Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

La place du PCV dans la prise en charge des gliomes diffus de bas grade : expérience au sein de l'unité de neuro-oncologie du CHU de Nancy

Résumé : Les gliomes diffus de bas grade (GDBG) sont des tumeurs cérébrales primitives rares. Dans le cadre deleur prise en charge, la chirurgie est discutée en première intention. Lorsque celle-ci n'est pas possible ou pour lespatients en progression, c'est la radiothérapie qui était historiquement proposée. Cependant, s'agissant de patientsjeunes (moyenne d'âge 40 ans) avec une espérance de vie d'environ 10 ans et compte tenu de la toxicité potentiellede la radiothérapie, la chimiothérapie est désormais volontiers proposée en première intention. Parmi les optionschimiothérapeutiques discutées, il y a le protocole PCV (Procarbazine Cecenu Vincristine). Son utilisation a étéabandonnée en faveur du temozolomide (TMZ) mieux toléré notamment d'un point de vue hématologique. Laquestion posée à travers ce travail est la suivante : « reste-t-il une place pour le PCV ou l'association PCV +radiothérapie dans la prise en charge des patients atteints de GDBG ? ».L'objectif de cette thèse est d'évaluer l'utilisation du PCV associé ou non à une radiothérapie (RT) dans laprise en charge des patients atteints de GDBG. Pour cela, nous nous sommes intéressés aux patients pris en chargeentre 1993 et 2005 à l'Hôpital Central du CHU de Nancy. Nous avons également procédé à une revue de lalittérature.Entre 1993 et 2005, 23 patients (61% hommes et 39% femmes) atteints de GDBG ont été traités par PCVassocié ou non à une RT, ils ont reçu en moyenne quatre cycles. L'âge moyen au moment du diagnostic est de 39,8ans. Tous les patients sont « entrés » dans la maladie via une crise épileptique. Sur le plan clinique, suite autraitement, la fréquence des crises épileptiques a diminué de plus de 50% chez plus de 90% des patients. L'IK nesemble pas être modifié. Sur le plan radiologique, nous ne disposons que de données iconographiques relatives augroupe PCV + RT soit 12 patients. Le diamètre tumoral moyen (DTM) a diminué de 4,9 mm/an pendant le PCV,de 6,8 mm/an pendant la RT et cette diminution se poursuit de 2,14 mm/an en moyenne après l'arrêt du traitementdurant 8,8 ans. La réponse radiocinétique a été supérieure quand le PCV a été suivi de la RT. Le délai detransformation anaplasique est en moyenne de 58,6 mois. La survie globale moyenne des patients est de 14,5 ans.D'un point de vue tolérance, nous avons relevé une toxicité hématologique de grade 2 à 4, et une toxiciténeurologique à long terme (évaluation complémentaire en cours).En conclusion, bien que notre étude ait ses des limites (travail rétrospectif, monocentrique, nonrandomisé) la réponse prolongée observée après l'arrêt du PCV concorde avec ce qui a été décrit dans la littérature.Nos données sont originales en ce qui concerne la synergie potentielle PCV + RT. Des explorationsneuropsychologiques complémentaires sont en cours. Malgré une toxicité bien établie par rapport au TMZ, le PCVpourrait avoir encore sa place dans l'arsenal thérapeutique des patients avec GDBG. Sa synergie avec laradiothérapie doit être explorée plus avant.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [37 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733693
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 4:03:53 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:24 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 5, 2018 - 6:56:23 AM

File

BUPHA_T_2014_LACROIX_CELINE.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733693, version 1

Citation

Céline Lacroix. La place du PCV dans la prise en charge des gliomes diffus de bas grade : expérience au sein de l'unité de neuro-oncologie du CHU de Nancy. Sciences pharmaceutiques. 2014. ⟨hal-01733693⟩

Share

Metrics

Record views

41

Files downloads

301