Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Absence d'embryons ou embryons non transférables en ICSI : que dire aux patients ?: Une étude nancéenne et revue de la littérature

Résumé : Depuis sa découverte, l'essor de la FIV avec micro-injection intra-cytoplasmique du spermatozoïde (FIV-ICSI) est incontestable. La FIV-ICSI a transformé la prise en charge des infertilités, notamment masculines. En outrepassant les échecs de fécondation en FIV classique, la FIV-ICSI a permis une meilleure compréhension des mécanismes de fécondation. Avec des taux de fécondation proches de 70% en ICSI, l'absence de replacement embryonnaire est peu habituelle et d'autant plus problématique pour le couple et l'équipe d'AMP. Nous avons étudié de façon rétrospective, de 2004 à 2008, 36 cas avec absence d'embryons ou obtention d'embryons de qualité insuffisante pour permettre un replacement embryonnaire. Ces cas sont comparés à des témoins dont l'ICSI a permis un remplacement embryonnaire. L'âge maternel étant le facteur pronostic prépondérant dans la littérature, chaque cas a été apparié à deux témoins de même classe d'âge féminin. Dans notre étude, la qualité et le nombre d'ovocytes sont déterminants pour le pronostic de l'ICSI. Les paramètres pronostiques retrouvés dans notre étude sont la réserve ovarienne reflétée par le taux de FSH au troisième jour du cycle, le taux d'oestradiol au moment du déclenchement de l'ovulation et la dose totale de gonadotrophines. L'étude ne retrouve pas de différence significative entre cas et témoins concernant la fréquence du syndrome des ovaires micropolykystiques, de l'endométriose, tous stades confondus et de l'obésité. Chez l'homme, ni l'âge ni les paramètres spermatiques tels qu'ils sont décrits dans la pratique quotidienne, ne sont significativement corrélés à l'absence de replacement embryonnaire. Cependant, l'étude révèle également qu'une attention moindre est apportée aux paramètres cliniques masculins. La proportion de fumeurs est supérieure chez les hommes par rapport aux femmes. La littérature nous apprend également que l'amélioration des résultats de l'ICSI semble aussi passer par une meilleure sélection des gamètes comme le montre la recherche actuelle concernant l'analyse morphologique fine du spermatozoïde et de l'ovocyte, l'IMSl et l'activation ovocytaire. La biologie moléculaire, la cytogénétique et les nouvelles techniques comme la protéomique nous permettront peut-être de mieux cerner les patients à risque d'échec et seront peut être à l'avenir les nouveaux alliés du praticien en AMP.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733002
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 3:30:31 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:49:57 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 4, 2018 - 8:46:40 PM

File

SCDMED_T_2009_TOMASZEWSKI_CECI...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733002, version 1

Citation

Cécile Tomaszewski. Absence d'embryons ou embryons non transférables en ICSI : que dire aux patients ?: Une étude nancéenne et revue de la littérature. Sciences du Vivant [q-bio]. 2009. ⟨hal-01733002⟩

Share

Metrics

Record views

29

Files downloads

6126