Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Vécu des patients pris en charge par un médecine généraliste membre de leur propre famille

Résumé : Prendre en charge médicalement ses proches est souvent source de difficultés pour les médecins, et reste déconseillé par la plupart des codes déontologiques. Il est cependant très fréquent qu’ils le fassent, en réponse notamment à une demande importante des familles ; en recueillant les témoignages desdites familles, cette étude donne la parole aux patients suivis par un médecin membre de leur propre famille, afin d’explorer leur vécu, les spécificités de leur relation médecinpatient et leur ressenti sur leur suivi.Méthode : Une enquête qualitative a été conduite auprès de 14 patients ayant déclaré comme médecin traitant un membre de leur famille proche (conjoint, parent au premier degré ou fratrie) sur la base d’entretiens semi-dirigés.Résultats : Les patients interrogés estiment qu’il est naturel qu’ils soient suivis par un membre de leur propre famille, l’hypothèse d’un suivi par un médecin tiers leur paraissant peu envisageable. Un refus de soins de la part de leur proche serait source de frustration et d’incompréhension. Ils déclarent retirer beaucoup de bénéfices de cette situation (facilités, accessibilité, communication, disponibilité, observance…) tout en reconnaissant quelques différences dans leur suivi comparé aux autres patients ; ils en apprécient néanmoins le caractère informel et déprofessionalisé. Ils identifientquelques situations problématiques (pudeur, maladies graves…), facilement contournables selon eux par la possibilité d’être orienté vers un médecin tiers en cas de difficultés. On note néanmoins un véritable déni du risque d’erreur médical inhérent à leur prise en charge, en raison du possible surinvestissement de leur proche.Discussion : Les aspects que privilégient ces patients quant à leur prise en charge sont globalement superposables à ceux de tout autre patient, à savoir la qualité de la relation avec leur médecin, l’information, l’accompagnement, la disponibilité et l’accessibilité. Les différentes recommandations encadrant la prise en charge de ses proches sont néanmoins peu appliquées. Une remise en question de leur prise en charge n’est finalement envisagée qu’en cas de maladie grave, tout en justifiant leursuivi actuel par leur apparente bonne santé. Ils n’ont pas conscience des risques inhérents à leur prise en charge d’erreur médicale ou de surmédicalisation.Conclusion : Devant la méconnaissance générale des enjeux propres à la prise en charge des ses proches, il semblerait utile de sensibiliser patients et médecins sur ces problématiques, dans le cadre d’une réflexion préalablement à toute démarche de soins
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733502
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 3:54:23 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:36:08 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 5, 2018 - 7:01:51 AM

File

BUMED_T_2015_AUGUSTYNIAK_JULIE...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733502, version 1

Citation

Julien Augustyniak. Vécu des patients pris en charge par un médecine généraliste membre de leur propre famille. Sciences du Vivant [q-bio]. 2015. ⟨hal-01733502⟩

Share

Metrics

Record views

73

Files downloads

615