Toxoplasmose et grossesse - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Toxoplasmose et grossesse

(1)
1

Abstract

Toxoplasma gondii est l'agent responsable de la toxoplasmose, c'est un protozoaire intracellulaire qui présente trois stades infectieux : les tachyzoïtes, les bradyzoïtes et les sporozoïtes. Le cycle parasitaire comporte un cycle sexué chez l'hôte définitif (chats et autres félidés) et un cycle asexué chez l'hôte intermédiaire (homéothermes).L'homme peut se contaminer en consommant des produits souillés par des oocystes, comme des végétaux (légumes, fruits) ou en mangeant de la viande insuffisamment cuite contenant des kystes.Chez le sujet immunocompétent, l'infection est le plus souvent asymptomatique. Après un délai d'incubation de quelques jours, les formes apparentes associent une fièvre modérée, une polyadénopathie le plus souvent cervicale et une asthénie. Chez le sujet immunodéprimé, les signes cliniques sont principalement neurologiques et surviennent après réactivation de kystes cérébrauxconsécutifs à une toxoplasmose acquise antérieurement.Chez la femme enceinte, une primo-infection peut être à l'origine d'une toxoplasmose congénitale. Le risque de transmission materno-foetale, estimé à 29 %, augmente avec l'âge de la grossesse (autour de 6 % à 13 semaines de grossesse passe à environ 72 % à 36 semaines). On estime qu'en France,environ 1 femme sur 2 en âge de procréer n'est pas immunisée. Entre 0.4 à 1.6 % d'entre elles feront une séroconversion pergravidique.Depuis 1978, les autorités sanitaires françaises ont instauré un programme de prévention de la toxoplasmose congénitale. Le décret n° 92-144 du 14 février 1992 impose une surveillance sérologique mensuelle des femmes enceintes séronégatives, depuis la déclaration de la grossesse jusqu'à l'accouchement.En cas de risque de toxoplasmose congénitale, un diagnostic anténatal est proposé à la mère, sauf si la séroconversion est diagnostiquée en fin de grossesse. Il repose sur une amniocentèse qui peut être réalisée entre 18 et 32 semaines d'aménorrhée. Le prélèvement de liquide amniotique servira à la recherche d'ADN parasitaire (Polymerase Chain Reaction - PCR) et à l'inoculation à la souris(anticorps et kystes cérébraux seront recherchés), qui est l'examen de référence pour faire le diagnostic de contamination. La surveillance échographique mensuelle du foetus et, le cas échéant, une IRM,permettent de surveiller l'apparition d'une atteinte foetale.Un diagnostic anténatal positif permet d'affirmer la foetopathie et d'entreprendre un traitement parasiticide par l'association pyriméthamine-sulfamide, hormis dans le cas de malformations décelées à l'échographie pour lesquelles une interruption thérapeutique de grossesse peut être proposée.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUPHA_T_2012_EL_BOUHALI_LAMYA.pdf (1.33 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01733739 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733739 , version 1

Cite

Lamya El Bouhali. Toxoplasmose et grossesse. Sciences pharmaceutiques. 2012. ⟨hal-01733739⟩
287 View
3464 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More