Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

L'administration de la midodrine permet-elle de raccourcir la durée de sevrage de la noradrénaline chez les patients en état de choc septique. Une étude observationnelle rétrospective

Résumé : Objectifs : la midodrine , un vasoconstricteur alpha mimétique per os, est un traitementefficace de l'hypotension artérielle associée à une dysautonomie et du syndrome hépato rénal chez le patient cirrhotique. Le sevrage prolongé des catécholamines, fréquemment rencontré dans le choc septique, est un facteur pronostic certain. La dysautonomie rencontrée dans le sepsis modifie le tonus vasomoteur pouvant participer à la difficulté de sevrage. Ainsi, nous avons évalué l'impact de l'administration de la midodrine sur la durée de sevrage de la noradrénaline dans les états de choc septique.Type d'étude : observationnelle, rétrospective, bicentriquePatients : La durée de sevrage de la noradrénaline d'une cohorte contrôle de patients en choc septique a été comparée à une cohorte rétrospective de patients en choc septique qui ont reçu la midodrine. La période de sevrage prolongée a été définie par des doses de noradrénaline > 0 et inférieur ou égal 0,24 mu g/kg/min pendant une durée supérieure ou égale à 24 heures. Les patients des deux cohortes ont été appariés sur le score IGS 2, l'âge, le sexe, l'administration de corticoïdes et la durée d'administration de noradrénaline à des doses > 0,24 mu g/kg/min. Lesrésultats sont exprimés en médianes et valeurs extrêmes.Résultats : de Janvier 2008 à Janvier 2013, 29 patients ont reçu de la midodrine dans le cadrede sevrage prolongé de noradrénaline. 19/29 d'entre eux ont été appariés avec 19/45 patientsdu groupe contrôle. La midodrine a été administré pendant 52% (13-73) de la période desevrage. Les patients des deux groupes ont présenté un score IGS 2 élevé (groupe midodrine :55 [45-78] vs 64 [50-68], p = 0,58) et 89 % ont reçu de la ventilation mécanique. La périodede sevrage de noradrénaline a été prolongée dans le groupe midodrine : 11 jours [8-15] contre6 jours [4-9] dans le groupe témoin (p = 0,017). La ventilation mécanique a pu être sevréeaprès 19 jours [13-38] chez les patients recevant la midodrine vs 7 jours [6-11] dans le groupetémoin (p = 0,005). La mortalité hospitalière n'était pas significativement différente entre lesdeux groupes, mais la durée du séjour en réanimation a été allongée dans le groupemidodrine: 25 jours [15-38] contre 11 jours [8-15] dans le groupe témoin (p = 0,001).Conclusions : Dans ce travail rétrospectif, l'administration de la midodrine chez les patientsen état de choc septique ne permet pas de raccourcir la durée de sevrage de la noradrénalinemais prolonge la durée de séjour en réanimation
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

Cited literature [75 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01732513
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 3:04:35 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:04 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 4, 2018 - 12:09:25 PM

File

BUMED_T_2013_NOVY_EMMANUEL.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732513, version 1

Citation

Emmanuel Novy. L'administration de la midodrine permet-elle de raccourcir la durée de sevrage de la noradrénaline chez les patients en état de choc septique. Une étude observationnelle rétrospective. Sciences du Vivant [q-bio]. 2013. ⟨hal-01732513⟩

Share

Metrics

Record views

23

Files downloads

429