Etude des conséquences de l'apparition d'anticorps anti-nucléaires et anti-adn lors du traitement de polyarthrites rhumatoïdes par infliximab: à propos d'une cohorte de 104 patients - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2003

Study of the repercussion of anti-nuclear antibodies and anti-DNA during the treatment of rheumatoid arthritis with infliximab

Etude des conséquences de l'apparition d'anticorps anti-nucléaires et anti-adn lors du traitement de polyarthrites rhumatoïdes par infliximab: à propos d'une cohorte de 104 patients

Abstract

OBJECTIF: Déterminer les conséquences de l'apparition d'anticorps anti-nucléaires(ACAN) et anti-ADN (ADN) lors du traitement par infliximab de Polyarthritesrhumatoïdes (PR) sévères, actives.PATIENTS ET METHODES: Etude prospective de PR sévères, actives, résistant àau moins un traitement de fond, dont le methotrexate, entre mars 2000 et avril 2003. Suivi clinique (douleur, score HAQ, dérouillage matinal , nombre d'articulationsdouloureuses et tuméfiées, épargne en antalgiques et anti-inflammatoires) etbiologique (vitesse de sédimentation, protéineC-réactive, ACAN, ADN) afin d'évaluerl'efficacité du traitement et les conséquences d'apparition d'auto-anticorps. Etude du rôle pronostique des anticorps par un modèle de survie par test du log-rank et par un modèle de Cox. Expression des résultats en risque relatif.RESULTATS: Inclusion de 104 PR : âge moyen 53 ans, 77% de femmes, duréemoyenne d'évolution de la PR 11,3 ans, nombre moyen de traitements de fondantérieurs 3, durée moyenne de suivi 583 jours. Réponse clinique et biologiquerapide, maintenue tout au long du traitement. Développement d'ACAN et d'ADN sous infliximab (respectivement 96,1% et 20,6%, versus 63,5% et 0% initialement).Vitesse de sédimentation significativement plus élevée dans le groupe ADN+ (p<0,001). Risque instantané d'arrêt du traitement chez un patient ADN+ : 4,3. Risque plus élevé d'arrêt en terme d'inefficacité de l'infliximab (RR=9,5) qu'en terme d'effet indésirable sévère (RR=2,6). Trente sept (35,6%) arrêts définitifs du traitement anti-TNF[alpha] .CONCLUSION: Confirmation de l'efficacité à moyen terme de l'infliximab. Intérêt dudosage des ACAN et ADN, prédictifs d'arrêt du traitement, pour inefficacité ou effetindésirable sévère.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCDMED_T_2003_KLEMMER_NATHALIE.pdf (6.78 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01733788 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733788 , version 1

Cite

Nathalie Klemmer. Etude des conséquences de l'apparition d'anticorps anti-nucléaires et anti-adn lors du traitement de polyarthrites rhumatoïdes par infliximab: à propos d'une cohorte de 104 patients. Sciences du Vivant [q-bio]. 2003. ⟨hal-01733788⟩
20 View
2279 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More