminants « extra-cliniques » influencent les médecins à prescrire une antibiothérapie : bruyance des symptômes, crainte de complications, empathie du médecin, pression supposée des patients. Ces comportements semblent résulter de connaissances inexactes mais aussi car les MG se sentent peu impliqués et responsables du phénomène d’antibiorésistance. Ces habitudes ancrées confortant le médecin et son patient sont difficilement modifiables
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

Cited literature [27 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01732273
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 2:52:43 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:07 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 4, 2018 - 8:55:44 AM

File

BUMED_T_2014_EL_FATMAOUI_MYRIA...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732273, version 1

Citation

Myriam El Fatmaoui. Quels sont les obstacles à l’utilisation de la bandelette urinaire dans l’infection urinaire et du test de diagnostic rapide de l’angine en médecine générale ? Quels sont les déterminants de la prescription des antibiotiques chez les généralistes ? Etude qualitative par entretiens semi-directifs réalisés auprès de dix médecins généralistes mosellans suite à une étude avec évaluation déclarative des pratiques. Sciences du Vivant [q-bio]. 2014. ⟨hal-01732273⟩

Share