Progression de l'insuffisance rénale chronique, une étude de cohorte française en population générale - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2010

Progression de l'insuffisance rénale chronique, une étude de cohorte française en population générale

Abstract

Background: Progression of chronic kidney disease (CKD) can be inhibited bymeasures of nephroprotection yet this progression is poorly identified in the generalpopulation. The purpose of our study was to investigate disease progression in CKDpatients identified in the general population.Methods: The inclusion criteria in the EPIRAN study were: two serum creatinine assays >150 ?mol/l at a 3-month interval, CKD discovered from 01/01/2004 to 06/30/2006, residence in Nancy. For the purpose of the progression study, only patients with at least 3 creatinine assays were selected. Three definitions of progression were used: two-fold increase in creatinine (D1), 30% decline in GFR (MDRD formula) (D2) and 50% decline in GFR (D3), or onset of dialysis for all 3 definitions. The endpoint was 06/30/2008. Time to event was determined from diagnosis of CKD to progression or endpoint. A Cox model was created for each definition.Results: Among the 631 patients included in the EPIRAN study, 573 had at least 3creatinine assays. At diagnosis of CKD serum creatinine was 189 ± 127.9 ?mol/l andMDRD 32 ml/min/1,73m². During follow-up between 2 and 4 years 22% of patients were progressors according to D1, 48% according to D2 and 26% according to D3. 37% of patients were referred to nephrologists after the diagnosis of CKD. Factors associated with progression were: for D1, referral to nephrologists (HR=2.56) and baseline hemoglobin (HR=0.89), for D2 age<65 years (HR=1.83) and baseline hemoglobin (HR=0.9) and for D3 age<65 years (RR=1.89), referral to nephrologists (HR=1.93) and presence of neoplasia (HR=1.90).Conclusions: Primary care physicians refer to the nephrologists patients with thegreatest risk of progression. It is necessary to optimize coordination of care to limitdisease progression and reduce mortality of those patients.
Introduction : La progression de l'insuffisance rénale chronique (IRC) peut actuellement être ralentie par des mesures de néphroprotection. Pourtant cetteprogression reste mal connue au sein de la population générale. Notre objectif estd'étudier la progression de patients IRC incidents identifiés en population générale.Matériel et méthode : Les critères d'inclusion dans l'étude EPIRAN étaient : avoir aumoins 2 dosages de créatinine 150 µmol/l à 3 mois d'intervalle, IRC découverte entre le 01/01/2004 et le 30/06/2006, résider dans l'agglomération nancéienne. Pour l'étude de la progression, seuls les patients avec au moins 3 dosages de créatinine ont été sélectionnées. 3 critères de jugement ont été utilisés pour étudier la progression : le doublement de la créatinine (D1), la baisse de 30% du DFG (selon MDRD) (D2) et la baisse de 50% du DFG (D3). Pour chaque critère le patient était considéré s'il était mis en dialyse avant d'atteindre le seuil de créatinine ou de MDRD retenu selon le critère. La date de point était fixée au 30/06/2008. Le délai de suivi était calculé entre la date de découverte de l'insuffisance rénale chronique et la date à laquelle le critère de progression était atteint ou la date de point. Un modèle de Cox a été réalisé pour chaque critère.Résultats : Parmi les 631 patients inclus dans EPIRAN, 573 avaient au moins 3mesures de créatinine. L'âge moyen était de 76 ans et 65% étaient des hommes. Le MDRD moyen au diagnostic d?IRC était de 32 ml/min et la créatininémie de 189 µmol/l. Au cours du suivi, 22% étaient progresseurs selon D1, 48% selon D2 et 26% selon D3. 37% des patients ont été pris en charge par un néphrologue après le diagnostic d'IRC (parmi les progresseurs : délai médian de 9 ; 7,6 et 5,8 mois respectivement selon D1, D2 et D3). Les facteurs associés à la progression étaient : selon D1 la prise en charge néphrologique (RR=2.56) et le taux d'Hb initial (RR=0.89), selon D2 l'âge<65 ans (RR=1.83) et le taux d'Hb initial (RR=0,9) et selon D3 l'âge<65 ans (RR=1.89), la prise en charge néphrologique (RR=1.93) et l'existence d'une néoplasie (RR=1.90).Discussion : L'étude des facteurs prédictifs de progression de l'IRC en populationgénérale est rendue difficile par l'absence de définition consensuelle et par le caractère observationnel d'EPIRAN. Certains facteurs de progression tels que la protéinurie ne sont pas mesurés de façon systématique.Conclusion : Les médecins de ville adressent les patients les plus à risque deprogresser vers le néphrologue. Les délais de prise en charge pourraient cependantêtre améliorés par une meilleure coordination entre les différents acteurs telle qu'elle peut être mise en place au sein d'un réseau.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCDMED_T_2010_GIRARDOT_EMILIE.pdf (1.92 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01732860 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732860 , version 1

Cite

Emilie Girardot. Progression de l'insuffisance rénale chronique, une étude de cohorte française en population générale. Sciences du Vivant [q-bio]. 2010. ⟨hal-01732860⟩
85 View
696 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More